Rue Frontenac - Si Erik Guay était hockeyeur au lieu de skieur...






Si Erik Guay était hockeyeur au lieu de skieur... PDF Imprimer Envoyer
La chronique de Pierre Durocher
Jeudi, 04 février 2010 09:21

Montréal vit tellement au rythme de son équipe de hockey que cela doit parfois être frustrant pour les athlètes des autres sports.

J'étais sur la passerelle des journalistes mardi soir au Centre Bell afin de couvrir l'excellent match entre le Canadien et les Canucks de Vancouver.

À deux occasions, on a montré, sur l'écran géant, le skieur Erik Guay, qui était assis dans les gradins aux côtés de Julien Cousineau, un autre membre de l'équipe nationale. Il n'y a pratiquement eu aucune réaction dans la foule.

J'étais mal à l'aise pour ces athlètes d'élite.

A-t-on oublié que les Jeux olympiques de Vancouver débuteront dans huit jours et que Guay, un athlète de Mont-Tremblant, représente un sérieux espoir de médaille ?

C'est désolant. Comme si ce n'était pas assez insultant, son prénom n'était même pas écrit de la bonne façon à l'écran !

Athlète remarquable

Guay est un athlète remarquable, que j'ai eu la chance de connaître en couvrant les Championnats du monde de ski alpin à Bormio, en Italie, en 2005, pendant que les activités de la LNH étaient paralysées par un lock-out.

Malgré ses 10 podiums en Coupe du monde, Erik Guay est relativement peu connu au Québec. Photo Reuters

Pour votre information, aucun autre skieur membre de l'actuelle équipe nationale ne compte autant de présences sur le podium en Coupe du monde que Guay, soit un total de 10.

Saviez-vous qu'en descente, les skieurs filent jusqu'à 130 kilomètres à l'heure sur des pistes dures comme du béton ? Ça prend du courage, mes amis.

On peut rappeler que Guay a terminé quatrième, à un petit dixième de seconde du podium, lors du super-G des Jeux olympiques de 2006 à Turin. Il occupe présentement le sixième rang mondial dans cette spécialité.

Mais bon, d'être l'un des cinq ou six meilleurs skieurs alpins de la planète ne semble pas suffisant pour sortir de l'ombre au Québec, malgré tous les textes que notre confrère Mario Brisebois a pu écrire au sujet de nos meilleurs skieurs au fil des ans. Ça doit être frustrant.

Il est connu... en Europe

Guay serait 100 fois plus connu s'il jouait au sein du quatrième trio pour le Canadien ! C'est la réalité et ça ne risque pas de changer bientôt, malheureusement. Par contre, le skieur de Mont-Tremblant ne peut pas déambuler dans les rues d'Innsbruck, en Autriche, sans se faire reconnaître.

Autre pays, autre sport numéro 1.

Soit dit en passant, Guay raffole de hockey. Il est d'ailleurs un bon patineur et au début de sa carrière sur la scène internationale, il transportait même son équipement de hockeyeur en Europe afin de disputer des matchs amicaux avec d'autres skieurs, comme le champion Bode Miller.

Je souhaite de tout cœur à Erik Guay de monter sur le podium à Whistler afin qu'il soit ensuite invité à revenir au Centre Bell pour obtenir la reconnaissance qu'il mérite.

Car c'est bien connu qu'au Canada, seuls les athlètes qui remportent des médailles aux Jeux olympiques parviennent à s'extirper de l'anonymat, ce qui est déplorable.

Saison remplie d'imprévus

Bon, revenons au hockey puisque c'est votre sujet préféré. Les partisans du Canadien passent par toute la gamme des émotions ces temps-ci tellement leur équipe favorite est imprévisible. Elle gagne des matchs lorsqu'on s'attend à des défaites de sa part et elle perd des parties qu'elle devrait gagner.

Il faut cependant reconnaître que rien ne se passe comme prévu cette saison dans la LNH. Qui avait prédit que les Bruins, auteurs d'une récolte de 116 points la saison dernière, se retrouveraient en 12e position au classement après 54 matchs cette saison ?

J'espère que Claude Julien ne finira pas par payer le prix.

Pouvait-on prévoir que les Sénateurs allaient remporter dix victoires de suite après avoir perdu cinq rencontres d'affilée au début de janvier ? C'est fou ce que les retours au jeu de Daniel Alfredsson et de Jason Spezza ont pu avoir comme impact.

Et il y a les Devils qui ont soudainement perdu leur recette victorieuse.

Dans l'Ouest, qui avait prédit que les Coyotes, les Kings et l'Avalanche occuperaient respectivement les 4e, 5e et 6e positions au classement et que les Red Wings se retrouveraient au 9e rang ?

Plusieurs directeurs généraux commencent à être nerveux et Brian Burke a secoué le monde du hockey en début de semaine en concluant deux transactions majeures qui ont amené à Toronto Dion Phaneuf et Jean-Sébastien Giguère.

Gainey peut-il encore échanger Halak ?

À Montréal, on se demande tous si Bob Gainey bougera avant la pause olympique (les échanges ne sont pas permis durant les Jeux) ou encore avant la date limite des échaanges, le 3 mars à 15 heures.

Jacques Demers a émis l'opinion cette semaine que le Canadien ne peut plus échanger Jaroslav Halak maintenant que le Slovaque a subtilisé le poste de gardien numéro 1 à Carey Price.

Je ne partage pas son avis, même si je reconnais que Halak peut sauver la saison du CH tellement il semble être en état de grâce.

Le Canadien mise sur deux gardiens numéro 1 et il y en a un de trop.

Tôt ou tard, Gainey et Jacques Martin devront prendre une décision. Si une équipe y va d'une offre intéressante pour les services de Halak, Gainey pourrait bien le laisser partir s'il juge qu'il peut améliorer sa formation, qui a des lacunes à corriger autant à la défense qu'à l'attaque.

Martin Brodeur, dans sa dernière chronique sur Rue Frontenac, avait raison d'écrire que le Tricolore devra se brancher et qu'il faudra que ses dirigeants fournissent ensuite à l'heureux élu un appui inconditionnel.

Car deux gardiens numéro 1 dans la même formation, ça ne peut pas fonctionner à long terme. Ça devient invivable pour celui qui joue moins souvent. Il se sent victime d'injustice et son négativisme peut nuire à l'esprit d'équipe.

Commentaires (11)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
tout a fait d'accord
0
@Marc
Je suis tout a fait d'accord avec vous. Partout on parle que du Canadien...
Quel gardien ce soir?
Quel genre de trio que Jacques Martin va nous montrer?
Quel bobette que Price va porter ou c'est quoi que Gionta a manger comme petit dejeuner?

Je dois toutefois lever mon chapeau aux journalistes du Canadien (je ne peux pas dire que ce sont des journalistes sportifs, car, pour la plus part, ils ne couvrent rien d'autre que le CH)qui sont capable de nous sortir des sujets ou des textes sur le CH 365 jours par annee... Ca en devient redondant, mais bon.

Le sport amateur au Quebec est, d'apres moi, tres florissante et performante. On se demarque dans plusieurs sports hivernale et on commence a bien performer dans les sports d'ete (le soccer, le tennis et le golf comme exemple). Mais on s'en fou. Et vous pleurer la mort du baseball a Montreal? pfff belle hypocrisie!

Un exemple de question d'une journee normale dans les tribunes ''sportives'' a une station de radio sport AM a Montreal?
L'Emission matinale : Qui de Price ou Halak pour ce soir?
L'emission de 10AM a midi : Price ou Halak?
L'emission de l'apres-midi: Prix citron ou prix orange entre PRice et Halak?
L'emission du retour : Lequel des deux gardiens a plus de chance de gagner ce soir?
L'emission apres-match avec le vieux schnock : PRICEEEE ou HALLAKK auriez-vous prie?

Voyez? interessant comme scene SPORTIVE au Quebec...vraiment Marc, vous avez raison. Belle hypocrisie!
Thanh , février 12, 2010
Price a besoin de mûrir et qui de mieux pour l'aider, Guy Boucher
0
Pour le moment, Halak gagne, pourra-t'il encore gagner au rythme de plus de 40 lancer par match? Un moment donné la fatique le gagnera. Pour ce qui est de Price, il doit mûrir et qui est le mieux placer pour l'aider, bien Guy Boucher du club ferme à Hamilton. Boucher est un psychologue sportif et si j'étais à la haute direction du CH, je le ferai venir d'Hamilton à la rescousse de Price afin qu'il reprenne le goût de jouer, de rebâtir sa confiance afin qu'il retrouve son applomb qu'il avait lors de sa conquête de la Coupe Calder.
J'ai vu Boucher travailer auprès de joueurs des Voltigeurs de Drummondville lors de la Coupe Memorial 2009 en mai dernier à Rimouski, selon moi, il est l'homme de la situation pour la relance de Carey Price. Si non, Price risque de devenir un cauchemar pour le CH comme l'aura été Dug Wickenheiser.
Antoine Deraiche , février 04, 2010
demander a Georges St-Pierre
0
Il est reconnu partout au US ,mais ici s'il sort dans un bar ou n'importe quelle lieu avec de l'alcool y'aura toujours un cabochon pour vouloir se montrer plus "tof". On est pas des amateurs de hockey on est des consommateurs du canadien de montréal
J-P Coulombe , février 04, 2010
Et puis apres
0
On néglige les athlètes Olympiques... et puis après. Si les gens ne s'intéresse pas a d'autre sport que le hockey (en général, car il y a plusieurs amateur de sport en général) En ne peut pas blamer les gens et ce n'est pas a cause des journalistes et leurs journaux. C'est simplement qu'il ne s'y intéresse pas.
Personne n'écoute la soirée des masques car la plupart des gens ne vont pas au théatre et ca ne diminue pas le talent d'acteur des gens. Que voulez vous c'était au centre bell, pas au mont tremblant...
John Monds , février 04, 2010
@Alexis
0
Une toute petite remarque pour vous, Alexis Andrianis.

Si, depuis des années, vous aviez lu attentivement le Journal, qui a mis ses employés en lock-out, et depuis un an , ruefrontenac.com, vous ne porteriez pas ce jugement sévère envers les journalistes.

Mario Brisebois, l'un des journalistes des plus polyvalents au Québec, a TOUJOURS donné priorité aux athlètes du Québec dans ses reportages sur le ski, le tennis et le golf, au niveau local, canadien et international.

C'est bien beau blâmer les journalistes pour tout et pour rien, y compris la météo... mais il y a des limites.

Même avec des moyens limités depuis un an, à cause du lock-out, Mario Brisebois nous livre régulièrement des textes sur les athlètes du Québec.

Il n'est pas le seul : les Serge Vleminckx (sport étudiant), François Foisy, Louis Butcher, Dominic Fugère, Gilles Vachet et autres vétérans, informent adéquatement les lecteurs de ce site Internet, avec des sujets autres que le hockey professionnel.

Ou bien vous lisez mal, ou bien vous ne lisez pas les bons textes. Consultez régulièrement ce site, et vous verrez de vos propres yeux !

Bon jeudi à tous !

smilies/cry.gif
lecoyote63 , février 04, 2010
Halak all the way
0
D'accord avec Jacques Demers, Halak ne doit plus être échangé. Qu'on échange plutot Price, qui ne fout rien de bon.
The magic , février 04, 2010
Un petit peu hypocrite...non???
0
Heu, M. Durocher, votre article est intéressant mais si vous étiez si gêné que cela, pourquoi ne pas avoir consacré votre article au complet pour nous présenter plus en profondeur Érik Guay??? Mais non, vous même n'êtes même pas capable de vous retenir le temps d'une article de ne pas parler de hockey...est-ce en raison de votre manque de culture sportive?
Marc , février 04, 2010
Érik Guay hockeyeur au lieu de skieur
0
N’êtes-vous pas un peu responsables, vous les journalistes? En dehors de la passion olympique (à tous les 4 ans) que faites-vous pour intéresser les gens à d’autres sports que le hockey ou le baseball? Durant la période hivernale, tout ce qu’on lit au Québec c’est l’éternel (pour ne pas utiliser un qualificatif plus vulgaire) hockey... Je suis un fan de tennis; pourtant je dois fouiller dans les journaux des articles sur le tennis en période de Grand Chelem ou divers tournois. Et c’est la même chose pour d’autres sports que le hockey et baseball. Heureusement qu’il y a Internet. Fini pour moi les journaux-papier. Toutes les informations je les trouve sur Internet. À propos du jeune Érik Guay, vous avez raison. Et et plus de son talent, quelle belle personnalité il a ce jeune! Je lui souhaite les grands honneurs aux Jeux olympiques et, par la suite, un exil en Europe où il sera reconnu à sa juste valeur.
Alexis Andrianis , février 04, 2010
Vive le ski!
0
Étant un skieur de compétition, je peux vous confirmer que Erik Guay est un athlète d'exception. Cette fois-ci, il gagnera une médaille aux Jeux olympiques. Il avait été tellement malchanceux en 2006.
Étienne , février 04, 2010
Les gardiens
0
Pourquoi ne pourrait-on pas miser sur deux jeunes gardiens qui veulent être numéros 1? Cest une saine compétition, non? Si Halak ne vaut qu'un choix au repêchage, on devrait le garder à Montréal.
Serge T , février 04, 2010
Gênant, en effet
0
J'ai lu avec attention votre chronique et c'est vrai qu'on néglige nos athlètes olympiques. On s'intéresse à eux surtout durant les deux semaines que durent les Jeux. Je crois que les médias ont un rôle à jouer là-dedans...
Marc , février 04, 2010

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy