PDF Imprimer Envoyer
Spectacles - Festival de jazz
Écrit par Philippe Rezzonico   
Samedi, 25 juin 2011 12:55
Mise à jour le Lundi, 27 juin 2011 12:51

Il ne voulait plus partir. On ne voulait pas sen aller. Le premier des deux concerts de Prince au Mtropolis dans le cadre du FIJM, prsent dans la nuit du 24 au 25 juin, aura t de lordre de ces spectacles de lgende dont on se souvient des dcennies plus tard.

Ceux qui font lhistoire. Ceux dont on peut dire: jy tais.

Mont sur les planches 23h30 tapant, Prince a quitt la scne quatre heures plus tard, au terme dune performance qui tenait autant de la liesse et de la communion collective que du party le plus festif qui soit.

certains gards, le Prince du funk a utilis un peu le mme subterfuge quil y a une dcennie, Wilfrid-Pelletier, optant pour une premire portion de show (ou un premier tiers, on sest un peu perdu dans lespace-temps, l) exempte de succs radiophoniques, mais il na pas tent de jouer lextrme la carte du jazz-fusion, prfrant assner de monumentales claques de funk btonn une salle comble comble.

Prince, las de la guitare, tait compltement dchan. Photo Pascal Ratth

Qua-t-on pris dans la gueule durant ce marathon? Euh Tout ce quon dsirait. Et plus encore.

Pendant une heure et 45 minutes, Prince a largu ses bombes funk atomiques du genre Controversy (dlire totale dans le Mtropolis avec les strobs), mais a aussi revisit des classiques de contemporains. Sa relecture de Crimson and Clover, de Tommy James & the Shondells, tait un modle du genre, rayon intgration de styles. Dpart lent, guitare tranchante, progression avec mesure battue par la foule et lumires blanches sur le public. Pas peine remis que la guitariste chanteuse de Prince enchane avec Waiting In Vain, de Bob Marley.

James et Sly

Parfois, Prince cdait le plancher Maceo Parker, pour une livraison frntique de Pass the Peas, de James Brown, au dbut du premier rappel, minuit 45. Logique, Maceo, ctait le saxo de James, ds les annes 1960. a ne parait pas quil a 68 ans, le monsieur

Ds fois, Prince reprenait une chanson au pied de la lettre, comme Everday People, de Sly and the Family Stone, laissant la foule la chanter lunisson. Pas de bombes de sa part, donc, mais des relectures et intgrations musicales couper le souffle. Pour vous dire, il aurait ferm boutique 1h15 du matin, jaurais t pleinement satisfait.

Et cest l que cest devenu rigolo.

Musiciens qui sortent de scne, fans qui applaudissent parce quils veulent un deuxime rappel. Classique. Mais mme si les lumires sur scne sont toujours teintes, aprs huit minutes, montre en mains, tu te dis quon a fait a pour rien.

La foule a chant Purple Rain, avec Prince, sen pter les cordes vocales. Photo Pascal Ratth

Et non. Prince et sa gang reviennent, sinstallent, bruits diffus de claviers dans larrire champ, puis, Prince lance: Dearly beloved

Les premiers mots de Lets Go Crazy!! Si 2,300 personnes peuvent avoir un orgasme collectif sans se toucher, a a du tre l. Lance 200 miles lheure, le classique a eu droit une intgration dynamite de Delirium, avant de boucler la boucle. Prince, las de la guitare, tait compltement dchan, jouant debout, genoux ou avec la guitare au-dessus de sa tte.

Et ce fut la cascade: 1999 a fait lever le plafond et crouler le plancher. Pas eu le temps de sen remettre, ce fut Little Red Corvette, durant laquelle Prince lche sa guitare dans une finale allonge soft, y allant de sa gestuelle la plus sensuelle. Frnsie totale.

Et a repart

Bon. Merci. Bonsoir! Mais l, mme si les lumires se sont rallumes (signal du retour la maison), la foule, cette fois, ne bouge pas dun pouce et crie dune seule voix. Et aprs cinq minutes de ce boucan, le band remonte sur scne! Il est une heure quarante-cinq du matin pour ce troisime rappel. Et on repart pour une autre demi-heure hallucinante, ponctue dune Musicology danthologie. L, tous les superlatifs sont dpasss, on sait que lon voit le show de lanne.

Autre sortie, la porte du ct ouest du Mtropolis souvre. Cest fini? On ne bouge pas. Rendu l, tout est possible. Tout le monde ou presque hurle Purple Rain. Non. Prince revient, seul la guitare, pour un slow que je nai pas reconnu. Cest quand mme la fin, non? Ben, non.

Le band rapplique encore et met le feu aux poudres avec Thank You (Falettinme Be Mice Elf Agin), de Sly, qui est suivie de Play That Funky Music, de Wild Cherry. Crevs, fatigus, puiss, pas grave Tout le monde est sur ladrnaline du moment et danse de faon perdue. Cest labandon total. Le moment o tout le monde a oubli jusqu son nom et nest plus que de chair et de musique. Indescriptible!

Prince a livr son premier rappel minuit45 et a envoy les gens se coucher 3h30. Photo Pascal Ratth

Autre sortie. L, on a compris le truc. On sait que Prince va fermer le bar trois heures. Mais on joue le jeu. Autre retour. Autre dlire. Autre sortie. Je regarde lheure. Deux heures cinquante. Je dis ma copine que l, cest sr quil clt avec Purple Rain, elle dure dix minutes. Et Purple Rain, on a eu. Et le gars derrire moi a failli se rpandre. Et la foule la chante sen pter les cordes vocales. Et tout le monde tait heureux quand le Prince a salu tout le monde trois heures du mat.

Pass le last call

Ouf Gnial. Bon, on sen va? Tiens, tiens. Les lumires sont toujours teintes. Non Il ne va pas. Pas quand mme. Si!

Je veux appeler la maison. Etes-vous en train de me dire que je suis la maison? a demand Prince.

La clameur de la foule est arrive en simultan avec les premires mesures de Raspberry Beret. Flicit totale, bonheur, name it. Il y a pas un tre humain qui ntait pas heureux ce moment-l, sauf peut-tre le portier, sil est pay la soire de travail et non lheure.

Et a continuait; Cream, dans le tapis, et puis Dont Stop Till You Get Enough, de Michael. Ca prenait bien une chanson de Michael, non? Puis, Prince a enchan avec Cool en lanant: Montreal!!! Are you hot?

Tu parles. Mais cette fois, ctait la bonne. Deuxime service demain. Euh Pardon. Ce soir. Dans quelques heures.

Commentaires (0)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy