Rue Frontenac - Une première journée difficile pour les postiers






Une première journée difficile pour les postiers PDF Imprimer Envoyer
Nouvelles générales - Travail
Écrit par David Patry-Cloutier   
Lundi, 27 juin 2011 16:59

C'est un retour au travail émotif qu'ont vécu les 48 000 employés de Postes Canada ce lundi après-midi, après un lock-out et une loi spéciale qui ne seront pas oubliés de sitôt par les travailleurs.

Certains des employés ont délaissé les habits officiels de Postes Canada pour se vêtir de noir, un geste symbolique, ont-ils expliqué à Rue Frontenac lors de leur entrée à l'établissement Léo-Blanchette, à Ville Saint-Laurent.

«Postes Canada n'a eu aucun respect pour moi et pour la population en déclenchant un lock-out. Je ne vois pas pourquoi je respecterais leur uniforme», a affirmé Sébastien Gagné, qui portait un t-shirt noir arborant un slogan sans équivoque : «J'm’en câlisse».

«Nous ne sommes pas très fiers de porter le chandail de Postes Canada aujourd'hui», ont également souligné François Marion et Vincent Claude Jean, eux aussi vêtus de noir.

Les travailleurs ont clairement l'impression de s'être fait flouer, croyant que la direction a manigancé avec le gouvernement pour déclencher un lock-out. Photo Pascal Ratthé

Visiblement, les travailleurs ont avalé de travers la loi spéciale votée par le gouvernement conservateur de Stephen Harper pour forcer un retour au travail. Les récalcitrants s'exposent à des mesures disciplinaires, avertit la porte-parole de Postes Canada, Anick Losier: «On s'attend à ce que les gens respectent les règles. Si ce n'est pas le cas, on se penchera sur les cas particuliers.»

Loi spéciale contestée?

Rappelons qu'après une ronde de grèves tournantes du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP), ayant retardé d'une journée ou deux la livraison du courrier, la direction y est allée d'un tour de force en déclenchant un lock-out le 15 juin dernier.

Le syndicat a annoncé, lundi, qu'il évaluerait ses recours pour faire invalider la loi spéciale, combattue avec acharnement par les députés du NPD qui ont mis sur pied un filibuster (obstruction parlementaire) pour tenter d'en empêcher l'adoption, sans succès.

Les travailleurs ont clairement l'impression de s'être fait flouer, croyant que la direction a manigancé avec le gouvernement pour déclencher un lock-out, mettant une lourde pression sur le gouvernement, et forcer le recours à une loi brimant leur droit à une négociation collective.

Les postiers assurent qu’ils vont faire leur travail comme il se doit, peu importe le moral des troupes. Photo Pascal Ratthé

«Il y a eu des discussions à deux reprises (pendant le filibuster) et on a été près de trouver un terrain d'entente, indique le président de la section locale de Montréal, Alain Duguay. Harper s'est mis le nez là-dedans. Les bâtons dans les roues venaient directement du bureau du premier ministre. Il a fait achopper les discussions», dit-il.

Dur retour

Tous les employés rencontrés lors du retour au travail, lundi après-midi, ont dit trouver difficile cette première journée en près de deux semaines. «C'est plate de rentrer dans des conditions comme celles-là, a indiqué Mario Morin, qui cumule 36 ans au service de Postes Canada.»

«C'est dur, on rentre de reculons, mais je suis là d'abord et avant tout pour servir le public», ajoutait Claude Piette, un employé du service postal depuis 42 ans. Celui-ci, tout comme ses collègues, assurait qu'il allait faire son boulot comme il se doit, peu importe le moral des troupes.

Retards à prévoir

Déjà, la direction a indiqué que la population devra être patiente. Si les facteurs sont de retour sur leurs routes habituelles dès mardi matin, il pourrait s'écouler quelques semaines avant que la livraison se fasse comme à la normale. «On est surchargé, explique la porte-parole de Postes Canada, Anick Losier. On a beaucoup de volume de courrier dans nos établissements.»

Si les facteurs sont de retour sur leurs routes habituelles dès mardi matin, il pourrait s'écouler quelques semaines avant que la livraison se fasse comme à la normale. Photo Pascal Ratthé

Pourtant, la direction avait affirmé que le volume de courrier avait baissé de 50 % pendant les grèves tournantes du STTP afin de justifier son lock-out. «Ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'accumulation», indique Anick Losier, qui souligne que la population risque de poster plusieurs lettres et colis maintenant que le service est rétabli.

«Si ça prend du temps, j'imagine qu'ils vont nous mettre ça sur le dos», a ironisé Géolin Cloutier, un employé.

L'adoption d'une loi spéciale par les parlementaires, samedi, puis par le sénat, dimanche, n'a laissé que peu de temps pour prévoir le retour au travail. Après un conflit, les deux parties impliquées négocient généralement un protocole de retour.

Rue Frontenac a été témoin de quelques pépins, lundi. Un employé qui s'est notamment présenté au boulot a été retourné chez lui, la direction lui demandant de prendre ses vacances... qui auraient dû commencer pendant le lock-out. «On n'a pas eu beaucoup de temps pour tout prévoir, reconnaît Anick Losier. Il fallait respecter le délai parlementaire.»

Un appui apprécié

Quoi qu'il en soit, le NPD s'est fait de nouveaux amis chez les travailleurs de Postes Canada en combattant le projet de loi du gouvernement conservateur. «Je n'avais pas voté pour le NPD, mais c'est sûr que politiquement parlant, ils ont fait un bon travail pour nous, affirme le travailleur Normand Guilbeault. On verra dans quatre ans, mais s'ils continuent à faire un bon travail, peut-être qu'ils auront mon vote!»

Les conservateurs, de leur côté, semblent avoir perdu des plumes dans l'estime de plusieurs. «Ça confirme ce que l'on pensait, c'est qu'un gouvernement conservateur majoritaire ferait beaucoup de tort aux travailleurs», conclut Claude Piette.

Commentaires (14)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
Pourquoi n'allez-vous pas travailler là?
0
@Mylène
@Alain Lavoie

Vous aimeriez avoir leurs salaires et leures conditions mais vous ne seriez probablement pas capable de faire une journée de travaille complète.

De plus, Monsieur Lavoie, si vos conditions de travail sont si minables, pourquoi ne changez-vous pas d'emploi? Vous êtes vraiment masochiste! smilies/grin.gif
S. Beaulieu , juin 28, 2011
REGRETTABLE .
0
À lire certain courriels je m'aperçois que le plan du gouvernement réussi très bien . Diviser pour régner . Cultiver dans certains esprits malléables cette jalousie afin de masquer ce qui est le plus important ici . Sachez qu'à partir du moment que l'on accepte cette loi , rien n'empêchera tout employeur d'en faire autant . Pendant que l'exécutif se voteront des augmentations de salaire et boni importantes , ils pourront utiliser cette tactique afin de diminuer les coûts des conditions sociales et des salaires des employés , que ceux-ci soit de 25$ ou 15$ de l'heure , réalisant ainsi leurs objectifs et améliorant leurs bonis .
bromontois , juin 28, 2011
De si bons emplois?
0
J'aimerais apporter une nuance entre conditions de travail et avantages sociaux. Oui, les employés des Postes ont de bons avantages, mais qu'en est-il des conditions? Personnellement, je n'en voudraient pas. De toute façon, il ne sera jamais assez répété que les principales revendications n'étaient pas salariales. Je ne crois pas qu'aucun employé des Postes se considère sous-payé et n'apprécie pas les avantages dont il bénéficie. Au contraire, il est prêt à se battre pour les conserver et pour que les nouveaux employés puissent également en jouir. Mais plus que tout, la santé et sécurité au travail étaient au coeur de ces négociations : il suffit d'être de bonne foi et d'avoir un corps humain normalement constitué pour admettre que la méthode de travail qui sera bientôt imposée à l'ensemble des facteurs va à l'encontre du bon sens et n'a absolument rien d'ergonomique. Et, de grâce, cessez de véhiculer l'idée que l'employé des Postes est un imbécile illettré, c'est très réducteur! Postes Canada est un microcosme, dans lequel des êtres intelligents et - oh! surprise! - souvent instruits, côtoient des demeurés, comme dans n'importe quelle boîte, comme au gouvernement, comme chez les utilisateurs de forums d'opinion...
Caroline , juin 28, 2011
Bizarre !!!
0
«On est surchargé, explique la porte-parole de Postes Canada, Anick Losier. On a beaucoup de volume de courrier dans nos établissements.»

Les bureaux de poste étaient fermés, les boîtes cadenassées, d'où vient ce soit-disant volume de courrier ??
miclot , juin 28, 2011
Toujours les mêmes
0
Encore des salariés du secteur publique qui se plaignent. Ces livreurs de circulaires n'ont évidemment pas la curiosité d'aller voir ce qui se passe avec les travailleurs qui paient pour leurs conditions fort enviées. Je ne peux me payer le luxe d'investir dans mon fonds de retraite car j'investis plutôt dans le leur. Moi, il n'y a personne d'autre qui le fera à ma place. Postiers et postières, vous devriez avoir honte.
Alain Lavoie , juin 28, 2011
salaire égale partout dans le pays
0
Sachez que la convention collective des employés de la poste est la même pour tous le pays. Donc par ce fait même l'échelle salariale est pareille dans tous les autres provinces et nous savons très bien que le coût de la vie diffère d'un endroit à l'autre. Bien sûr les postiers du québec sont bien, mais ailleurs où le coût de la vie est beaucoup plus élevé, leur situation est différente, ils sont presque pauvre. Mais la vraie question dans tout celà, c'est que le gouvernement conservateur provoque un climat de terreur de simili dictature, ont-ils le droit de faire ca et devons nous au lieu de chialer sur les autres (Postier, fonctionnaires...)soyons donc heureux s'ils ont un bon salaire et de bonnes conditions arrêtons d'être jaloux des autres et soyons solidaire.

D'un empoyé non syndiqué
Martin Charbonneau , juin 28, 2011
Enfants gâtés ?
0
Moi en plus de trouver difficile le fait de ne pas avoir mon courrier car j'attends une lettre importante, je trouves que les employés de Poste Canada se plaignent le ventre plein.

Je travail dans le communautaire en tant qu'intervenante et mon salaire à débuté à 15 $ de l'heure et augmente très peu et très lentements. Comme intervenant nous travaillons avec des gens qui vivent beaucoup de désespoir et un tas de problème très difficile à régler. C'est souvent difficile comme travail car nous ne travaillons pas avec du papier mais avec des gens qui souffrent et je suis heureuse de mon travail et j'accepte ses conditions (même si j'aimerais que les augmentations soient un peu plus élevés).

Le problème est que le gouvernement a bien trop gâté tous ses fonctionnaires (et pas seulement les gens qui travaillent pour Poste Canada) ce qui a comme résultat qu'ils en veulent toujours plus et qu'ils ne sont jamais satisfaits. J'accepterais avec plaisir leurs conditions et leurs salaire moi !

Mylène
Mylène , juin 28, 2011
Durs ... le gras
0
Gras durs, ce monde là. Ils devraient travailler au salaire minimum 1 mois et ils ne se plaindraient plus jamais !!!
bluebunny27 , juin 27, 2011
sans éducation, parmi les mieux traité de la population et ils chialent encore
0
On va arrêter de se raconter des histoires, la majorité des employés de poste canada ne sont pas engagés pour leur éducation... Ils avaient déjà des conditions qui rendraient jaloux 95% de la population et ils chialent encore!!!

Vous ne me ferez pas pleurer, dans le contexte actuel, vos conditions de travail dépasse largement ceux du reste de la population, l'économie, la fonction publique n'a plus les moyens de payer pour ces conditions qui en 2011 ne tiennent pas la route la durée de vie moyenne étant de 82 ans vous demandez de vivre au crochet de la société pendant 28 ans!!! La société des poste est en déficit de 3 milliard, c'est le restant de la population qui doit payer ça, si le restant de la population doit travailler jusqu'à 65 ans je ne vois pas pourquoi vous auriez droit à plus.
Ce que vous ne semblez pas comprendre, avoir un travail en temps difficile comme nous traversons est un privilège. Des conditions comme vous le demandez ne tiennent plus la route...
J'espère juste que si vous défiez la loi spéciale le gouvernement imitera le geste de Ronald Reagan en 1981 avec les contrôleurs aériens vous verrez alors à quoi vous mènera votre exagération. Par la suite vous réintégrerez la vraie population active qui doit vraiment travailler.
danheb , juin 27, 2011
...
0
Désolée, messieurs et mesdames les postiers, votre droit de négocier a été bafoué. Il est vrai que c,est un concept dangeureux pour la négociation de l'ensemble des travailleurs. Je suis une employée gouvernementale habituée aux lois spéciales. Quand on travaille pour le gouvernement, on est sous la dictature et c'est souvent très frustrant.
En même temps, il faut comprendre que les services essentiels doivent être fournis et la poste est très importante. Beaucoup de chèques n'ont pas été livrés, ceux du gouvernement et d'autres encore mettant les familles dans des situations difficiles. Je ne pense pas que vous étiez tellement touchés par les situations difficiles de certaines familles. Je parle en connaissance de cause.
Votre grève tournante a amené frustration de la population à votre égard, vous n'êtes pas allé chercher aucun soutien à votre cause de cette manière. Malgré que je sois contre les lois spéciales, celle-ci me plait particulièrement. Surtout que vous avex tout de même de très bonnes conditons de travail et salariales, plusieus seraient très heureux d'avoir votre emploi.
Vivement que le courrier entre normalement, pour ma part tout cela a duré trop longtemps!
S Brosseau , juin 27, 2011
Services essentiels
0
Je suis désolée messieurs et mesdames les postiers, mais comme beaucoup d'employés gouvernementaux... il semble que nous n'ayons plus le droit de négocier.
Tout de même, je pense que les postes sont un service essentiel à la population et que la grève tournante n'était pas un moyen pour avoir la population de votre bord mais surtout un moyen pour aller chercher la rancoeur.
Il faut tout de même être honnête, vous avez de bon avantages et de bons salaires, bien des gens seraient heureux d'avoir ce salaire.
Votre droit de négocier fut brimé, mais en même temps vous preniez tout un pays en otage!
S Brosseau , juin 27, 2011
Une faille
0
Il est tout de même étrange que Madame Losier affirme «On est surchargé [...]. On a beaucoup de volume de courrier dans nos établissements.», alors que les facteurs ont vu leur horaire de travail diminué à 3 jours/semaines dans les heures précédant le lock-out pour cause d'une diminution de 50% du volume du courrier, toujours selon la porte-parole de Postes Canada. Étrange...
Cette même dame avait pourtant qualifié de «farfelue» l'affirmation selon laquelle le courrier s'empilait. Qui dit vrai?
Caroline , juin 27, 2011
Les syndiqués, ces mal-aimés
0
Quand j'ai appris que les postiers feraient des journées de grève tournantes, j'ai reconnu là le bon coeur de ces gens. Comme nous en Santé, en 2005, nous avions voté de faire des grèves perlées qui n'affectaient pas les services car chaque journée de grève était comme un jour férié. Mais, le gouvernement a fait peur au public encore une fois, faisant oublier qu'un lock-out dans les services, c'est pas de services du tout. Alors, qui a le plus nui aux gens qui attendent leurs passeports, leurs chèques de paie, leurs alliances? S'il n'en avait été que des syndiqués, tous auraient eu du service. La décision des patrons, elle, n'a pas pris en compte le public, malgré ce qu'ils en disent. Triste société. Bon courage aux employés des Postes car pour nous de la Santé, nous ne voyons pas la situation s'améliorer malgré les beaux discours patronaux.
Annie G. , juin 27, 2011
Les récalcitrants?
0
Les récalcitrants ou les irresponsables de la haute-direction de Postes Canada, qui ont retenus du courrier volontairement, pour ne pas avoir a payer du surtemps aux employés, aujourd'hui ils agissent comme si les coupables étaient les employés.

Belle doctrine que celle des conservateurs, faire croire?
Avocat du diable , juin 27, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
 

Aussi sur Rue Frontenac - Nouvelles