Rue Frontenac - WikiLeaks utilise la parodie pour dénoncer le blocage bancaire






WikiLeaks utilise la parodie pour dénoncer le blocage bancaire PDF Imprimer Envoyer
Nouvelles générales - International
Écrit par David Patry-Cloutier   
Mardi, 28 juin 2011 14:11
Mise à jour le Mardi, 28 juin 2011 14:23

Le blocage de plusieurs institutions financières américaines qui refusent de rediriger les dons des citoyens vers WikiLeaks fait mal à l'organisation de Julian Assange, qui vient de répliquer avec une campagne de publicité parodiant celle de MasterCard.

« Depuis six mois, cinq grandes institutions financières américaines, VISA, MasterCard, Paypal, Western Union et la Bank of America ont essayé d'étrangler économiquement WikiLeaks à la suite de pressions politiques de la part de Washington », explique l'organisation sur son site.

Ces banques ne permettent pas à leurs utilisateurs de verser des dons au site qui a notamment mis à nu la diplomatie américaine. Une mesure qui aurait privé WikiLeaks de 15 millions de dollars jusqu'à maintenant, soit 90 % des dons parvenant normalement à l'organisation.

Dans une vidéo mise en ligne mardi après-midi, son fondateur, Julian Assange, réplique avec une publicité dénonçant « l'attaque » des institutions bancaires.

La vidéo parodie une vieille publicité de MasterCard, soulignant les coûts de fonctionnement de WikiLeaks, soit 5000 $ pour 20 téléphones sécurisés, 1 M$ pour les luttes juridiques, 200 000 $ pour le fonctionnement des serveurs du site Internet dans 40 pays, etc.

« Regarder le monde changer à la suite de votre travail, ça n'a pas de prix », poursuit la publicité, montrant Julian Assange devant son ordinateur portable qui regarde des protestations au Moyen-Orient.

Le Ku Klux Klan mais pas WikiLeaks

La voix hors-champ ajoute alors que « certaines personnes n'aiment pas que le monde change », montrant un logo de MasterCard, et conclut que « pour tout le reste, il y a WikiLeaks ».

Les internautes sont ensuite invités à s'informer sur le blocus économique qui sévit contre l'organisation et surtout, à donner généreusement.

Sur son site, WikiLeaks s'en prend aux banques qui lui ont coupé les vivres, s'attaquant à leur neutralité politique et demandant à ce que leurs licences leur soient révoquées. Le site met de l'avant qu'il n'existe aucune poignée légale permettant aux institutions financières de décider ainsi quelle organisation doit être appuyée ou non.

Le site fait appel aux autorités mondiales. « Quand VISA et MasterCard fournissent gentiment des services au Klu Klux Klan, mais pas à WikiLeaks, c'est le moment d'agir. »

Commentaires (0)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 

Aussi sur Rue Frontenac - Nouvelles