Rue Frontenac - Grand événement du FIJM — Misteur Valaire en version amplifiée






Grand événement du FIJM — Misteur Valaire en version amplifiée PDF Imprimer Envoyer
Spectacles - Festival de jazz
Écrit par Philippe Renault   
Lundi, 27 juin 2011 10:27
Mise à jour le Lundi, 27 juin 2011 10:52

Entre deux périples en Europe, Misteur Valaire s'apprête à vivre sa plus imposante expérience scénique dans le cadre du Festival international de jazz de Montréal. Le jeune groupe sherbrookois assurera rien de moins que le Grand événement, mardi soir.

Lorsqu'on connaît son dynamisme et son côté tape-à-l'oeil toujours présents lors de ses prestations, on ne doute pas de la pertinence d'avoir fait appel à ses services pour animer la Place des festivals ce mardi soir.

« Je pense que c'est la plus belle fête qu'on peut faire au Québec, note sans hésitation Luis, le percusionniste. On nous avait proposé de le faire l'an passé, mais finalement on était en Europe. Finalement, c'est une bonne chose que ça se passe cette année. »

En effet, le momentum ne pourrait être meilleur. L'album Golden Bombay, qui a fait atteindre des sommets de popularité à Misteur Valaire grâce à ses inclinaises pop fort prononcées, a eu le temps de faire son chemin, à l'instar de la nouvelle tournée qui est parfaitement rodée.

« Le timing est bon. On a fait deux fois le Métropolis et ça marchait. C'est une grosse suite des choses qui nous permet de toucher le reste du monde qui n'a pas nécessairement goûté à notre musique », estime-t-il.

Notons malgré tout que bien des gens ont déjà « goûté » à leurs mélodies accrocheuses et richement orchestrées. Depuis son lancement, plus de 20 000 fans se sont procurés Golden Bombay, que se soit en version physique, numérique payante ou encore en téléchargement au prix désiré.

Parce qu'une fois de plus, il est possible d'obtenir une version numérique de l'album contre le montant de son choix. Le groupe avait déjà tenté l'expérience de la gratuité en 2007 pour son second effort, Friterday Night, téléchargé près de 50 000 fois. Ça, c'était avant que Radiohead tente ce concept qui a tant fait jaser sur la planète!

Pour Misteur Valaire le moment ne pourrait être mieux choisi pour assuré un Grand événement au Festival international de jazz de Montréal. Photo Rogerio Barbosa

« Tout sera amplifié et grossis »

Donc, si on additionne les dizaine des milliers d'amateurs déjà entichés de MV aux nombreux curieux qui désirent découvrir la jeune formation électro-pop, on peut s'attendre à une belle marée de monde sur la Place des festivals sur le coup de 21h30.

On se demande maintenant qu'est-ce qu'ils peuvent bien mijoter pour leur en mettre plein la vue.

« Notre but n'est pas de révolutionner le spectacle par nos compositions. On veut juste le faire grossir. On s'en vient de plus en plus efficace, on a trouvé des atouts pour aller chercher les foules plus facilement », résume Luis.

D'accord, mais tout cela est plutôt vague. Qu'en sera-t-il de l'aspect visuel, des collaborations avec d'autres musiciens, de la mise en scène?

« On prend notre spectacle et on le multiplie par un chiffre quelconque. Tout est amplifié et grossis, avec encore plus d'invités surprise. Brigitte Poupart travaille encore à la mise en scène et le côté visuel sera augmenté. Lors de nos spectacles au Métropolis, on avait une série de télés. Ça va grossir pour que tout prenne de l'ampleur », poursuit-il.

Des propos un peu plus précis, mais qui laissent encore la place aux surprises. Et c'est ce qu'on aime de Misteur Valaire!

Intérêt grandissant

Et de toute évidence, les Français aussi apprécient leur folie bien orchestrée. L'engouement sur l'autre continent ne cesse de grandir.

« Chaque fois qu'on y va on effectue un grand pas. C'est encourageant. Nous avons une équipe hyper rassurante là-bas », considère Luis.

Le dernier voyage de MV en France s'est d'ailleurs soldé par le lancement de Golden Bombay en format physique. Cela signifie donc que le succès de la plus récente tournée reposait uniquement sur l'enthousiasme provoqué par la version téléchargeable du disque.

« On a eu la chance de tourner seulement grâce à Internet. Cela nous a permis de voir qu'il y avait quand même de intérêt car l'album était beaucoup téléchargé. On a eu environ 25 dates comme tête d'affiche. De belles dates dans de belles salles. »

Dans ce cas, pourquoi tenir à ce point à ce que Golden Bombay fasse son apparition chez les disquaires français?

« C'est quand même un bon support. Déjà au Québec, pour chaque téléchargement il y a un paquet de ventes en magasins. En France et en Europe, il y a beaucoup de monde. Si ça lève, cela peut vraiment nous aider à rentabiliser nos tournées. On dépend encore des subventions.

« Et en France, c'est hyper restrictif pour les téléchargements. Le gouvernement a entre autres passé une loi qui coupe l'accès à internet si les gens se font prendre à télécharger de la musique. Les grandes compagnies de disques sont fortes et veulent protéger les CD et les ventes physiques », enchaîne-t-il.

L'arrivée du CD sur les tablettes ne peut donc qu'être bénéfique pour le prochain périple en France, en Belgique et en Allemagne le mois prochain.

Commentaires (0)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy