Rue Frontenac - Meurtre de Natasha Cournoyer : pas un comportement de drogué, dit un psychiatre






Meurtre de Natasha Cournoyer : pas un comportement de drogué, dit un psychiatre PDF Imprimer Envoyer
Nouvelles générales - Justice
Écrit par Michaël Nguyen   
Jeudi, 16 juin 2011 18:48
Mise à jour le Jeudi, 16 juin 2011 19:00

Claude Larouche prétend que la drogue lui avait fait perdre la carte avant la mort de Natasha Cournoyer è pourtant son comportement était alors à l’opposé de quelqu’un qui a consommé de la cocaïne, a témoigné un psychiatre jeudi au procès pour meurtre prémédité du menuisier de 49 ans.

Le docteur Gilles Chamberland s’est affairé dans son témoignage à démonter la version des faits racontés par l’accusé.

Si la consommation de cocaïne provoque une méfiance qui peut évoluer en psychose, « rien ne laisse croire que Larouche était méfiant », a estimé le Dr Chamberland.

« Il dit avoir consommé de la cocaïne dans son camion, garé dans un parking public, pendant une heure trente. On est aux antipodes de quelqu’un de méfiant », affirme le spécialiste.

« La cocaïne décuple l’impatience, a ajouté le témoin. Une heure trente à attendre (son pusher) sans le rappeler, surtout s’il manquait (de drogue), montre que M. Larouche a fait preuve d’une patience extraordinaire. »

Natasha Cournoyer
Photo d'archives Rue Frontenac

Si Claude Larouche était réellement sous l’effet de la drogue, il est « illogique » qu’il ait embarqué sa victime dans sa voiture, croit le témoin. « C’est comme si on fait face à un loup, qu’on se batte puis qu’on s’enferme avec dans une cage », a-t-il imagé.

Le psychiatre a été jusqu’à qualifier de « négligent » l’attitude de Claude Larouche face à son environnement. « L’accusé se décrit comme étonnamment calme dans son témoignage, (…) peu anxieux, (…) il fait même preuve d’un calme olympien », a-t-il estimé.

Le témoignage du pharmacologue écorché

Plus tôt dans la journée, un pharmacologue spécialiste des drogues intoxicantes, Louis Léonard, avait témoigné pour la défense. Il avait notamment affirmé que la consommation d’antipsychotiques et d’antidépresseurs pourrait plonger un consommateur dans un état de paranoïa au point de s’armer tant il se sentirait en danger.

Or, selon le Dr Chamberland, si Claude Larouche avait réellement pris ces médicaments, cela aurait plutôt eu un effet d’apaisement, son impulsivité aurait diminué et cela aurait pu prévenir le meurtre de Natasha Cournoyer. Le psychiatre est également convaincu que l’accusé ne montre aucun signe de bipolarité.

Michaël Nguyen est stagiaire à Rue Frontenac

Commentaires (6)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
Larouche menteur!
0
Larouche est un menteur habile qui essaie de faire passer ses pulsions sexuelles de violeur et d'abuseur sous le couvert de la drogue. Prédateur absolue qui guettait sa proie dans son auto pour soulager ses pulsions. Le reste c'est du téléroman inventé par le salaud et son avocat. Prison à vie pour ce prédateur sexuel!
Socrate , juin 20, 2011
Interessant
0
Enfin des commentaires qui apportent des elements interessants...
-- , juin 17, 2011
Lutte à la drogue
0
Une vraie politique de lutte à la drogue et à la criminalité serait nécessaire. Mais dès qu'on en discute avec des paliers plus élevés, on voit apparaître des sourires. Tous semblent savoir que la gangrène est bien installée en haut.
Lapin blanc , juin 17, 2011
Lieu de prédilection
0
"Il dit avoir consommé de la cocaïne dans son camion, garé dans un parking public, pendant une heure trente. On est aux antipodes de quelqu’un de méfiant, affirme le spécialiste."

Le cocainomane consomme le plus rapidement possible, il ne peut attendre. Normalement, il se dirige vers la toilette ou la ruelle la plus proche pour "faire sa roche". Un camion verouillé : voilà l'endroit le plus sûr au monde pour quelqu'un de méfiant.
Jamie Dimon , juin 16, 2011
Paix intérieure
0
"si Claude Larouche avait réellement pris ces médicaments, cela aurait plutôt eu un effet d’apaisement"
Il est impossible d'apaiser un cocainomane en manque, cher docteur; pas même avec un comprimé de Seroquel. Il s'agit d'une drogue dure, l'effet de manque se produit en moins de 10 minutes sur le crack.
Ben Bernanke , juin 16, 2011
Où sont les dollars du sac à main? , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 

Aussi sur Rue Frontenac - Nouvelles