Rue Frontenac - L’univers parallèle du maire Labeaume






L’univers parallèle du maire Labeaume PDF Imprimer Envoyer
La chronique de Patrick Gauthier
Vendredi, 27 mai 2011 08:48
Mise à jour le Mardi, 07 juin 2011 11:23

La démocratie, c’est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple. Mais le peuple, ben, il ne sait pas comment faire des affaires. Heureusement, les bergers ne manquent pas pour nous conduire dans les verts pâturages du profit.

Mercredi, le maire de Québec, Régis Labeaume, expliquait – tentait d’expliquer serait plus juste – son projet de loi privé à Paul Arcand.

C’était assez confus – et on aurait aimé que l’intervieweur se fasse aussi incisif qu’à l’habitude –, mais une idée se dégageait de l’entrevue. De l’ensemble de l’œuvre, en fait : dans le public, on ne sait pas faire des affaires, ça traîne trop. Dans le public, ça ne roule pas assez au goût de ceux qui veulent créer de la richesse

– Créer de la richesse pour qui?

Pas de vos affaires!, répondrait sûrement le maire autoritaire.

Dans le privé, on fait les choses sérieusement. Dans le privé, c’est un peu compliqué, c’est normal que le bon peuple ne comprenne pas.

Selon le maire Labeaume, le public serait un univers parallèle n’ayant rien à voir avec la réalité. D’où le projet de loi privé présenté à l’Assemblée nationale jeudi : pour empêcher la plèbe inculte de venir jouer sur le terrain des grands.

Condescendance

J’aurais le goût de vous rappeler que c’est exactement l’argument que Pierre Karl Péladeau a servi à Gil Courtemanche, en réplique à une de ses chroniques : L'univers romanesque et la réalité économique sont deux sphères bien distinctes. Je laisse les romans à M. Courtemanche et le prie humblement de me faire confiance pour la gestion d'entreprises et la vision économique. Chacun ses forces (Le Devoir, 8 janvier 2011).

J’en aurais le goût mais je ne le ferai pas. Parce que l’implication de PKP dans ce dossier n’a rien à voir avec ce texte. Le maire Labeaume ferait affaire avec Snoopy que sa condescendance serait tout aussi méprisable.

Mais laissons le domaine des émotions. Attardons-nous aux idées. Ou à l’absence de… Car, depuis le début de cette triste saga, des pages entières – que dis-je, des chapitres entiers de l’essentiel Petit cours d’autodéfense intellectuelle, de Normand Baillargeon*, me viennent en tête.

Scepticisme salutaire

Ainsi, sous l’entrée L’appel à l’autorité (p.67 et suivantes), Baillargeon écrit : Même lorsqu’il est raisonnable de s’en remettre à l’opinion des experts, il reste sain de conserver au moins une petite dose de scepticisme : il arrive après tout que les experts se contredisent ou divergent d’opinion, qu’ils se trompent ou qu’ils raisonnent mal.

Plus loin, l’auteur y va de trois cas de figures où l’appel à l’autorité est fallacieux et demande la plus grande suspicion.

Le deuxième (cas de figure) est celui où l’expert a lui-même des intérêts dans ce dont il parle. On peut dès lors raisonnablement penser que ces intérêts orientent ou, plus radicalement, commandent son jugement.

Normand Baillargeon poursuit notre entraînement intellectuel en expliquant quelques paralogismes, dont celui-ci, fort à propos ici : L’appel à la peur (p.81).

Ce paralogisme est commis lorsque l’on fait naître la peur, que ce soit par la menace ou d’autres moyens, afin de faire valoir une position. Au lieu de prendre en considération le sujet discuté et de peser les arguments invoqués, on déplace ainsi la discussion vers les conséquences de l’adoption de telle position, et en donnant à penser que celles-ci seraient désastreuses (…).

Le caractère « exceptionnel »

Bref, il est normal, nécessaire et même sain de ne pas prendre tout ce que nous dit le maire Labeaume pour du cash. Déjà que l’empressement qu’il démontre à mettre son projet à l’abri de poursuites nous le rende terriblement suspect.

Dans le libellé du projet de loi, déposé jeudi, on parle du caractère « exceptionnel » du partenariat. C’est à la fois nébuleux et dangereux, comme le faisait remarquer Stéphane Beaulac, prof de droit à l’Université de Montréal, interviewé par Michel Desautels jeudi à la Première chaîne de Radio-Canada.

En effet, combien de temps avant qu’un autre homme d’affaires plaide le caractère « exceptionnel » de son projet afin de le mettre à l’abri des poursuites?

De poursuites de gens du peuple qui ne comprennent rien aux « vraies affaires ».

* Petit cours d’autodéfense intellectuelle, Normand Baillargeon, Lux

Commentaires (12)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
je suis curieux
0
Je suis un jeune étudiant de 19 ans qui essaie de suivre tant bien que mal toute cette histoire d'amphithéatre. Je dois vous avouez M.Gauthier que quand je lis un texte comme le votre, il est difficile pour vous de vraiment venir ''me chercher'' comme lecteur.
Vous ne sembler pas du tout comprendre ''les gens'' et où ils veulent en venir avec leur fameuse équipe de hockey..


Car si lorsque l'on pèse les pour et les contres de toutes cette histoire, on ne tien pas compte du facteur X, nous allons débattre pour rien! Le facteur X c'est la ''foire'' qui s'en suivrai partout dans la povince lors du retour d'une équipe à Québec. Si on n'en tien pas compte, je serai surment sur la même longeur d'onde que vous..
Mais si on tien compte du Facteur X,
ce facteur RASSEMBLEUR qui découlerai de ce projet, si on voit cela comme un début, en ce battant pour le retour d'un sport qui fait parti intégrante de notre culture, de notre identité Québécoise, si on voit cela comme l'un des futurs projet que nous arriveront à mettre a terme pour nous aider a ce forger une certain identité, meme si cela implique, aussi idiot cela puisse parraitre, de commencer a le faire par le sport.
Moi je vous dit pourqoi pas M.Gauthier? Pourquoi pas?

Toujours faut-il commencer quelques part? J'espere être arriver à vous faire comprendre mon points même si j'aurais peut-etre du commencer par réussir à améliorer mon orthographe.
Et ne vous méprennez pas, j'aime la controverse qui existe en ce moment. J'aime voir tout ses gens essayer de se poser les bonnes questions, mais pour trouver les bonne réponse, faut connaitre les vrai fait M.Gauthier.
Et si on ne tien pas compte du fameux facteur X, on ne tien pas compte des faits.

Simpy , juin 02, 2011
@Pierre Langlois
0
M Langlois, effectivement, sans commentaire...

Sans commentaire le fait que l’amphithéâtre de Winnipeg de 133 M a été construit il y a 7 ans. Or, tout le monde sait quel les coûts de construction augmente. C'est pas pour rien qu'a Qc on parle de 400 M.

Enfin, c'est drôle que les gens de Montréal nous font chier avec ça alors que le gouvernement du Québec a donné 300 M pour construire votre cochonnerie de salle se spectacle pour l'OSM conçu pour la haute classe péteuse de broue.

Ça, personne a jamais chialé la-dessus.

Comme vous le disiez, SANS COMMENTAIRE!!!
laéR , juin 01, 2011
quebec et le colisee , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
...
0
Le stade à Winnipeg a coûté 133 millions.On ajoute 50 millions pour le rendre conforme à la NHL. Total: 188 millions. Colisée de Québec :400 millions. Sans commentaires.....
Pierre Langlois , mai 27, 2011
Honnêtement.
0
Je suis agréablement surpris. Je croyais que ces gens allais facilement rouler les québécois, surtout quand viens le temps de parler hockey, je croyais que le québécois moyen allais laisser tout passer pour ses hockeyeur chéri. Mais ils ce renseignent, poses des questions, etc. Ils ce font fourrer a chaque jour, mais décide de ce développer une colonne sur un amphithéatre... Ça me surprend, comme Labeaume j'en suis sûr, mais bon, faut bien commencer quelque part, j'imagine.
Deric Caron , mai 27, 2011
@godwish
0
Non seulement avez-vous ignoré un paragraphe entier de mon texte pour m'accuser ainsi de "ressentement" (sic), mais encore la nature dudit texte vous échappe. Je signe ici une chronique "d'opinion", justement... Mais, pour répondre à l'essentiel de votre commentaire, si le projet est si lucratif, on se demande encore pour qui...
Le Pat Gauthier , mai 27, 2011
PKP
0
Je crois que PKP fait simplement ce que n'importe qui ferait: le gouvernement offre de financer les infrastructures pour que tu puisse te faire de l'argent. Et en plus il est prêt à créer des lois pour te protéger. Je ne dirais pas non moi non plus.

Le problème dans tout ça, c'est le monde qui supportent le projet. Il semble y avoir beaucoup de gens qui ne voient pas plus loin que "le retour des nordiques!!!!!!".

J'ai vu des commentaires où les gens allaient jusqu'à comparer ce projet d’amphithéâtre (qu'on donne à un privé) avec l'échangeur Turcot à Montréal...

Si ça ne vous dérange pas de financer une entreprise qui fait déjà d'énormes profits pour un sport où les joueurs sont tous payés des montants ridicules, c'est votre choix. Mais ce ne sera pas la province qui va en profiter, c'est une entreprise privée.

Et après ça vous allez chialer comme quoi que PKP fait de l'argent sur nos dos.. Eh bien, vous l'avez aidé...
Mario , mai 27, 2011
difficile d'encourager son ex-patron? , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
L'univers Labeaume
0
Je ne connais pas Baillargeon. Merci pour la référence et pour le texte.
Norma Drolet , mai 27, 2011
audace , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
À la vôtre!
0
Monsieur Gauthier, Lire votre billet, ce matin, m'a procuré le même plaisir, profond et jouissif, que suscite la dégustation, trop rare hélas, d'un cru exceptionnel de Bordeaux. Votre plume me séduit. Merci! En revanche, les combines de monsieur Labaume, ce mégalo fini, laisse un goût âpre et vinaigré propre aux mauvais vins.

Pathétiquement, ce que ce pauvre Régis ne voit pas, c'est que quand bien même il vouerait du mépris pour la ''plèbe ignare'' , ça ne pourra jamais le soustraire au parfait symbole de l'arriviste sans manières qu'il projette, fièrement en plus, et avec brio! Je lui souhaite beaucoup de succès dans ses ''affaires'' ; après tout, on engraisse pas les cochons à l'eau claire...
PBSM , mai 27, 2011
Belle chronique
0
Notre clownesque Labeaume aura au moins eu le mérite de séparer le bon grain de l'ivraie , ceux qui croient à la démocratie et ceux qui ne croient qu'à l'argent. Ceux qui voient l'intérêt général et ceux qui ne voient que les intérêts particuliers. Et le résultat est navrant , tous, même Khadir, sont prêts à manipuler les lois pour plaire à Pédalo et à son clownesque ami Labeaume. Une fois de plus nous sommes la risée, les gens d'ailleurs vont finir par croire que le Québec est une fabrique de clown. Prions que le Québec indépendant naisse en dehors de ce PQ que personne ne reconnaît et qui cède au moindre caprice d'un roîtelet de la finance.
miclot , mai 27, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy