Rue Frontenac - Postes Canada – Le projet de loi est adopté






Postes Canada – Le projet de loi est adopté PDF Imprimer Envoyer
Nouvelles générales - Politique fédérale
Écrit par Alain Bisson   
Samedi, 25 juin 2011 20:42
Mise à jour le Samedi, 25 juin 2011 21:44

Le NPD a rendu les armes, notamment à la demande du syndicat des Postes, abandonnant sa stratégie d’obstruction qui a fait siéger les Communes pendant près de 58 heures en continu et a laissé la voie libre à l’adoption de la loi forçant le retour au travail des 48 000 employés de Postes Canada, samedi soir.

Le projet de loi a été adopté à une majorité de 158 contre 113. Le sénat lui donnera la sanction ultime dès dimanche et les employés de Postes Canada – en lock-out depuis dix jours – devraient être de retour au travail 24 heures plus tard, a indiqué la ministre du Travail, Lisa Raitt.

Les néo-démocrates faisaient faire du surplace en deuxième lecture au projet de loi C-6 depuis jeudi en intervenant à tour de rôle et en épuisant leur temps de parole jusqu’au dernier tic tac.

La démarche a forcé les députés à retarder leurs vacances estivales devant débuter jeudi et à passer, en alternance, deux nuits blanches et près de 58 heures sur leur fauteuil de la Chambre des communes. Il s’agit d’un record.

Mais le NPD a changé sa stratégie samedi après-midi, après l’échec d’une rencontre entre le Syndicat des travailleuses et des travailleurs des Postes (STTP) et Postes Canada, en matinée.

Les employés de Postes Canada devraient être de retour au travail lundi, a indiqué la ministre du Travail, Lisa Raitt. Photo d’archives Reuters

Marc-André Viau, attaché de presse du caucus du NPD, a expliqué à Rue Frontenac que les néo-démocrates bloquaient l’adoption du projet de loi afin de donner une ultime chance à la négociation entre la société et ses employés.

Les amendements tous battus

«Nous avons appris ce matin que les pourparlers n’ont pas abouti, alors on passe à une autre stratégie», a expliqué M. Viau alors que l’appel du vote résonnait à la Chambre des communes, vers 16h30.

L’idée était de proposer deux amendements pour assouplir le projet de loi, mais ils ont été battus par la majorité conservatrice, tout comme ceux des libéraux et des bloquistes, lors d’une séance plénière des Communes, en soirée.

Le NPD espérait faire changer les dispositions salariales de la loi – moins généreuses que les dernières offres de Postes Canada – et élargir le mandat de l’arbitre – qu’il estime trop collé aux préoccupations patronales – qui déterminera le contenu des autres clauses de la convention collective.

Une opposition rafraichissante

Joint en fin de journée, Denis Lemelin, président du STTP, a indiqué que le syndicat a demandé aux néo-démocrates de changer de cap après la déconvenue de samedi matin.

«Nous avons demandé au NPD de passer à la prochaine étape. Le parti a fait un travail très intéressant pour élargir le débat. C’était rafraichissant de voir l’opposition officielle offrir un discours différent que celui auquel les Canadiens ont été habitués», a-t-il dit à Rue Frontenac.

«Nous avons tenté avec le NPD de voir s’il était possible de proposer des amendements aux conservateurs. Nous avons essayé à deux reprises, jeudi soir et hier matin (vendredi)», a expliqué le président du STTP, Denis Lemelin. Photo d’archives Alain Décarie

Selon M. Lemelin, la tactique du filibuster du NPD a effectivement permis de tenir des rencontres de négociation vendredi soir et samedi matin. Il a ajouté que le syndicat a été impliqué directement dans la stratégie déployée par le NDP au cours des derniers jours.

«Nous avons tenté avec le NPD de voir s’il était possible de proposer des amendements aux conservateurs. Nous avons essayé à deux reprises, jeudi soir et hier matin (vendredi)», a-t-il dit.

Reprise des négociations

Postes Canada a eu vent des propositions, selon M. Lemelin, ce qui a favorisé un rapprochement et la reprise des discussions.

Dans une lettre de remerciement envoyée par M. Lemelin à Jack Layton, samedi, le STTP dit avoir rencontré des représentants du Service fédéral de médiation et de conciliation et de la ministre du Travail Lisa Raitt, vendredi soir.

Le STTP a ensuite déposé une nouvelle offre globale samedi matin à Postes Canada, lors de deux rencontres directes avec les négociateurs patronaux, sur la base des avancées contenues dans les amendements envisagés par le NPD et le syndicat. Postes Canada n’a cependant pas acheté le projet.

«Vos efforts, qui ont réussi à provoquer la reprise des négociations, montrent l’importance d’une opposition progressiste forte. Nous nous engageons à continuer de travailler avec vous et les membres de votre caucus dans la lutte plus vaste pour des emplois décents pour nous et pour les générations à venir de travailleuses et travailleurs», écrit M. Lemelin

Le STTP soutient que depuis l’annonce par le gouvernement Harper de son intention de forcer le retour au travail par une loi spéciale, Postes Canada n’a jamais négocié sérieusement et que l’entreprise, une société de la Couronne, n’a fait qu’attendre le dépôt et l’adoption d’une loi à son avantage.

Postes Canada a mis ses 48 000 employés en lock-out le 15 juin, après une série de grèves tournantes amorcées au début du mois qui ont interrompu le service postal pendant 24 heures à la fois dans diverses localités du pays.

Avec la collaboration de David Patry-Cloutier.

Commentaires (13)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
A Dany
0
Vous etes le cas patent d'un type qui parle a travers son chapeau. (si vous pouvez vous en acheter un). Les employés de:

Fédéral Express
UPS
Plombier
Electricien
Camionneur
Eboueur
Mécanicien
Etc.

Moi contrairement a vous, je ne jalouse absolument pas ces corps-de-métiers, lorsque le travail est bien fait il mérite une bonne rémunération.

Pour vous, cela doit-etre très difficile a comprendre, car je doute que vous etes un travailleur, étant votre facon de critiquer ceux qui font des salaires décents!
Avocat du diable , juin 27, 2011
La democratie? À part le employés, tout le monde sont contents...
0
Et parlant de démocratie, je ne vois pas pourquoi une compagnie n’a pas le droit de fixer ses conditions et salaires. Le pseudo négociation ressemble plus au taxage de la mafia: « Si tu nous donne pas ce que tu veux, on va te faire chier » La vraie négociation serait plus: « Si je n’ai pas ce que je veux, je vais travailler ailleurs et tu devrai engager quelqu’un d’autre »

Je n’ai rien contre les gros salaires, je suis contre les salaires gonflés artificiellement par le chantage de syndicats. Quand on n’aime pas ce que la compagnie a à nous offrir, on va ailleurs!

Et vous savez pourquoi les employés de postes canada ne vont pas ailleurs? Parce qu’ils savent très bien qu’ils n’ont pas grande chose à offrir et que avec les compétences/études qu’ils ont, ils dépasseront difficilement les 16$/h. Arrêtez de vous comparer aux avocats et médecins, ils ont largement dépassé le secondaire 5.

Je suis d’accord avec ce que le gouvernement à fait et j’espère que, avec le temps, les syndicats vont disparaitre complètement et vont être remplacés par des lois pour gérer les abus flagrants et non obliger une compagnie à garder un employé inutile.
Dany , juin 27, 2011
Décourager
0
Je lis les commentaires et je suis découragée. On dirait que tout le monde a oublié que c'est Poste Canada qui a décréter le lock-out. Les facteurs étaient prêt à abandonner la grève tournante si Poste Canada acceptait de remettre les avantages sociaux (assurances maladie, payer les facteurs en congé de maladie à long terme, ...) pendant les négociations. C'est Postes Canada qui a refusé l'offre pour pouvoir demander une loi spécial.

Je trouve que lorsqu'un employeur gouvernemental déclare un lock-out il ne devrait pas y avoir de loi spécial. C'est nous faire croire que la main droit ignore ce que la gauche fait.

Le fait que le gouvernement Harper a fait adopté une loi spéciale, disons que ça frise la dictature.
Marie-Claude , juin 27, 2011
A Denis Genois
0
Je me demande bien qui, fait de la basse-politique. A lire vos propos, ici au Québec personne n'a le droit de gagner un salaire décent. Alors les avocats, les médecins, les dentistes, les juges, les policiers etc. etc. etc., n'ont pas le droit eux non-plus de gagner un salaire au dessus de l'ouvrier moyen, quelle jalousie.

Vous dites aussi que les employés devront affronter la colère, monsieur vous encensez un gouvernement qui a adopté une loi spéciale, parce qu'il refusait de négocier et que Postes Canada a mis ses employés en lock-out.

Vous avez intéret a consulter votre dictionnaire pour le mot démocratie.

C'est plutot vous qui faites de la politique de basse-classe, ou peut-etre etes-vous un conservateur?
Avocat du diable , juin 27, 2011
Nivellement par le bas
0
On peut voir même dans les commentaires que si vous avez des conditions au dessus de la moyenne les gens vous en veulent, on veut ramener vos conditions au minimum en prétextant nimporte quoi, de toute façon toutes les raisons sont bonnes.

Bientot il faudra baisser le salaire minimum car il y a des travailleurs clandestins qui gagnent moins que ca...

On construit vraiment une belle société.

P.S. Après impôts taxes et autres cotisations qui retournent a leur employeur, les travailleurs de la poste coûtent probablement moins cher a leur employeur qu'un employé du Wal-Mart. On sent vraiment que l'économie réalisée fera toute la différence.
DroDro , juin 27, 2011
...
0
Dans le respect des citoyens-otages des syndiqués des Poste Canada, le gouvernement Harper a mis ses culottes. C'est ça se tenir debout, assumer ses responsabilités et être imputable. C'est çà gouverner dans le respect du peuple qui finit toujours par tout payer, quand les politiciens font comme le NPD qui tue le temps à éterniser des débats qui n'ont aucun sens parce qu'ils tiennent du jovialisme et de l'opportunisme partisan. Malgré tout, nous avons été chanceux de ne pas entendre les futiles et niaises sornettes du PLC et du BQ.
pagerry3 , juin 27, 2011
Ça va faire mal......
0
Ça va faire mal......et pas de commentaire des gens.
Attention à tous, si vous êtres un travailleur de 35.000$ par année syndiqué, vous êtes en danger....
Les postiers permanents à 50.000$ dans le privé c'est 35.000$. Et c'est ça le but.....privatiser et descendre les salaires. Pas pour vos beaux yeux que le gouvernement fait ça. Même si le gouvernement, c'est nous...HAHA....Mais c'est pour les amis qui contrôlent les élus !
Bonne chance à tous !
gino , juin 26, 2011
la liberté de négociation
0
mon opinion est mitigée tant qu'à la nécessité d'un service postal de qualité et fiable et au droit de négocier de bonne foi entre un syndicat et son employeur..Au nom de l'activité économique, je salue le retour de la poste pour les entreprises ( comtes payables et recevables) et pour l'économie en général mais je suis inquiet et déçu devoir qu'une loi spéciale dicte les règles d'une nouvelle convention collective sans tenir comte des dernières offres patronales déposées lors de séances de négociation. De plus l'arbitre n'a aucune marge de manoeuvre pour fixer les modalités de la nouvelle convention collective...vraiment inquiétant en pensant aux règles de démocratiques..que Harper met de l'avant...
maurice Daoust , juin 26, 2011
Vous ne croyez quand meme pas?
0
Postes Canada qui se fout éperdument de ses employés.
Postes Canada qui se fout éperdument de ses clients.
Le gouvernement Harper qui adopte une loi spéciale en se frottant les mains.

Et vous pensez que les employés de Postes Canada vont etre très heureux a leur retour au travail?

Dorénavant je vais employer d'autres voies que Postes Canada pour mes envois.

Je n'ai plus aucune confiance en vos services!
Avocat du diable , juin 26, 2011
...
0
A lire les commentaires des dirigeants du STTP, j'ai l'impression que le but ultime du conflit n'était pas de maintenir et d'améliorer les conditions de travail des employés de Poste Canada mais plutôt de profiter de l'occasion pour faire de la basse politique anti-conservateur.

En réalité, les faits sont que les membres du STTP jouissent de salaires et de conditions de travail bien au dessus de travailleurs moyens et ne répondent plus aux réalités économiques actuelles. Les citoyens ordinaires sont loin de les percevoir comme des pauvres travailleurs exploités.

M Lemelin aura beau se présenter comme une victime, il ne peut pas ne pas avoir su que le gouvernement Harper interviendrait pour mettre fin au conflit. Peut importe qu'il prenne la forme d'une gréve a d'un lock out.

Pendant que M Lemelin et ses officiers syndicaux seront bien cachés dans leurs bureaux du STTP, ce sont les facteurs et les postiers qui vont devoir affronter la colère des citoyens.

Denis Genois , juin 26, 2011
Menteur
0
Quel hypocrisie:

Une compagnie qui refuse de négocier
Une compagnie qui met ses employés en " lock-out "
Un gouvernement qui propose une loi spéciale
Une compagnie qui refuse toujours de négocier
La loi spéciale qui est adoptée

Après l'adoption de la loi spéciale, Stephen Harper a eu l'audace de dire:
" Nous savons de quel coté le public se situe. "

Moi, Stephen Harper, je ne me situe pas du coté d'un menteur, d'un fourbe, d'un fumiste.

Vous pouvez bien engraisser les pétrolières avec des réductions d'impot et maltraitez des employés a qui vous refusez toutes nédociations.

Je suis fier des québécois qui, années après années, refusent un gouvernement comme le votre.

Menteur, fourbe et fumiste.......
Avocat du diable , juin 25, 2011
Et c'est pas fini...
0
Petit travailleur comme moi, watch-out....Ma prédiction est vraiment en train de se concrétiser.
Nous allons nous faire presser comme des citrons pendant 4 ans...peut-être 5 ! Bravo aux concervateurs et leurs amis ! Faites-vous plaisir et du cash ! Vous êtes majoritaires ! Définition du capitalisme sauvage ? Maximum de profit dans le plus court laps de temps. Bonne chance à tous et à moi aussi....
gino , juin 25, 2011
Enfin!
0
Mes commandes vont enfin arriver! Bonne chance aux travailleurs dans vos négociations, mais votre grève tournantes qui à mené au look-out ma fait du trouble en maudit! Content quand même de savoir que vous n'oserez plus jamais!
Marc , juin 25, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 

Aussi sur Rue Frontenac - Nouvelles