Rue Frontenac - La Saint-Jean des Humoristes – Drôlement hors thématique






La Saint-Jean des Humoristes – Drôlement hors thématique PDF Imprimer Envoyer
Spectacles - Humour
Écrit par Pascale Lévesque   
Vendredi, 24 juin 2011 14:12
Mise à jour le Vendredi, 24 juin 2011 15:33

Fêter la Saint-Jean en chansons est un concept qu’on connaît. Maintenant que le parti politique qui prône la souveraineté est devenu «une joke», pourquoi ne pas célébrer notre Fête nationale en humour?

Oh, je vous entends… et je vous écoute aussi. Laissons les mots d’esprit aux vrais professionnels. Des pros, justement, comme Martin Petit et Laurent Paquin qui ont animé la toute première Saint-Jean des humoristes jeudi soir au Club Soda. Une initiative qu’on salue et qui visiblement était attendue du public qui a comblé la salle.

Pour les épauler, un chapelet impressionnant de comiques vétérans et de la relève. Jean-François Mercier, Dominic et Martin, Dominic Paquet, Sylvain Larocque, Nabila Ben Youssef, Pierre Hébert, Simon Gouache, Cathleen Rouleau, Geneviève Gagnon, et j’en passe.

Une occasion pour chacun d’écorcher la vedette politique du moment Pauline Marois, de servir quelques traditionnelles moqueries sur Stephen Harper, la monarchie, le Canada anglais et le concept du nationalisme québécois. Toujours de mise à la Saint-Jean comme des vieilles chansons de Robert Charlebois.

Il fallait écouter les liens des deux animateurs, Martin Petit et Laurent Paquin, pour se rappeler qu’il s’agissait d’un show de la Saint-Jean. Photo Pascal Ratthé

«Y’as tu des filles qui ont des brassières bleues?» a demandé d’entrée de jeu Martin Petit à la foule, avant d’enchaîner très sarcastiquement avec «je sens que ça va passer à l’histoire, parce que la souveraineté, on sent que c’est proche!»

N’empêche, pour la suite, l’humour n’était pas aussi bleu Québec que les ballons qui ornaient les murs de la salle. Comprendre, même si le spectacle était une fête de la Saint-Jean Baptiste, le contenu des numéros présentés par les humoristes qui ont défilé sur la scène ne suivaient pas la thématique de l’événement. Mis à part les quelques liens de Martin Petit et Laurent Paquin, ainsi qu’un excellent numéro fait exprès pour l’occasion par Poudy, alias Martin Perizzolo, un feu-personnage du Gros Show qu’il a été très bon de revoir. Pour le reste, nombreux ont testé du matériel en vue des galas Juste pour rire qui auront lieu en juillet, dont Jean-François Mercier qui a clôturé le spectacle.

Dominic et Martin faisaient partie de l’impressionnante distribution de la soirée. Photo Pascal Ratthé

Mais attention, à la décharge des comiques, il est important de souligner qu’ils étaient tous bénévoles pour cette soirée. Les profits allant aux Humoristes associés (HA), une organisation fondée il y a deux ans et vouée au réseautage et à l'entraide entre les pairs. Rendu là, ils peuvent bien nous servir ce qu’ils veulent en autant qu’on rit.

Sans oublier que le spectacle dans son ensemble était plutôt excellent, en fait, il n’y a pas vraiment eu de temps mort. Plutôt de belles découvertes… de très belles et intéressantes découvertes.

À commencer par François Bellefeuille, qui a remporté le prix de la relève au Festival Juste pour rire 2010. Le vétérinaire reconverti en humoriste a gagné la seule ovation debout de la soirée, si on exclut la finale du spectacle. Ceux qui le connaissent auront remarqué qu’il est plus modulé dans sa livraison, unique en son genre. Ce qui donne à ses textes, brillants, toute la valeur qu’ils méritent.

Tut tut tulut (Marie-C. Lachance, Mathilde Laurier et Linda Bouchard) un trio féminin à surveiller. Photo Pascal Ratthé

Une autre trouvaille: le trio féminin Tut tut tulut composé de Marie-C. Lachance (mieux connue sur le pseudonyme de «L’Assistante» pour avoir assisté Martin Petit dans la mise en scène de son one man show), Mathilde Laurier et Linda Bouchard. Des filles qui font de l’humour avec une touche féminine en chansons, sans chercher à faire des jokes de filles… ou des jokes de gars saucées dans le rose. Enfin bref, ça se résume ainsi: un trio authentiquement drôle qui n’emprunte pas son style à personne et qui est assurément à surveiller.

Sans s’étaler sur les autres performances, disons simplement que le public fan d’humour en a vraiment eu pour son argent. N’empêche, comme le spectacle se présente comme «La Saint-Jean» des humoristes, il faudrait peut-être songer à mieux équilibrer son contenu si le concept revient l’an prochain. Simplement en y ajoutant deux ou trois numéros supplémentaires sur la fête comme tel. Peut-être en reprenant des classiques de l’humour comme ceux d’Yvon Deschamps, exactement comme on le fait en chansons en reprenant à chaque 24 juin, des classiques de notre répertoire, de Claude Léveillée aux Colocs.

À nos comiques de créer l’histoire et d’installer cette tradition d’humour dans la célébration de notre Fête nationale. Car avouons le, ce serait plutôt logique qu’on passe cette journée en riant, nous, peuple parmi les plus drôles au monde…

Commentaires (0)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy