Rue Frontenac - STM — Des supports à vélos sur les autobus






STM — Des supports à vélos sur les autobus PDF Imprimer Envoyer
Nouvelles générales - Transport
Écrit par David Patry-Cloutier   
Lundi, 27 juin 2011 13:26
Mise à jour le Lundi, 27 juin 2011 13:33

La Société de transport de Montréal met en branle un projet-pilote pour munir ses autobus de support à vélos, une initiative déjà implantée ailleurs au Québec et qui est qualifiée de positive par les sociétés utilisatrices.

Pour son projet-pilote, la Société de transport de Montréal (STM) procédera à l'achat de 25 supports à vélos, un investissement de près de 25 000 $.

Pour l'été, ceux-ci seront installés sur seulement deux lignes d'autobus (14 - Fleury et 180 – Salaberry). « Si les résultats sont positifs, la STM évaluera la possibilité d'installer graduellement des supports sur les lignes pertinentes du réseau », a expliqué le président du conseil d'administration de la STM, Michel Labrecque, par voie de communiqué.

Les clients du transporteur public devront eux-mêmes poser leur vélo sur le support, situé à l'avant des autobus. La STM a mis les informations à ce sujet sur son site.

Les chauffeurs de la STM ont dit craindre que ce nouveau service entraîne des accidents, puisque la vue serait légèrement obstruée.

Comme les chauffeurs ne sont pas autorisés à quitter leur siège pour aider les utilisateurs à installer leur monture correctement, ils craignent également les altercations verbales, a expliqué à La Presse le président du Syndicat des chauffeurs d'autobus, Denis Vaillancourt.

Les supports seront installés devant les autobus. Photo Archives Rue Frontenac

Ailleurs au Québec

À Sherbrooke, tous les autobus de la STS sont munis de supports depuis déjà quelques années. « Nous n'avons répertorié aucun accident, aucune plainte de la part des chauffeurs », affirme la directrice générale, Huguette Dallaire, jointe par Rue Frontenac.

La STS ne tient pas de statistique sur l'utilisation de ce nouveau service par sa clientèle, mais les supports répondent à un besoin, assure la directrice.

« On avait commencé par un projet-pilote en 2005, et nous avons étendu le service sous la demande des clients », affirme Huguette Dallaire, qui qualifie de « très positive » l'expérience sherbrookoise.

Commentaires (4)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
wow... enfin!
0
Je demeure en Outaouais et j'ai trouvé déplorable quand j'ai fait du vélo à Montréal que ce service n'existait pas. Chez-nous cela fait plus de 5 ans que nous l'avons. Pour moi, ce service attirera de nouveaux clients. BRAVO!!
Pierre , juin 28, 2011
Avant de critiquer, essayez
0
@ Simon: Plus de 200 villes à travers les États-Unis et le Canada ont de tels supports à vélo. Pelleteux de nuages, vraiment? Des grandes villes comme Los Angeles, Chicago et Boston, et des petites comme Burlington (Vermont). Il faut 10-15 secondes pour installer son vélo (j'en ai fait l'expérience) et pas plus pour l'enlever. Impossible que l'usager soit incapable de décrocher son vélo: quand vous aurez regardé comment ça marche, vous comprendrez.
Pascal Lapointe , juin 28, 2011
encore une idée brillantes de nos pelleteux de nuages
0
et quand l'usager n'arrivera pas à décrocher son vélo du support ? Est-ce que l'autobus va partir avec, ou faudra-t-il attendre qu'une âme charitable vienne aider le pédalleux aux mains pleines de pouces ? Sans parler du ralentissement de service que cela causera. SI il y a plus d'un vélo sur le support et que le premier cycliste qui descend est celui dont le vélo est au fond, il devra enlever l'autre pour accéder au sien ? C'est déjà beau que les cyclistes aient accès au métro, ils n'ont pas besoin de l'autobus.
Simon , juin 27, 2011
Fermeture des pistes cyclables ???? yeah , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 

Aussi sur Rue Frontenac - Nouvelles