Rue Frontenac - Ces vacances vous sont offertes par Radio-Canada






Ces vacances vous sont offertes par Radio-Canada PDF Imprimer Envoyer
La chronique de Patrick Gauthier
Jeudi, 23 juin 2011 12:37
Mise à jour le Jeudi, 23 juin 2011 12:44

À écouter la radio de Radio-Canada, le Québec en entier s’installe dans un hamac dès le milieu de juin pour ne reprendre ses activités normales qu’à la fête du Travail. Et tant pis pour ceux qui continuent d’avoir une vie active durant l’été.

Soyons sérieux : vous avez droit à combien de semaines de vacances par année? Trois? Quatre? Cinq si vous travaillez au même endroit depuis longtemps. Six si vous avez une vraie bonne job.

Combien de ces semaines prendrez-vous durant l’été? Deux? Trois? Quatre en sacrifiant votre congé des Fêtes et en faisant une croix sur la semaine de relâche de vos enfants?

Personnellement, j’ai rarement pris plus de deux semaines de vacances en été. Plus par obligation que par choix, je dois le préciser : un journaliste culturel qui prend « off » durant l’été des festivals, c’est un peu contreproductif.

Bref, comme la très grande majorité des Québécois, mon été ressemblera à mon printemps et je saurai qu’il est terminé lorsque le trafic doublera de densité, à la rentrée, en septembre.

Bière fraîche et cerveau lent

Toutefois, quand j’écoute la radio de la Première chaîne de Radio-Canada depuis deux semaines, j’ai l’impression qu’on me pense bien évaché dans mon hamac, une petite bière au frais et le cerveau au ralenti.

Ben non! Mon été, je le passe au travail ou en route vers le bureau. Je le passe en maintenant sensiblement le même rythme que le reste de l’année. Et, surtout, je le passe en voulant rester informé de ce qui se passe sur la planète et pas juste autour du nombril de la plupart des animateurs de remplacement qu’on nous impose.

On peut s’accommoder de l’estivalisation de certaines émissions, soit par le biais d’un changement à l’animation, soit en en allégeant le contenu.

Pas de problème, donc, avec Robert Frosi à la place de René Homier-Roy (on espère quand même que le journaliste sportif trouvera ses marques rapidement) ou avec Chantal Srivastava au micro des Années lumières à la place de Yanick Villedieu. Et n’importe qui pour remplacer Pierre « eh bien » Maisonneuve les midis, c’est déjà une amélioration de taille.

On peut aussi tolérer cette tendance vers le haut – lire : vers le léger – qu’affichent plusieurs émissions bien que tout soit question de dosage. Consacrer un segment au bbq ou aux vins rosés dans une émission, d’accord. Faire toute une émission sur le bruit que font des boules de pétanque en s’entrechoquant, c’est trop.

Mais entendre ainsi la grille chamboulée comme si toute la planète était en congé, ça dépasse l’entendement.

Première chaîne ou Espace musique?

Entendons-nous ici : le but n’est pas de critiquer la valeur des nouvelles émissions de la grille estivale, bien qu’il y en aurait long à dire à ce sujet. De la sauce féminine du show de Franco Nuovo qui tarde à prendre, à l’inexplicable retour de PM, de Patrick Masbourian – qui nous avait pourtant éblouis il n’y pas si longtemps au micro de Vous êtes ici –, en passant par l’omniprésence de la musique à la Première chaîne – euh, l’autre chaîne de Radio-Canada ne se nomme-t-elle pas Espace musique?

Non, on parle du ton, léger, badin, plus lent, trop familier, qui déferle sur toutes les émissions dès la mi-juin.

Contrairement à la télévision qui demeure un outil de loisir et de divertissement, la radio est un compagnon de notre quotidien, comme un ami, un guide plutôt, qui nous parle lorsque nous sommes pris dans le trafic ou en train de cuisiner le repas du soir.

Le ton de ce guide se doit d’être synchrone avec l’état d’esprit de l’auditeur. Et, durant l’été, nous sommes encore beaucoup à être encore pris dans le trafic, en train de faire les lunches des enfants ou de simplement vaquer à nos occupations normales.

Alors cessez de nous parler comme si nous étions dans un hamac. Les seuls qui vous écoutent du confort de leur hamac, ce sont des animateurs de Radio-Canada qui, eux, ont congé tout l’été.

Les chanceux…

Commentaires (7)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
Vivre dans leur bulle...
0
Bien d'accord! D'ailleurs, la radio publique de la SRC ne donne-t-elle pas toujours l'impression d'être en vacances à l'année longue?

Depuis, l'abolition de leur chaîne «culturelle» il y quelques années, qu'est-ce qui les différencie vraiment des chaînes privées sinon l'absence de matraquage publicitaire?

A la télé, c'est encore pire ou c'est exactement du pareil au même...




PIerre Samuel , juin 27, 2011
Bien d'accord !
0
J'abonde dans votre sens, M. Gauthier. Moi aussi je trouve l'été exagérément long à la 1ère chaîne. Présumer que tout le monde a les moyens de faire de la chaise longue pendant plus de deux mois est quasi insultant. La légèreté des sujets et propos devient vite irritante. Moi aussi je m'ennuie de "Vous êtes ici". Je n'ai pas encore pris connaissance des nouvelles émissions en soirée, je ne sais si ça aura plus de consistance ! Merci pour vos propos, c'est toujours intéressant!
Andrée Le B. , juin 24, 2011
Nombrilisme
0
Personnellement, j'aime bien le changement de garde estival à Radio-Can. Bien sûr que cela n'empêche pas la Terre de tourner et que je continuerai à faire mes 40 heures hebdomadaires cet été (sauf pour mes vacances), mais je pars tout de même plus "léger" le matin et j'en impute ce sentiment en partie aux changements de garde de ma radio. En plus, je sais que je vais m'ennuyer de Le Bigot et quand il va revenir à l'automne, ça va être comme de goûter aux pommes qui arriveront. Un peu de rareté, dans le paysage auditif comme ailleurs, ça fait du bien ...

Je voulais cependant prendre la balle au bond quand vous parlez de nombrilisme. On en a un bel exemple avec l'ampleur médiatique démesurée que prend ces jours-ci la simple retraite d'un "haut fonctionnaire" et j'ai nommé le VP aux services français (titre exact à vérifier). Des histoires de gars qui ont gravi tous les échelons pour en arriver au sommet, il y en a des tonnes. Sans enlever à M. Lafrance le mérite qui lui revient, je trouve qu'il y a quelque chose comme du nombrilisme à faire tout un plat de sa retraite. Comme c'est le cas des artistes français qui débarquent et qui font systématiquement le tryptique des émissions, on l'a entendu -- en interview s'il-vous-plaît -- à C'est bien meilleur le matin (ou était-ce à l'émission du retour en fin d'après-midi?). C'est pas comme s'il avait consacré sa vie à une mission humanitaire : il a simplement fait honnêtement et professionnellement son travail -- et il a sûrement des conditions de retraite à des années-lumière de ce que 95 % des honnêtes travailleurs auront quand viendra le moment de la retraite.

Voilà. Bon été et prenez bien soin de votre nombril :-)
Yves Moisan , juin 24, 2011
...
0
fm93 avec Bouchard ......JAMAIS!
Daniel , juin 24, 2011
Ça fait des années que c'est comme ça...
0
Avant c'était Nuovo qui remplaçait Homier-Roy, Withenshaw remplaçait Charette et ainsi de suite...

C'est quand on arrive à cette période de l'année que je passe au 98,5 même si je déteste à mort leur pubs aux 2 minutes.

Mais vous avez raison au sujet de l'omniprésence de la musique à la Première Chaîne, on dirait qu'ils s'en servent pour "patcher".

J'aime bien écouter la radio en m'endormant le soir et la musique est vraiment gossante.

Mais bon, la vie continue.
s.b. , juin 24, 2011
Une révision s'imposerait
0
Vous me réconfortez par votre article, je croyais que j'étais coupable d'un trouble d'adaptation! Je trouve aussi que les sujets sont creux. J'ajoute que j'ai souvent l'impression que les remplaçants ne parlent que pour ceux qui sont en studio avec eux, c'est une cacophonie incroyable quand on s'attend à un niveau de qualité en rapport à une radio d'État. Alors, je lis encore plus. Je suis bien, bien contente d'apprendre que vous serez avec nous cet été. Bon été, M. Gauthier.
Annie G. , juin 24, 2011
Suggestions
0
A la place de Radio-Canada, il y a le FM 93 de Québec le matin et CFRA 580 Ottawa. Plein d'action!
steph , juin 23, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy