Rue Frontenac - Beaucoup de travail pour les unités spéciales à l’entraînement






Beaucoup de travail pour les unités spéciales à l’entraînement PDF Imprimer Envoyer
Sports - Alouettes
Écrit par Charles Poulin   
Mardi, 28 juin 2011 18:37

Les unités spéciales étaient à l’honneur, mardi, pendant la séance d’entraînement. Facilement 50% des jeux ont été consacrés aux bottés et aux retours. Comme Sean Whyte sera le botteur des Alouettes jeudi, il a obtenu la grande majorité des occasions en pratique.

Sandro DeAngelis et lui étaient d’ailleurs les premiers joueurs sur le terrain, presque une heure avant les autres, à pratiquer leurs dégagements.

On pourrait croire que la piètre performance des Alouettes dans cette facette du jeu, jeudi dernier, à Hamilton (deux retours de touchés concédés, un ballon échappé) aurait convaincu l’entraîneur Marc Trestman de leur consacrer plus de temps.

«Non, ce n’est pas à cause de ce qui s’est produit à Hamilton, soutient-il. C’est une pratique habituelle pour le jour trois de notre horaire.»

Trestman a été invité par les médias à revenir sur les bourdes commises par ses joueurs, et il a estimé que ce n’était pas des problèmes systémiques.

«Les accrocs étaient reliés à un ou deux joueurs, pas à la première unité en générale, souligne-t-il. Je pense que sur la ligne arrière, nous n’avions même pas nos gars de la première équipe.»

«Mais, c’est sûr, deux touchés accordés remettent les choses en perspective, ajoute-t-il. Ça sert de référence. C’est une excellente leçon que nous ne pouvons nous permettre de relâchement. Je crois que nous serons en meilleure forme cette semaine.»

Sean Whyte non plus n’a pas vu dans tout ce travail du temps supplémentaire pour les unités spéciales.

« C’était assez normal, croit-il. Mais c’est sûr qu’il faut être plus concentré au sein des unités spéciales. »

« Il faut vouloir »

Trestman a aussi indiqué que les unités spéciales avaient une place de choix dans la stratégie des Alouettes, et que les joueurs qui y évoluent doivent livrer la marchandise.

« Il faut qu’ils veulent d’abord être sur les unités spéciales, tranche-t-il. Ils doivent être prêts à participer à une ou deux formations et à être physiques. Leur tête doit être au bon endroit, parce qu’il y a du monde qui arrive de partout. »

Pour ce qui est de son type de botteur de dégagement favori, Trestman affirme qu’un botteur précis est ce qu’il y a de mieux.

« Un bon botteur a l’habileté de placer le ballon, explique-t-il. C’est primordial dans cette ligue. C’est plus important que la distance parce que ça nous donne le temps de nous placer sur le terrain pour éviter de longs retours. »

Commentaires (0)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy