Rue Frontenac - Jean Charest a aussi contribué à la fondation de Joe Borsellino






Jean Charest a aussi contribué à la fondation de Joe Borsellino PDF Imprimer Envoyer
Nouvelles générales - Politique provinciale
Écrit par Yves Chartrand   
Lundi, 10 mai 2010 18:23
Mise à jour le Mardi, 11 mai 2010 10:40

QUÉBEC – Tout comme le ministre de la Sécurité publique Jacques Dupuis, le premier ministre Jean Charest a lui aussi pigé dans son budget discrétionnaire pour contribuer, au moins en trois occasions, à la Fondation Garnierkids.com, propriété de l’homme d’affaires Joe Borsellino, grand patron de la compagnie de construction Garnier.

Selon des documents déposés devant une récente commission parlementaire portant sur l’étude des crédits du ministère du Conseil exécutif (le ministère du premier ministre), le premier ministre a contribué pour 5000 dollars à la fondation GarnierKids.com.

Un premier don de 2000 dollars a été fait en 2005-2006, une autre tranche de 1000 dollars a été versée en 2006-2007 et enfin une somme de 2000 dollars a été octroyée en 2009-2010.

La Fondation Garnierkids.com a été créée en 2004 par l’homme d’affaires Joe Borsellino, propriétaire de l’entreprise de construction Garnier. Selon son site Internet, la fondation «a pour mission de contribuer au financement de nombreux organismes œuvrant pour la santé et l’éducation des enfants».

Le premier ministre Jean Charest a contribué pour 5000 $ à la Fondation de l’homme d’affaires Joe Borsellino. Photo d’archives Rue Frontenac


L’Hôpital de Montréal pour enfants, l’École orale de Montréal pour les sourds, le CHU Sainte-Justine et quelques fondations figurent parmi les bénéficiaires de l’aide financière de Garnierkids.com.

Une cause «sensible»

La semaine dernière, un porte-parole du bureau du ministre de la Sécurité publique, Jacques Dupuis, indiquait à un journaliste de Rue Frontenac que
celui-ci contribuait à cette fondation en raison de sa «sensibilité» à la cause des enfants.

Il n’avait pas été possible toutefois de savoir à combien se chiffrait cette contribution ni pourquoi le ministre choisit de passer par un intermédiaire plutôt que de financer directement un des hôpitaux pour enfants, voir le texte de Fabrice de Pierrebourg.

Joe Borsellino est aussi un ami personnel de Tony Tomassi, évincé du
Conseil des ministres la semaine dernière par Jean Charest pour avoir détenu une carte de crédit dont les soldes étaient payés par l’agence de sécurité privée BCIA, propriété à l’époque de Luigi Coretti.

Le premier ministre a demandé une enquête de la Sûreté du Québec dans cette affaire.

Son nom et celui de sa compagnie avaient été au centre d’une des nombreuses controverses qui défraient les manchettes depuis plusieurs
mois dans l’épineux dossier des garderies privées à 7$.

Lors d’une période de questions à la fin d’avril à l’Assemblée nationale, le député péquiste Nicolas Girard avait interrogé l’ex-ministre Tony Tomassi
sur ses liens avec Joe Borsellino, un contributeur à la caisse du Parti libéral du Québec.

Garderie et construction
Il avait notamment rappelé que les sœurs Loredana et Josephine Primiani, qui avaient siégé à l’exécutif de la circonscription du ministre, avaient obtenu en 2008 un troisième permis pour une garderie en construction. Le contrat d’excavation de l’édifice de cette nouvelle garderie avait été octroyé à Construction Garnier.

«L’ami et entrepreneur en construction Borsellino a eu droit aux grands honneurs de la part du député de LaFontaine. Il lui a fait signer le livre à l’Assemblée nationale, nous avons une photo pour en témoigner. Est-ce que le député de LaFontaine va encore nous expliquer que tout cela est le fruit du hasard?» avait demandé Nicolas Girard.

Tony Tomassi avait répliqué que les garderies privées, au contraire des CPE, peuvent accorder des contrats à qui bon leur semble.

Joe Borsellino avait également défrayé les manchettes au cours de l’automne 2009 après que la Ville de Montréal eut déclenché une enquête sur Robert Marcil, alors directeur de la réalisation des travaux.

Marcil avait participé en 2008 à un voyage en Italie à l’invitation de Joe Borsellino, en compagnie de Jocelyn Dupuis, d’Yves Lortie, alors v.-p. chez Genivar et administrateur de la fondation Garnierkids, et de leurs épouses respectives.

L’affaire était jugée d’autant plus troublante que la firme Garnier Construction faisait affaire avec la Ville de Montréal. Robert Marcil avait démissionné en juillet 2009. Il s’était rapidement recasé au sein du Groupe SM.

Avec l
étroite collaboration de Fabrice de Pierrebourg


Commentaires (7)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
ok
0
J'approuve les commentaires des gens mais je serais curieux que les journalistes enquête sur le financement des autres parties car si il est pour avoir des élections comme certain le demande je voudrais pas me faire avoir une 2 ièmes fois avec un autre partie corrompu car je doute vraiment que l'oposition ne sois pas corrompue du tout. esce que les autre partie son blanc comme neige je n'y crois pas car de le passer il a eu des magouilles avec les autres parties mais la je me dit que tu fais des élections tu va avoir encore un partie corrompue car il n'y a plus personne d'honêtes en politique c'est le cash qui domine la politique si tu donne tu recevra en retour ca c'est garantie
Pierre , mai 11, 2010
ok , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Effacer son nom de l'histoire !
0
Avec des élections demain, Jean Charest va encore, comme certains le font remarquer, se tapper dans l'dos dans l'cadrage de la sortie de secours ! Il faudrait en plus, rayer son nom de l'histoire politique pour donner une leçon aux prochains élu... Ça ça ferait bobo ! Et tant qu'a faire, retirons cette ridicule et piédestalesque immunité qu'ils ont dès qu'ils sont élus... C'est un gros outil d'égo ça !smilies/wink.gif
BoucheCanon , mai 11, 2010
Bravo Messieurs pour votre professionnalisme journalistique!
0
Bon matin Messieurs...
Il fait bon lire Rue Frontenac dont tout particulièrement la rubrique politique québécoise qui fleure le véritable journalisme, celui d'autrefois vous vous souvenez, le journalisme d'enquête où on fouillait, grattait, soupesait, écumait, les faits-les dires-les allusions-les lapsus-les documents... En effet, on sent à la lecture de celle-ci que ce journal est indépendant, qu'il n'y a personne pour diriger les opinions ou recherches journalistiques, que la vérité des faits est le but ultime des journalistes et qu'ils y travaillent d'arrache-pied pour y parvenir, ce qui est plusss qu'intéressant pour tout Québécois tentant de comprendre les dessous de notre monde politique au quotidien. Vive la non-convergence des médias! Vive l'éthique en politique! Sur ce, que la lumière soit ou autrement dit, Fiat Lux!
Linda D , mai 11, 2010
corruption liberal
0
bonjour, depuis que le monde est monde que la politicque est corrompu mais la on peut oublier les annees 1900 et passer a laction pour que nos enfants se souviennt et quils ne repette pas nos erreurs de jugement de ne pas avoir mis tout se monde dehors et faire en sorte que ses bandits la ne se rende en politique , merci
denisfournier , mai 11, 2010
Non ce n'est pas assez!
0
Non ce ne sera jamais assez. Les Québécois vont tout oublier dans un mois et Jean Charest et sa corruption en a encore pour 3 ans. Ils auront le temps de se refaire une beauté.
On ne peut compter sur aucun média au Québec pour dénoncer ces voleurs. Les bandits qui sévissent à Québec ne reculeront jamais devant rien pour s'empiffrer avec notre argent.
J'espère que les Sherbrookois se rappeleront de Charest aux prochaines élections...Oubliez cela ils vont le réélire.
Normand , mai 10, 2010
Trafics d'influences : Jean Charest n'a plus aucune crédibilité, il doit déclencher des élections IMMÉDIATEMENT
0
Ca suffit. N'en jetez plus la cour est pleine. Chaque jour amène un nouveau scandale libéral sale. Maintenant on est au niveau du PM. Si Charest avait sortit de l'argent de ces poches...il n'y aurait pas grand chose à redire. Mais l'enveloppe discrétionnaire est l'argent des taxes et des impots des citoyens, citoyennes. Cette argent ne peut etre utiliser qu'à des fins purement de derniers recours. Exemple un feu de maison ou d'appartement chez une famille dans assurances.
On ne peut que constater que Jean Charest est dans l'auge des magouilles, des trafics d'influences, de la corruption, de la collusion. Nous ne pouvons que constater que Jean Charest n'a plus aucune crédibilité, il doit déclencher des élections IMMÉDIATEMENT.
J'ai mis sur pied un groupe sur Facebook http://www.facebook.com/home.p...8941761106 pour une greve générale illimitée de la population du Québec afin de provoquer la démission du gouvernement de scandale du parti libéral sale...venez vous joindre à mon groupe
Luc Ménard , mai 10, 2010

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 

Aussi sur Rue Frontenac - Nouvelles