Rue Frontenac - Une fête pour le 10e anniversaire du Sommet des Amériques






Une fête pour le 10e anniversaire du Sommet des Amériques PDF Imprimer Envoyer
Spectacles - Théâtre
Écrit par Claude Giguère   
Vendredi, 15 avril 2011 19:44
Mise à jour le Samedi, 16 avril 2011 08:44

Quand Paul Cargnello et Norman Nawrocki vont monter sur scène à Québec samedi soir pour souligner le dixième anniversaire de la résistance populaire sans précédent vue lors Sommet des Amériques, ces événements marquants seront tous frais à leur mémoire. Ces deux artistes, et les autres qui vont participer à ce concert commémoratif, ont vécu de près ces quelques jours qui ont marqué leur parcours artistique et militant.

 

Il y a dix ans aujourd'hui, le Sommet des Amériques (SDA) battait son plein dans la ville de Québec. Du 20 au 22 avril 2001, les chefs d'État des Amériques, exception faite de Cuba, s'étaient barricadés au centre-ville afin de discuter de l'instauration de la Zone de libre échange des Amériques (ZLEA).

Des dizaines de milliers de manifestants les ont défiés, ainsi que les policiers chargés de la protection du périmètre dans lequel une brèche fut ouverte lors de la plus importante journée de protestation, le samedi 21 avril.

Dans les semaines et les jours précédant le SDA, et même pendant l'événement lui-même, divers spectacles ont été présentés en vue de mobiliser et rassembler les protestataires.

Paul Cargnello. Photo d'archives Benoit Pelosse

Paul Cargnello, qui était à la barre du groupe The Vendettas à cette époque, se souviendra à jamais de la prestation qu'il a donnée à l'Îlot Fleuri, l'un des centres de convergence des manifestants, sous les défuntes bretelles de l'autoroute Dufferin. « Nous devions jouer avec Propagandhi, mais ils avaient été arrêtés par la police et n'ont pas pu faire le show. Cependant, Jello Biafra, qui était venu à Québec donner une conférence, a assisté à notre spectacle, nous avons eu l'occasion de le rencontrer et ce fut marquant pour nous » explique-t-il.

Outre cette rencontre, Paul Cargnello explique que c'est la convergence de nombreux artistes engagés vers Québec qui l'a le plus marqué. « Plusieurs personnes que j'ai rencontrées à ce moment sont restées dans ma vie » dit-il, quelques jours avant de reprendre la route vers Québec pour le spectacle commémoratif. « J'étais jeune à ce moment, j'avais 21 ans... réfléchit-il à voix haute. C'est un événement qui a marqué toute une génération car des milliers de personnes avec les mêmes sensibilités se sont retrouvées ensemble. J'étais déjà un artiste engagé mais ça a renforcé mes convictions de voir tant de gens luttant contre la pauvreté et pour plus de justice sociale. »

Norman Nawrocki, artiste aux multiples facettes - il est musicien, compositeur-interprète, auteur, acteur et producteur -, a aussi participé, sur scène et dans la rue, aux manifestations du SDA il y a dix ans. « Quel souvenir... wow ! Les plus belles manifestations que j'ai vues et aussi toute une démonstration et une explosion de créativité dans les rues de cette ville déjà si belle. Je n'ai jamais rien vu de comparable pendant des décennies de militance » explique-t-il. « Jamais vu non plus autant de gaz lacrymogènes ainsi qu'un si fort esprit de résistance. Ces gens qui dansaient dans la fumée, les prestations à l'Îlot Fleuri, la musique, les raves la nuit, les tam tam, avec le bruit des hélicoptères, c'était mémorable. »

Pendant ces jours agités, Norman Nawrocki a joué sur différentes scènes et lors de prestations improvisées dans la rue, des moments qui ont été immortalisés sur pellicule car il était suivi par l'équipe de tournage du documentaire Musiques rebelles Québec, lequel a aussi présenté le parcours artistique et activiste de Loco Locass, de Landriault et d'Acalanto.

Les manifestations entourant le SDA et l'implication de nombreux artistes auront été, pour Nawrocki, révélatrices de l'importance de leur place dans les luttes sociales. « J'étais déjà sur la voie de la résistance, je ne peux dire que ça m'a changé, je suis le même chemin depuis ce temps, mais il reste que ce fut une affirmation du rôle des artistes qui doivent être là pour témoigner de ce qui se passe et participer au discours public touchant des enjeux comme la ZLEA. » Comme Cargnello, il dit avoir été marqué par « un niveau de créativité incroyable ».

Rien n'a changé...

Près d'un an après la tenue du G20 à Toronto, autre grand rendez-vous de protestation qui s'est soldé par plus d'un millier d'arrestations, Cargnello et Nawrocki se désolent que la répression de la dissidence soit encore une réalité, mais ne baissent pas les bras pour autant. « Les méthodes policières ont été encore pires, ce qui peut sembler logique puisque les gens étaient forts dans la rue et que les forces de l'ordre ont répondu avec une force encore plus grande, dit Nawrocki. À Toronto, leur comportement a été carrément vicieux, c'était des Robocops distants et anonymes qui ne se sont même pas gênés pour attaquer les gens devant les médias. »

Cargnello, pour sa part, a lui aussi vécu difficilement ces événements. « Je suis toujours découragé et optimiste à la fois, dit-il à propos de son analyse de la résistance sociale et de la répression. C'est une vraie dichotomie, mais c'est ça la vie d'artiste, on frappe parfois des murs tout en constatant que chaque génération a ses contestataires, ce qui permet de garder espoir. Je ne suis qu'un artiste, je ne peux changer le monde à moi seul, mais je peux être partie prenante d'un mouvement global. À Toronto, les gens ont compris les dangers d'un État policier, et ce malgré que les médias ont tenté de faire passer les manifestants pour de simples casseurs. »

Après le spectacle de samedi soir à Québec, Cargnello reviendra à Montréal pour terminer de préparer sa participation à un autre spectacle fait au bénéfice d'une cause qui lui tient à coeur, celle des personnes en situation d'itinérance. Le 5 mai, il montera sur la scène du Club Soda lors du Solidari-Show, aux côtés de Mamselle, Alfa Rococo, Karma Atchykah, Fabrice Koffy et Karkwa. C'est l'organisme Sac à dos, dont il est porte-parole, qui est l'initiateur de cet événement.

• Spectacle : 10 ans après le Sommet des Amériques, les luttes continuent, le samedi 16 avril, 20h, Bateau De Nuit, 275, rue Saint-Jean, Québec. Avec Paul Cargnello, Hélène Matte, Norman Nawrocki et Charlie Foxtrot, Tint@nar, Dj's Rough and Tough

• Pour en savoir plus:
www.reseauforum.org/10ans

www.paulcargnello.com
http://www.nothingness.org/music/rhythm/fr/index.html

Commentaires (0)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy