Imprimer
La chronique de Valrie Dufour
Samedi, 30 janvier 2010 15:42

Lide de mater le criminel en le faisant croupir en prison pendant des lustres est un des dadas du gouvernement Harper. On ne vous apprendra rien en vous disant que le Parti conservateur est un parti qui a de profondes racines dans lOuest canadien et dans les communauts plus rurales. Pour ces lecteurs, la thmatique de la loi et lordre fait fureur aux urnes.

Et cest exactement pourquoi Stephen Harper a annonc cette semaine quil voulait serrer la vis aux jeunes contrevenants qui commettent des crimes graves. Cest aussi la raison pour laquelle le premier ministre a nomm cinq snateurs dont Pierre-Hugues Boisvenu qui sont tous favorables lagenda anticrime des conservateurs.

Conformment ce quil avait promis pendant la campagne lectorale de 2008 et malgr les vives protestations manant du Qubec, le gouvernement conservateur a dcid de dposer, la reprise des travaux parlementaires, un projet de loi pour imposer des peines de prison vie aux jeunes contrevenants reconnus coupables de crimes graves et violents tel le meurtre prmdit. La peine maximale est actuellement de 10ans.

Note confidentielle

Depuis son lection, notre gouvernement prend des mesures afin de sattaquer au crime et protger les Canadiens. Notre approche est quilibre et prvoit la prvention, la radaptation et lapplication de la loi. Mais il faut faire plus. Nous devons amliorer la faon dont le systme de justice traite les jeunes contrevenants violents et rcidivistes, a crit le ministre de la Justice, Rob Nicholson, dans une note confidentielle adresse ses collgues du conseil des ministres.

Stephen Harper a annonc cette semaine quil voulait serrer la vis aux jeunes contrevenants qui commettent des crimes graves. Photo darchives Reuters

Le gouvernement Harper ne va pas jusqu proposer denvoyer les jeunes dlinquants coupables dans des prisons pour adultes et il laisse chacune des provinces le soin de dterminer lge minimal o lon peut commencer appliquer des peines plus lourdes (16ans au Qubec), mais il propose que le nom de ceux qui ont commis des crimes violents graves (meurtre, tentative de meurtre, agression sexuelle) soit dsormais connu du public.

La raison? Actuellement, un jeune reconnu coupable dun crime violent grave peut tre remis en libert sous le couvert de lanonymat. Par exemple, les parents peuvent ignorer totalement quun dlinquant sexuel condamn vit prs de chez eux, crit le ministre Nicholson. Dans de telles circonstances, nous devons donner aux tribunaux une plus grande discrtion de rendre public le nom des jeunes contrevenants quand la protection de la socit est en jeu.

Chasse aux sorcires

Bonjour la chasse aux sorcires! Cest long, une vie, quand on a une lettre carlate sur labdomen. Quand on discute de ce sujet, il faut penser de faon cartsienne et non se laisser guider par ses motions. Selon les donnes les plus rcentes de Statistique Canada, qui remontent 2006, la criminalit au pays est son niveau le plus bas en 25ans, et le Qubec a enregistr une baisse de 4% de la criminalit chez les jeunes.

Cela dit, il faut noter que, pour cette mme anne de rfrence, 84jeunes Canadiens ont t inculps dhomicide, le plus fort taux dinculpation depuis 1961. Les criminologues notent ainsi que le taux de crimes violents stagne autant chez les adultes que chez les jeunes de moins de 18ans. Et, comme le notait le dput bloquiste et ancien ministre de la Scurit publique, Serge Mnard, les cas de jeunes contrevenants accuss de meurtre prmdit sont rarissimes.

Lide de durcir les peines peut paratre rationnelle, mais cest une mesure inefficace. Le meilleur exemple nous vient de nos voisins. Les tats-Unis, cest bien connu, sont un pays o la svrit des peines est exemplaire. Depuis 1964, le taux de criminalit a bondi de 350%. Est-ce ncessaire de rappeler que la peine de mort existe encore dans 35tats? Nest-ce pas une preuve que la technique du bton de la dissuasion ne fonctionne pas? On serait tent de rpondre que oui.

Lapproche qubcoise
en matire de dlinquance juvnile est de miser sur la rhabilitation au lieu de lincarcration. Cette approche a, jusquici, t payante.

Prison vie 13 ans!

En 2005, Amnistie internationale et lorganisme Human Rights Watch ont dnombr 2225jeunes contrevenants certains ayant peine 13ans! condamns la prison vie aux tats-Unis contre une douzaine de cas dans le reste du monde, et ces cas taient concentrs dans trois pays: Isral, Afrique du Sud et Tanzanie. Veut-on vraiment copier le modle amricain? On serait tent de rpondre par la ngative.

En 2008-2009, il y avait 1898jeunes de 12 17ans en prison au Canada, ce qui reprsente 5,1% de la population carcrale. Selon une donne tire de la Stratgie nationale pour la prvention du crime, il en cote 511500$ la socit pour prendre en charge un jeune dlinquant jusqu sa majorit. Le rle du gouvernement du Canada, surtout en priode de crise conomique et de dficit chronique, est de contrler les dpenses de ltat, pas dapaiser les angoisses irrationnelles de la population.

Depuis les annes 1950, lapproche qubcoise en matire de dlinquance juvnile a toujours t de miser sur la rhabilitation au lieu de lincarcration. Cette approche a, jusquici, t payante et elle fait consensus aussi bien chez les criminologues qubcois quau sein de la classe politique, dont le premier ministre Jean Charest.

Je ne sais pas pour vous, mais le concept de laisser une seconde chance au coureur quand il est au dbut de sa vie est lessence mme dune socit moderne. quoi bon mettre un adolescent de 14ans derrire les barreaux perptuit quand on sait que cette mesure de rpression nen dissuade pas dautres de commettre des gestes violents? Et si ctait votre cousin, la fille de votre voisin, votre fils, votre nice? Mme les religions les plus austres reconnaissent le droit lerreur et la rdemption.

Prenons un exemple. En 2007, un adolescent de Montral a assassin Francesca St-Pierre. Les deux ados taient sous le joug de la Direction de la protection de la jeunesse et vivaient dans le mme foyer de groupe pour les jeunes souffrant de problmes de sant mentale. Sous le coup dune impulsion malsaine, le jeune de 15ans a dcid de mutiler ladolescente de 14ans et de la laisser pour morte dans un foss de Rivire-des-Prairies. La peine maximale pour ce genre de crime est de quatre ans en garde ferme, quatre ans pendant lesquels le jeune est suivi pas pas et reoit de laide.

Le shrif Harper pense quil faut faire une croix sur ce jeune homme et lemprisonner pour le reste de sa vie pour le punir et dissuader ceux qui voudraient imiter de tels gestes. Dans son raisonnement, le shrif Harper oublie quil y a un tas de problmes sociaux en amont qui ont fini par causer un embcle et que cet embcle a fini par cder.