Rue Frontenac - Le bulletin des meilleurs espoirs de la LHJMQ






Le bulletin des meilleurs espoirs de la LHJMQ PDF Imprimer Envoyer
La chronique de Martin Leclerc
Jeudi, 23 juin 2011 14:35

Les nombreux recruteurs de la LNH que j’ai interviewés au cours des dernières semaines sont unanimes : le repêchage de vendredi constituera une bonne récolte pour la LHJMQ, qui pourrait voir jusqu’à 12 de ses joueurs être sélectionnés au cours des deux premières rondes.


Là où le bât blesse cependant, c’est que parmi ces 12 espoirs de premier plan on ne retrouve toutefois que quatre joueurs nés au Québec. Les huit autres meilleurs espoirs de la LHJMQ sont nés au Nouveau-Brunswick (2), en Ontario (1), en Nouvelle-Écosse (1), aux États-Unis (1), en Slovaquie (1), en République Tchèque (1) et en Finlande (1).

À eux seuls, ces chiffres disent tout.

Depuis plusieurs années, avant chaque repêchage, je passe en revue les premiers de classe de la LHJMQ en compagnie d’une demi-douzaine de recruteurs de la LHN, qui acceptent à chaque fois de livrer leurs secrets, toujours sous le couvert de l’anonymat. Les échanges sont toujours francs et directs. Certaines confidences sont parfois étonnantes.

Alors, juste pour avoir une idée de ce qui attend les meilleurs joueurs de la LHJMQ au cours du week-end, je vous propose le fruit de ces conversations privilégiées. Le bulletin de fin d’année des meilleurs espoirs de la LHJMQ. Bonne lecture !

Jonathan HUBERDEAU (Saint John), ailier gauche, 6 pi. 1 po., 170 livres

(3e espoir nord-américain selon la centrale de la LNH)

« Plus la saison avançait, plus il progressait. Je le comparerais à Simon Gagné. Il n’était pas costaud au début de l’année mais il a grossi, il s’est renforcé. Il a de bonnes habiletés et de bonnes mains. Dans son développement, il est en avance sur Simon Gagné au même âge. Il a une belle vision du jeu et il patine. Il sera choisi parmi les cinq premiers. »

Jonathan Huberdeau s'est avéré un élément clé dans la conquête de la coupe Memorial par les Sea Dogs de Saint John.
Photo d'archives Reuters

« Huberdeau possède un incroyable talent. Le seul point d’interrogation dans son cas, c’est sa taille. À 170 livres, il lui faudra une ou deux saisons pour gagner de la maturité physique. Mais ce gars-là a tellement progressé. Il a une très bonne vision du jeu et des mains ultra rapides. Il est capable de repérer les joueurs qui sont à découvert et de leur remettre la rondelle sur le tape. »

« Il a plus d’habiletés naturelles que Sean Couturier. Il y a beaucoup de créativité en lui. Et de la finesse. Dans trois ou quatre ans, il aura gagné en maturité physique et ce ne sera pas un problème pour lui de s’assumer et d’assumer son travail face à des hommes, comme il le fait présentement chez les juniors. »

Nathan BEAULIEU (Saint John), défenseur gauche, 6 pi. 2 po., 174 livres

(5e espoir nord-américain selon la centrale de la LNH)

« Il va être sélectionné entre les rangs 8 et 11. Beaulieu patine bien et il fait bien circuler la rondelle. Et il va encore gagner de la maturité physique. Il est un peu plus offensif que défensif mais il est capable de s’affirmer dans les deux sens de la patinoire. »

« Voilà un joueur qui en était à sa troisième saison dans la LHJMQ et qui a fait un bond incroyable en termes de développement. C’est un bon patineur, un défenseur offensif qui a encore quelques carences qui se corrigeront avec le temps. Il aime prendre des risques sur la patinoire mais en bout de ligne, son impact est positif. Certains clubs sont capables de vivre avec cela. D’autres pas. »

Sean COUTURIER (Drummondville), centre, 6 pi. 4 po., 197 livres

(6e espoir nord-américain selon la centrale de la LNH)

« Il est définitivement prêt à jouer dans la LNH la saison prochaine. Je serais très surpris qu’il retourne à Drummondville. Huberdeau a peut-être plus de talent offensif que Couturier mais ce dernier peut s’adapter à toutes sortes de situations de jeu. Il jouera définitivement dans la LNH. »

Sean Couturier: comparé à Phil Esposito!
Photo d'archives Rue Frontenac

« Je le compare à Phil Esposito. Quand Esposito est entré dans la LNH, les gens disaient qu’il ne patinait pas. Pourtant, il avait toujours la rondelle et il était toujours bien positionné. Et il marquait.

« Sean Couturier est pareil. Il est grand, gros, il a un bon sens du hockey. Il est intelligent et on dirait que partout où il va, la rondelle le suit. Et il protège la rondelle de façon extraordinaire. Il a des petites lacunes mais il pourra composer avec en raison de la qualité de son sens du hockey. »

« Il sortira entre les rangs 3 et 6. Il a baissé au classement parce qu’il a commencé la saison avec une mononucléose et qu’il n’a pas eu vraiment trop la chance de récupérer. Il a été énormément utilisé à Drummondville. À un certain moment, on aurait dit qu’il s’est mis à doser ses énergies pour passer au travers. Je pourrais le comparer à Ron Francis. C’est un bon gros joueur de centre qui excelle dans tous les aspects du jeu. »

Zack PHILLIPS (Saint John), centre, 6 pi. 1 po., 178 livres

(15e espoir nord-américain selon la centrale de la LNH)

« Je ne suis pas sûr que Zack Phillips soit un choix de première ronde. Mais peut-être qu’une équipe l’aimera suffisamment pour cela. »

« C’est un shooter capable de marquer des buts. »

« Il est très intelligent et possède des mains hors du commun. Une très bonne tête de hockey. Son patinage est toutefois moyen. Il sera probablement en première ronde. »

Tomas JURCO (Saint John), ailier droit, 6 pi. 2 po., 187 livres

(20e espoir nord-américain selon la centrale de la LNH)

« C’est un Européen (Slovaquie) qui a des mains incroyables. Plusieurs doutaient de sa capacité à composer avec le jeu robuste mais il a vraiment livré la marchandise à ce chapitre au tournoi de la coupe Memorial. Il répliquait aux coups qu’on lui donnait et il s’est démarqué par son intensité. Il n’a pas besoin de beaucoup d’espace pour faire un jeu. Ses mains sont très rapides. »

« C’est un gros bonhomme qui patine bien. Il a de bonnes mains. Il aurait probablement compilé de meilleures statistiques avec une autre équipe parce qu’il était confiné à la deuxième unité en avantage numérique. Il a appris à composer avec le style de jeu nord-américain. Au début je le croyais frileux mais il s’implique dans la circulation. Il a aussi déployé de bons efforts pour s’améliorer défensivement. »

Phillip DANAULT (Victoriaville), ailier gauche, 6 pi., 170 livres

(27e espoir nord-américain selon la centrale de la LNH)

« Danault est un meilleur patineur que Philips. Un bon jeune homme qui excelle dans les deux sens de la patinoire. Il me fait penser à Antoine Vermette, qui provenait aussi de Victo. Il est meilleur défensivement qu’offensivement. Cela dit, il est efficace en attaque. En plus, il semble être un leader naturel. On lui a remis le « C » au sein de son équipe cette saison. Je le vois partir dans la seconde moitié de la première ronde. »

« Pour moi, Danault est un autre Patrice Bergeron (qui avait été sélectionné en deuxième ronde par les Bruins). Il a le même style que Bergeron. Il excelle en défense et en attaque. On ne peut pas dire qu’il est super patineur, un super passeur ou un super scoreur. Mais tout ce qu’il fait est bien fait.  Je le choisirais avant Philips, c’est sûr.  »

« Il a le même style que Michael Bournival (qui appartient au Canadien). C’est le même style de joueur mais avec un meilleur coup de patin. Un travailleur acharné. Je le projette comme un joueur de troisième trio. Sa détermination et sa vitesse sont ses forces. Mais il devra se renforcer. Il peut évoluer à n’importe quelle position. »

Ryan TESINK (Saint John), centre, 5 pi. 11 po., 157 livres

(47e espoir nord-américain selon la centrale de la LNH)

« Un centre doté de très bonnes mains. Le problème, c’est qu’il ne pèse pas 160 livres. Il n’a pas beaucoup joué à Saint John à cause de la profondeur de cette équipe. Mais il a des habiletés offensives certaines et c’est un bon patineur. Faudra voir comment il gagnera en maturité physique. »

« Génétiquement, on peut prédire qu’il va grandir et grossis (le frère de Tesink jouait dans la LHJMQ et avait un bon gabarit). Il a d’excellentes mains, il marque de gros buts et il n’a pas peur sur la patinoire. Il génère beaucoup d’énergie et il patine bien. »

Xavier OUELLET (Montréal), défenseur gauche, 5 pi. 11 po., 174 livres

(60e espoir nord-américain selon la centrale de la LNH)

Xavier Ouellet: son sens de l'anticipation le sert bien.
Photo d'archives Catherine Lefebvre

« Un défenseur qui va jouer dans la LNH parce qu’il a une intelligence stratégique et un positionnement extraordinaires. Il est capable de jouer la game, comme on dit dans le milieu. Il joue bien. Il a certaines lacunes mais il les surmontera avec le temps parce qu’il est super brillant. Il anticipe aussi bien le jeu et il protège bien la rondelle. »

« Il a connu une bonne saison. Il patine bien et fait bien circuler la rondelle. Mais avec le style de jeu qu’on a vu lors des dernières séries éliminatoires de la LNH, il est clair qu’il devra se renforcer. Il était censé être un choix de première ronde mais je n’ai pas été surpris de le voir glisser en deuxième ronde parce qu’il n’est pas très physique. »

Jonathan RACINE (Shawinigan), défenseur gauche, 6 pi. 1 po., 182 livres

(67e espoir nord-américain selon la centrale de la LNH)

« Transporter la rondelle ne fait pas partie de son arsenal. C’est un gars qui va jouer défensif et qui patine bien. Il excelle dans sa zone pour déplacer les attaquants adverses devant le filet. Il termine bien ses mises en échec et il travaille tout le temps. C’est le genre de joueur que tu aimes avoir dans ton équipe. Je pense qu’il jouera dans la LNH. »

« Un gars combatif et fort, qui est quand même très limité offensivement. C’est un très bon patineur qui joue bien l’homme et qui est physique. Très Bon patineur, qui joue bien homme et physique. Sa force est la qualité de son patinage. Il devra améliorer sa première passe pour se frayer un chemin jusqu’à la LNH. »

« Il va jouer dans la LNH. Il est le parfait contraire de Ouellet, tant sur le plan de la robustesse que de la finesse. »

LES GARDIENS :

Christopher GIBSON (Chicoutimi), gardien (mitaine gauche), 6 pi., 193 livres

(2e espoir nord-américain chez les gardiens selon la centrale de la LNH)

David HUNSIK (Victoriaville), gardien (mitaine gauche), 6 pi. 2 po., 209 livres

(13e espoir nord-américain chez les gardiens selon la centrale de la LNH)

Curieusement, le Québec ne développe à peu près plus de gardiens de premier plan depuis plusieurs années. C’est sans doute pourquoi Gibson (un Finlandais) et Hunsik (un Tchèque) sont les deux seuls espoirs valables qui ont été identifiés par notre panel de recruteurs.

Les recruteurs s’entendent tous pour dire que c’est Gibson qui sera le premier gardien de la LHJMQ à être sélectionné. « Il est plus mobile et possède une meilleure mitaine que Honsik », explique l’un d’entre eux.

« Gibson s’est affirmé avec une équipe très très ordinaire la saison dernière », souligne un autre.

Mais de façon générale, les extraordinaire séries éliminatoires qu’a connues Honsik ont laissé une très forte impression sur les recruteurs, ce qui leur fait prédire qu’il sera sélectionné beaucoup plus tôt que prévu.

« Hunsik couvre bien ses angles. Il est physiquement imposant et il me fait penser à Corey Crawford chez les Blackhawks de Chicago. C’est un gardien qui ne bouge pas beaucoup mais qui se fait heurter par la rondelle. Je pense qu’il sera choisi au cours des trois premières rondes », estime l’un de nos précieux panelistes.

Commentaires (0)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy