Rue Frontenac - Scandale de la SHDM – Catania réclame six millions $






Scandale de la SHDM – Catania réclame six millions $ PDF Imprimer Envoyer
Nouvelles générales - Politique municipale
Écrit par Vincent Larouche   
Mercredi, 08 juin 2011 00:22
Mise à jour le Mercredi, 08 juin 2011 01:16

L’escouade Marteau a beau poursuivre son enquête sur l’affaire du Faubourg Contrecœur, l’entreprise Construction Frank Catania, elle, ne veut plus attendre pour voir la couleur de son argent. Elle demande maintenant aux tribunaux de forcer la Société d’habitation et de développement de Montréal (SHDM) à lui verser six millions de dollars pour des travaux effectués dans le controversé développement immobilier et des pertes qu'elle aurait encourues dans cette aventure.

Rappelons qu’il y a deux ans, le vérificateur de la Ville, Michel Doyon, avait demandé à la police d’enquêter sur ce qu’on a ensuite appelé le «Scandale de la SHDM» ou le «Scandale du Faubourg Contrecoeur» parce qu’il y décelait des irrégularités. Plusieurs craignaient que la SHDM n’ait bradé à rabais des terrains publics valant une fortune.

Catania avait officiellement acheté de la SHDM l’immense terrain industriel dans l’Est de la Ville pour 19 millions de dollars, alors qu’il était évalué à 31 millions au rôle d’évaluation municipal. Qui plus est, l’entreprise n’a finalement payé que la bagatelle de 4,4 millions car elle a déduit du coût d’achat divers frais, notamment une somme de 11 millions pour la décontamination des sols.

Le litige entre Catania et la SHDM serait principalement dû à une différence «d’interprétation» des coûts de décontamination du site. Photo Olivier Jean

Travaux non-payés et pertes non-remboursées

Or, selon certaines estimations, la décontamination aurait coûté beaucoup moins que 11 millions de dollars.

Dans la foulée de l’affaire et des enquêtes du quotidien La Presse à ce sujet, le directeur de la Société d’habitation avait été démis de ses fonctions. La nouvelle direction de la société publique a demandé à Catania de prouver que la décontamination lui avait bien coûté 11 millions, ce qu’elle a refusé de faire.

En attendant que la lumière soit faite à ce sujet, la SHDM aurait retenu certaines sommes réclamées par Catania pour des travaux réalisés sur le site du Faubourg Contrecœur. Car la SHDM finance aussi à coups de millions le développement immobilier sur les terrains qu’elle a vendu.

Impatiente d’obtenir ses paiements, l’entreprise a déposé une requête en Cour supérieure cette semaine réclamant qu’un juge force la SHDM à lui payer 6,2 millions de dollars qu'elle s'estime dûs. Dans les documents de cour consultés par Rue Frontenac, elle reste peu précise sur la nature exacte des travaux qui n’ont pas été payés par la société paramunicipale.

Le Faubourg Contrecœur en est rendu à la phase trois de son développement. Photo Olivier Jean

Catania reproche aussi à la SHDM de lui avoir occasionné des pertes ou des dépenses additionnelles par sa gestion du dossier. Elle aurait par exemple omis d'exproprier certains propriétaires, obligeant Catania à racheter certains terrains à prix fort.

Excellentes relations malgré tout

Myriam Crevier, porte-parole de la société publique, a tenu à souligner que malgré ce litige, les relations entre la SHDM et Catania demeurent excellentes.

«En dehors de ça, les relations d’affaires sont très bonnes. On a lancé la phase trois du Faubourg Contrecœur récemment, et Catania livre très bien, on est même en avance!» souligne-t-elle.

Selon elle, le seul accroc vient du refus de Catania de fournir les pièces justificatives des coûts de décontamination. Toutes les autres réclamations pourront facilement être réglées une fois que les tribunaux auront tranché cette «question d’interprétation», laisse-t-elle entendre.

La porte-parole de Catania, Sophie Chagnon, n’a pas retourné les messages laissés par Rue Frontenac sur son cellulaire et à son bureau.

Commentaires (4)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
Déduction de 11 millions.
0
Elle a reçu la déduction de 11 millions sans même fournir de preuves? Dites moi que je me trompe s.v.p.
anonymous , juin 08, 2011
...
0
Montréalais, montréalaises, vous avez reporté un charlatan au pouvoir en tant que chef de votre (et notre, à l'occasion) ville, qui ne cesse de perdre de son lustre, année après année. Subissez, taisez-vous et PAYEZ. Même chose à l'endroit des québécois et québécoises qui ont reporté un pleutre aux commandes de notre PAYS (Charest). Un pleutre qui serait bien seul s'il n'avait pas les tits-amis qu'il protège si bien... b Est-ce qu'un simple citoyen peut faire qqchose pour destituer un (semblant) de maire ou un (corrompu) 1er ministre???
TheRiver , juin 08, 2011
Présomption d'innocence
0
La présomption d'innocence permet à des gens qui "achètent" des terrains public de 31M$ à un prix de 4.4M$ de poursuivre le donateur (le CON tribuable) pour 6.2M$. Le monde à l'envers!!!

ENQUÊTE PUBLIQUE, ÇA PRESSE!!!
ACE , juin 08, 2011
Ah oui...Marteau!
0
L’escouade Marteau a beau poursuivre son enquête sur l’affaire du Faubourg Contrecœur.
Rappelons qu’il y a deux ans, le vérificateur de la Ville, Michel Doyon, avait demandé à la police d’enquêter sur ce qu’on a ensuite appelé le «Scandale de la SHDM» ou le «Scandale du Faubourg Contrecoeur» parce qu’il y décelait des irrégularités.

Deux ans plus trad et rien ne transpire. On voit la l'efficacite de notre ami John. Vous verrez avec Marteau pas besoin de commission d'enquete publique sur la construction.

Entretemps si un terrain evalue a 31 millions est achete pour un prix net de 4.4 millions cela veut dire que l'on se trompe royalement sur le role d'evaluation de la ville et alors, je paie alors trop de taxes municipales. SVP remboursez-moi mes taxes!

On nous prends pour des cons!

Charest, Tremblay Dehors!
Monsieur Sylvain , juin 08, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 

Aussi sur Rue Frontenac - Nouvelles