Rue Frontenac - La CSN compte riposter à la «nouvelle» droite






La CSN compte riposter à la «nouvelle» droite PDF Imprimer Envoyer
Nouvelles générales - Enjeux
Écrit par Alain Bisson   
Mercredi, 29 décembre 2010 13:42
Mise à jour le Mercredi, 29 décembre 2010 14:35

La montée de la droite «provocante» représente un danger pour la société québécoise, et la CSN et le mouvement syndical entendent se mettre en travers de son chemin en 2011.

Dans son «Bilan et perspectives 2010-2011» publié mercredi, la présidente de la CSN, Claudette Carbonneau, dit vouloir faire du combat contre l’émergence de la droite une de ses priorités pour l’année à venir.

«Sur des airs de nouveautés, ce réseau (Réseau Liberté Québec) ne fait que reprendre les vieux mantras de Thatcher, Reagan et Bush», dit-elle. «Les libertés dont ils se réclament ne sont que des “illusions tranquilles” pour l’immense majorité de la population qui n’aura jamais les moyens de s’en prévaloir», ajoute Mme Carbonneau.

La présidente de la CSN, Claudette Carbonneau, tire aussi à boulets rouges sur les gouvernements Charest et Harper. Photo Chantal Poirier

Selon la présidente de la CSN, la «nouvelle» droite a réussi à prendre le haut du pavé au cours des derniers mois grâce à une campagne agressive de marketing politique tablant sur «la crise de confiance et le cynisme à l’égard de l’action politique et collective».

Pour Mme Carbonneau, le mouvement citoyen doit organiser la riposte en remettant à l’ordre du jour le bien commun et l’intérêt collectif.

Pour atteindre la cible, l’Alliance sociale, créée en 2010 et regroupant organisations syndicales et étudiantes, jouera un rôle de premier plan, avance Mme Carbonneau. «L’objectif est clair: combattre le discours de la droite et infléchir la trajectoire du prochain budget du Québec», dit-elle.

Le copinage et le bâillonnement

Dans son bilan, Claudette Carbonneau tire à boulets rouges sur les gouvernements Charest et Harper.

«Au Québec, les pratiques des libéraux en matière de copinage et de bâillonnement des institutions démocratiques ont provoqué une grave crise de confiance. Le refus de ce même gouvernement de mettre en place une commission d’enquête sur l’octroi des contrats publics donne des airs de “duplessisme” à un gouvernement qui est au bout de son rouleau», soutient-elle.

«À Ottawa, la longue feuille de route du gouvernement de Stephen Harper en matière d’ultraconservatisme, de décisions unilatérales, d’arrogance et d’opacité inspire un bilan tout aussi sombre», poursuit la présidente de la CSN.

Mme Carbonneau reproche également aux deux gouvernements leurs orientations budgétaires, dans le contexte d’une crise économique qui s’étire et d’une reprise «anémique».

Elle déplore que le gouvernement canadien garde le cap des baisses d’impôt pour les sociétés. Selon la présidente de la CSN, il se prive ainsi de revenus qui pourraient stimuler l’économie.

Par ailleurs, Mme Carbonneau soutient que le ministre des Finances du Québec, Raymond Bachand, fonde ses politiques budgétaires sur les postulats économiques des «lucides» et d’un groupe d’économistes de droite, ce qui met en péril les services et programmes gouvernementaux ainsi que «l’État social».

Finalement, Claudette Carbonneau souligne la conclusion d’ententes collectives dans l’industrie de la construction et les garderies en milieu familial, en 2010, mais aussi le lock-out qui perdure depuis bientôt deux ans au Journal de Montréal.

«Nous comptons intensifier nos efforts pour arriver à un règlement négocié qui tarde depuis trop longtemps», a-t-elle déclaré.

Mme Carbonneau note au passage que plus de 30 000 personnes ont signé la pétition de la CSN appelant au boycottage du Journal de Montréal et à la modernisation de la loi antibriseurs de grève.

Commentaires (33)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
Les seuls qui ont pour but de faire de l'argent....
0
... ce sont les patrons, les actionnaires! Bah oui, le but des travailleurs n'est pas d'augmenter leurs revenus! Ben Non!!!!!!

Levez la main ceux qui travaillent pour de l'argent! Personne! Ah ah, je le savais bien!

Les travailleurs syndiqués ou non sont de vulgaires bêtes de somme au service de l'aristocratie financière! Ils ne demandent pas mieux que d,écouter ce que disent les kings propriétaires.

Pourquoi est-ce seulement pour les «patrons« de faire de l'argent? Pourquoi le travailleur lui n'a pas le droit de vouloir améliorer son sort?

Pourquoi celui qui a besoin de l'aide du gouvernement pour démarrer son entreprise, qui est soigné et éduqué par ce même gouvernement qui le protège, etc. désire-t-il tellement que le gouvernement cesse d'offrir des services? Ces gens-là. Comme le ti-maire Gendron pleure pour que le gouvernement aide leur entreprise, mais voudrait le voir moins présent... La cohérence est-elle un luxe pour la tite-drette? Moi je n'ai rien contre l'aide du gouvernement aux entreprises...

@aux tites-drettes
Lorsque voua accusez la CSN ou la FTQ de telle ou telle chose, ce serait bien de donner des sources, des preuves! Parce la tite-drette est vite pour pleurnicher que les meuchants syndicats dominent tout, mais dans les faits on ne le constate pas.

Alors, à ceux qui affirment des grossièretés du genre la CSN en a contre l'esprit d'entreprise, la liberté individuelle, etc. prière de le prouver.
Daniel M. , janvier 05, 2011
@ F.BOITEAU
0
Donc selon vous cet article du Devoir ne serait que tissus de mensonge !!!
http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/314041/la-crise-a-epargne-les-grands-patrons?utm_source=infolettre-2011-01-04&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne
bromontois , janvier 04, 2011
Avenir sombre
0
OUFFFFFFF en lisant tout ces commentaires j'crois qu'on n'est pas sortie du bois, Harper commence vraiment à endormir les québecois, l'avenir s'annonce très sombre. ( Vive les rocheuses, vive pro-vie, vive les CANADIANS et vive les bleus )
Jacques Marquette , janvier 02, 2011
@ F . BOITEAU
0
Et pourtant s'il faut parler de G.M. les administrateurs n'en finissaient pas de déclarer que la main d'oeuvre y était la meilleure au niveau de la qualité et la plus productive de tous ses plans . Je suis porté à penser que les demandes de compensations tel que garderies dans les lieux de travail , congés parentales et retraits préventifs qui viennent compliquer la donne au niveau de l'administration et du rendement de l'industrie ainsi que la compétition provenant des pays en développement ont eu raison des industries qui avaient plus que le "bottom line" à coeur . Les demandes de plus en plus nombreuses issues des ouvriers qui composaient la classe pauvre et exploitée il y a si peu de temps et maintenant constituant la classe moyenne viennent compliquer la tâche des biens nantis qui continuent à augmenter leur richesse dans les dix à vingt pour cent par année alors que leurs employés peinent à avoir 2 pour cent .
bromontois , janvier 01, 2011
Germaine administrative
0
Mme Carbonneau utilise des armes bien connus depuis longtemps. Le problême de la société québécoise est son système socialiste qui capitalise sur la solidarité pour pouvoir survivre. il faut faire confiance à l'économie et arrêter d'avoir peur de prospérer économiquement en imposant de lourds impôts aux contribuable, il faut arrêter de toujours vouloir protéger tout le monde. En supprimant seulement l'impôt provincial au Québec les contribuables seraient en mesure de vivre décemment et de contribuer à une économie plus forte sur le plan mondial. Le système de germaine administrative qui s,est développé au Québec depuis 30 ans empêche les québécois de respirer par le nez et de pouvoir faire rouler l'économie. Je ne sais pas pour vous mais moi je m'en vais dans l'ouest canadien ou l'argent est l'ami de l'homme et non son ennemi.



Steve Harvey-Fortin , décembre 31, 2010
@bromontois - vous apportez certainement un bon point, mais...
0
Vous oubliez que le Québec est le grand champion des subventions, en donnant plus que toutes les autres provinces réunies.

Le problème provient plus du fait que le Québec est tellement peu compétitif. Sa main d’œuvre excessivement couteuse (dû en partie aux syndicats qui couvent près de 50% de la population active) n’aide pas non plus.
Pour prendre un autre cas local en exemple…Souvenez-vous de GM Boisbriand, qui a menacé de fermer pour ensuite recevoir plusieurs millions pour l’inciter à rester…et qui est partie quand même.

Il faut reconnaître que plusieurs aspects du Québec sont très négatifs envers le commerce…
Si le Québec peut démontrer aux employeurs que nous avons un milieu ou l’ingérence gouvernementale est à un minimum, que les taxes sont basses et qui encourage les citoyens à se lancer en affaires, des situations du genre « Electrolux » ont beaucoup moins de chances de se multiplier.

Le protectionnisme n’est pas une solution car se renfermer sur soi-même n’est jamais une bonne idée.

F. Boiteau , décembre 31, 2010
Longue vie à rue Frontenac! Pensez-y deux secondes, hey réveillez!
0
Généralement, les syndicats adorent les monopoles et autres grosses multinationales tentaculaires et mondialistes, car sans elles, il n'y a pas grand monde qui serait syndiqué : que ce soit du côté du patronat ou syndical, les excès se retrouvent en ces méga-entreprises, et l'un n'existerait pas sans l'autre pour s'équilibrer.

Car pour le reste, pour les VRAIS capitalistes qui sont propriétaires de leur boutique, de leur boîte de services, de leur "shop", de leur CRÉATIVITÉ, généralement on se comporte de manière civilisée et socialement responsable (contrairement aux multi-trans-nationales mondialistes et monopolistiques, qui usent d'une mentalité désuette et propre aux monarchies ou oligarchies de naguère, alors que c'est strictement la quête de pouvoir vertical sur des marchés entiers qui en guide le seul leït-motiv)... Pour ceux-là, pour les vrais entrepreneurs plus capitalistes que le VP d'une banque qui n'est qu'un employé, une loi du travail claire, bien définie et à géométrie variable (selon certains facteurs), ainsi que des règles environnementales pour une intégration harmonieuse, seraient suffisantes : pas besoin de syndicats pour ces derniers.

Bref, les monopoles et autres fumistes prétendant à "la convergeance" (au lieu de dire "la stratégie monopolistique", pour mieux nous leurrer), sont généralement des anti-démocrates et anti-capitalistes, embrassant d'avantage une mentalité Trotskyste. Rockefeller l'écrivait lui-même dans son auto-biographie, alors que lors d'une discussion avec Rothshild, l'on qualifia les peuples de ce monde tels des "cerfs" à leur botte. C'est plutôt cette "pseudo-nouvelle-droite-de-la-droite-donc-en-arrière" qu'il faudrait confronter, mais bon, démolir des monopoles ou des méga-entreprises signifierait aussi de réduire le pouvoir syndical, l'un couchant avec l'autre en nous faisant croire le contraire... D'autre part certaines entreprises n'ont pas le choix de leur taille, tel en aéronautique (Bombardier et consoeurs), et le fait qu'elles soient cotées en Bourse les rend dès lors tributaires d'actionnaires potentiellement véreux - qui feraient faire n'importe quoi pour "gagner" à la Lotto de la Bourse, dont faire déménager la "shop" dans des pays socialement "rogues" telle la Chine. Pour ces derniers je persiste à croire que les syndicats sont de mise, en attendant que la mondialisation ultra-libérale et sans règle, nous menant vers un communisme des marchés (les monopoles sont tels des états communistes ou totalitaires voulant soumettre les états à leurs diktats, dont cette volonté avouée de les soustraire aux règles et lois des états-nation), se civilise d'avantage en considérant nos préceptes humanistes qui ont fondés nos sociétés et notre avancement (nous n'avons pas acheté notre savoir, nous l'avons développé, et jamais cela n'aurait pu arriver sans une mentalité humaniste qui nous distingue de bien d'autres pays)... Ou alors autant se niveler vers le bas en diapason avec les pays "rogues" pour rester compétitifs, comme le voudraient les pseudo-lucides! hum...

Mon souhait : que les ex-employés de PKP lâchent le Journal de Montréal et les laisse avec leur désormais feuille de choux (car sans vous, c'est cela que le journal de Mtl)! Pensez-y, vous avez en main un nouveau journal, alors je ne comprends pas que vous ne vouliez pas y tenir, ce que vous avez fait à date serait une occasion en or et inédite pour n'importe quel entrepreneur!!!! Pourquoi ne pas faire en sorte que les journalistes puissent prendre part à l'avoir sur rue Frontenac, tel un capitalisme sain? Soyez créatifs bon sang de bonsoir... Et bonne nouvelle année!
Frédéric , décembre 30, 2010
La Droite
0
Eh bien!, la peur lui prend de mettre son modèle dépassé au simple jeu de la discussion, quelle démocrassie syndicale. Pourrait-elle rendre publique les états financiers de la CSN pour que l'on puisse mesurer son Empire?
Karos , décembre 30, 2010
Mme Carbonneau à notre rescousse
0
Mais de quoi a-t-elle si peur ? Elle qui préside une organisation avec des centaines de milliers de membres, elle qui siège au conseil de la CDP et qui dirige un immense fonds d'investissement ? Elle a peur du RLQ, organisation qui a eu une seule réunion de 350 personnes dans une salle d'hôtel ? Elle veut tuer cela dans l'oeuf parce que son message ne passe plus malgré tout son pouvoir et la plateforme publique à sa disposition alors que le petit RLQ dérange en invoquant la dette.

Vite, ne parlez jamais de la dette, sortez Léo-Paul Lauzon pour le nier.
pasdedentier , décembre 30, 2010
feu rouge
0
Elle doit parler de la droite au feu rouge ? car je ne connais pas d'autre droite au quebec ?
madcad , décembre 30, 2010
Merci
0
Merci Mme Carbonneau de m'avoir fait connaitre ce groupe que je trouve très intéressant. Je fais parti du groupe qui passe son temps à payer des taxes et des taxes pendant que nos élus et la fonction publique ont des beaux fonds de pensions chromés. Il est plus que probable qu'à 70 ans je vais encore travailler... donc faire le ménage serait une maidite bonne idée
MaxBaxter , décembre 30, 2010
l’Alliance sociale
0
Cette alliance a été créée par les dirigeants des syndicats qui n'ont jamais consultés leurs membres sur le sujet et qui continu à vivre dans leur tour d'ivoire tous déconnectés du vrais monde. Si on pouvait choisir, ces grosses bibittes syndicales seraient sûrement bien différentes. Tout comme la classe politique d'ailleurs.
Ti-Loup , décembre 30, 2010
Dogmatisme aveuglant
0
Mathieu, vous nous dites: "Pourtant, plusieurs provinces et États voisins ne connurent jamais un fort mouvement syndicaliste et ils gagnent plus que nous et se développent plus vite."

Citez des exemples canadiens. Si vous voulez parler de l'Alberta, c'est "normal", surtout quand on a eu le soin de tout dérèglementer afin de ne pas mettre des bâtons dans les roues du profit pour leurs propriétaires privés! Pour le reste, dites-moi en quoi la syndicalisation est responsable ou non de meilleurs performances ailleurs au pays, car ne nous mentez pas, le syndicalisme y est aussi "fort" ou à tout le moins "présent" qu'ici... Cependant, je suis d'accord qu'il faille aussi règlementer le monde syndical, trop d'abus de leur part nous font stagner ou servent d'autres intérêts "privés" et non collectifs (là où il y a de l'homme, peu importe les "bonnes intentions" proclamées, il y a de l'hommerie, à droite comme à gauche comme au centre)!

D'autre part, il est bien entendu que TOUS les pays où les syndicats n'ont aucune chance de voir le jour, tels dans les pays totalitaires ou les monarchies dont le roi possède même les banques (ex. Émirats), ou telle la CHINE, il est évident disais-je que ces pays offrent un "avantage" qui se fonde essentiellement sur la stratification sociale et le mépris des droits humains. Est-ce ce modèle que l'on veuille véritablement embrasser, pour une stricte raison de "compétitivité" et de sous? Car si c'est sous cette seule mesure, alors dès le départ cela explique pourquoi il s'agit d'un nivellement vers le bas, alors que la "communauté économiste" ne dit RIEN contre les pratiques déloyales en ces strictes termes (économistes) de la part de la Chine (par exemple), alors que cette dernière manipule artificiellement sa devise pour rester en haut du pavé... Que dire de cela? Rien car ce serait la "loi de l'argent"? Quel dogmatisme aveuglant, aussi insidieux que n'importe quel fondamentalisme religieux!


P.S.: en Chine les syndicats sont contrôlés oar les départments de ressource humaine, par les propriétaires d'entreprise, ce ne sont pas de vrais syndicats (quand ils existent) mais de la poudre aux yeux.
HawkFest , décembre 30, 2010
Une nouvelle niche pour la statuette.
0
Claudette Carbonneau se prend-elle pour une animatrice de foule et une prêtresse officiant les célébrations citoyennes du Québec? Qu’est-ce qui la fait sortir cette louve vieillissante de sa tanière ? Que la gaugauchisante résiduelle de l'époque des Louis Laberge, des Yvon Charbonneau, des Gérald Larose et autres loosers d'un syndicalisme crâneur, casseur, revanchard et outrancier dont la Société sécessionniste St-Jean-Baptiste a toujours fait la promotion esclavagiste et qui a provoqué, au Québec, la fuite des capitaux et des stimulateurs de l’économie, que cette clochette des alarmes bidons et régressionnistes dis-je, se contente et se limite à présider le syndicalisme de gauche, cette frange extrémiste de la solidarité des travailleurs-otages du Québec, responsable des malheurs des employés du Journal de Montréal, lockoutés et knockoutés et de combien de chômeurs, ces otages des ponctions capitalistes extirpées du portefeuille du travailleur par nombre de pions d’une pyramide associée au crime organisé, appelées cotisations syndicales «volontaires».
pagerry3 , décembre 30, 2010
La Tactique: créer l'ennemi pour se justifier de le combattre.
0
EXTRAIT : "la «nouvelle» droite a réussi à prendre le haut du pavé au cours des derniers mois grâce à une campagne agressive de marketing politique tablant sur «la crise de confiance et le cynisme à l’égard de l’action politique et collective»."

... Et le plus cynique de tout cela, c'est que ce sont des acteurs de cette "nouvelle droite" qui font tout pour démolir les institutions et services publics, comme Toto qui met le feu par la porte arrière pour se justifier de crier "au feu"... Couillard est un excellent exemple en ce sens, sans parler du CHUM que l'on veut faire en PPP malgré que les analyses sérieuses (pas une seule commandée par ceux qui veulent aller en ce sens), sans parler de ce qui coûte réellement aux contribuables (pas le BS ni les cols bleus, mais bien les contrats truqués et la corruption aux mains d'entreprises "rogues" qui nous coûtent les yeux de la tête).

Bref, des acteurs qui sabotent notre corps politique et nos institutions, pour par la suite se présenter tels des sauveurs à coups de rhétoriques émotives et démagogues. Le documentaire "L'illusions Trtanquille", financé par les néoconservateurs, tentent de démolir la révolution tranquille, tout comme la droite française qui tente de démolir les formidables avancées sociales de mai '68 (droit des femmes, laïcité, droits de l'Humain, etc., choses pour lesquelles nous en somes pourtant encore au stade ambryonnaire et dont l'Évolution n'est pas terminée, soyons patients au lieu de tout démolir tels des enfants). Aussi, ce pseudo-documentaire prétend faire appel à des spécialistes (réputés de la "droite toute") et n'offrant que ce seul point de vue à droitede la droite - en regardant donc en arrière (il prétend de pus aborder l'effet de "pensée magique", mais il se sert justement de cela, une belle contradiction)...
HawkFest , décembre 30, 2010
@ F. BOILEAU
0
Mais que penser du libre échange qui permet au multinationale de fermer leur porte ici et aller chez nos voisins avec des subventions généreuses manufacturer leurs produits puis les véhiculer ici pour nous les vendre . Serons-nous forcé au retour du protectionnisme ?
bromontois , décembre 30, 2010
Le Sydicalausaurus Rex, une espèce menacé...
0
"Les syndicats s'opposent..." remplissez les espaces vides. Est-ce par déformation professionelle que ces gens-là (j'entends par ça, les Syndicats-Dinosaures)n'agissent plus, mais ne font que réagir la plupart du temps. Les syndicats manquent de causes à défendre, ils cherchent le trouble. Je les comprends, avec ce qu'ils percoivent en cotisation ajoutées aux profits de leurs placements, ils seraient facile de confondre Claudette avec Nicole Beaudoin. En 2010 au Québec, c'est trois générations sur le marché du travail qui se demandent comment améliorer leur sort et qui ne pleure plus lorsqu'il entends les vieilles histoires au sirop d'érable du Québec social-démocrate. Mme Charbonneau, si elle décide de mettre des bâtons dans les roues de la droite, risque de "s'enfarger".

PS - Drôle de commentaire a passer dans un journal en grève. Je crois d'ailleurs que vous êtes plus victimes de votre époque que de PKP. Je suis avec vous en pensée.
Stellier , décembre 30, 2010
Parfait...
0
Chaque fois que Mme Carbonneau ouvre la bouche, la droite progresse. Alors en tant que personne partageant des idées plus à droite, je dis laissons la creuser sa tombe!!!

Juste en passant, même si je suis à droite, je trouve vraiment épouvantable se que vivent les employés du JDM, c'est vraiment dégueulasse... Faire une offre de règlement qui empêche ceux et celles qui perderont leur emploi de travailler chez les concurrents démontre bien que PKP se fou royalement de ceux et celles qui ont bâtis son journal. Ce personnage n'est vraiment pas un digne représentant des gens qui penchent vers la doite.

Eric Thériault , décembre 30, 2010
La logique nazionne = de la poudre au yeux.
0
Il va tout le temps y en avoir des plus forts, des plus beaux et des plus intelligents aussi. Bravo! Mais pour les corrompus on ne peut pas les laisser écraser le faible ou l'enfant impunément, unissons-nous pour les combattre (en leur montrant la vérité, en les instruisant). Bientôt les machines avec de terrifiante intelligence artificielle ou autre appendice de loin supérieures à tout ce qu'un sapiens "non modifié" possède feront ouvrir les yeux à cette droite insignifiante qui n'aura d'autre choix que de s'unir à nous. La majorité de la droite est composée de ceux qui sont les tenants du système capitaliste, système qui comme nous l'avons vu encore dernièrement n'est pas viable (sauvé par le socialisme) et qui s'effondrera encore dans un laps de temps plus court, les crises se rapprochent de plus en plus dans le temps jusqu'au point ousque nous pouvons enfin voir les prémisses de la prochaine révolution.

@ N'importe qui: Si ce commentaire ne vous plait pas c'est qu'il ne vous est pas destiné, alors prière de ne pas y répondre. Merci! smilies/angry.gif
CRACKERZ , décembre 30, 2010
...
0
Côté crédibilité, c'est certainement pas Claudette Carbonneau qui en a.

Elle a raison de critiquer les gouvernements en place, certes. Sauf que sa critique est seulement de surface, et ne veut absolument rien dire.

Si elle désire vraiment critiquer le gouvernement Charest, qu'elle s'addresse à son désir de surtaxer les contribuables tout en réduisant les services plutôt que les postes de cadres redondants (parce que oui, il en faut des cadres, mais pas au même nombre que les employés). Si elle désire vraiment critiquer Harper, qu'elle s'attaque au manque de transparence de ce parti et son désir d'anéantir tout ce qui n'est pas WHASP (White Heterosexual Anglo-Saxon Protestant, pour ceux qui ne sont pas familier avec la modification de l'acronyme.)

En bref, Claudette Carbonneau devrait vraiment se regarder dans le miroir, et offrir une vraie opposition au Réseau Liberté-Québec, parce que là, c'est vraiment mauvais.
G. Favreau , décembre 30, 2010
droite provocante? , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Rien d'étonnant
0
Les propos de la boss syndicale Carbonneau ne devrait pas nous étonner. Les syndicats répandent régulièrement le mensonge que l’État est neutre ce qui est complètement faux. L’État partout dans le monde est au service du capitalisme privé et/ou public économiquement, idéologiquement et répressivement. D’ailleurs les syndicats sont partie prenante de cet État par leur collaboration régulière : demande de conciliation, d’arbitrage jusqu’à la participation à la caisse de dépôt et de placement. Carbonneau siège-t-elle encore à la Caisse de dépôt?
Le système capitalisme est crise que ce soit du capitalisme d’état comme à Cuba ou du capitalisme comme en Irlande, en Islande ou en France, ce système n’offre aucun avenir. Et pour les hommes d’affaires et les syndicalistes, les ouvriers ne doivent absolument pas voir de solution révolutionnaire comme une société où le profit serait aboli. Alors la bourgeoisie et son État utilisent partout la même tactique pour tromper la classe ouvrière. Les deux faces de cette tactique au Québec sont d’une part les Lucides et leurs progénitures bâtardes comme Réseau Liberté-Québec et la rêverie de parti de l’ancien ministre péquiste Legault. Ces forces politiques plus à droite veulent encore plus de coupures et un État qui favorisera des marchés plus concurrentiels. Leur but n’est pas de prendre le pouvoir mais de faire pression sur l’État capitaliste. D’autre part, il y a les groupes qui s’opposent à ces Lucides, l’un de ceux-ci est l’Alliance sociale des syndicats. Cette l’Alliance sociale veut plus d’interventions de l’État capitaliste et de sa démocratie. Elle propose des solutions à la crise budgétaire dans un cadre purement capitaliste (genre : d’autres types de financement de l’État). Pour répondre au danger révolutionnaire, la bourgeoisie a besoin de ces forces de gauche qui ont pour besogne de contrôler, de saboter et d’encadrer les prolétaires en lutte. Avec ou sans Charest, le pire reste à venir. Les récentes coupures au Royaume-Uni n’en sont qu’un exemple. Pour régler sa crise, le capitalisme va engendrer encore plus de misères pour l’humanité, il peut même aller jusqu’à la guerre mondiale comme il l’a fait en 14-18 et en 39-45.
Steve , décembre 30, 2010
charbonneau
0
Encore elle qui fait semblant de parlé fort!!!!!Ou étiez vous madame Charbonneau(elle fut absente au moin 50% du temp quelle siege a la caisse de dépot et de placement)durant la crise des papier commercial????Vous n'aviez pas le droit de vote sur le conseil d'administration????Et de combien est votre salaire????Moi quand je manque la moitié de l'année soit jsuis pas payé...Soit ont me fout a la PORTE.Vous n'êtes pas mieux que le patronat.Vous engrangé des salaires astronomiques comme eux...Envoyé vos enfants a l'école privé...Comme eu....Alors ne me faite pas pleuré avec votre soit disant socialiste rempant!!!!!Vous êtes chef d,entreprise aussi!!!!La seul facon de réduire le déficit criant est de RÉDUIRE LA FONCTION PUBLIQUE QUÉBECOISE!!!!!Et si les cotisation de rrq augmente encore cette année c'est un peu a cause de vous madame....Vous ne vous présenté pas a la job pour voir ce qui se passe ou ..Je crois que vous avez fermé les yeux délibérément....Argent aidant!!!!!Tout le monde a son prix et vous ne faite pas exception.
sergio , décembre 30, 2010
Combattre l'évolution
0
La CSN veut combattre l'évolution de la société québécoise si je résume bien.
Un bébé pleure pour obtenir biberon, propreté, le dodo. Il s'attend à ce qu'on le serve et que les ressources soient à sa disposition. Mais dès que ce bébé grandi habituellement il comprend qu'il ne pourra toujours se faire servir dans un bar ouvert gratuit.

Il en va de même du peuple Québécois qui dans les années 60 avait un niveau de scolarité et de revenu plus bas que les noirs américains. Aujourd'hui en 2010 ce peuple reput avec les mamelles des États Québécois et Canadien veut marcher par lui-même, créé de la richesse individuelle, prendre son avenir en main.

Mais la richesse dit aux nouvelles génération: vous serez syndiqués au lieu d'être des entrepreneurs. Vous ferez des grèves au lieu d'innover. Vous paierez plus d'impôts que quiconque en amérique et vous serez les plus endettés.

Non, non, non à cette gauche rétro car le Québec a changé.
Carl Bilodeau , décembre 30, 2010
Le payeur moyen est écoeuré de payer
0
Depuis plusieurs décennies, afin de payer pour tous, la solution est de faire payer les entreprises ou les travailleurs pour tous les besoins de la société. Au Québec plus que partout ailleurs en Amérique, on est les plus taxés et avons un très grand nombre de services publiques. Pour chaque maux, la solution est de piger dans les poches des employés et entreprises.

Les entreprises ne sont pas de méchantes bêtes. Elles sont comme vous et moi. Il y en a de très responsables et d'autres moins... Cependant, à force de se faire taxer, elles quittent ou refilent la facture à leurs consommateurs... Qui pait la facture ? Nous d'une façon ou d'une autre.

Nous ? Non! Seulement les salaires moyens. Donc très peu de personne pour un grand nombre de services qui selon moi sont tout à fait légitimes lorsqu'on a assez de sous pour les payer. Malheureusement, ce n'est plus le cas.

De plus, quand on regarde comment nos taxes sont dépensées...

Les taxes pèsent présentement sur quelqu'un et quelqu'un est vraiment épuisé de payer.

Mme Carbonneau vise la droite car elle protège ses membres et c'est compréhensible puisque la droite s'attaque aux services publiques largement syndiqués. Cependant elle s'attaque à la flèche plutôt qu'à l'archer...
A. Ashton , décembre 30, 2010
Une stratégie à la 1984
0
Claudette agite la marionnette d'une grande menace contre la société alors que ce ne sont que ses privilèges à elle (comme de piger comme elle veut dans les cotisations syndicales pour encourager ses causes à elle alors que je suis sûr que même la majorité des syndiqués aimerait qu'on fasse une meilleure usage de leurs sous).

Pourtant, la menace invoquée est encore toute petite. http://m2.typepad.com/leblogue...gnée.html

Combien de gens continuent à croire leur histoire nationaliste et sociale-démocrate apprise en classe comme que c'est grâce aux syndicats si les Québécois ont une vie décente.

Pourtant, plusieurs provinces et États voisins ne connurent jamais un fort mouvement syndicaliste et ils gagnent plus que nous et se développent plus vite.

Trouvez l'erreur dans ce mythe...
Mathieu , décembre 29, 2010
Contradiction
0
Il y a de ces contradictions toute gauchiste. C'est évident que Claudette va critiquer tout les gouvernements et en même temps, quêter tout les gouvernements, elle est a gauche, pour elle tout commence et fini par le gouvernement, la responsabilité individuelle n'existe pas. C'est un peu comme les syndicats descende toute les grands entreprises, mais inversement, si vous regardez les investissement du fondaction ou du fond de solidarité FTQ, ils investissent massivement dans les grandes entreprises, souvent les mêmes qu'elle descendent jours après jours. C'est simple, sans grande entreprise, il n'y aurait aucun syndicat a par les fonctionnaires. C'est pas comme si les PME pouvais ce permettre d'être syndiqué...
Deric Caron , décembre 29, 2010
...
0
@Mathieu

Pourquoi vous fachez-vous?

Je ne fais que réciter des VÉRITÉS du secteur économique.

vérités qui ont été prouvées depuis les milliers d'années que l'économie de marché existe.

Je remarque aussi que vous n'attaquez aucun de mes arguments, les rabattant du revers de la main comme étant "toutes ces théories de professeurs de droite, carriéristes, n'ayant pour seul objectif que d'être considérés comme référence en économie par tous les requins du patronat et leurs fidèles politiciens vendus.

Lorsque vous aurez logiquement argumenté mes positions et démontré qu'elles sont erronées, j'aimerais vous reparler.

Pour l'instant vous ne faites que tirer sur le messager sans même toucher au contenu du message...

Ce que j'ai écrit précédemment relève du gros bon sens et des "règles" qui gravitent autour de l'interaction humaine.

Le fait que (certaines) compagnies milliardaires trouvent des moyens de ne pas payer d'impôt ne touche en rien mon argument que d'augmenter les impôts des entreprises réduit leur revenu.

Je parlais de l'entreprise privée, incluant les PME et les travailleurs autonomes, pas juste les "corporations" qui ne vous ont jamais forcé à acheter leur produit.


F. Boiteau , décembre 29, 2010
@mathieu - PME vs Grandes Entriprises
0
@mathieu

Le texte de F. Boiteau est 100% correct. L'économie de marché, c'est cela.

La plupart des gens de droite pense que les "vilains" sont les patrons des grandes entreprises et empires... Power Corporation, Québecor, Bombardier, etc.

Cependant, même s'ils sont gros, la majorité des emplois sont crées par les PME (petites et moyennes entreprises). Des gars comme pis toi qui se lance en affaires en ouvrant un agence de design web, un petit café ou une petite boulangerie ou une entreprise quelconque.

Ce sont ces PME qui sont le COEUR de l'économie et des emplois du secteurs privés. Ces PME ne font pas des milliards et n'ont pas de compte dans les paradis fiscaux, ils emploit entre 5 et 100 travailleurs et espère faire un certain profit à la fin de l'année pour compenser les pertes de l'année précédente ou pour rembourser un investissement de 500 000$ dans son expension.

Cibler les PME avec plus de taxes et d'impot tuera l'esprit entrepreneurial du Québec (qui est déjà la plus basse en amérique du nord) mais c'est ce qui crée la MAJORITÉ des emplois (et non les multinationale, les grande entreprises et les empires).

Prof , décembre 29, 2010
@f.boiteau , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Mme. Carboneau devrait suivre un cours d'Économie 101...
0
Le gouvernement ne peut PAS créer de la richesse, car il ne peut se financer qu'avec l'argent des contribuables.


En prennant de l'impôt aux "sociétés", la base de revenu de la compagnie en question est coupée, la forçant à augmenter les prix des produits et services qu'ils offrent.
Les entreprises ont toujours tenté cette manoeuvre pour réduire leurs coûts d'opération, car ils doivent préserver leurs profits.

Peu importe ce que vous pouvez en penser, il en reste que le but premier pourquoi quelqu'un se lance en affaires...C'EST POUR FAIRE DE L'ARGENT, non pas offrir un produit ou service par altruisme.

Éventuellement un certain plateau est atteint et on ne peut plus augmenter le prix du produit sans en réduire ses revenus dû à la baisse de ventes car les gens ne peuvent plus se le permettre (voir: Loi de l'Offre et de la Demande), la solution doit donc être de couper dans les dépenses...ce qui veut généralement dire dans le personnel.

En coupant du personnel, le taux de chômage augmente, baissant le revenu disponible que ces gens peuvent dépenser (augmentant les dépenses du gouvernement avec l'aide sociale au provincial et l'assurance-emploi au fédéral). À grande échelle, ceci cause donc une réduction de la capacité de dépenser de la population en général.

Si les gens ne travaillent pas, il ne reçoivent pas de revenus du secteur privé, causant une réduction de la perception d'impôts sur les individus(et incidentellement, réduisant l'impôt aux entreprises car elles produisent et vendent moins de produits et services), diminuant la capacité des coffres de l'État à financer ses programmes.

Finalement, Les syndicalistes crient au scandale car leurs membres perdent leurs emplois...et ils arrivent avec une missive du genre, exhortant le gouvernement à agir et augmenter les impôts aux entreprises pour "regarnir" les coffres et "stimuler" l'économie.

Joli cercle vicieux qui n'a pas de fin...jusqu'à ce qu'on réalise qu'augmenter les impôts ne crée pas de richesse...

Et la CSN dit que d'augmenter les impôts aux entreprises serait la solution? L'Histoire et les préceptes immuables de l'Économie de Marché dans laquelle nous vivons depuis des millénaires dit autrement.
F. Boiteau , décembre 29, 2010
Pas blanc ou noir , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Est-ce la même Claudette qui demande l'aide de Charest
0
Mme. C. critique et descend le gouvernement Charest et en même temps elle lui demande de l'aide pour régler un conflit qu'elle n'est pas capable de régler en modifiant la Loi anti-scabs. Ou bebon elle déteste Charest ou bedon elle l'aime. Va falloir qu'elle se fasse une idée, a moins que le conflit du Journal de Montreal ne soit pas réellement sa PRIORITÉ, il me semble qu'elle s'intéresse bien plus a ses acquis syndicaux...
Contradiction , décembre 29, 2010

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 

Aussi sur Rue Frontenac - Nouvelles