PDF Imprimer Envoyer
La chronique de Valrie Dufour
Mercredi, 03 février 2010 10:06

Les yeux de plusieurs se sont carquills (et il y avait de quoi) lundi la lecture du texte du collgue David Santerre, qui nous racontait quune douzaine de criminels dports en Hati songeaient demander un retour au Canada pour des raisons humanitaires. Un caf deux lait un sucre avec a?

Le plus srieusement du monde, leur avocate, Me Marie-Hlne Giroux, a expliqu Rue Frontenac que ces dlinquants dports avaient t durement touchs par le terrible tremblement de terre qui a frapp Hati le 12 janvier et que le gouvernement fdral devrait leur accorder le privilge ne serait-ce que temporaire de rejoindre leurs proches qui habitent toujours au pays et qui se font du mauvais sang.

Me Giroux est bien consciente que la cause nest pas sympathique aux yeux du public, mais elle joue la carte de lerreur de jeunesse pour diminuer limportance des imposants casiers judiciaires de ses clients. a reste de la criminalit de jeunesse. Certains de ces dports nont pas fait grand-chose. Il y en a qui ont vendu trois roches de crack, a expliqu lavocate.

Trois roches de crack de trop

Si vous voulez mon avis, ces gens-l ont vendu trois roches de crack de trop et, de toute faon, ses clients ne sont pas tous de petits pushers. Oui, ces individus ont tous purg leur peine au Canada avant dtre dports dans leur pays dorigine, mais on parle ici de gens qui ont commis des crimes trs graves, pas des enfants dcole.

Dans le lot, il y a Jean-Yves Brutus, Valdano Toussaint et Clonie Mervilus, trois personnes associes aux gangs de rue Montral, trois gars qui avaient pour toute activit conomique la vente de crack, la violence et lintimidation.

Le tremblement de terre a provoqu des demandes inusites de la part de criminels dports en Hati. Photo d'archives Reuters

lautomne 2006, jai couvert le procs de la gang de la rue Pelletier, dont Clonie Mervilus faisait partie et pour laquelle il agissait comme un genre de chef livreur. Le grand gaillard a t reconnu coupable de gangstrisme et condamn huit ans de pnitencier. Un des lments les plus troublants de la preuve contre lui est lenregistrement dune conversation avec son fils de 12 ans, qui il demande de cacher des roches de crack dans sa tte de lit. difiant pour un pre de famille. Sil revient au Canada, jappelle la DPJ.

Alors que lon parle de la lourdeur bureaucratique dans le traitement des demandes de rfugis et de la prudence ncessaire pour sassurer quil ny a pas de fraudes et de trafic dorphelins, je doute que la question du rapatriement de criminels dports soit au haut de liste des fonctionnaires dImmigration Canada. Mais juste au cas o la machine administrative semballerait, il est est important dinsister sur quelques trucs forts importants.

Convention des Nations unies

La Convention relative au statut des rfugis des Nations unies dcrit un rfugi comme une personne qui craint avec raison dtre perscute du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalit, de son appartenance un certain groupe social ou de ses opinions politiques dans son pays dorigine. Le document international prcise galement quun tat a le droit de placer ses intrts en matire de scurit au-dessus de ceux du rfugi; il peut galement refuser daccueillir des gens condamns pour des crimes graves et qui, par consquent, constituent un danger pour la socit daccueil.

Il nous apparat que le Canada est donc bton ct droit international et quon pourrait difficilement lui reprocher sa froideur envers des gens qui ont dj eu la chance de se refaire une vie ailleurs et qui ont dcid de se lancer dans la violence et la drogue.

De toute faon, le Programme canadien dimmigration est trs clair : les ordonnances dexpulsion ne sont mises que dans les cas les plus graves. Ces personnes, qui navaient pas obtenu la citoyennet canadienne, ont t dportes parce quelles ont toutes t condamnes des peines demprisonnement dau moins deux ans. Dans le jargon juridique, on appelle a de la grande criminalit頻.

Soit, la vie de Brutus et compagnie ne doit pas tre rose depuis le 12 janvier, mais cest le cas pour tous les Hatiens qui ont t touchs par le tremblement de terre. Et choisir, il semble vident que les nergies dImmigration Canada doivent se concentrer sur ceux qui mritent de se refaire une vie. Et jirais plus loin, les fonctionnaires fdraux doivent redoubler dardeur pour dbusquer les fraudeurs et les faux demandeurs dasile.

Commentaires (1)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
Suggrez leur de reconstruire leur pays Me. Giroux
0
Me. Giroux doit avoir beaucoup de temps perdre. Une chance que le ridicule ne tue pas sinon...

Si elle tient tant aider ces jeunes criminels, qu'elle leur suggre donc d'aider la reconstruction de leur pays. Ainsi ils se sentiront utiles et oublieront un peu leur misre.
Pourquoi deviennent-ils soudainement si peureux alors qu'ils ont,pendant tout leur sjour au Canada, intimid, harcel et procur de la drogue tant de gens.
C.Pelletier , février 03, 2010

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy