PDF Imprimer Envoyer
La chronique de Valrie Dufour
Mardi, 11 mai 2010 16:14

MiamiSi vous tes un immigrant illgal, vaut cent fois mieux tre en sol canadien que chez nos voisins. Ici, il fait peut-tre un brin plus froid, mais il ny a pas grand chance pour que le SWAT dbarque chez vous en pleine nuit pour vous passer les menottes et vous jeter en prison. Le systme de renvoi du Canada est peut-tre lent, mais il a au moins lavantage davoir un visage plus humain.

Le symposium sur la couverture mdiatique des questions touchant limmigration, auquel jai assist au cours de la fin de semaine Miami, a offert une vritable vitrine sur la faon dont on traite les sans-papiers aux tats-Unis et, plus particulirement, dans ltat de la Floride. Un traitement souvent brutal.

Il y a prsentement 350000 personnes emprisonnes dans des centres de dtention ou des petites prisons rgionales et le maintien de cette structure rigide cote prs de 1,8 milliard de dollars amricains au gouvernement. Il y a plus de gens dans ces prisons que dans toutes les prisons fdrales. Et le pire, cest quon emprisonne ces gens alors que, selon moi, ils nont commis aucune infraction, souligne Cheryl Little, une Montralaise dorigine qui dirige le Florida Immigrant Advocacy Center, un organisme offrant de laide lgale aux sans-papiers.

Exemple canadien

Au Canada, le processus de dportation est beaucoup moins extrme. LAgence canadienne des services frontaliers peut emprisonner les rfugis et les immigrants, mais seulement si elle a des raisons de croire que la personne vise ne se prsentera pas une procdure dimmigration, si elle constitue une menace pour le public ou si son identit est contestable. Il y a prsentement 53000 personnes qui sont sous le coup dune procdure de renvoi et on ignore o se trouvent 38000 dentre elles.

lheure actuelle, lorsquil sagit dun demandeur dasile dbout, il scoule en moyenne 4,5 ans entre le moment o lintress prsente sa demande et puise tous les recours sa disposition, et le moment o il est renvoy du Canada. Dans certains cas extrmes, des demandeurs dasile dbouts sont rests au Canada pendant plus de 10 ans, selon Immigration Canada.

Daprs les tmoignages que jai entendus au cours de mes reportages en Floride, la vie dun immigrant illgal aux tats-Unis quivaut jouer la roulette russe. Ils arrivent aux tats-Unis, se trouvent un boulot, reoivent souvent un salaire famlique pour de longues heures et, surtout, ils ne savent pas quand le gouvernement va dbarquer chez eux pour les arrter et les dporter. Un an? Deux? Dix?

Guillermo et Jesus

Cest ce qui sest pass pour Guillermo et Jesus, deux frres, de 25 et 21 ans, originaires du Venezuela. Ils sont arrivs en Floride en 2000 en compagnie de leurs parents et leur autre frre Marcos. La famille a demand le statut de rfugi, mais ils ont puis tous leurs recours et le statut leur a finalement t refus en 2009.

Dix ans plus tard, ils avaient bien videmment eu le temps de refaire leur vie sur leur nouvelle terre daccueil. Guillermo venait de dcrocher son baccalaurat en design informatique au Miami Dade College et Jesus tudiait en droit la mme universit. Un beau matin, un agent dimmigration est arriv chez eux, a pass les menottes aux frangins et les a jets en prison.

Ce nest pas un combat qui se limite moi et mes deux frres. Il y a des douzaines dtudiants qui sont dans la mme situation. Ce sont des jeunes qui nont pas de papiers, mais ils sont ici depuis longtemps et ils veulent apporter une contribution leur nouveau pays. Ils veulent devenir des enseignants, des mdecins, des avocats... mais on les en empche. Dans notre cas, on a mme dcroch des bourses dtudes, mais nous navons pas pu les utiliser cause de notre statut lgal, signale Guillermo.

La situation tait minemment ironique pour moi qui veut devenir avocat et politicien de voir un agent arriver ma porte pour marrter. Quand on ma mis en prison et quon ma fait enfiler un costume orange, jai eu tout un choc. Je ne savais plus ce que le futur me rservait. Mais heureusement, nous avons obtenu de laide, raconte Jesus. Avec laide du FIAC, ils ont finalement pu sortir de prison et ils ont obtenu un sursis de six mois avant leur dportation.

tre immigrant illgal aux tats-Unis: une aventure extrme.

Rosemarie

Rosemarie, elle, sest fait arrte et elle a croupi 13 mois en prison, avant dtre libre au terme de longues dmarches judiciaires et cest seulement parce quelle avait une avocate quelle a pu sen sortir. Dans les faits, 70% des dtenus nont pas de reprsentant lgal. Ils y ont droit, mais ils doivent les payer de leur poche, ce qui nest pas vident pour ces gagne-petit.

Le cas de cette Hatienne dorigine est particulirement troublant, puisque les autorits carcrales ont refus de soigner la dame, qui avait de graves problmes de sant. Le gouvernement savait quelle avait une tumeur prs la glande tyrode ncessitant une opration, mais on a tout de mme dcid de la dporter dans cette condition.

Il a fallu une poursuite en cour fdrale pour leur faire entendre raison. Les dmarches judiciaires ont fait que le juge a finalement ordonn au gouvernement de payer la chirurgie, de laisser tomber le dossier de dportation et ils ont d lui verser 47500$. Il est ridicule davoir faire tant defforts pour obtenir quelque chose daussi simple, raconte lavocate Me Tania Gallani.

Cheryl Little soutient, que les Hatiens se font systmatiquement discriminer depuis des annes aux tat-Unis. titre dexemple, elle souligne que le systme de visa temporaire pour les rfugis (TPS) ne sappliquait pas aux ressortissants de ce pays et quil a fallu le terrible tremblement de terre de janvier pour que la situation change.

Mfiance lgard du gouvernement

Le gouvernement fdral estime le nombre de rfugis hatiens entre 100000 et 200000 personnes et leur donne jusqu la fin juillet pour remplir une demande de TPS. Mais jusquici, peine 45000 personnes se sont manifestes pour obtenir cet important document donnant un permis de travail, le droit de se procurer un permis de conduire et le droit de demeurer aux tats-Unis pendant deux ans.

Il y a trois raisons qui expliquent ce manque dengouement: la demande cote 470$US, les gens ont peur de se faire avoir par des fraudeurs et ils craignent aussi de confier leur dossier aux autorits parce quils ont peur de se faire dporter, signale Mme Little.

Pourquoi les immigrants continuent daffluer dans un pays si dur envers ses sans-papiers? La rponse est facile: lconomie. Il y a de la job la tonne pour les immigrants illgaux, des emplois peu rmunrs, mais qui ont t compltement dlaisss par lAmricain moyen. Les sans-papiers se retrouvent donc besogner dans les champs pour ramasser les fruits et lgumes floridiens que lon consomme, ils tondent la pelouse et entretiennent les rocailles, ils travaillent comme nounous et ils font rouler les nombreux htels et restaurants. Tout cela en attendant le Bonhomme Sept Heures.

Commentaires (3)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
M. Charest est-il un homme intelligent?
0
quoi sert un homme de gagner L'univers si il y perd son me? Pour devenir Chef du Parti Libral
du Qubec, on dit que l'establishman a verser plus de $4,000,000 M.Charest alors pourquoi accepterait-il un petit $900,000 pour 12ans de reprsentation et d'tre juger par ses pairs comme un homme qui n'a pas de couille alors qu'il en a revendre.Pour quelques dollards de plus il sera le prochain Chef du Parti Conservateur du Canada.M.Harper est au bout de sa chaine.Il ne faut pas oublier que M.Charest est un brillant
camlion venu directement d'Ottawa en service command. Alors il y aura fatalement un retour d'ascenseur.
Carol Morissette , août 14, 2010
Simplement
0
Croyez-vous que c'est vraiment meilleur ici au Qubec, Canada? Mme Laval...
Francois , juin 18, 2010
Ambigut
0
Je ne sais trop si je dois rire ou pleurer. Doit-on tre trop bienveillant ou trop svre? Aprs tout ce sont des illgaux, I-L-L--G-A-U-X. En plus ils se terrent. Paient-ils seulement des impts? Pourquoi ne lgalisent-ils pas leur situation? Combien de mafieux, de repris de justices, d'auteurs de crimes contre l'humanit se cachent parmi ces illgaux? Ces gens, que viennent-ils illgalement chercher ici? J'hsite tre trop concilient avec ces planqus tout en reconnaissant qu'il y a dans le lot de pauvres hres cherchant un avenir meilleur, et qui ont t abuss par des passeurs sans scrupule, qui, je l'ignore, mais dont je doute qu'ils les poussent rester terrer sous peine de graves reprsailles. Voil qui porte rflchir en dernier ressort. Comment trouver la recette gagnante qui ferait en sorte de protger les "honntes" illgaux, de la racaille immiscer. Que de zones grises, que de zones grises... Quant aux tats-Uniens on connait la porte de leur mfiance paranoaque pour toutes solutions qui ne sont pas de leur cru. Quoique je ne suis pas rbarbatif la svrit des peines imposes aux criminels surtout compar aux peines bonbons de notre systme judiciaire...Ambigut, ambigut quand tu nous tiens.
Marcel Pag , mai 13, 2010

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy