Le Québec aura fait vibrer la Bastille! Imprimer
Le blogue de Philippe Rezzonico
Mardi, 21 juin 2011 15:03

Il ne fallait pas chercher Karkwa, Pierre Lapointe, Ariane Moffatt, Yann Perreau et Marie-Jo Thério au Québec, mercredi. Ils étaient tous à Paris pour le spectacle Le Québec prend la Bastille.

Organisé par la Délégation Générale du Québec à Paris dans le cadre de la Fête de la musique, présenté - comme il se doit - sur la Place de la Bastille, ce spectacle événement était sous la direction artistique de Monique Giroux.

Paraphrasant De Gaulle, Yann Perreau a lancé en ouverture : « Vive la musique du Québec libre ! », vers 15h, heure de Montréal, avant d'interpréter Le président danse autrement.

Lors des 45 premières minutes, nous avons eu droit à des versions énergiques de Réverbère (Moffatt), Au Bar des suicidés (Lapointe), une livraison collective (avec Ariane aux avant-postes) du Chat du Café des artistes, de Ferland, ainsi qu'à un magnifique duo entre Grand Corps Malade et Yann Perreau, le Français venant livrer A Montréal.

On a d'ailleurs célébré autant le passé que le présent, les artistes d'aujourd'hui et ceux qui nous ont quittés.

Marie-Jo Thério s'est offert une version country de J'ai rencontré l'homme de ma vie, de la grande Diane; Lapointe a offert Les uns contre les autres, de Starmania; Yann a célébré Jean Leloup (1990) et Alain Bashung (Mes Prisons); alors qu'Ariane et Louis Jean-Cormier ont partagé Le tour de l'Ile, de Félix.

Et un duo coup de poing pour finir avec C'est beau comme on s'aime (Perreau) et Deux par deux rassemblés (Lapointe), celle-là, en version déjantée. On n'a pas compris pourquoi un régisseur français est venu dire aux Québécois qu'ils n'avaient pas le temps de faire la chanson de Pierre, à la fin du spectacle collectif.

Oui, la Place de la Bastille est située dans un quartier pas mal résidentiel, mais puisque Karkwa devait livrer son propre spectacle toute de suite après (passé 22h30 à Paris) ce n'était sûrement pas pour des raisons de bruit.

On a bien rit quand on a entendu Monique Giroux dire au type, de sa voix impérative: "Ça va être plus long de nous empêcher de la faire ".

Globalement, le son ne fut pas mal du tout de notre côté de l'Atlantique. Du moins, dans le cadre d'une retransmission web en direct

Karkwa a ensuite conclu ce spectacle qui était présenté en exclusivité sur le web au www.dailymotion.com avec sa propre performance. Et on pense qu'ils ont fracassé quelques vitrines des bistros ceinturant la Place de la Bastille à entendre la densité du volume de son.