Rue Frontenac - Solidarité fraternelle






Solidarité fraternelle PDF Imprimer Envoyer
La chronique de Valérie Dufour
Lundi, 13 septembre 2010 15:12

Pour ceux qui ont le cœur à gauche ou qui ont vécu la belle époque du syndicalisme, la simple idée de traverser un piquet de grève est une aberration.

Mais plus le temps avance, moins ce geste de solidarité vient naturellement chez les plus jeunes qui semblent oublier que les combats menés par nos aînés ont servi l’ensemble des travailleurs québécois.

D’où le dégoût profond que j’ai ressenti en voyant que la Fraternité des policiers de Montréal avait acheté une pleine page de pub dans l’édition de samedi du Journal de Montréal.

Non mais, dites donc, il était où, ce syndicat, quand le quotidien placardait il n’y a pas si longtemps ses pages de photos de policiers portant des pantalons multicolores et dénonçait ce moyen de pression?

Que le gouvernement du Québec et des sociétés d’État telles Loto-Québec et la SAQ continuent d’acheter des pleines pages de pub à 15 000 $ la pièce me chicote car il est clair que l’argent est le nerf de la guerre dans un conflit de travail. Mais qu’un syndicat décide de faire pareil est autrement plus dérangeant.

Un bel exemple de solidarité... que celle des policiers. Photo d'archives Luc Laforce

Foutaise !

Le sujet de cette campagne de publicité était-il si important qu’il fallait alarmer la population à propos des services 9-1-1 et la tirer dans les trois quotidiens montréalais? Foutaise!

Cette campagne-choc était avant tout une offensive syndicale pour dénoncer les coupes budgétaires et d’effectifs réalisées par l’administration municipale.

Mais peu importe. Comme l’exemple vient de haut, on comprend mieux maintenant la raison pour laquelle les lock-outés du Journal voient régulièrement des voitures de patrouille se stationner devant Le Journal de Montréal pour aller chercher une copie gratuite du quotidien. Belle solidarité...

D'ailleurs, nous ne sommes pas les seuls à avoir sursauté en voyant cette publicité: le syndicat des agents de la Sûreté du Québec a, lui aussi, trouvé l'exercice douteux.

Par ailleurs, et toujours concernant cette publicité, je dois vous faire part de mon étonnement quant au choix de la Fraternité d’acheter, au coût de milliers de dollars, une pleine page de publicité dans un journal écrit par des briseurs de grève, écrit Jean-Guy Dagenais, président de l'Association des policières et policiers du Québec, dans une note de service envoyée à ses membres et dont Rue Frontenac a obtenu copie.

Commentaires (17)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
La solidarité syndicale tout le monde s'en fout
0
Vous parlez de solidarité syndicale, malheureusement les syndicats ont souvent creusés eux-même leurs tombes en servant mal leur membres. Une grosse erreur qu'à faite madame charboneau présidente de la csn c'est de dire publiquement on a un fond de grève qui peut durer deux ans. Il suffit de regarder la façon dont se comporte le bon roi PKP pour s'apercevoir qu'une telle déclaration équivaut à ses yeux comme une provocation, rouler la mécanique syndical c'est comme donner un coup d'épée dans l'eau. Une telle affirmation ne fait pas bien mal au bon roi PKP et n'apporte rien de concret aux membres. Vous n'êtes pas content du comportement de la fraternité des policiers de Montréal. Alors qu'est ce qui vous empêche d'aller manifester devant leur local syndical pour manifester votre mécontentement. Disons une petite manifestation par semaine, jusqu'à ce qu'ils réfléchissent aux conséquences de leurs actions. Ils pourraient bien décider ensuite de ne plus faire de publicité dans le journal de monyéal (faute d'orthographe volontaire). Malheureusement les syndicats aujourd'hui sont une partie intégrante de la dynamique de la crise de confiance qui anime le public envers les institutions publics, alors la solidarité syndicale aujourd'hui on peut dire tout le monde s'en fout. Je vous invite à revoir sérieusement votre stratégie syndicale. La seul chose qui ferait sérieusement mal à PKP c'est que l'argent ne rentre plus dans ses coffres. Lors du lock-out de La Presse ce qui à fait pencher la balance c'est quand les annonceurs ont dit à La Presse qu'ils ne publieraient plus dans La Presse parce que les manifestations faisaient fuir leurs clients. En terminant je vous souhaite une très bonne année dans Rue Frontenac vous publiez des articles d'une grande qualité. Encore une fois je vous souhaite une très bonne année.
François Slythe , janvier 01, 2011
Hein de quécé ?
0
C'est ainsi les syndicats. On est solidaire pour seulement et nul autre que nos membres "de section".

Le JdM à toujours, de ce que je me souvienne, couvert les conflits syndicals. Ca vous servait souvent de bon sujet d'article.

Maintenant que vous êtes en lockout, vous parlez de solidarité... Mais où était la votre ?

Comme Martin Petit à si bien dit. "Si je vous supporte, je ne travaille plus"

Les entreprises su s'adapter plus efficacement que les syndicat. À un point tel que la syndicalisation n'a pu sa place...

Weston Longueuil ferme ses portes. "Malgré la modernisation de nos machineries, nous ne sommes pas rentable. Nous sommes improductif"

Olymel ferment plusieurs usine. "trop de moyen de pression, trop de grief, pas de rentabilité" Notamment, St-Simon.

Provigo Québec ferme ses portes. Ils ont transférées les opérations fruit et légumes à Boucherville. Et les opérations de viandes en ontario. Beaucoup de fournisseurs de viandes en ont souffert et on due fermer leur portes.

Habitude , octobre 23, 2010
Syndicaliste ou opportuniste
0
Je trouve malheureux de voir un service a la population ( car c'est ce qui est inscrit sur les voitures de police ) se servir Dun média qui a mît leurs employes en lock out pour publiciser leurs revendications...je suis pompier a Montréal nous sommes aussi en conflit avec le boss et jamais nous avons utilise ce média depuis les 21 derniers mois pour dénoncer l employeur, aussi les 66 caserne de l îles de Montréal ont resillie leur abonnement au journal...

Bonne chance et longue vie a rue frontenac..
Syl193 , octobre 21, 2010
Pour contribuer à résoudre l'impasse...
0
Incompétence ou méchanceté? Je vous offre mon coeur et ma raison comme vos consoeurs et confrères l'ont faits avec Pierre. A+
Richard , octobre 15, 2010
Lâcher pas!
0
Longue vie a Rue Frontenac!

Une façons concrète de supporter le site est de cliquer sur les publicités qui nous intéresse! Normalement je bloque tout avec adblock, avec une exception pour Rue Frontenac...
Bago , octobre 12, 2010
Lien Jeune??? , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Syndicalement frustrant.........
0
Un syndicat qui achète une pleine page de petite annonce à des scabs??? Franchement bravo!!! Que la fraternité des policiers arrète de se regarder le nombril et qu'il fassent preuve d'un peu de bon sens. C'est totalement innaceptable de la part d'une entité syndicale comme la leur. J'espère que les citoyens vont s'en souvenir lorsque viendra le temps de les appuyer lors du renouvellement de leur convention collective. Vous avez franchement manqué de jugement. Cela va faire bientôt 600 jours que PKP a mis à la rue plus de 253 travailleurs et vous encouragez ce tortionnaire...pas fort! À moins que vous n'ayez pas été mis au courant du conflit, trop occupés que vous étiez à donner des contraventions afin de renflouer les coffres de la ville. Étant moi-même représentant syndical, je suis très surpris de cette initiative et j'espère que vous tirerez une leçon de tout cela.
Yves Lambert , septembre 14, 2010
pour quand une manifestation pour les accidentées de travail , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Syndicat = machine a cash , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
PETIT PEUPLE D'ÉGOÏSTE.
0
J'aime qu'on respecte la vitesse et les arrêts près de ma demeure , mais je ne les respecte pas à deux rues de chez moi .
Lors de conflits syndicaux , je jalouse le salaire et les conditions de travail des autres au lieu de les en féliciter car il font tous parti de mon groupe des cochons de payant .
J'accuse les baby-boomers d'avoir endetté le pays , mais je réclame des garderies à 7$ et des congés maternels et paternels et des arénas etc...
Je critique le gouvernement au pouvoir mais seulement 21,75% des gens vont voter .
Le gros problème aujourdhui c'est le nombritisme .
BROMONTOIS , septembre 14, 2010
Conflit... d'intérêt!
0

C'est peut-être pour se faire des amis au Journal que le syndicat des policiers a acheté cette page de pub: je te gratte le dos, tu me gratteras le mien quand ça piquera... La belle équipe de rédacteurs (qui travaille hors des murs du Journal) va sans doute écrire de beaux articles sur le travail de nos policiers quand la marmite chauffera un peu trop... Peut-on parler d'une vérité de la... POLICE?
Joséé , septembre 14, 2010
syndicaleux , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Des flics solidaires???
0
Quelle aberration! Les flics travaille à chaque jour pour l'intérêt du patronat principalement. Qui s'occupe de protéger Péladeau quand vous organisez une manifestation ou un rassemblement? Qui vous expulsera si vous osez entrer dans l'édifice du journal de Montréal pour réclamer justice? Qui s'est occupé de protéger 20 des plus grands escrocs du monde à Toronto cette idée afin qu'ils puissent discuter tranquillement de commerce, et ce, à coup de centaines d'arrestations? Qui infiltre les mouvements syndicaux pour les "surveiller"? Avez-vous déjà entendu parler de flics qui infiltrent le patronat vous? Pas moi.

Bref, de par le poste qu'ils occupent dans la société, les flics sont des ennemis des travailleurs et des travailleuses et les valets des patrons et des politiciens. Alors, ne nous attendons pas à ce qu'ils soient solidaires d'un mouvement de lutte pour une plus grande justice sociale.

Il est temps d'arrêter de voir les policiers comme des gens avec qui il faut solidariser. Leur "fraternité2 n'est rien d'autre qu'un mouvement corporatiste qui se fout des intérêts de la population, mais ne protège que les policiers.
Jean-Marc Dufault , septembre 14, 2010
Acquis...
0
Les jeunes qui arrivent sur le marché du travail n'ont aucune connaissance de l'histoire syndicale. Ils pensent que les assurances collectives que la santé et sécurité existent depuis toujours, il en est de même pour le droit de vote des femmes, voilà l'importance des cours d'histoire.
Lectrice , septembre 13, 2010
Je me souviens
0
Je crois comme vous que s'est trés mal placer entre syndiqué. Mais nous les québeçois nous avons la mémoire courte. Sur les plaques du Québec ont peu lire 'je me souviens' de quoi de rien. Mais si tout le monde syndiqué n'achetait pas le JdeM ,votre conflit seraient réglé depuis lonptemps.
Christian , septembre 13, 2010
Pas Fort !
0
Donner du cash à Péladeau !Y a des coups de matraque qui se perd.Surtout ne placer pas un "sticker" de grève dans une vitrine car vous serez chasser par l'anti-émeute...

Bof... Lâché pas , on doit être encore 3 ou 4 tête brulé qui crois encore à une solidarité future.

Longue vie à Rue Frontenac
Yves , septembre 13, 2010
solidarité
0
Je suis cols bleus depuis plus de 8ans. Aucune assurance collective, et je peux être au "chômage" avec moins d'une heure d'avertissement. Nous sommes des 100aines dans cette situation à la ville de Montréal. Nous sommes cols bleus "auxiliaires" c'est à dire temporaire même après toutes ces années. Pourtant tout le monde pensent que les cols bleus sont "gras dur" ce qui n'est pas le cas.

Je vais sur youtube, j'y vois des vidéos qui nous ridiculisent. Lorsqu'un article sort dans les médias, vous devriez lire les toutes les insultes que les gens prennent plaisir à écrire concernant les cols bleus sur les blogues.

Pourquoi autant d'acharnement? Pourquoi lorsque je communique avec un journaliste pour décrire des milliers de dollards dépensés à l'insus des citoyens, personnes ne veut de mes histoires? Pourtant lorsque 2 cols bleus semblent se reposer mon TOPO en parle 3 jours.

C'est ça le Québec d'aujourd'hui. Moi et moi et moi le crédit, magasiner et le sensationalisme. Lady gaga a plus de place sur les bulletins de nouvelles au Québec que les coupures de l'assurance emploi que la droite à Harper vient d'annoncer.

Les lock out depuis celui du journal de Montréal explosent au Québec.Et que font les centrales? Entoucas elles pourraient en faire plus et arrêter de se faire de stupides guerres de pouvoir entre elles. C'est LES MEMBRES qui devraient passer avant tout. Les syndiqué(e)s sont des mères et père de famille du Québec. Mais la tendance c'est de mettre dans la tête des gens que les syndiqué(e)s sont responsable de la dette du Québec.

C'est de la propagande antisyndicale calculé. Il faut que les syndiqué(e)s sorganisent d'avantage. Utilisent les réseaux de communications gratuits comme twitter, facebook, les blogues youtube etc pour contrer toutes les saloperies dites à notre sujet.

Moi je trouve tout simplement inhumain ce que vous subissez. Ce qui m'enrage le plus dans tout ça, c'est la molesse des gens de cette province.

En terminant j'aimerais soulever un point et j'aimerais que vous me publiez car parfois vous me "banissez" malgré que mon language est approprié...

Le journal de Montréal a démolie plus d'une fois les cols bleus de Montréal. Malgré tout, je suis derrières vous. J'ai publié plus d'une fois des photos de votre centrale sur mes forums et blogue ainsi que vos articles partout sur le net. J'ai "concocter" une photo avec le logo de Quebecor que j'ai fais parvenir à quelques un d'entre vous. Alors lorsque vous publierez un articles pour écraser mes consoeurs et confrères cols bleus sans leurs donner la parole, dites vous que c'est aussi frustrant que de voir des policiers aller chercher une copie du journal chez les scabs...
Rick Bujold , septembre 13, 2010

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy