Rue Frontenac - Nous ne sommes pas à l’abri de nouveaux chocs mondiaux, prévient l'OCDE






Nous ne sommes pas à l’abri de nouveaux chocs mondiaux, prévient l'OCDE PDF Imprimer Envoyer
Nouvelles générales - International
Écrit par Jean-François Codère   
Lundi, 27 juin 2011 15:41
Mise à jour le Lundi, 27 juin 2011 16:35
Les chocs mondiaux vont se multiplier, prévient l'OCDE dans un rapport rendu public lundi. L'organisme pointe du doigt l'interconnectivité de tous les réseaux mondiaux et identifient cinq risques majeurs: une pandémie, une cyber-attaque, une crise financière, un conflit socio-économique ou une tempête géomagnétique. L'un d'eux concerne particulièrement le Québec.

Si les chocs mondiaux seront plus fréquents, c'est «en raison de l’imbrication croissante de l’économie mondiale et de la rapidité avec laquelle les personnes, les biens et les données se déplacent», estime l'organisme, qui définit un «choc mondial» comme «l'apparition soudaine d'un événement avec de graves conséquences disruptives et touchant au moins deux continents».

«Les chocs mondiaux peuvent être dus à un événement qui affecte le monde entier à peu près en même temps, comme une collision de la Terre avec un astéroïde majeur, ou ils peuvent être la conséquence d'événements plus subtils qui débutent localement et se propagent à des endroits éloignés du globe, écrit-on. Ce qui permet au deuxième type d'événement de se propager, ce sont les interconnexions et interdépendances caractéristiques de l'économie mondiale moderne. Il y a plusieurs réseaux de ce type: les marchés financiers, l'Internet ou tout simplement des avions transportant des passager infectés par un virus dangereux.»

La hausse du prix du blé a été un facteur du renversement du gouvernement Tunésien, mais elle était elle-même tributaire d’une série d’événements environnementaux et économiques. Photo d’archives Reuters

Le rapport de l'OCDE, intitulé Les futurs chocs mondiaux, explique par exemple comment une série d'événements en apparence distants (un feu de forêt et une sécheresse en Russie, des inondations au Canada, en Australie et aux États-Unis), combinée à la croissance économique en Chine et en Inde, ont propulsé le prix du blé à la hausse à l'échelle mondiale.

Cette hausse est elle-même devenue un facteur dans le «printemps arabe», qui a vu les gouvernements de la Tunisie et de l'Égypte être renversés, la Lybie tomber en guerre civile et une série d'autres pays composer avec la révolte populaire, plus ou moins violente selon les cas.

L'étude se base sur une série d'autres études préalables analysant cinq risques majeurs précis:

La popularité du transport aérien peut aider à propager des virus. Photo d’archives Reuters

1- Une pandémie

Selon l'OCDE, la forme la plus probable de pandémie risque d'être due à une nouvelle forme du virus de l'influenza A.

«Durant une pandémie, des chocs d'offre sont prévisibles dans les domaines du transport, des échanges commerciaux, des systèmes de paiement et des services publics», note le rapport.

Le fait que de plus en plus de gens, à l'échelle mondiale, soient concentrés dans des zones urbaines augmente les risques, tout comme la popularité du transport aérien et l'existence de réseaux de contrebande d'animaux, qui peuvent aider à propager des virus qui ne se propagent que d'un animal à un humain.

Le système financier mondial est si complexe qu'il est amplement capable de se détruire de lui-même. Photo d’archives Reuters

2- Une crise financière

La dépendance de la demande des consommateurs et des investissements des entreprises envers l'endettement rend l'économie «réelle» susceptible aux soubresauts des marchés financiers, note l'OCDE.

Comme l'a démontré la crise financière de 2008, le système financier mondial est si complexe qu'il est amplement capable de se détruire de lui-même, avec un apport minime du monde extérieur, constate-t-on.

3- Une cyber-attaque

Le scénario a maintes fois été appréhendé, mais les risques demeurent mineurs, estime l'OCDE, allant ainsi à contre-courant de la croyance populaire.

Ainsi, il serait «hautement improbable qu'une seule attaque informatique puisse avoir la capacité de se propager au point de constituer un choc mondial».

Pour faire des dommages, une attaque informatique devrait vraisemblablement être combinée à un autre désastre pour créer la «tempête parfaite», estime-t-on. Photo d’archives RueFrontenac.com

Un autre scénario, un peu plus probable serait celui «d'une succession de multiples attaques informatiques inédites (zero-day) contre des infrastructures clés par des individus de grand talent, de grande détermination et qui ne seraient pas préoccupés par les dommages que ces actions pourraient leur causer à eux-mêmes».

Très peu d'attaques informatiques ont eu un impact mondial et celles-ci n'ont pas duré longtemps note le rapport, selon lequel le risque le plus important vient probablement d'une attaque perpétrée par quelqu'un ayant déjà accès de l'intérieur aux réseaux transmettant les informations les plus importantes, celles des banques par exemple, qui ne sont pas reliées à Internet.

Pour faire des dommages, une attaque informatique devrait vraisemblablement être combinée à un autre désastre pour créer la «tempête parfaite», estime-t-on.

4- Une tempête géomagnétique

Ce type de tempête, explique le rapport, peut d'abord déstabiliser tous les systèmes s'appuyant sur le positionnement par GPS. Plus intenses, elles peuvent aller jusqu'à surcharger les circuits électriques ou même faire fondre des pièces de transformateurs à haute tension.

«La position géographique du réseau d'Hydro-Québec et ses 1000 kilomètres de lignes à haute tension l'ont rendu sensible aux tempêtes géomagnétiques», juge l’OCDE. Photo d’archives RueFrontenac.com

Comme la production mondiale de transformateurs de haute tension est d'à peine 70 à 100 unités par année, des dégâts majeurs pourraient prendre des années à être réparés et ainsi provoquer de vastes pannes.

Le rapport relève les événements survenus au Québec en 1989, quand une tempête géomagnétique avait endommagé sept compensateurs d'électricité statique du complexe La Grande et avait entraîné une panne de plusieurs heures dont les coûts totaux pour Hydro-Québec ont été estimés à 6 G$ US.

«La position géographique du réseau d'Hydro-Québec et ses 1000 kilomètres de lignes à haute tension l'ont rendu sensible aux tempêtes géomagnétiques», juge-t-on. Des mesures ont été apportées pour mieux protéger les équipements, mais le réseau d'Hydro-Québec n'a évidemment pas bougé et est toujours aussi long.

À l'échelle mondiale, une tempête géomagnétique du même ordre que la pire jamais enregistrée jusqu'à présent, en 1859, provoquerait aujourd'hui des dommages estimés à 7 trillions de dollars US (7 000 000 000 000$ US).

5- Une crise socio-économique

En apparence théorique il y a quelques mois à peine, la menace d'une crise socio-économique apparaît maintenant bien réelle, à la suite des multiples révoltes populaires ayant constitué le «printemps arabe».

L'OCDE perçoit cette menace principalement comme «secondaire», en ce sens qu'elle est surtout susceptible de se produire dans un deuxième temps, après qu'une autre crise ait déstabilisé un pays.

«Si un pourcentage suffisant de la population vulnérable est incapable de pallier aux effets d'un événement, le stress sur la stabilité sociale peut atteindre un point critique et créer une crise», explique-t-on.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter les rapports (PDF) sur:

Commentaires (4)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
Une phrase connue...
0
Une des caractéristiques de notre existence c est son imprévisibilité...
Ohhhh! Cé térrible!
POURVOU QUÉ CA DOURRE!!...
N.L. , juin 28, 2011
Après la rencontre du Bilderberg Group...
0
Bon et voilà les prédictions...cela semblent comme un scénario préparé d'avance par ces hurluberlus d'ingénieurs sociaux-économique qui veule contrôler nos moindre faits et gestes...On est pas des caves Bon Sang!
Conspirationiste , juin 28, 2011
Chef d'orchestre
0
"Une attaque informatique devrait vraisemblablement être combinée à un autre désastre pour créer la tempête parfaite"

Vous n'insinuez évidemment pas que les Etats-Unis pourraient fermer l'internet complètement en cas de désordres sociaux, j'espère...
Les Américains ayant récemment qualifié les pirates informatiques de "terroristes suceptibles de subir une riposte militaire", ont peu penser que la fin justifiera, encore une fois, les moyens, c'est-à-dire le meurtre gratuit d'innocents.
Ben Bernanke , juin 28, 2011
La réalité........
0
Très beau compte-rendu.

Malheureusement, ici au Québec, il y a de ça belle lurette, que les québécois vivent de la pensée magique, ne discuter pas de ces choses, vous risquez d'etre pris pour un hurluberlu?
Avocat du diable , juin 27, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 

Aussi sur Rue Frontenac - Nouvelles