Rue Frontenac - Réparations majeures au puits de Leclercville






Réparations majeures au puits de Leclercville PDF Imprimer Envoyer
Nouvelles générales - Environnement
Écrit par Jessica Nadeau   
Mercredi, 19 janvier 2011 15:03
Mise à jour le Mercredi, 19 janvier 2011 18:15

En raison de fuites de gaz de schiste qui dépassent les normes, l’entreprise Talisman se voit dans l’obligation de faire des travaux correctifs majeurs en coulant du nouveau béton dans le puits de Leclercville. Il s’agit, selon le ministère des Ressources naturelles, du seul puits où des travaux de cette ampleur sont nécessaires.

Dans la forêt seigneuriale de Leclercville, près de Lotbinière, à plusieurs kilomètres de toute habitation, une quinzaine d’hommes en sarraus de travail bleus bravent le froid sur un chantier recouvert de neige. Ils ont érigé une nouvelle tour au-dessus du puits et le chantier est en pleine effervescence avec une torchère, le va-et-vient des camions et les génératrices qui fonctionnent à plein régime.

Mais ils ne procèdent pas à des opérations de forage normal. Ils tentent plutôt de colmater une fuite.

« Les travaux correctifs sont apportés par l’entreprise à la demande du ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF), à la suite des inspections réalisées à l’automne 2010 », affirme Jancimon Reid, porte-parole du ministère.

« L’intervention réalisée consiste à injecter, sous pression, du ciment dans une portion bien précise du puits afin de colmater la fuite émanant du coffrage mis en place au moment du forage, dans la section ayant fait l’objet de fracturations, précise Jancimon Reid. Cette opération vise à remédier aux émanations de l’évent du tubage de surface du puits ».

Les travailleurs de Talisman s'affairent à réparer une fuite au puits de Leclercville. Photo Annick MH de Carufel

Risques dexplosion

Selon Stéphane Perrault, porte-parole de la compagnie Talisman, la fuite se situe entre le tubage de production et le coffrage de ciment. « Il faut aller défaire le ciment et le recouler pour obturer le chemin que le gaz s’est frayé. »

Selon lui, il n’y aurait donc aucune chance de contamination de la nappe phréatique puisque la fuite est à l’intérieur même de la structure. Une information confirmée par le MRNF.

« Le niveau de risque n’est pas élevé, mais il faut bien faire les choses », soutient le porte-parole du ministère qui confirme qu’un inspecteur a été envoyé sur les lieux mardi afin de s’assurer que les travaux se déroulaient en bonne et due forme.

Même s’il n’y a pas de risques de contamination des eaux souterraines, une accumulation de gaz, causée par la fuite, pourrait entraîner une explosion, et c’est la raison pour laquelle on procède aux travaux. « Le gaz pourrait s’accumuler dans le puits ou dans la paroi et cela pourrait être dangereux », affirme Stéphane Perreault, précisant que « le principal danger serait pour les employés sur le site en cas d’explosion. »

En plus de colmater la fuite, Talisman en profite pour inspecter tout le puits afin de s’assurer qu’il n’y ait pas d’autres fuites ailleurs entre le sol et le tubage.

Pas de normes québécoises

Stéphane Perreault affirme que c’est Talisman qui a découvert ces fuites à l’automne dernier grâce au monitoring que la compagnie effectue. Les émanations de gaz dépassaient les normes.

« Nous appliquons les normes de l’ouest canadien puisqu’il n’y a pas de normes sur cet aspect-là au Québec [...] Comme il n’y a pas de barèmes sur les normes, c’est une demande du ministère de respecter les normes de la Colombie-Britannique. »

Toujours selon Stéphane Perreault, la compagnie a fait suivre au ministère des Ressources naturelles et de la faune (MRNF) les informations concernant les émanations de gaz en octobre dernier. Le MRNF aurait fait, par la suite, des inspections qui auraient confirmé ces chiffres.

Talisman n’aurait pas reçu de constat d’infraction pour ces dépassements, assure Stéphane Perrault.

À la suite des discussions entre la compagnie et le ministère, un plan d’action pour corriger la situation a été élaboré par la compagnie. « C’est nous qui avons fait le plan, ça fait partie de notre responsabilité », affirme Stéphane Perreault.

Talisman a soumis ses plans au MRNF qui a émis un certificat d’autorisation pour les travaux correctifs le 9 décembre dernier. Les travaux ont débuté au début du mois et devraient se poursuivre pour encore une semaine. Par la suite, la compagnie procédera au démantèlement des équipements.

Commentaires (22)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
Et alors...
0
Moi je demeure a leclercville, et tout ce que je retient au sujet de cette fuite c'est qu'ils disent que la qualité de l'eau ne sera pas affecté. Bien moi je demeure dans le village de leclercville et sa fait au moins 10 ans qu'on a pas d'eau potable alors qu'est ce que sa peu ben leur a faire a cette foutu compagnie que notre qualité de l'eau ne soit pas affecter il savent deja que notre eau n'est pas buvable.
LUDOVICA , janvier 30, 2011
BullSchiste
0
L'expression populaire deviendra-t-elle:
"BullSchiste ? Avec ce que j'ai entendu dernièrement, Mme Normandeau semblait signifier qu'il y avait un lien ou une similitude.
Sentinelle , janvier 22, 2011
@tous
0
Le commentaire de Sébastien est pertinent, tout de même. Mais rien n'empêche un moratoire, le temps de faire valoir tout ces points de vue.

Il y a en effet beaucoup de peur et craintes dans ce dossier. PAR CONTRE, plusieurs peurs sont fondées, à mon avis.

LES NORMES DE POLLUTION

Les normes de pollution de l'industrie des gaz de schales (et non de schiste - non sens scientifique) sont elles basses ou élevées ? En comparaison avec les sites d'enfouissements, les eaux d'épurations, les boues des incinérateurs ?

De plus, j'ai l'impression que les libéraux mettent la pédale au fond pour placer tous leurs amis dans cette industrie, avant de laisser le pouvoir pour 8-12 ans. Le milieu du gaz de schiste et des libéraux semble poreux.

MORATOIRE SUR L'EXPLOITATION POUR FIN D'ÉTUDE. LE GAZ S'EN IRA PAS ! IL EST LÀ DEPUIS DES MILLIONS D'ANNÉES. POUR QUELLE RAISON CET EMPRESSEMENT INEXPLICABLE ?
Val , janvier 21, 2011
Sébastien
0
J'ai lu votre commentaire Mr. Sebastien! J'aimerais savoir ou vous habitez.J'habite Leclercville.L'information ici est au compte goutte. Je suis pour le moratoire. Celui-ci servira è répondre aux questions fondamentales.oui je suis inquiète pour les puits artésien,pour la culture ,l'air 3 besoins primaires parce que voyez-vous cela fait plus de 20 ans que j'habite ici. Des erreurs on en a vu ailleurs.Pensez au gens de Shannon.Ce n'est pas le gaz en cause mais cela vient d'une erreur .Il est peut-etre plus prudent de vérifier avant? l'exploitation du shale concerne TOUT LE MONDE au Quebec 5000 à 10000 puits dans la vallée du St-Laurent.Je crois qu'il faut plus d'informations avant de donner le feu vert. Ne regardez pas juste votre nombril Mr. Sébastien. Je ne suis pas une activiste mais une citoyenne qui mérite d'être informée et qui en a le droit.Un moratoire maintenant.
michèle , janvier 20, 2011
Oui il y a des Trolls
0
Malheureusement j'ai raison en ce qui a trait aux trolls payés par le gouvernement et par l'industrie qui tentent de discréditer tous ceux qui ne font pas de l'aplatventrisme. Je vous incite à aller voir ce lien (malheureusement en anglais seulement). Vous allez voir que je n'ai rien inventé.
http://www.monbiot.com/archives/2010/12/13/reclaim-the-cyber-commons/
Louise , janvier 20, 2011
En réponse à Louise
0
Louise, vous êtes démasquée. Vous êtes reconnu comme une 'troll' payé par le lucratif lobby environnementaliste.

Franchement... votre commentaire est ridicule.
AC , janvier 20, 2011
En réponse à Sébastien
0
Sébastien, encore une fois de plus vous êtes démasqué. On vous connait comme un "troll" payé par l'industrie gazière pour discréditer tous ceux qui s'opposent à eux et leur machine à faire de l'argent sur le dos des autres. On vous voit sur d'autres sites. Alors cessez de jouer la veuve affligée et de nous traiter d'activiste.
Louise , janvier 20, 2011
@Mathieu Fréchette
0
Sid n'est pas du tout 'frustré', il est plutôt très réaliste. J'ai l'impression que le Québec ne veut aller de l'avant dans aucune projet aussitôt qu'il y a le moindre risque. Il y a des risques dans TOUT! Le risque zéro est impossible.

Aussi, tu sembles proposer la "nationalisation". Ce que je trouve ironique avec la nationalisation c'est que souvent, ceux qui sont en faveur de cela font partie de la majorité de la population qui considère les politiciens comme des menteurs, voleurs, etc. En nationalisant le secteur privé, on fait grossir la machine gouvernementale et on donne ainsi plus de pouvoir à ceux que vous (p-e pas vous M. Fréchette, mais beaucoup d'autres) qualifiez de menteurs et de voleurs.

Aussi, plusieurs personnes parlent de pot-de-vins ou d'entreprises qui 'graisse' les gouvernements. Est-ce que quelqu'un à une preuve de cela (ex. provenant d'un journal crédible) en ce qui concerne le gaz de schiste?
AC , janvier 20, 2011
Gang d'activistes , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
MENSONGES
0
Quand est-ce que la majorité du bon peuple Québécois va se tanner de se faire conter des mensonges après mensonges.

Y aurait-il personne de sensé au pouvoir actuellement ? Attendent-ils la goutte qui fera débordée le vase ?
Marc , janvier 20, 2011
@Sid
0
Tu réagis comme un frustré de la vie, c'est à dire sans aucun raisonnement logique.
Les gens ne sont pas contre l'exploitation des gaz de schiste, ils sont contre leur exploitation hâtive sans information sur les conséquences possibles.
Crois-tu réellement que nous allons faire fortune avec ce gaz? Alors pourquoi ne pas nationaliser cette source d'énergie au lieu de la donner à des compagnies étrangères?
Tu crois également que le Québec a absolument besoin d'argent et que ce merveilleux gaz de schiste est notre salut, mais en fera cela ne fera-t'il simplement pas plus d'argent à gaspiller pour le gouvernement?
Mathieu Fréchette , janvier 20, 2011
Pas de normes? Comme l'ouest? Non merci.
0
« Nous appliquons les normes de l’ouest canadien puisqu’il n’y a pas de normes sur cet aspect-là au Québec [...] Comme il n’y a pas de barèmes sur les normes, c’est une demande du ministère de respecter les normes de la Colombie-Britannique. »

C'est le bout de l'article qui m'a marqué le plus. Aucunes normes au Québec? Pourquoi y'a t'il de l'exploitation?

Faire comme l'ouest Canadien? Ces provinces qui ont transformé la réputation environnementale du Canada avec leurs sables bitumineux?

Tout ça ne m'inspire pas beaucoup...
Mario , janvier 20, 2011
Aucun risque
0
L'exploitation des gaz de schistes se fait toujours, et partout dans le monde, sans aucun incident eceolgique. Monsieur Cayer nous l'a souvent dit et il le sait tres bien car il est paye pour nous le dire.

Quant a Jean Charest, le pauvre, il a un dictionnaire deffectueux; le mot moratoire y est absent.


Madame Normandeau tient aussi a rassurer tous les quebecois, la vache ne sera pas moleste durant le colmatage de la fissure du puit.

Courage au gens de Leclercville, les reparations ne seront pas longues a venir les travaux sont sous la supervision d'experts, probablement les memes que ceux de BP dans le golfe du Mexique.
Monsieur Sylvain , janvier 20, 2011
Pas du tout!
0
Chers Sid,

Quand ces puits seront dans ta cour tu aura droit de parole sur ce sujet. Avant de dire que les gens exagèrent assure-toi donc de ne pas dire des conneries. Il y a des tonnes de façons de stimuler l'économie au Québec mais autres que les "industries sales" rare sont ceux qui peuvent graisser la patte de nos vaillants politiciens pour faire débloquer ces projets.
Réal , janvier 20, 2011
L'industrie informe le ministère
0
C'est l'industrie qui nous informe. Qu'elle est le plan du gouvernement lorsqu'il y aura 8000 puits dans la Vallée du St-Laurent? Depuis quand devons nous nous fier à l'industrie lorsqu'il y a des risques environnementaux et de sécurité? Si le gouvernement décide d'augmenter ses effectifs sur le terrain j'espère que les citoyens n'auront pas à payer la facture. Un temps d'arrêt s'impose avant qu'il ne soit trop tard.
Philippe , janvier 20, 2011
Vous exagérez , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Tout vas bien
0
Comme la dit notre super premier ministre à l'émission tout le monde en parle, tout vas bien, il n'y a aucun danger et aucun problème...
Denis , janvier 20, 2011
Est-ce que ça vous rassure ?
0
Et dire que nous n'avons aucune norme québécoise...
Y en a pas de problème !
Pour vous rassurer, nous allons mettre en place une comission d'enquête, ça tombe bien, le juge Bastarache est libre actuellement...
Avec lui et la ministre Normandeau, nous sommes en affaire...
Et vive le président de la république !
JYP
JYP , janvier 20, 2011
Et les pigeons de Saint-Augustin...????
0
J'ai lu un article sur l'exploitation des gaz de schiste en Arkansas. L'exploitation des gaz de schiste y est très intensive la-bas...
Étrangement, il y aurait eu des tremblements de terre particulièrement puissants à cet endroit le 30 décembre dernier et ces tremblements de terre seraient dû à de la fracturation ..., C'est dans cette rivière passant tout près qu'ont été retrouvés 100 000 poissons morts. Il y passe d'ailleurs 4 oléoducs au-dessus de cette rivière. C'est également dans cette région que se trouve la ville de Beebe (5 000 carouges décédés). La cause de ces décès de masse serait donc dû, selon l'article très bien écrit et avec beaucoup de références, au gaz de schiste (émanations dans l'air et dans la rivière...) En faisant une recherche sur les pigeons de Saint-Augustin-Desmaures (où sont décédés les 80 pigeons, près de Québec), j'ai appris que Junex y avait un puits... Je ne dis pas que la compagnie est responsable, mais ça m'étonne qu'on ait pas pensé à regarder dans cette direction... En passant..., L'article se trouve sur "mondialisation.ca" (Je ne sais pas si j'ai droit de citer ce site..., mais voilà...)
Daniel , janvier 19, 2011
Ça commence bien !
0
Comment les grosses têtes du gouvernement disaient déjà ?... "Il n'y a aucun risque avec l'exploitation des gaz de shciispte ... ( est-ce que je l'ai dit comme il faut?)"
Alex , janvier 19, 2011
Commentaire
0
Moi, ministre Normandeau, ne voit rien de mal à avoir une petite fuite d'urgence à colmater.

Boucher-moi ça rapidement que je reçoive mon pot de vin au plus vite et que l'on en parle plus.
Sylvain , janvier 19, 2011
"...à la demande du ministère...''
0
Nous avons donc la preuve que l'industrie n'agira pas d'elle-même en réparant les fuites qui dépassent les normes. Si on a présentement droit aux ''meilleures pratiques'' de l'industrie, et bien celle-ci nous prouve qu'elle doit être surveillée de très près. Fini les expériences exploratrices et MORATOIRE avant qu'il ne soit trop tard!
JF Gaudreau , janvier 19, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 

Aussi sur Rue Frontenac - Nouvelles