Rue Frontenac - Les profs du Collège Maisonneuve ont la mine basse






Les profs du Collège Maisonneuve ont la mine basse PDF Imprimer Envoyer
Nouvelles générales - Éducation
Écrit par Jean-Michel Nahas   
Mercredi, 21 avril 2010 15:00
Mise à jour le Jeudi, 22 avril 2010 10:00

En raison des budgets restreints au Collège Maisonneuve, des enseignants de plusieurs départements doivent eux-mêmes payer leur matériel de bureau. Des crayons aux agrafes en passant par les trombones, tout est à leur charge. Une situation déplorée par le syndicat mais qui n’est pas sans surprendre certains professeurs.

À son arrivée dans l’établissement de la rue Sherbrooke, Mirelle Bergeron a constaté avec étonnement qu’aucun article de papeterie ne lui était fourni, à l’exception d’acétates et de marqueurs pour y écrire.

L’enseignante, qui vient de joindre le département de sciences infirmières du Collège, a dû débourser une cinquantaine de dollars pour se procurer les autres articles de base.

Les enseignants du Collège Maisonneuve doivent débourser eux-mêmes les frais de fournitures scolaires. Photo Luc Laforce

« Au début, j’empruntais des crayons à mes collègues, raconte-t-elle. Je n’avais pas pensé à en apporter. C’est un peu étonnant puisque c’est si utile dans notre quotidien. J'ai déjà travaillé dans un bureau où on me fournissait mes stylos, donc le contraire me surprend.»

Budgets serrés

Rapidement, une petite virée dans un magasin de matériel de papeterie s’est avérée primordiale. Stylos, effaces, trombones, cartables, brocheuses, agrafes, onglets : tout y a passé. « J’ai encore des ciseaux et une calculatrice à acheter », mentionne Mme Bergeron.

La décision d’allouer ou non ces articles aux professeurs revient à chaque département. Certains décident d’utiliser le montant fourni pour l’achat de livres spécialisés.

En sciences infirmières, où sont regroupés 52 enseignants et techniciens, le budget de 244 $ alloué aux fournitures de bureau a notamment servi à payer des cartables pour les archives, de même que des perforeuses et du papier à lettre.

Les départements tentent souvent d’obtenir des enveloppes supplémentaires, ce qui est loin d’être aisé. En mars dernier, la réserve d’encre pour les imprimantes des enseignants en sciences infirmières était à sec.

Les professeurs sont passés près de devoir payer les frais d’impression, mais le département a réussi à débloquer une somme supplémentaire auprès de l'administration à la dernière minute.

« Les budgets ne représentent pas les besoins réels, explique Patrick Lafontaine, vice-président aux relations de travail du syndicat des professeurs du Collège Maisonneuve. Ces montants sont minimaux et dans bien des cas, ça ne sert pas pour les crayons. De manière générale, tout le monde doit payer ses choses. »

Difficultés de financement

Du côté de la direction du Collège, on indique que chaque département a la tâche de diviser son budget selon ses priorités. « Il n’y a pas de trousses de matériel pour le professeur qui arrive », souligne la secrétaire générale de l’établissement, Brigitte Desjardins.

La question des articles de bureau s'ajoute aux préoccupations du syndicat, qui a toutefois bien d'autres chats à fouetter ces jours-ci. « Nos difficultés de financement sont plus grandes ailleurs, par exemple dans le financement du salaire des professeurs », explique Patrick Lafontaine.

La convention collective du personnel enseignant dans les cégeps arrivera à échéance à la fin de l'année. À sa première année en salle de cours au collégial, un professeur titulaire d'une maîtrise gagne annuellement autour de 41 000 $, un salaire variable selon les établissements.

Commentaires (4)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
les policiers? les médecins? les politiciens?
0
Est-ce qu'on demande aux policiers de payer leurs armes? de payer l'essence dans leurs voitures de patrouille? Je ne pense pas. Les médecins paient-ils leurs instruments de chirurgie? Est-ce que les politiciens paient de leurs propres pochent les fournitures de leurs bureaux de comté? En enseignement, je ne sais pas pourquoi, on s'imagine qu'on peut enseigner, j'inclus les tâches cléricales et la correction, sans aucun matériel ni outil.
Sam , avril 24, 2010
correction???
0
ben... moi je lis à la première phrase du 2 ieme paragraphe ( college maisonneuve sur la rue sherbrooke........smilies/cry.gif
manon , avril 22, 2010
C'est pas juste au collège Maisonneuve
0
Ma conjointe est professeur à la CSDM et elle doit elle aussi fournir du matériel scolaire.....allant même jusqu'à devoir fournir sa propre encre pour faire des photocopies.........elle doit aussi accepter en classe des élèves qui n'ont pas leurs fournitures scolaires.....elle doit aller acheter des crayons, des effaces, des cahiers pour les élèves dont les parents savent très bien que si ils ne les achètent pas....le prof va s,en occuper.....Jean "j'influence la nomination des juges" Charest est très au courant qu'il a des enseignants dévoués et ayant à coeur le bien-être des élèves et il sait très bien que même s'il ne leur donne pas d'augmentation se salaire et qu'il ne leur fournit pas d'aide et que les classes continuent d'être bondées et que des élèves en trouble d'apprentissage se retrouvent au régulier faute de ressources.......les pauvres enseignants continuent de se donner corps et âme......Il sait que les enseignants n'ont pas les moyens de faire la grève (pas de fond de grève, salaire très moyen)
Peut-être que la SCDM devrait devenir bailleur de fonds pour le Parti Libéral.....ça marche dans la construction!!!!
Ruefrontenac.com devrait faire une série d'article sur les conditions de travail des enseignants au primaire.......beaucoup de matière!
Martin , avril 22, 2010
Correction
0
Le collège Maisonneuve est sur la rue Sherbrooke et non sur la rue Ontario!!
Mathieu Charette , avril 21, 2010

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 

Aussi sur Rue Frontenac - Nouvelles