Rue Frontenac - J’ai mal à mon Québec






J’ai mal à mon Québec PDF Imprimer Envoyer
La chronique de Patrick Gauthier
Jeudi, 16 juin 2011 16:29
Mise à jour le Jeudi, 16 juin 2011 16:44

Dans une semaine, le Québec célébrera sa fête nationale. Ce sera la Saint-Jean, une ancienne fête religieuse plaquée sur une célébration païenne, plus ancienne encore, au cours de laquelle nos ancêtres fêtaient leur « victoire » sur les ténèbres. Malheureusement, on a parfois l’impression d'avoir crié victoire trop vite…

Mon confrère Louis-Mathieu Gagné nous apprenait cette semaine que l’évolution de l’Homme se déroule beaucoup moins rapidement que ce que nous croyions.

Mais, pas besoin d’une étude universitaire pour le constater; un simple coup d’œil sur l’actualité suffit pour se rendre compte que l’Homme ne s’est pas éloigné bien loin de la caverne d’où il est sorti il y a quelque temps.

C’est particulièrement vrai des homo-quebecus qui, ces derniers jours, rivalisent d’ingéniosité en matière de barbarie.

Et je ne parle pas de ces trois procès pour meurtres très médiatisés. Le Québécois n’a pas l’apanage des crimes sordides et des défenses rocambolesques.

Un parti en déroute

Non, on parle bien sûr de ce qui se passe au Parti québécois, qui ressemble de moins en moins à un parti apte à prendre le pouvoir et de plus en plus à ce rassemblement de sapiens qui, au début de 2001, l’Odyssée de l’espace, s’entretuent à coups d’os sur la gueule.

Non, attendez : ce n’est pas du côté du classique de Kubrick qu’il faut regarder, mais plutôt du côté de Shakespeare. La crise au PQ a tout d’une tragédie shakespearienne : la reine-mère agrippée au pouvoir entourée de ses fidèles; des rivaux, nombreux, qui s’agitent dans les coulisses avec, à leur tête, l’épouse de l’ancien roi; des coups de poignards dans le dos, des vengeances qui se fomentent…

Une superbe lecture d’été, mais un bien triste spectacle…

J’ai souvent mal à mon Québec, mais rarement autant que lorsque je vois les membres de mon clan continuer à s’entredéchirer de la sorte.

Mon clan? De moins en moins. Sans jamais avoir eu une carte du Parti québécois dans mon portefeuille – en fait, je n’ai qu’une carte du parti Rhinocéros, offerte par François Gourd il y a bien longtemps –,  le PQ a toujours été l’entité politique répondant le mieux à mes aspirations socio-politiques : un parti indépendantiste à tendance sociale-démocrate.

L’indépendance, on le sait, n’est plus une priorité pour le PQ. Qui devra finir par résoudre la quadrature du cercle : atteindre le pouvoir pour faire l’indépendance, sans parler d’indépendance.

Quant aux idéaux sociaux-démocrates, on n’a qu’à voir avec quel empressement Agnès Maltais s’est mise au service du grand Capital dans le dossier du futur amphithéâtre de Québec pour comprendre qu’ils comptent de moins en moins.

La crise actuelle au PQ ferait peut-être une superbe lecture d'été, elle offre un bien triste spectacle. Photo Olivier Jean Rue Frontenac

Mauvaise interprétation

Le plus triste, là-dedans, c’est que les luttes internes au PQ reposent en grande partie sur une mauvaise interprétation que fait Pauline Marois du vote de confiance de 93% obtenu lors du dernier congrès du parti.

En effet, ce vote était l’équivalent d’un vote de moyen de pression « pouvant aller jusqu’à la grève » dans un syndicat. Il est alors important de montrer une réelle solidarité, de ne pas prêter le flanc à la critique, la cohésion étant un signe de force. Et ces votes débouchent plus souvent qu’autrement sur des quasi-unanimités factices.

Toutefois, prenez, dans les secondes qui suivent, un autre vote, de grève celui-là, et votre belle solidarité commence à prendre l’eau.

Les 93% obtenus par Pauline Marois découlaient beaucoup plus du désir de ne pas revivre le drame vécu en 2005 quand Bernard Landry a quitté la tête du PQ, froissé par les quelque 76% obtenus, d'un réel désir de se montrer forts et unis, qu'un soutien véritable à la chef.

Qui plus est, le vote de confiance d’avril se déroulait en pleine campagne électorale fédérale et, comme l’a souligné mon confrère David Patry, on était « derrière Pauline pour ne pas nuire à Gilles ».

Que Pauline Marois se serve de ces résultats pour imposer la ligne dure est à la fois illégitime et maladroit sur le plan stratégique; on n’a qu’à voir le grenouillage qui s’en est suivi.

Pendant que députés et militants du Parti québécois lavent ainsi leur linge sale en public, Jean Charest s’apprête à prendre des vacances d’une tranquillité inespérée il y a encore quelques semaines, François Legault fait sûrement le plein d’alliés, pendant qu’Amir Khadir s’impose, avec raison, comme le Jiminy Cricket de ce gouvernement sans conscience.

Bref, à quelques jours de la Saint-Jean, on aurait bien besoin de se faire remonter le moral pour chasser les ténèbres.

Pousse-nous donc un p’tit hymne, Raoul…

Commentaires (21)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
Un Québec indépendant?
0
Faire l'indépendance aujourd'hui dans un contexte de crise économique mondiale est complètement utopique.Il va passer beaucoup de décennies avant que cette option soit viable.Tant qu'à la fête de la Saint-Jean Baptiste elle est pour tous les canadiens de langue française coast to coast ellen'est pas réservée uniquement au Québec et ça me désole qu'on ne nous montre pas assez souvent les communautés francophone hors Québec autre part
qu'à RDI.
Mimi , juin 22, 2011
Décourageant!!
0
C'est décourageant de constater à quel point les québècois sont ignares en économie et ne connaissent pas la signification du mot indépendance. Contrairement à ce qu'on peut lire dans certains commentaires, le fédéral ne doit rien au Québec. Nous versons 48 milliards environ en impôts et en taxes mais nous recevont 53 milliards incluant la péréquation. Nous sommes sur le BS et on dépense comme si nous étions riches. Comment peut-on vouloir l'indépendance et, en même temps, demander que le gouvernement s'occupe de tous nos problèmes, qu'on ait des services qu'on ne peut se payer. Moi j'appelle ça de la DÉPENDANCE!! C'est comme un ado qui veut son logement, sa voiture mais qui se fie sur papa pour tout payer... Oui c'est décourageant!!
Daniel Lapointe , juin 22, 2011
...
0
Je ne fête plus la saint-jean depuis 1995. En fait, 30 octobre 95, je n'ai qu'un arrière goût dégueulasse. Et l'envie de vomir la semaine d'après pour fêter un pays donc je reconnais pas la légitimité et qui ma volé le pays que je voulais. C'est évident que le vote a été manipuler. Me faire dire que je suis mal informer m'insulte énormément. Je vote a toute les élection sauf scolaire car je ne reconnais pas l'utilité de cet democratie, ceci est un autre dossier. J'aime le Québec mais je n'aime pas ce qui arrive. Un politicien honnis et détesté et un parti qui fait semblant d'êtres québécois. Ceux qui veulent defendre notre nation s'entre déchire pour des pécadilles.
Janismo , juin 21, 2011
Cette année je ne fêterais pas.
0
Je l'exprimerais comme Luc de jesignequébec.com : Le signe de la triple détresse de la démocratie québécoise


romane , juin 19, 2011
@Sadra Dorion
0
Même si le PQ était élu et même majoritaire ils ne tiendront pas de référendum, ils savent que cet option n'est pas gagnante cet option ne leur sert qu'à garder leur base d'adhérant, option qu'ils mettent de l'avant mais sans trop forcé jusqu'au moment de campagne électoral où à ce moment là on la passe sous silence dans l'espoir d'aller chercher des votes ailleurs où avez-vous déjà vu un programme du PQ qui chiffrait et expliquait les avantages de la souveraineté de Lévesque à Marois, jamais juste du rêve qui explique que tout ce qui va mal au Québec est la faute du fédéral et des maudits anglais, que l'on soit la province la plus endetté, une des plus pauvre, la plus corrompue, celle où la puissance des syndicats fait que cela coûte plus chère de construire que n'importe où au Canada, que cela prenne plus dse temps que n'importe où ailleurs, tout cela est de la faute du Canada de plus la priorité des dirigeants du PQ demeurent le pouvoir en premier, si vous ne le comprenez pas bien tant pis.
Jean L. Hudon , juin 19, 2011
@janismo
0
Je vous trouve injuste et mal informé sur le Québec et le Québécois. On ne va pas se plaindre à Ottawa, on va chercher ce qui nous appartient. Il y a plus qu'une nuance ici, nuance qui vous échappe totalement dans votre raisonnement. Quant aux Japonais -vs- Québécois, le monde entier s'est mobilisé pour venir les aider, l'armée japonaise travaille d'arrache-pied pour rétablir le pays. Cette notion pourtant primaire aussi semble vous échapper. Cou'don, finalement, je trouve que le titre que vous avez donné à votre commentaire s'applique avant tout très bien à vos propres connaissances de qui nous sommes...
J-F Lacerte , juin 19, 2011
La clé : Citoyens!
0
La leçon de cette histoire c'est que notre beau pays ne passera pas par la séduction d'un électorat, mais par le pouvoir de la mobilisation citoyenne!
La réalisation du rêve ne viendra pas dans les urnes, mais dans les rues.
Jean-Patrick , juin 19, 2011
LE Québec se cherche un chef
0
Le Québec cherche un chef

Le chef, étymologiquement, est celui qui est à la tête, non pas parce qu’il a les insignes du chef, mais parce qu’il possède les qualités requises pour diriger une société.

Pour être chef, conduire son peuple, le chef doit pouvoir voir plus loin, prévoir. Et c’est par l’intelligence que l’on voit. Dans l’Antiquité grecque, on ne craignait pas d’écrire que celui qui, par son intelligence, est rendu capable de prévoir, selon l’ordre de la nature, doit commander. Au Moyen-âge, on insistait davantage. «Selon le vœu de la nature, les êtres vigoureux d’esprit doivent diriger les autres. Dans un gouvernement humain, l’ordre normal des choses est enfreint chaque fois qu’un être humain accède au pouvoir pour une autre raison que l’éminence de son intelligence».

Pourquoi les Anciens mettaient-ils l’intelligence comme qualité première du chef d’État? Rien de plus simple. Le chef doit voir et prévoir. Grâce à sa forte intelligence, le chef doit voir et doit prévoir. Et la vertu qui vient perfectionner la capacité de voir et de prévoir, selon les philosophes grecs et les Médiévaux, c’est la vertu de prudence. La prudence, c’est l’aptitude à bien prévoir ce que l’intelligence a acquise par l’étude et l’exercice.

Les derniers événements politiques du Québec montrent, hors de tout doute, que plusieurs politiciens, tant ceux qui exercent le pouvoir que ceux qui veulent l’exercer éventuellement manquent de prudence. Ils ne savent ni voir ni prévoir. Le Québec cherche, de toute évidence, un chef qui saura voir et prévoir. Un chef prudent. Le trouvera-t-il?

Nestor Turcotte- Matane



NESTOR TURCOTTE , juin 18, 2011
On avait mal, aussi...au Canada Uni....
0
Les Patriotes en 1837 et 1838 se sont battue pour la démocratie, la représentation ministérielle et toutes ses belles affaires là...Sont fait tuer à Saint-Charles, à Saint Eustache,retranchés dans l'Église ils avaient retiré les échelles qui menaient au jubé pour que personne ne quitte son poste et ils avaient OUBLIÉ de barricader et de faire garder la porte d'en arriere... la porte de la sacristie...
Les troupes de Colborne sont entrées par la sacristie et ont mis le feu...
Les blessés incapables de sauter par les fenêtres ont brûlé vifs... si quelque chose pouvait s'appeller la danse du beacon ben c est là que ca s'est passé...
1840...Le Canada Uni est créé pour nous faire disparaître....
1848!...Le Parlement Britannique accorde la responsabilité ministérielle gratuitement! Sans qu'une balle soit tirée!
Que s'est-il passé?... Question d'argent!! La Grande-Bretagne abandonne le protectionnisme avec ses colonies.... ça serait plutôt gênant de faire le boss icitte quand on commerce avec d'autres!
Patience!!....Patience!!..Tout peut arriver! comme en 1848...
En attendant on traverse par le tunnel Hipopoooo! Hyppolite Lafontaine....

N.L. , juin 18, 2011
Référendum le 24 juin, la solution
0
Oui, le 24 juin une fois que les gens vont être bien éméchés! C'est la seule façon de remporter le référendum.
Marie , juin 18, 2011
Référendum le 24 juin, la solution
0
C'est certain que ça va mal pour le PQ. On se demande même comment Pauline va se sortir de ce bourbier.

Charest a été élu en décembre 2008, ce qui fait qu'il y aura certainement des élections en 2013, ou peut-être en 2012.

En 2011, on oublie ca, car si Charest est toujours en poste avec un taux de popularité aussi bas, il n'y a aucune raison pour qu'il ne finisse pas l'année.

Ça laisse combien de temps à Pauline et au PQ pour sortir de leurs problèmes, s'organiser et gagner les prochaines élections? Deux ans, tout au plus.

Il ne faut pas oublier que pour faire l'indépendance, il faut que le PQ soit élu, qu'il soit majoritaire et que le référendum soit gagné, bien évidemment.

Croyez-vous que les conditions gagnantes existent, en 2011? Et dans deux ans, elles seront là?

Deux ans pour réussir ça, est-ce assez? Il ne faut pas oublier que le PQ existe depuis plus de... 40 ANS! Il est donc deux fois plus vieux que le Bloc...

Pour bien faire, il faudrait que le vote du référendum ait lieu un... 24 juin.

Sandra
sandra dorion , juin 17, 2011
Du ménage!!!
0
A propos du parti Québecois, comment ne pas être déçu. Mais c'est moins la mise en veilleuse de souveraineté que la prise de possession des affairistes qui me désole le plus. Pour ça un gros merci a Bernard Landry pour son manque total d'abnégation lorsqu'en 2005 ils abandonna le navire et tout ses passagers pour cause d'égo meurtri. Depuis le parti se cherche incapable de dire aux dinosaures de la souveraineté a tout cran d'attendre le temps qu'il faut pour envoyer Tony Accurso en prison, de mettre la clique a Lulu et son gaz de schiste hors d'état de nuire, de sanctionner tout les ministres et fonctionnaires qui on tremper dans des scandales de corruption, laisser le temps a Montréal de se débarrasser du Maire Tremblay et de redevenir la métropole du Québec et enfin redonner aux Québecois la confiance nécessaire en élisant des chefs que la population a envi de suivre. Avec l'épisode Boisclair et maintenant celle de Marois qui s’achève, du moins on l’espère les membres du parti n'ont que eux même a blâmer.
Phatdub , juin 17, 2011
@Rogatien Dubois
0
Le même Landry que j'ai vu lors d'un congrès du PQ qui se tenait au Ch.Vaudreuil il y a plusieurs années donner des conférence a des journalistes aussi tôt que M. Bouchard en tenait une, lui aussi grnouillait pour tasser Bouchard, c'est cela le PQ, la souveraineté passe bien après les intérêts personnels et le goût du pouvoir.
Jean L. Hudon , juin 17, 2011
...
0
Ce qui est bien avec ce climat politique, c'est qu'il est plus facile de créer une nouvelle voie qu'il en est de reconstruire.

Le PQ vous déchante? Vous ne pouvez vous engager sur la voie de Legault et de l'ADQ? Quebec Solidaire est trop idéologue pour vous?

Prenez hâche et machète, et tracez un sentier à travers cette forêt. Si ce sentier est nécessaire et remplit un besoin, il deviendra grande route. Il n'y a pas eu de temps plus fertile pour l'apparition de nouvelles voies.

Pour ce qui est de mes aspirations, j'y songe.
G. Favreau , juin 17, 2011
Mon opinion rapidement
0
L'idée originale de la souveraineté, du temps de René Lévesque, était excellente.
Malheureusement, des gens comme Jacques Parizeau et Pierre Curzi l'ont adoptée pour en faire leur conflit de langue, parce qu'ils ressentent un sentiment d'infériorité envers tous les anglophones qui nous entourent.
À partir de là, c'est rendu essentiellement un conflit de race, du genre "on va les avoir les maudits anglais".

"C'est vrai, c'est vrai qu'on a été battus, au fond, par quoi ? Par l'argent puis des votes ethniques, essentiellement." - Jacques Parizeau


Mario , juin 17, 2011
décevant
0
pourquoi pensez-vous qu'autant de quebecois se défoncent la gueule a en perdre la carte lors de cette belle journée??? deshinibition complete de l'identité culturelle et je men foutisme execrable.... a quand un vrai quebec?
fran6h , juin 17, 2011
peuple ignare
0
Les Québécois sont en générale ignare et pleurnichard. J'ai honte de voir que le Québec quémande de l'aide a Ottawa pour tout et rien et vouloir un pays. Constater que les politiciens sont supposer defendre les intêrets du Quebec faire des bassaises pour plaire au ROC. Qui eux n'ont rien a foutre de nous, de notre culture, notre langue et territoire. En fais on a tout pour etre une vrai nation, mais les Québécois sont manipulables et faibles politiquement avec aucune droiture d'esprit sans fierté. Les japonais ont vécu l'apocalypse mais il se sont retrousser les manches et se sont mis au travail. Les habitants qui ont été inondé ont pleurées pour qu'on fasse une parti de la job a leurs place.
Janismo , juin 17, 2011
la politique étant ce qu'elle est
0
mme marois s'accroche à son rêve, non pas de faire l'indépendance mais d'être la première femme premier ministre, elle a peur à son leadership, voyez ce qu'elle a fait de bernard drainville, vedette montante, elle l'a tassé parce qu'il pourrait être dangeureux pour elle, en fait pauline se fait faire ce qu'elle a fait à bernard landry, elle et nicole léger(misère, on est pas riche en représentation), ont grenouiller pour tasser landry!
rogatien dubois , juin 17, 2011
Les Québécois sont donc méchants.
0
C'est vrai qu'on pourrait souhaiter que les choses se passent un peu plus élégamment mais au moins il y a des gens qui essayent de faire quelque chose.

Seriez-vous de ceux qui n'aiment pas les chicanes?

Moi je pense plutôt que nous sommes en train d'apprendre à vivre en démocratie, nous sommes en train d'apprendre à débattre.

Quand une chose vous tient à coeur, il est inévitable qu'il y ait des débordements.

Si vous rêvez d'un monde constamment harmonieux vous rêvez mon cher monsieur.

On dirait que bon nombre de Québécois ne savent que se plaindre, se lamenter,chiâler, donner des leçons aux autres et faire la morale. En plus il y en a plusieurs qui attendent encore le sauveur au lieu de s'impliquer eux-mêms d,une façon constructive.

Vous me décevez terriblement aujourd'hui.Je m'étais fait une bonne opinion de vous. Je déchante.
Jean L. , juin 17, 2011
vive la fête païenne
0
Quelques soient vos options politiques sur le plan constitutionnel, la fête de la St-Jean Baptiste est censée demeurer ouverte à tous. PQ, Québec Solidaire, Union Nationale , Parti Vert, NPD et même ce méchant Parti Libéral du Québec, toutes ces options et différences ne devraient pas diminuer le plaisir de fêter l'arrivée des longues journées d'été après un hiver où ne voit la lumière que sept ou huit heures .
C'est vrai qu'on a tenté de réduire cette fête à un exercice de propagande pour souverainistes seulement, nous sommes nombreux à le déplorer. Nous nous présentions quand même au village pour les feux d'artifices et la compagnie des nos voisins et voisines, bières en main et sourires aux lèvres. Même si les artistes en scène étaient choisis plus en fonction de leur ferveur souverainiste qu'autre chose, tous dansaient sans pour autant s'engager politiquement.
Si vous avez mal à votre Québec parce que la St-Jean demeure ce qu'elle a toujours été, une fête et non un exercice de propagande, faudrait peut-être revoir le concept. Pour moi, les ténèbres c'est la pensée unique qui s'impose sous prétexte d'un nationalisme étroit, un peu comme au temps de Duplessis .
A toutes et à tous, Païens et Païennes, Canadiens-Français et Canadiennes-Françaises qui vivent ailleurs qu'au Québec, Québécois et Québecoises, de souche ou d'ailleurs, Bonne St-Jean Baptiste.
Les hostilités politiques pourront reprendre le 25 au matin.
jean-carle hudon , juin 17, 2011
Rêve
0
Peut-être M. Gauthier que le Québec dont vous rêvez n'est pas celui de la majorité des québécois, je comprend votre frustration de vous retouver une minorité dans une minorité.

Le PQ vous déçoit, là encore je vous comprend, ayant fait du porte à porte en 76 et lors du premier référendum pour le PQ mettons que le PQ fût décevant et la raison remplace le coeur, que vous ne puissiez tourner la page est compréhensible car vous me rappelez mon premier prof de philosophie au Cegep de Limoilou en 76 qui nous faisait lire Marx et Mao, même si je ne partage pas vos opinions ou croyances, je vous suggère de vous tourner vers Québec Solidaire qui je crois devrait remplacer le PQ dans votre beau rêve.
Jean-L. Hudon , juin 16, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy