Rue Frontenac - Manipuler le bon peuple






Manipuler le bon peuple PDF Imprimer Envoyer
La chronique de Valérie Dufour
Vendredi, 11 juin 2010 18:01

Quand j’ai quitté un poste de journaliste permanent au quotidien Le Devoir en juin 2003 pour faire le saut à la section économique du Journal de Montréal, le tabloïd de la rue Frontenac était un quotidien populaire que je respectais pour sa fougue, pour la relation privilégiée qu’il entretenait avec ses lecteurs et pour la machine à nouvelles qu’il était.

Oui, le Journal avait parfois des relents populistes, mais c’était surtout à la une et les écarts de conduite étaient le plus souvent plus sympathiques qu’autre chose. On peut froncer ses sourcils journalistiques et critiquer certains choix éditoriaux comme celui de mettre José Théodore portant des boucles d’oreilles avec diamant sur la page frontispice du JdeM, mais ce n’est pas bien grave.

Et pour tout dire, je n’ai pas regretté mon choix pendant un long moment. J’y ai découvert une équipe de journalistes endiablée et le directeur de l’information de l’époque surnommait plusieurs d’entre nous avec affection ses pit-bulls. C’est l’époque où est née l’idée de mettre beaucoup d’énergie sur des enquêtes exclusives. C’est l’époque où les syndiqués de la salle se réunissaient autour de quelques substances liquides enivrantes en dehors de leurs heures de travail pour imaginer les reportages les plus fous.

La fougue

L’énergie et la motivation étaient palpables et cela se voyait dans le contenu. Et la direction nous rendait bien notre fougue. On n’avait qu’à être muni d’une bonne idée, à entrer dans le bureau du boss pour la vendre et on obtenait rapidement le feu vert. C’est cette façon d’opérer qui a donné des reportages comme celui de Brigitte McCann et Chantal Poirier chez les raéliens et celui de mon collègue et ami Fabrice de Pierrebourg sur les failles importantes dans la sécurité à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau.

Mais quelque part entre 2003 et 2009, la porte de la bergerie s’est ouverte et la direction a laissé entrer un loup. On a d’abord introduit des pages d’opinion dans Le Journal de Montréal, une première pour ce tabloïd qui s’était toujours consacré à la nouvelle brute. On a ensuite recruté des chroniqueurs venant de l’extérieur qui n’étaient pas des journalistes et qui, souvent, avaient encore les deux mains en politique ou étaient liés à des think-tanks.

C’est à ce moment que j’ai commencé à m’inquiéter. Rien contre Sheila Copps, mais on a donné une tribune à l’ancienne ministre libérale alors que tous ses amis étaient encore au pouvoir. Rien contre Joseph Facal, mais il est clair que cet ancien ministre péquiste va retourner à ses amours politiques un jour ou l’autre. Éthiquement, ces décisions étaient plus que douteuses. Quand un journaliste qui a fait le saut en politique revient à son métier, la règle veut qu’on l’affecte à d’autres domaines de couverture que celui du monde politique. C’est ce qu’on appelle un purgatoire.

Virage à droite

Le Journal a fait plus qu’embaucher des politiciens sur la voie de garage. Il a donné de l’espace à d’autres genres de personnages pour qui le journalisme n’est pas le gagne-pain principal et qui servent donc d’autres intérêts que celui du public. Donner un espace à Nathalie Elgrably? C’est une économiste qui travaille pour l’Institut économique de Montréal, un organisme de droite qui prône la privatisation des services publics tous azimuts. La même logique s’applique pour Daniel Audet, premier vice-président du Conseil du patronat du Québec et membre du conseil d’administration de l’IEM et à qui on a confié une chronique.

Le lien dans tout cela? Le virage à droite entrepris par la direction du quotidien de la rue Frontenac, qui choisit dorénavant des têtes d’affiche qui vont faire mousser ses idées conservatrices sur le plan économique, mais aussi moral. Ceci expliquant cela, les pages du Journal font de plus en plus de place à certains types de reportages. Les dépenses publiques sont ainsi passées au peigne fin à l’aide de nombreuses demandes d’accès à l’information.

Ici, je m’arrêterai pour vous dire que le rôle de surveillance des médias est primordial dans une démocratie. Le problème est quand on en fait une religion et que chaque dépense publique est présentée comme scandaleuse et suspicieuse. Cette réflexion vaut autant pour les dépenses des sociétés d’État que pour les formations suivies par les fonctionnaires québécois et canadiens.

Kory Teneycke, ex-directeur des communications du premier ministre Stephen Harper, aura la tâche de superviser les journalistes du bureau parlementaire de Sun Media à Ottawa. Photo Reuters

Il faut garder tout ce beau monde à l’œil et dénoncer les abus, mais publier des pages entières sur les dépenses des dirigeants de Radio-Canada, ce n’est pas de l’information, c’est de la politique. Je vous soumets qu’il est normal que le patron du service français de la SRC ne mange pas au McDo pour ses lunchs d’affaires et ne couche pas dans un hôtel autonettoyant Formule 1 de la banlieue parisienne quand il se déplace en France.

Parti conservateur

C’est malheureusement cet aspect politique de la droite populiste qui prend de plus en plus d’espace dans les pages du quotidien. La direction du Journal de Montréal peut bien dénoncer les liens entre Power Corporation et le Parti libéral du Canada, le mariage devient de plus en plus évident entre Sun Media et le Parti conservateur.

Mais à la différence de Gesca, les quotidiens québécois de la chaîne Sun Media n’ont pas de page éditoriale pour défendre les points de vue de son propriétaire. Résultat? C’est la politique d’information au grand complet qui a fait un virage à droite et c’est ce qui est dérangeant.

Et la nomination cette semaine de l’ex-directeur des communications du premier ministre Stephen Harper comme vice-président au développement chez Quebecor Media n’a rien pour rassurer. Kory Teneycke aura la tâche de superviser les journalistes du bureau parlementaire de Sun Media à Ottawa. L’entreprise a également indiqué que Luc Lavoie, ancien porte-parole de Quebecor et de Brian Mulroney, l’épaulerait.

Faut-il en dire plus? Oui. M. Teneycke a laissé entendre qu’il pourrait se joindre, malgré le fait qu’il occupe maintenant des fonctions journalistiques, aux troupes conservatrices lors d’une éventuelle campagne électorale. Bonjour l’éthique et le devoir de réserve. Ça a au moins l’avantage d’être clair.

Qui plus est, l’ancien bras droit de Harper a soumis un projet télévisuel à son employeur. Son projet? Lancer une chaîne d’information continue à la sauce Fox News, un réseau américain conservateur à l’os qui fait dans la démagogie. Si ce réseau voit le jour, on peut aisément imaginer qu’il fera ses choux gras de thèmes comme l’avortement et la loi et l’ordre.

Les médias forment le quatrième pouvoir, un pouvoir dont il faut user avec circonspection. En faisant croire au bon peuple que le système social-démocrate est inefficace et corrompu, les journaux qui jouent à ce jeu manipulent l’opinion publique de façon abusive. Surveiller ceux qui nous gouvernent est une chose. Avoir un agenda politique caché en est une autre.

Quand je suis entrée au Journal de Montréal, je travaillais pour un tabloïd qui défendait la veuve et l’orphelin. Ce quotidien n’avait pas d’autre agenda que de servir le public. Ce quotidien a bien changé.

Commentaires (86)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
...
0
Les propriétaires des grands médias sont pro néo-libéral... il est temps que les journalistes comprennent pourquoi ils ou elles ont été engagées. La neutralité n'existe pas...
Daniel Côté , mai 14, 2011
Veux-tu ben me dire pourquoi t'as quitter le Devoir?
0
Désolé pour la formulation populiste à la sauce JdeM mais bon disons que s'est de mise non?!

Alors ma question est dans le titre. Pourquoi avoir quitté le Devoir en 2003? Un poste permanent, bien rémunéré?! Quelle était votre principale motivation? Je vous avoues que je ne comprends vraiment pas votre choix.

Donc d'avoir quitter Le Devoir en 2003 m'apparaît pas très judicieux. La convergence des médias avec PKP avait commencé déjà à cette date-ci. Québécor avait acheter Vidéotron en août 2000. Le milieu journalistique s'en inquiétait déjà!

Enfin, on ne refait pas le passé! Mais est-ce la fougue peut à elle seule expliquer votre choix? Un peu vaseux non?!
Vincent , octobre 15, 2010
Le sevrage des journaux poubelles
0
Je perçois qu'il semble être quasi impossible pour beaucoup trop de gens de cesser d'acheter les journaux et ou de les lire. Certains préfèreraient s'il avait un seul choix que de cesser de fumer au lieu d'abandonner leur JdeM c'est une drogue dure pour certains. Mais moi j'ai choisi le boycott ; ça doit faire ouf... je ne sais plus, 15 -20 ans que je n'ai pas acheté ou lu le JdeM et je me sens bien, La Presse ( il me manque Foglia et Michèle Ouimet ) oh 10-15 ans... J'aime lire Rue Frontenac. Cessez d'acheter ces organes de désinformation missives euh massives (!) ils vont vous lessiver le cerveau. Ah oui jamais été chez Wal-Mart ni McDo, jamais ! Je me sens bien. Essayez ça !
Pierre Véronneau , septembre 03, 2010
Quoi de neuf?
0
Rien de neuf à l'horizon, les conservateurs, ces extrémistes fondamentalistes de droite ne nous offrent en réalité rien de neuf. Dans leurs campagnes électorales, on voyait déjà la sauce démagogique faire surface. Et encore! Moi qui regarde avec enthousiasme le canal de l'Assemblée nationale et de la Chambre des communes, je suis servi côté démagogie! Je n'ai en fait jamais vu de ministre ou député conservateur répondre à quelconque question leur étant posée, avec une réponse en rapport avec la question.

Vous êtes contre la guerre en Afghanistan? Automatiquement, pour ce genre de réseau, et pour les conservateurs, vous devenez un Taliban. C'est automatique! Et pourtant! Ce sont leurs amis, d'extrême droite (la CIA, le bras armé de la bourgeoisie), qui les ont financé! Ce sont donc, leurs amis, et non les nôtres. Sauf qu'ils sont devenus désuets.

Les conservateurs, la droite en général, ne sont qu'une bande d'illuminés pour qui, le capitalisme encore plus sauvage, fonctionnerait mieux que cette cochonnerie qu'ils dépeignent comme un capitalisme corporatiste. Mais de fait, le privé n'a jamais rien apporté de bon! Sauf l'exploitation des masses, pour l'enrichissement personnel de types comme Péladeau, qui de fait, sont extrêmement dépendants du labeur d'autrui pour; manger, péter, boire, chier, etc.. Sans travailleurs salariés, rien n'existe autour de vous!

De fait, le privé, coûte plus cher per capita, que l'on parle de bouffe, ou de soins de santé. Et qui donc, dans un système capitaliste, sans capital, peut entreprendre, dites-moi?
Sylvain Guillemette , juillet 16, 2010
Elgrably pas crédible? Et Dan Bigras, c'est crédible ça?
0
Depuis le matin que j'ai constaté que Dan Bigras était chroniqueur politique au JdeQ, je ne veux plus jamais me faire voir avec ce journal à la main.
Eric , juillet 14, 2010
Faites comme les autres !
0
Faites comme les médias de gauche aux USA qui se font financer grassement par les fondations Ford et Rockefeller (liées à la CIA) ou Shell Oil. Faites comme Amy Goodman de Democracy Now! et Noam Chomsky.

Desmarais doit bien avoir une fondation. Ou proposez à PKP d'en créer une et il contrôlera le discours de la droite ET de la gauche ! C'est ce qu'ils font partout ailleurs.
Gébé Tremblay , juillet 13, 2010
La math qu'ils n'ont pas faite chez Québécor
0
Il y a 40% de péquistes, 30% de libéraux (dévoués à La Presse ou The Gazette), 8% de QS et 14% d'ADQ. Un 14% qui est soutenu à bout de bras par une quantité d,articles biaisés et un espace médiatique disproportionné par rapport à son importance et, surtout, la qualité de ses idées.
48% des lecteurs ne se retrouvent pas dans le JdeM, un 48% qui s'y retrouvait AVANT. Quelqu'un, quelque part, est dû pour en prendre note.
Quand on donne pas au public ce qu'il veut, et qu'on veut en plus lui faire avaler une saveur indigeste, vous êtes mûr pour vous faire jouer un sale tour. Quelque chose va finir par prendre l'espace médiatique laissé libre par Québécor. Et Québécor en paiera le prix.
Le but n'est pas de dire au public quoi penser, c'est d'aller chercher son argent en lui donnant ce qu'il veut. Le père l'avait bien compris.
Jean-François Trottier , juin 26, 2010
Vous visez juste et pourtant!!
0
Et pourtant a peine la moitié de un demi de pour cent des lecteurs de l'ensemble des journaux du Québec sauront que vous avez écrit sur ce sujet..
Malheureusement les grenouilles que nous sommes sont dans l'eau tiède et..Bien que la chaleur monte, nous sommes bien au chaud! Et quand la puissance du feu sera a Broil.Il sera trop tard, Nous serons cuits! Vous savez madame la révolution le ventre plein ca n'existe pas!
Ou se trouve la solution me direz vous! Eh bien! Je l'ignore!
innu , juin 16, 2010
Un vent de grand changement s'en vient, et je crois que vous en faite partie vous, qui réponder par la plume de vos craiyons.
0
Je pense que la nouvelle par internet va réveiller le pleuple, car nos bons gouvernements et les dirigants de grandes entreprises, ne pourront plus tout contrôler. Déjà cela les stress énormément, car ils veulent mettre des lois pour gérer l'information qui est mi sur les facebook et ailleurs dans le réseau. Cela fait peur, et je dois dire que je vois cet état de fait, comme ce qui se passe dans certains pays où les gens ne peuvent plus être de libre penseur.

Nous les gens qui élisons ces gouvernemnts il faut nous réveiller. Petite farce en passant : je supçonne que quelqu'un, a mi une substance dans l'eau que l'on boit pour que nous ne puissions plus penser par nous mêmes et c'est la raison pourquoi nous sommes devenus de gentils petits montons.

Louise Roy,
Louise Roy , juin 16, 2010
Ce n'est pas juste au niveau des journaux qu'il y a un manque de transparence.
0
Super votre article, enfin l'on parle des vrais affaires. Je regarde les nouvelles et li les journaux avec des nouveaux yeux. Quand je suis allée à la manifestation du 8 juin, avec ma belle affiche, comme parent qui se bat depuis sept années pour que nos jeunes est plus de services à l'école et au niveau de la santé mentale. Et que deux journalistes sont venus me demander si je voulais parler à la caméra. Je dois vous dire que j'étais très nerveuse, j'ai leur ai dit avec mes yeux de parent bénévole ce que j'avais constaté. Je me suis dite, enfin, je vais peut-être pourvoir faire réfléchir le monde. Hé bien non, ils n'ont rien passé des entrevus que j'ai donné. Je pense que c'était trop vrais pour les journaux pour qui ils travaillaient. Je dois dire que je pense la même choses de nos institutions. Manque de respect envers les autres et un gros manque de transparence. Je dois dire que je suis rendue à penser que les humoristes sont plus écouté que n'importe qui. Merci d'être vraie Madame. Ne vous offusqué pas de ma façon d'écire, car je n'utilise pas des termes de journalistes ou administratif, mais je parle la langue du peuble.
Louise Roy , juin 15, 2010
...
0
La droite, c'est mal.
Merci de nous en protéger.
On doit maintenir le modèle Québécois et sa sociale-démocrate.
Et on doit retirer la liberté d'expression a la Droite.
Vive la pensée unique!!!
Kensoft , juin 15, 2010
Le Collectivisme Québécois , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Nathalie Elgrably et l'IEDM, n'importe quoi !!!!!
0
"Les études de l'IEDM possèdent, pour la plupart, des carences fondamentales qui les discréditent: elles ne s'abreuvent qu'à des sources limitées, choisies en fonction d'ornières idéologiques et péchant souvent par «auto-citation»; leurs appuis théoriques sont simplistes ou parfois même inexistants; elles ne «s'encombrent» pas de données permettant de vérifier si leurs hypothèses sont confirmées ou réfutées par les faits, elles se limitent plutôt à émettre des opinions «auto-portantes» répétées à satiété dans des «notes économiques» que jamais aucune revue scientifique n'oserait publier. Avec l'IEDM, nous sommes généralement en présence de travaux qui relèvent de la pseudo-science et de la propagande. La vraie science économique se développe dans les universités et dans certaines institutions gouvernementales. Elle se débat dans les revues scientifiques spécialisées. L'IEDM y est absente car l'IEDM est à l'économie ce que l'astrologue est à l'astronomie: un charlatan."

En plus, l'IEDM est financé en partie par les fonds publics, car les dons fait à cet organisme de propagande sont déductibles d'impôt........................
Frank C , juin 15, 2010
En réponse à Jules 57
0
Des extrémistes, on en retrouve dans les deux camps. Pour la gauche, que dire des Lénine, Castro, Mao et Kim Jung il. Ne sont-ils point des gauchistes communistes? Quand l'on cherche des poulx, faudrait les chercher partout. De toutes les façon, que l'information vienne de la gauche ou de la droite, il s'agit de l'assimiler afin de se faire notre propre opinion, puisque peu importe le média, cette information est toujours teinté.
Fillion , juin 15, 2010
Vous perdez credibilite lorsque vous ignorer...
0
Ce que vous avancer est juste, mais vous perdez votre crédibilité lorsque vous ignorer les liens extrémiste de gauche/nationaliste qui ont toujours eu place dans le journal.
Vaillancourt, Bourgeault me vienne rapidement a l'esprit.
Autant vous avez raison, autant vous démontrer votre 2 poids 2 mesure.
Et critiquer l'omniprésence de l'état est un argument valide a ce que je sache.
Eric Lavoie , juin 15, 2010
La dangereuse propagande gauchiste et le brain washing sur le peuple
0
Quand je lis tous les commentaires c'est évidents que vous ne devrier surtout pas retourner travailler au JDM. Hey que bande de salaud. Oui Oui des salauds, Nathalie Elgrably Michel kelly Gagnon tous des gens avec une formation et une pensé differentes. Le NOUS aiment pas sa.. quelle crédibilité se Jacques Lanctot et Steven Guibault (le gourou écologique) j'aimerais savoir de quelle université ils ont eu leur diplome. Posez la questions c'est lui répondre... La gauche est comme une pieuvre avec ses tentacules sa pensé unique,son idéologie communiste, la peur de perte de controle sur la population.Donc si le JDM est si de droite pourquoi vous battez vous pour retourner travailler pour le diable? A vous de partir un quotidien et de voir si les gens vont payer pour se le procurer.Est-ce la peur de vous lancer en affaires? Si vous croyez a vos idéologies de gauche et bien fonder un journal.
Georges Vaillancourt , juin 15, 2010
Gauche et droite
0
Que de méchanceté dans les commentaires des gens de droite. Pas étonnant que la droite ait fait tant de ravages au XXe siècle (nazisme, dictatures sanguinaires, notamment en Espagne et en Amérique latine). La droite se sert de l'argument de la liberté pour justifier l'injustifiable: liberté d'exploiter son prochain, liberté de faire des profits, qui sont les vraies libertés défendues par la droite. Par exemple, si les États-Unis avaient réellement défendu la liberté et les droits de l'homme dans le monde, ils n'auraient pas soutenu des régimes pourris et meurtriers.
La gauche, de son côté, défend l'être humain, le petit qui n'a souvent pas les moyens de se défendre, sauf quand il se regroupe avec d'autres petits. La gauche est parfois maladroite, mais elle a toujours de bonnes intentions.
Je crois qu'il y a des gens de bonne foi à gauche comme à droite, mais s'il faut choisir, je préfère la gauche avec ses défauts, plutôt que de vivre dans une jungle où règne la loi du plus fort (du plus riche). L'humain avant l'argent!
Jules57 , juin 14, 2010
Maudite Jalousie
0
Que c'était beau et harmonieux lorsque tous les médias jouaient à l'unisson.
Pourquoi y a t-il de la méchanceté dans le monde?
Pourquoi tout le monde ne comprend pas ce qui est si évident à comprendre pour ceux qui ont tout compris?
Pourquoi tant de dissensions?
Pourquoi les consensus sont si difficiles à obtenir?
Pourquoi la sale droite existe-t-elle?
C'était si beau et si doux quand tout était à gauche...
Votre texte parle énormément. Bien davantage que vous ne l'auriez souhaité, j'en suis persuadé.
Nul besoin de commenter davantage.
Libre@penseur
Libre@penseur , juin 14, 2010
Quebec= Gauche extremiste , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Réponse à sco100
0
Je ne crois pas qu'il aurait lockouté son personnel et continué de produire avec ses cadres et des casseurs de grève.
Il y a toute une différence entre être forcé de fermer une entreprise non rentable et ce qui se produit aujourdhui.
BROMONTOIS , juin 14, 2010
Quel excellent commentaire fait par une vraie journaliste ...enfin
0
En lisant cet article, on aurait dit que c'était moi qui parlais avec mes chums de shop. Vrai, je répète sensiblement la même chose à tous mes collègues de travail lorsqu'ils me demandent,à moi, un accroc du journal de montreal à tous les jours, pourquoi je ne lisais plus ce journal.
Pus capable de lire tous ces articles de patrons qui n'ont aucun respect pour les petits salariés. Ils ont oublié que ce sont en majorité les petits syndiqués qui lisaient le journal de montreal et non pas les cravattes qui maintenant l'écrivent. C'est grâce à nous les syndicaleux si PÉLADEAU père est devenu si riche. Le fils, lui, il s'en cr...
Trois mois pour me défaire de cette habitude de 40 ans, lire le journal de montreal à tous les jours j'ai cancellé mon abonnement gratuit, faut le faire.
À quand un autre Montréal Matin ou Rue Frontenac version papier avec de vrais journalistes?
On signe où pour un abonnement?
RICHARD BÉDARD , juin 14, 2010
L'empereur est nu! , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
La droite muselée?
0
@Vous etes drole (sic): La droite serait muselée au Québec? On habite pas le même pays, j'ai l'impression.
Les seules médias qui présentent régulièrement du contenu éditorial à gauche du centre au Québec sont Le Devoir et peut-être (dans une moindre mesure) Radio-Canada. Les plus crédibles, certainement, mais pas les plus populaires, malheureusement. La Presse et TVA, à gauche? Laissez-moi rire.
Dans mon intervention précédente, là où je parle du complexe de victimisation de la droite populiste, c'est précisément de ce dont je parle. Ils sont sur toutes les tribunes, dans tous les médias, au pouvoir à Ottawa, mais ils sont victime de la gauche qui leur dit "quoi penser" et leur impose la "dictature". Parlez-moi de rigueur intellectuelle!
EtienneG , juin 14, 2010
C'est ce qui arrive...
0
C'est malheureusement ce qui arrive quand le grand patron est un IMPÉRIALISTE pur et dur!
MBraz , juin 14, 2010
Enfin un peu de droite dans nos médias... , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Normand Gallant , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Et le reste?
0
Et le devoir c'est pas péquiste? Pourquoi les guachistes refusent l'existance d'un média orienté à droite? Qui impose une dictature? Moi je dis vivmement le droit à la différence. Présentement vous OBLIGEZ les gens à penser comme vous et CONTRE la droite. La gauche est incroyablement autoritaire au Québec, c'est triste, fini l'époque René Lévesque et son respect des différences.
Vous etes drole , juin 14, 2010
LES NOUVELLES
0
Que penser de la convergence et des contrôles de l'information ???

Nous n'avons rien inventé, mais nous n'étions pas obligé de copier-coller le style américain!

Est-ce une bonne chose de voir ce genre de média, et bien, NON !

Vous pensez que chacun de nous est libre????

Libre de quoi!

Les journaux et radios nous donnent a coeur de jour les dernières informations avec leurs commentaires pour que nous nous faisions une idée de l'actualité...

Malheureusement, le seul lieu qu'il y a au réseau français est celui de RADIO-CANADA ...

Oui, oui , vous avez bien lu !!

Parfois précis et bien positionné et d'autres fois moins documenté mais toujours aussi présent dans les vrais éléments de l'actualité. Penser pas retrouver une information approfondie sur l'actualité mondiale dans les autres chaines francophones... Vous n'en trouverez pas. Pour compléter les infos de la SRC, vous devrez regarder les réseaux anglophones CBC ou CTV du côté canadiens.

L'information a grande échelle n'est pas présentée si elle ne donne pas dans le sensationnalisme. C'est que recherche tout le réseau de Québecor . Et le monde en redemande.

Vivre par procuration, c'est cela. Prendre les peurs, les pleurs, les angoisses des autres et les faire siens. Vous ne parlez plus de vos bobos mais ceux des autres. Ce qui est bien plus important... Vous devenez pigiste pour le réseau lorsque vous prenez votre cellulaire et communiquer les infos dont vous êtes témoin (avec photos avec ça)...

La qualité des informations, la véracité de ces dernières est laissé a chacun d'entre nous. Et après la population se surprend de voir toutes sortes de fraudes se commettent a ses dépens.

Le vrai journalisme professionnel s'en va dans le téléréalité quotidien. Plus rien de professionnel, tout axé sur l'individuel, la nouvelle est a l'heure du ici, maintenant, sans plus. Il faut faire un bon show pour garder la clientèle et on peut oublier le côté sérieux du métier.

Dommage, car pendant des années les publications écrites représentaient du solide et étaient des références. Aujourd'hui se sont des bouts papiers que l'on veut pour les mots croisés...

Dans une grande société, les journalistes sont un mal nécessaire... Ils rapportent sérieusement les éléments importants de la vie dans son ensemble. Dommage que l'argent vienne en changer la vocation !!!!
pere gedeon , juin 14, 2010
La droite au JdM?
0
Très bon texte, madame Dufour, je partage votre opinion, même si je ne lis vraiment pas souvent le JdM par les temps qui courent.
Je suis d'accord avec PPP, également, mais contrairement à cette personne, je prenais un malin plaisir à lire le délire néo-libéral de madame Elgrably, chaque jeudi. Je me demandais à chaque fois quels sommets elle atteindrait dans la justification de l'entreprise privée et la condamnation de l'intervention de l'État. Aucune situation ne lui échappait. Pour elle, on brime la liberté des gens en les empêchant d'acheter, pour leur seul usage, des parties du mont Orford! La crise de 2008? La faute de la Réserve fédérale qui autorise des taux d'intérêts trop bas, favorisant l'achat de propriété qu'ils n'ont pas les moyens d'acheter... Surtout pas la faute de l'avidité des grands financiers de ce monde, qui justement, cherchent à profiter de ces erreurs, à outrance. Mais non! Ceux-ci exercent leur liberté et leur esprit d'entreprise!
Je vous félicite, madame Dufour, ainsi que vos collègues, vous faites du sacré bon journalisme.
charcoal52 , juin 14, 2010
chercher le vrai du faux
0
Vous avez raison . Bravo! Où est la vrai information? Parfois on la lit et souvent on la ment. On a fait entrer des gens qui venaient de sortir d'ailleurs où ils n'avaient plus leur place. On en est venu à ce que j'apellerais régler des comptes en s'associant à la nouvelle à scandales. Les gens heureusement en prennent et en laissent mais est-ce vraiment de la bonne information et ce que l'on veut savoir? On a déjà vu mieux du journal de Montréal et M Péladeau fils est entrain de se faire embarquer et que dis-je il a les deux pieds dedans une galère politique . Je suis déçue de cela et je fais depuis quelque temps ce que d'autres comme moi font ,je ne lis plus le journal . Je me contente de regarder les informations à la télé et je fais moi-même ma propre déduction. J'ai pas besoin de me faire informer de choses qui m'intéressent plus ou moins.Je vais où je veux savoir ce que moi j'ai besoin de savoir. Oui je veux savoir ce que les gens du gouvernement font avec mon argent mais autrement mais je m'attends pas à avoir ces renseignements avec le journal de Montréal .La politique et le gouvernement sont une chose , le journalisme et les nouvelles pertinentes et de ce qui se passe ici concernant le peuple sont une autre.Et voyez-vous je m'attendais à m'y voir informer je ne lis plus ce journal à cause de cela.Merci de me lire.
Manon , juin 14, 2010
Polarisation
0
Ce qui m'inquiète le plus, c'est la polarisation de l'opinion publique en deux factions, comme on peut le voir aux États-Unis. Le niveau de vitriol y atteint un niveau jamais vu; toute l'hystérie autours du système de soin de santé universel en est un excellent, et terrifiant, exemple. Ça n'augure pas très bien pour la démocratie.

J'accuse la droite militante. Ils sont responsables de cette radicalisation malsaine. Bien sûr, on dira que comme social-démocrate, c'est tout ce que je sais faire. N'importe. La droite s'organise, la machine à propagande est partie. Est-ce qu'on va avoir droit içi au même spectacle de salissage systématique et de victimisation qui fait recette au sud de la frontière? Quand je lis des commentaires comme ceux de Richard Bergeron çi-bas, je m'inquiète.

"Fair and balance" (sic). C'est pas avec des idéologues au pupitre des nouvelles qu'on va y arriver. Plutôt le contraire!
EtienneG , juin 14, 2010
Une pure « gaugauchiste » qui se manifeste!!! , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Rue Frontenac : un nouvel hebdo
0
Avec Desmarais d'un côté, fédéraliste libéral, et Péladeau de l'autre, conservateur fédéraliste,et Harper qui chapeaute Radio-Canada, il est bien évident que notre information subie des distorsions qui en altèrent sa nature même. Au point, qu'en certains cas, le tout frise la désinformation.
Pourquoi l'équipe de Rue Frontenac n'envisagerait-elle pas de publier un hebdomadaire qui pourrait nous donner l'heure juste sur tous les grands dossiers?
Frank , juin 14, 2010
P.K.P. OU P.F.K.
0
Quand tu considère ton héritage comme une machine à profit, tu fais tout pour que sa rapporte gros sans te soucier de tes responsabilités d'individus.
Ah oui ! P.F.K = Pas Fort Karl.
BROMONTOIS , juin 14, 2010
Les dérives d'une lutte sans merci contre les services publics
0
Votre dénonciation de la série de reportages exposant des "abus" dans les dépenses publiques est particulièrement juste. Sans mise en contexte objective, ces reportages ont peu de valeur journalistique et les médias de Sun en font leur beurre trop facilement.

De la même manière, les chroniques d'humeur ont leur limites. Sans mise en perspective, il s'agit d'orientations évidentes de l'opinion publique.

Sait-on jamais. Les lock-out du Journal de Québec et du Journal de Montréal seront peut-être le début d'une diversification de l'offre médiatique où vous pourrez trouver une place plus à même de vous permettre d'exprimer votre talent et vos idéaux.
Sansfoipointdesalut , juin 14, 2010
Le courage de le dire
0
Bravo madame Dufour ! Votre texte a des réminiscences du journalisme des années 1970 lorsque nous nous battions pour contrer l'ingérence des boss dans le traitement de la nouvelle. Récemment, j'ai acheté un DVD dans un club vidéo (vous devinez lequel). À la caisse, on m' offert un "JDM" gratuitement. J'ai dit "Non merci. Je ne veux pas d'un journal fait par des scabs, même gratuit". Le jeune caissier a jeté un œil autour et m'a dit à voix basse : "Bravo, monsieur. Vous avez bien raison".
Rue Frontenac fait un travail extraordinaire avec les moyens du bord. J'espère que vous continuerez même après la fin du conflit. L'avenir n'est plus dans les forêts qu'on détruit mais dans la pensée diffusée partout dans le monde par la Toile.
Claude Daigneault , juin 14, 2010
Il y a un vide au J de M
0
Il y a un manque évident de profondeur, qu'apportait le journalisme d'enquête au Journal de Montréal et ça se fait lourdement sentir depuis la dénonciation des allégations de collusion et de corruption dans la construction ou autres... Rue Frontenac a été plus prolifique que le J de M en cette matière. Sans Radio-Canada, Gesca et Rue Frontenac, nous n'aurions peut-être pas su qu'il y avait des scandales dans le monde politique du Québec. PKP doit régler le problème avant l'automne, les gens veullent lire leurs journalistes préférés dans le J de M et nous payons pour ce droit.
André Mainguy , juin 14, 2010
Canon!
0
Vous me donnez de l'espoir. En fait, "Rue Frontenac" devrait continuer même après le Lock out. Il n'y a plus que ce média de masse auquel j'ai un peu de respect.
Sylvain Racine , juin 14, 2010
... , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Le juste équilibre ! , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
what the f***? , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Bravo!
0
Très bon texte. Bravo pour votre lucidité. "Maintenant on fait quoi?", est la question que je me pose.
slajoie , juin 13, 2010
...
0
Le J de M c'est comme Israël. Face à leur cynisme et leur politique d'extrême-droite, il faut boycotter les grandes entreprises qui le soutiennent et leur dire pourquoi on le fait. Moi aujourd'hui, quand je vois le JdeM offert aux clients d'un restaurant où j'entre, je leur suggère de proposer autre chose à leur clientèle en amorçant un dialogue au sujet du lock-out. Les gérants et employés sont souvent réceptifs à l'idée d'offrir plutôt Le Devoir, Le COUAC, L'Aut'Journal ou VOIR.
martin , juin 13, 2010
Et Ménard aussi...
0
Très bon article.
Et voilà qui explique pourquoi Sébastien Ménard s'acharne à démolir et à ridiculiser le système d'éducation public québécois.
On est bien loin du journalisme objectif comme on me l'a enseigné à l'époque!
sentinelles , juin 13, 2010
Pensée néo-libérale
0
Excellent texte Mme Dufour sur le virage à droite du JDM. Vous confirmez ce que plusieurs pensent depuis fort longtemps. Jetez un coupe d'oeil sur le site du DGEQ et voyez qui a financé gracieusement l'ADQ en 2007...
C'est inquiétant sur la "véhiculation" future d'une pensée autre que néo-libérale. Le retour au travail sera bien brutal pour vous, braves gens sans emploi depuis 506 jours.
simon p. , juin 13, 2010
Le mythe du père Péladeau
0
Pierre Péladeau père avait des qualités d'entrepreneur indéniables, mais je crois qu'il avait assez peu d'états d'âme. Il n'a jamais hésité à tirer la plug sur des projets qui ne levaient pas (Montreal Daily News, Philadelphia Journal, etc.), même si ça signifiait de retirer leur gagne-pain à des dizaines d'employés. Les affaires sont les affaires, et, sans espoir raisonnable de profit, on finit par plier bagage.
Le fils est fait du même bois, sauf qu'il est à la tête d'une entreprise dont la nature et l'ampleur sont devenues bien différentes de ce que le père avait connu (le père n'a jamais même connu Sun Media, Osprey Media, Sogides, TVA ou Vidéotron, toutes acquises après sa mort). Il y a fort à parier que, confronté aux mêmes circonstances, le père se serait comporté de la même façon.
sco100 , juin 13, 2010
Excellent commentaire de RAnnieB
0
RAnnieB frappe dans le mille en disant qu'on fait face à «un phénomène de société qui n'affecte pas que le journalisme. On affecte de plus en plus de gens non qualifiés pour effectuer le travail, quel qu'il soit.» Pas besoin d'aller bien bien loin pour trouver un exemple éloquentissime d'où on en est rendu. Voyez qui sont et ce que font nos principaux leaders politiques, Pauline - Charest. Très forts en gueule, médiocres ou minables côté tête et cerveau. Et pourtant... En grec ancien, (qui était la langue de jadis comme aujourd'hui l'anglais), tête et chef ou leader s'énonçaient au moyen du même terme.
Pis, ça dépend de qu[o]i ?
En un mot, de nous...
N'est-ce pas nous qui élisons, réélisons ou laissons [ré]élire, qui 'nous contentons' de ce genre d'énergumènes? La qualité n'y est plus, parce qu'on ne la requiert plus. Quand on pense que ce PM a dû reconnaître explicitement avant-hier que ce n'est pas lui qui mène à l'Assemblée nationale et, partant, eu égard à la gouverne de l'État ; que ce n'est pas lui qui donne le ton, mais bien Pauline ; on voit en quel piètre état de déroute sont notre État, notre société, notre communauté, notre civilisation. Ou les sociétés, les communautés? Ou l'absence de Communauté? Ou l'abrogation [du processus ou de l'état] de civilisation?...
denis beaulé , juin 13, 2010
Au delà de la propagande
0
Bonjour,
Cet article relève des faits intéressants mais qui demeurent d'une intention qui reste à prouver. De bons questionnements en émergent, ce qui en fait toute sa valeur à mon avis.
Le fait qu'un tel article puisse être publié est un phénomène assez récent et est un des nombreux avantages de la communication Internet. L'opinion n'est plus filtrée par des intentions éditoriales et c'est parfait comme ça.
C'est pourquoi je garde espoir. L'opinion devient source d'information. À nous de bien utiliser l'accès possible et en un éclair à toutes ces sources pour bien s'y abreuver, se former une opinion personnelle de l'actualité avant d'acheter des propositions toutes faites et parfois mal intentionnées.
Plus nourrie est l'opinion publique, meilleure la démocratie.
Reste à s'assurer de bien former la relève afin d'éviter le piège de l'ignorance.
J-F Paradis , juin 13, 2010
Méchante droite
0
La droite fait peur. Attention amis de la gauche la droite est là et elle fonce vers vous!!!!
Mais votre beau système sociale Québécois remplis de beaux programmes sociaux mal gérés et qui profitent majoritairement aux travailleurs et aux administrateurs qui en font partie tire bientôt à sa fin.
Le système est tout croche et en lisant les commentaires ci-dessous cela n'a pas trop l'air de vous déranger. L'article de Valérie me donne des nausées.
Si je regardes les commentaires, je ne peux que constater que les gens de la gauche n'acceptent pas les commentaires différents de leurs opinions ce qui exprime bien ici ceux qu'elle représente.
Pour moi, il n'y a pas de gauche ou de droite il y a seulement le gros bon sens.
Frank Richardson , juin 13, 2010
pourquoi pas ?
0
Vous avez bien raison dans votre commentaire. Mais je me demande pourquoi votre journal dont le seul défaut est probablement la faiblesse de ses moyens ne deviens pas une coop et ne vise pas à devenir ce que fut le journal de Montréal lors de la grève de la Presse soit une alternative à l'information possédée par les grands capitalistes manipulateur.

Il y aurait de la place pour un journal populaire actuellement dont l'information respecterait les normes journalistiques.
Pourquoi pas Rue Frontenac?
Jacques Patenaude , juin 13, 2010
Ça me fait rire
0
«Quand je suis entrée au Journal de Montréal, je travaillais pour un tabloïd qui défendait la veuve et l’orphelin. Ce quotidien n’avait pas d’autre agenda que de servir le public. Ce quotidien a bien changé».

Le Journal de Mouréal a toujours été un media à sensationnalisme et ça vous ne pouvez le nier. Quand on peut lire que la "madame" a manqué de pression d'eau pendant 3 jours et qu'on photographie la botte du petit garçon disparu, wow, quelles nouvelles.

Ce journal anesthésie le peuple québécois avec des conneries. Exemple: crise grippe A. À tous les jours, ce journal en faisait mention et forçait les gens à se faire vacciner. Et ils ont réussi. Presque 60% de la population y est allée. Pourtant en Europe, 8% seulement. C'était du harcèlement continu sans dire à ces gens que ce vaccin n'avait JAMAIS été testé. Aujourd'hui, on en voit les effets secondaires.

Ça me choquait de voir toute cette campagne de PEURdémie de la part de ce journal, TVA et LCN car je savais qu'il en était rien.

Voici un article paru dans Le Devoir:
http://www.ledevoir.com/societe/sante/290727/pseudo-pandemie-d-a-h1n1-alarmisme-et-gaspillage-de-fonds-publics

Ça, Madame, c'est du vrai journalisme. Dire la vérité et non du sensationnalisme ... le professionnalisme ne fait pas partie du Journal de Mouréal.

J'espère qu'une fois cette grève réglée, que vous saurez vous tenir la tête haute et ne pas redevenir comme vos confrères travaillant présentement sur la rue Frontenac ...

Personnellement, j'ai développé une allergie à ce journal.
Jocelyne , juin 13, 2010
...
0
@PPP,
très belle ouverture d'esprit que vous faites preuve. Contrairement à vous, je souhaite que tout les courant de pensée ait leur canal de diffusion. Vous ce que vous souhaitez, c'est la pensée unique. Vous savez comment on appele ça? la dictature...
Normand Gallant , juin 13, 2010
...
0
@Loup Kibiloki et la fusion du gouvernement avec les syndicats, vous appelez ça comment? le communisme? Ce que je déplore de la scène médiatique, c'est que jusqu'à tout récement, il n'y avait pas de ce que l'on appele du fair and balance. PKP, a décider d'insérer dans ses quotidiens, des gens de droite afin d'avoir un peu de ce fair and balance qui manquait cruellement à cette province qui ressemblait de plus en plus à un ghetto culturelle. Au fait si vous doutez de ce que j'avance, c'est quand la dernière fois qu'un chroniquer a dit d'un artiste que ce qu'il faisait était de la merd....? Poser la question c'est y répondre. La seul fois où un chroniqueur a du courage c'est pour rire d'un acteur ou chanteur étranger. D'ailleurs Anne Marie Withemshaw l'a dailleurs dit sur les ondes de Jeff Fillion, si tu veux survivre dans ce millieu-là ne critique pas les artistes québécois...
Normand Gallant , juin 13, 2010
La Terre entière peut maintenant vous lire...
0
Un article qui me RENSEIGNE. Excellent. L'une des caractéristiques du fascisme, c'est la fusion du gouvernement et des corporations. Nous vivons en des temps dangereux.
Valérie, il vous reste à bloguer de tout votre coeur, de tout votre esprit, la Terre entière peut maintenant vous lire... Welcome to the club smilies/smiley.gif
Loup Kibiloki , juin 13, 2010
Avec notre argent!
0
Le plus choquant chez PKP c'est qu'il doit la moitié de son empire à la Caisse de dépôt.Mauvais employeur,il ne se gêne pas pour salir,à travers son journal les artistes qu'il n'aime pas( entre autres Gildor Roy)et nous allons lui payer un beau Colisée de 4oo millions pour qu'il puisse faire revivre les Nordiques et s'enrichir encore plus. Bravo Mme Dufour. Certaines choses doivent être dites. Et bon courage à vous et à vos collègues.
Jocelyne Corbeil , juin 12, 2010
...
0
Je comprends mieux maintenant pourquoi Québécor maintient le lock-out ! A faire peur tout ça !
Pierre Laroche , juin 12, 2010
Elgrably et pourquoi pas?
0
Je suis très à l'aise avec la venue de madame Elgrably, elle est compétente, une formation de première ordre contrairement aux journalistes en économie. Et surtout une opinion qui ne va pas dans le sens de la petite république du Kébekistan. Moi je suis content d'avoir enfin l'avis de quelqu'un qui n'est pas un militant syndical, un sympatisant du bloc et du PQ, qui soit pas anti-américain et qui surtout ne cherche pas nécessairement à diaboliser Harper. Je trouve ça rafraîchissant.
Normand Gallant , juin 12, 2010
On entend grondé dans le cimetière...
0
C'est le bonhomme qui se retourne dans sa tombe.
Gigeo Pirus , juin 12, 2010
Manipuler le bon peuple
0
Bravo Valérie !

Un autre excellent article rédigée par une ''vraie'' journaliste du Journal de Montréal. Encore fois, à quand le retour au travail des vrais employés du journal de MTL. Le lock-out de PK et ses employés mercenaires est une façon de museler les journalistes qui mettent en évidence les manipulations et les magouilles de la droite au pouvoir en ce moment à Québec, à Ottawa, à la ville de MTL (contrôle de l'information, scandales dans la construction, corruption, favoritisme, implication du crime organisé, privatisation au niveaux municipal et provincial, PPP qui coûte plus cher, coût de construction 30 à 40 % plus cher...).

Continuez le combat la gang de RueFrontenac.com !

Olivier Martin
Olivier Martin , juin 12, 2010
...
0
Très bon texte!

Je n'ai qu'un nom pour tout résumer ce courant...

Richard Martineau
Gilles , juin 12, 2010
Dommage
0
Lorsque c'est un lock-out qui vous permet de faire votre vrai travail et d'être réellement indépendant, ça veut tout dire sur la philosophie de l'employeur. Autant les journalistes de rueFrontenac méritent la fin du conflit, autant il serait préférable pour la rigueur et la sauvegarde de leur indépendance et neutralité journalistique de poursuivre les activités de rueFrontenac et de se dissocier entièrement du JdeM.

Qui plus est, la création de QMI n'est rien pour aider... une risée en soi! C'est l'équivalent du premier ministre Harper qui a créé un bureau parallèle pour faire un contrôle supplémentaire et se mettre le nez dans toutes les demandes d'accès à l'information. On tente de présenter QMI comme une agence distincte et indépendante et de faire croire aux gens qu'il y a une distance entre Québécor et ses filiales, alors que c'est loin d'être le cas.

On nous prend vraiment pour des abrutis!
Martin , juin 12, 2010
pas grave
0
franchement madame ,pas grave la page couverture avec josé téhodore???
le journal de montreal a toujours été comme présentement.il nous éloignes
de la vrai nouvelle!!!
andré bellemare , juin 12, 2010
Pourquoi cette frustration face à Nathalie Elgrably ?
0
Pourquoi cette frustration face à Nathalie Elgrably ? Il ne faut pas permettre à une personne qui est plus à droite de donner son opinion ? Il faut faire seulement du journalisme de gauche ? Les journalistes sont en grande partie responsables de ce qui arrive. La plupart traitent systématiquement les politiciens comme si c'était des bons à rien. Surveiller l'agenda parlementaire et regardez le nombre d'annonces intéressantes passent dans le beurre. C'est donc normal qu'ils commencent en avoir plein le...
Le petit journalisme d'aujourd'hui est bien loin de ce qu'il était autrefois. On ne traite pas la politique comme une couverture d'équipe sportive et on se ne met pas chum avec le Premier Ministre comme avec le coach du Canadien.
Guy Bolduc , juin 12, 2010
Surprise
0
Il est bon que cela soit redit, mais qui sera surpris ?
Thibaud , juin 12, 2010
Bravo
0
Un article clair et précis comme je les aime.
Thibaud , juin 12, 2010
Est-ce vraiment de la manipulation ?
0
C'est rafraîchissant de voir un tel article. Article qui, pour des raisons évidentes, serait rarement (si jamais) accepté par l'éditeur d'un quotidien commercial.

J'appuie le commentaire de M. Gagné. Ce n'est pas d'hier que les quotidiens commerciaux ont utilisé des ''têtes d'affiche'' pour augmenter leur lectorat ou se donner une certaine image. Les journaux commerciaux sont d'abord et avant tout des business. Les lecteurs s'intéressent à une publication si elle relate les nouvelles ET si elle rejoint leurs opinions (économique, culturelle, politique, etc.). C'est pourquoi, à mon avis, une bonne dose d'opinions diversifiées est essentielle au succès économique d'un quotidien. La situation que vous décrivez au Journal semble être une modification du dosage de différents types d'opinions. Ceci aurait pour effet d'aliéner une certaine partie du lectorat historique mais d'aller en chercher une autre catégorie. Irritant si vous faites partie du lectorat laissé pour compte mais pas nécessairement de la manipulation si les articles sont signés.

Là où je vous rejoins est au niveau de la qualification (ou non qualification) des journalistes. C'est un phénomène de société qui n'affecte pas que le journalisme. On affecte de plus en plus de gens non qualifiés pour effectuer le travail, quel qu'il soit. Possiblement un des effets de notre société de surconsommation où nous consommons tout tellement rapidement (parcequ'il y a tant à consommer) qu'on ne s'attarde plus à la qualité.
Les gens qui ont bossé fort et longtemps pour atteindre un niveau élevé de qualification y voient une menace. C'est en effet assez chiant de se faire dire que son travail ne vaut pas plus que celui d'une personne qui n'a mis qu'une fraction de l'effort et du temps pour obtenir le même poste.
RAnnieB , juin 12, 2010
Faut-il vraiment s'en inquiéter?
0
PKP essaie de faire un Rupert Murdoch de lui meme avec un journal et des postes de télés. Ceci etait un modlee d'affaire pratique dans les années 60.

La télé telle qu'on la connait va cesser d'exister d'ici peu pour faire place au web-TV.

Les journaux sont en train de tomber un peu partout dans le monde. D'ici quelques années, ou encore quelques mois, les gens vont prendre leurs nouvelles sur Internet avec leurs BlackBerry, Ipads, iphones, HTC, etc.. Mes amis, l'heure est à l'information mobile, accessible instantanément sur les sujets auquels nous sommes interessés (ex:Twitter).

L'heure ou les nouvelles nous etaient dictés par des compagnies ou des gouvernements tire à sa fin.

L'heure ou nous choisissons nos sources de nouvelles est arrivée. Google, digg.com, reddit.com, twitter l'ont compris déjà.

A chaque jour je recois sur mon telephone mes nouvelles de Ruefrontenac.com, Aljazeera, BBC, cyberpresse etc.

Nous somes à l'ere de l'information, ils auront beau essayer de nous abrutir, ils ne réussiront pas. Surtout lorsqu'on se promene avec internet et toute l'information de la planète dans nos poches (smart phones)

Max , juin 12, 2010
système social-démocrate inefficace et corrompu
0
Je ne crois pas que ce soit un mensonge, ce système est inefficace et corrompu jusqu'à la moelle. Mais pas en tant que système. Il a été rendu inefficace d'abord par les péquistes qui l'ont tranquillement dénaturé après Lévesque et qui en ont abusé pour se gagner des votes faciles à des fins de souveraineté. C'est une stratégie cynique certe, et qui a justement été reconnue et reprise ensuite jusqu'à l'absurde par les libéraux qui ont transformé ce système en guichet automatique dont l'argent a été détourné au profit de leurs puissants amis. Et si on se met à leur place, pourquoi pas? Leur logique de droite est que plutôt que de dilapider cet argent en mesures sociale inefficaces, en mirages, aussi bien s'en servir pour doper une classe sociale X en mesure de reprendre les choses bien en main plus tard, une fois que la preuve de la faillite de ce système aura été faite... Il ne va pas sans dire que nous sommes effectivement sur la bonne voie en ce qui a trait à la réalisation de cette dernière partie... À quand la criminalisation du détournement de gouvernance?
R.Francoeur , juin 12, 2010
...
0
Je suis entièrement d'accord avec votre article. Je suis consternée depuis plusieurs années de voir le tournage vers la droite entrepris par le Journal. Les chroniqueurs ne sont pas indépendants d'esprit surtout quand ils nous viennet directement du Conseil du patronat ou de l'Institut économique...

Je suis une lectrice assidue de Rue Frontenac et je vous félicite pour votre travail. Du bon journalisme indépendant! Bravo!
M. Lafrance , juin 12, 2010
Je partage cette opinion
0
Malheureusement le virage est pris.Je suis un abonné du journal de quebec et je dois avoué qu'il n'y a plus grand chose a se mettre sous la dent dans ce journal.Pourtant j'avais un plaisir et une hate de lire mon journal le matin ,ce qui est de moin en moin le cas et qui va finir tres bientot a un désabonnement,mais ma voix n'est que tres petite et limité.Bravo et ...imaginée votre journal internet sur papier comme les anciens journalistes du réveil qui ont créer leur propre journal ,que reste t'il du réveil ...faut bien le dire leur ame n'est plus.Restée debout et ne lachée pas,meme si ca ne met pas du beurre sur vos toast ,je suis de tout coeur avec vous.
Rich , juin 12, 2010
chroniqueur
0
Madame Dufour,
Vous avez droit à vos opinions comme tout le monde mais de laisser entendre que je pourrais être un conservateur social est une pure fausseté. Sur les questions concernant l'IVG, les mariages entre conjoints de même sexe, la légalisations des drogues, l'euthanasie, le suicide assisté, la prostitution, et bien d'autres sujets encore, je ne connais personne d'aussi libéral que moi. Je n'ai rien à voir avec les conservateurs qui enseignent le créationnisme à leurs enfants! Je suis platement un conservateur fiscal.

Daniel Audet
Daniel Audet , juin 12, 2010
Watching Big Brother
0
Votre texte est excellent et très courageux. Il donne froid dans le dos sur les projets futurs de l'Empire. «Big Brother is watching you» pourrait être remplacé par «You watching Big Brother» comme disait le cinéaste Bertrand Tavernier.
Peut-être n'arrivez-vous pas à gagner le respect de PKP et de son Quebecor, mais vous avez définitivement le mien.
Charles Gagnon , juin 12, 2010
Raël et un blanc maquillé en noir, de l'information ?
0
Votre texte a certes la vertu de souligner la crasse idéologique qui s'est infiltrée chez Québécor. La même, moins subtile peut-être, que chez Gesca. Ceci dit, je vois mal comment la version pré-2003 du Journal de Montréal pouvait être considérée comme exemplaire au niveau de l'intégrité journalistique. Ce n'était certes pas une idéologie "politique", mais des reportages sur une secte, un journaliste qui se maquille en noir pour "enquêter" sur la racisme, ça fait pas mal Fox News à mon goût.

À mon sens, le véritable débat dépasse largement vos doléances face à Québécor et Power Corp. C'est la pratique journalistique dans son ensemble qui manque de crédibilité. Pour une Fabrice de Pierebourg, combien de journalistes remplis de présupposés sur la forme du "gros bon sens", sur les non-dits qu'on ne doit pas questionner ou nommer ? Vous dénoncez les chroniqueurs ? Malheureusement, ce sont les seuls à pouvoir, à l'occasion, révéler ce que "la nouvelle pure" ne peut expliquer. Le vrai pouvoir n'est pas du côté des enquêtes à sensation. Patrick Lagacé est-il un journaliste sans agenda idéologique ? Le vrai pouvoir, le pouvoir lié au contrôle des idées reçues, est couvert de la respectabilité de Lise Bissonnette et Josée Blanchette. Je respecte beaucoup votre saut à JdeM, je respecte votre programme pour un journalisme qui n'est pas soumis au pouvoir, mais le débat est un peu plus large que ce que vous mentionnez dans ce billet. Et c'est là le drame: que des journalistes talentueux comme vous n'aient ni la formation, ni l'occasion de pousser l'analyse au-delà des évidences...
Fabrice E. Bravo , juin 12, 2010
Bravo rue frontenac
0
Tres bon acticle, vous avez tout mon respect....
Denis , juin 12, 2010
Ça sent le réchauffé ... , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
...
0
Merci d'éclairer le bon peuple! Ces faits doivent être dit! Bravo!
Etienne , juin 12, 2010
Excellente analyse
0
C'est une excellente analyse de la dégradation de l'information dans ce quotidien, Madame Valérie Dufour. Effectivement, ce virage à droite est inquiétant et fait partie des raisons qui m'ont incité à démissionner de mon poste de chef de pupitre au Journal de Montréal au début de 2008. Cette façon qu'avaient certains patrons de diriger l'information dans le sens des intérêts de PKP et de Sun Media devenait inacceptable.

Une petite remarque, cependant: Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec ont déjà hébergé à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix des chroniqueurs fortement impliqués en politique, Robert Bourassa, Camil Samson, René Lévesque et plusieurs autres. À l'époque où le père Péladeau était en quête de respectabilité pour ses journaux à sensation, les gros noms de la politique d'alors mettaient une couche de vernis sur la rugosité des autres nouvelles.

Dans le même but, le père Péladeau avait mis la main sur un journaliste chevronné, Normand Girard, issu du Soleil de Québec, pour couvrir le domaine politique à Québec et... ajouter une autre couche de vernis. On s'est vite rendu compte que Girard avait la fâcheuse manie de commenter la nouvelle en même temps qu'il l'écrivait et que son allégeance politique était inscrite en filigrane dans beaucoup de ses textes. Nos journalistes rigolaient de cette situation en disant "Bourassa est grand et Normand Girard est son prophète"... Pierre Péladeau a gardé Girard à son emploi pendant trente ans, jusqu'à la retraite de ce dernier.

Dans l'ensemble, Madame Dufour, je partage vos opinions et je salue votre lucidité.

Jean-Jacques Gagné,
ex-chef de pupitre
au Journal de Montréal
Jean-Jacques Gagné , juin 12, 2010
Excellent et pragmatique
0
A quand un journal qui dit les vrais affaires, écoeuré de toute cette manipulation vous avez certainement vu cette pub de vidéotron avec le Boss et son petit employé soumis... Plus capable. Dernierement un autre journal donnait l'heure juste sur les sondages du jounal de Mourial apparament selon l'autre journa, un vrai, 2 Québécois sur 3 sont d'accord avec les demandes syndical dans le secteur public alors que selon le Jounal de Mourial c'est tout le contraire. Allez rue frontenac.com sortez un quotidien qui dit les vrais affaires.
M.Morgan , juin 11, 2010
Enfin!
0
Bravo pour cet article rafraîchissant, vous exprimez ce que beaucoup de gens pensent du JdM aujourd'hui : de la propagande brute de droite cachée derrière un écran de fumée d'"objectivité"... C'est rassurant de constater qu'il y a encore des journalistes intègres et courageux dans cette lutte!
Jérôme , juin 11, 2010
Du cran et des principes
0
Quel cran! En tant que salariée de la belle grande famille de TVA Publications, je vous salue bien bas, Madame, et j'espère être prochainement sur le trottoir à militer avec vous!
Véronique , juin 11, 2010
Très juste Mme Dufour.... les conglomérats privés liés aux partis politiques
0
Très bon texte, très clairvoyant.
Madame Elgraby et son néolibéralisme primaire-primal n'ont pas d'affaire dans un journal sérieux et grand public...la droite pure et intégriste... Tout comme le pendant de madame Elgraby, Eric Duhaime qui est au Journal de Québec.
M. Duhaime est l'ancien conseiller de Stockwell Day à Ottawa (du temps de l'Alliance), puis a été conseiller de Mario Dumont de l'ADQ de 2003 à 2009... il fait de la propagande pour Stephen Harper et une renaissance de l'ADQ
Tout ce que vous ajoutez sur la chaîne à la Fox News de Quebecor Sun est inquiétant aussi...
Gesca-fédéraliste-libéral
Quebecor-conservateur-fédéral
Il n'y a plus d'information... à part le Devoir que peu de personnes lisent et, Rue Frontenac.
PPP , juin 11, 2010
...
0
Ok...On comprend mieux ce qui se passe! Les pions sont placés de façon à contrôler l'information. Je crois cependant que la gauche a fait la même chose pendant des années. C'est une question de balancier, de cycle. Dommage que les médias soient pris d'assaut par des groupes d'intérêt, qu'ils soient d'un bord ou de l'autre. Les journalistes deviennent des "agents de communication" pour l'une ou l'autre des business et non plus des livreurs de faits.
mmeunetelle , juin 11, 2010
BRAVO !!!!
0
Bravo Madame Dufour,
Vous nous éclairez un peu plus mais sachez que le monde ordinaire n'est pas dupe et j'ose espérer de plus en plus lucide(sans mauvais jeu de mot!)
On le voit bien le changement et la guerre des médias. Honte à ceux qui acceptent sans rien dire, on appelle ça des lèches-....
Lâchez pas !
David
David , juin 11, 2010
L'air du temps
0
Excellent portrait de situation, madame Dufour. Comme toujours d'ailleurs.
Ce portrait me donne d'ailleurs le goût de vous poser une question embêtante sur laquelle je reviendrai plus tard.
Il y a un certain temps que Quebecor se rapproche des conservateurs fédéraux. PKP a franchi des frontières que son père n'avait jamais osé franchir à ce niveau. Péladeau père était dur en affaires et vendait sa peau chèrement mais avait un respect du journaliste et du simple travailleur qui l'aurait certainement empêché de lécher les bottes d'un premier ministre aussi conservateur et coincé issu de l'Alberta. J'imagine très mal le père Péladeau partager quoi que ce soit avec Stephen Harper. L'idée même fait sourire. Pour le fils, c'est une autre histoire. Il donne l'impression d'être prêt à vendre sa mère pour faire une piastre de plus. PKP donne l'impression de recherche à contrebalancer le lien entre Gesca et le parti libéral en se rapprochant des conservateur au détriment même du gros bon sens. Luc Lavoie, ce marionnettiste, n'est évidemment pas étranger à ce rapprochement.
Il faut considérer que dans toutes les démocraties, les liens de proximité entre les médias et les partis politiques existent. Ils sont plus ou moins forts, selon les pays et les circonstances. Le Québec et le Canada dérivent de plus en plus vers une symbiose presque totale entre l'un et l'autre. C'est inquiétant puisque plus ce lien se renforce, plus la démocratie s'affaiblit. Et plus on crétinise le peuple avec des Richard Martineau et des robots à qui l'on a remplacé le cerveau par une calculatrice de l'Institut économique de Montréal.
Je comprends donc votre frustration et la partage. Ce qui me frustre le plus c'est que la majorité souverainiste des francophones du Québec ne peut même plus compter sur un journal à grand tirage sympathique à sa cause. La solution viendra surement de médias alternatifs qui devront prendre de l'ampleur pour contrecarrer tout le bourrage de crâne de droite et fédéraliste auquel nous avons droit.
Ceci me ramène à cette question qui touche la cohérence intellectuelle: si jamais le conflit se réglait, allez-vous rentrer dans les rangs et continuer l'aventure avec Le Journal toujours dirigé par l'Empire?
Meilleures salutations et longue vie à Rue Frontenac!
Le_Gaspesien , juin 11, 2010
Propagande d'aujourd'hui, leçons d'hier.
0
Wow ! Moi qui vient juste d'écouter un épisode de "amour, haine et propagande" relatant le contrôle de l'opinion des peuples lors de la 2e guerre mondiale (SRC, tou.tv). Y a pas à dire les riches propriétaires des médias d'aujourd'hui ont bien appris les leçons du passé et nous passent leurs conceptions du monde dans le but de leurs propres intérêts aussi bien qu'il y a 70 ans.
... et comme la cavalerie des westerns, il semblerait que la compréhension de la propagande arrive toujours en retard chez les peuples.
Erik HG , juin 11, 2010
Excellente article !
0
Je partage votre analyse !
Devain , juin 11, 2010

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy