Rue Frontenac - Parité entre le Canadien et les Bruins ? Vraiment ?






Parité entre le Canadien et les Bruins ? Vraiment ? PDF Imprimer Envoyer
La chronique de Martin Leclerc
Jeudi, 16 juin 2011 11:47

« Toutes les séries montrent bien la parité de la Ligue nationale. Nous sommes passés à un lancer de battre Boston et regarde où les Bruins sont rendus », disait Geoff Molson le week-end dernier alors qu’il assistait au Grand Prix du Canada.

Ces deux petites phrases du propriétaire du Canadien reprenaient un thème que Pierre Gauthier avait abordé dans sa conférence de presse d’après-saison, au lendemain de l’élimination subie aux mains des Bruins. « Nous sommes passés à un but d’une participation à la deuxième ronde et nous ne sommes pas loin de pouvoir aspirer à la conquête de la coupe Stanley », avait alors plaidé le directeur général du Canadien.

Ces affirmations habiles et porteuses d’espoir sonnent sans doute comme de la musique aux oreilles des partisans du CH. Et maintenant que les Bruins ont remporté la coupe, les dirigeants du Canadien seront peut-être tentés de nous les répéter à qui mieux mieux. Or, ce serait une erreur.

Un monde de différence

Dans les faits, la randonnée que les Bruins ont connue pour concrétiser l’ultime conquête a parfaitement démontré qu’il y avait un monde de différence entre les deux équipes.

Le Canadien a bel et bien réussi à pousser les champions de la coupe Stanley jusqu’à la prolongation du septième match, au premier tour éliminatoire. Mais pour y arriver, Jacques Martin a dû surtaxer ses six ou sept meilleurs joueurs à un point tel, qu’il dirigeait presque une bande de morts-vivants lorsqu’il s’est présenté au TD Garden pour diriger le match décisif.

Claude Julien, lui, n’a jamais cessé d’utiliser tous ses trios durant cette première ronde, et c’est justement des joueurs de troisième trio comme Michael Ryder et Chris Kelly qui lui ont permis de passer au travers. Le même scénario s’est reproduit au cours des séries suivantes, particulièrement contre le Lightning et les Canucks, alors qu’on parlait vraiment business sur la patinoire.

Tous ceux qui connaissent le hockey savent que le Canadien n’aurait jamais pu survivre à l’usure de quatre séries éliminatoires (dont trois se sont rendues en sept matchs) comme l’ont fait les Bruins au cours des deux derniers mois.

Claude Julien avait de bonnes raisons de faire confiance à Tim Thomas devant le filet des Bruins. Il y a deux ans, l'entraîneur (à droite) décrochait le trophée Jack Adams alors que son capitaine Zdeno Chara (à gauche) était consacré meilleur défenseur tandis que Thomas raflait le trophée Vézina en plus de partager le Jennings avec le gardien auxiliaire Emmanuel Fernandez. Cette fois-ci, la coupe Stanley l'attendait.
Photo d'archives Reuters

Claude Julien a pu miser sur une contribution constante de ses deux premiers trios en plus d’obtenir 24 buts de la part des attaquants qui composaient ses troisième et quatrième trios. Vingt-quatre buts en 25  matchs éliminatoires ! Ce n’est pas rien. En comparaison, les Canucks – qui étaient pourtant reconnus pour leur profondeur – n’ont obtenu que 13  buts de la part de leurs joueurs de soutien durant leur long périple éliminatoire.

Si le Canadien veut vraiment jouer dans la même cour que les Bruins au cours des prochaines saisons, Gauthier devra donc considérablement rehausser la profondeur de son équipe, son entraîneur ayant souvent de la difficulté à composer deux trios valables.

Les Bruins cette année, et les Blackhawks l’année dernière, ont démontré qu’il faut miser sur trois trios productifs pour aller chercher le gros trophée. Ils ont aussi démontré qu’il faut absolument miser sur des joueurs capables de s’exprimer dans les matchs robustes quand on se rapproche de la coupe. Le Canadien a aussi des croûtes à manger de ce côté.

La victoire de Julien

Cette coupe Stanley des Bruins, leur première depuis 1972, fut en grande partie celle de Claude Julien, qui s’est montré beau joueur lors de son point de presse d’après-match.

Quand on lui a demandé si cette conquête lui donnait l’impression de fermer le clapet des directeurs généraux qui l’avaient congédié dans le passé, Julien a répondu : « Je suis entraîneur depuis 1994 et je n’ai été congédié que deux fois. Ce n’est rien de majeur. Et les deux fois où j’ai été congédié, j’étais entraîneur au plus haut niveau, dans la LNH. Ces épreuves m’ont permis de progresser et de devenir un meilleur entraîneur. Je respecte les deux directeurs généraux qui m’ont congédié parce que je sais que ce n’était pas personnel. »

Peu de gens étaient soumis à une pression plus forte que celle qui reposait sur les épaules de Julien au début des séries. Les dirigeants des Bruins avaient clairement indiqué qu’il jouait son poste et son avenir au sein de l’organisation.

Après avoir perdu les deux premiers matchs du premier tour contre le Canadien, à Boston de surcroît, les médias de Beantown se sont déchaînés contre lui. Ils ont notamment comparé son inertie à celle de Grady Little (l’ex-gérant des Red Sox) pour illustrer à quel point il n’était pas l’homme de la situation.

Pour disputer le troisième match qui allait avoir lieu au Centre Bell, il fallait que Julien ait une confiance absolue en Tim Thomas pour le lancer dans la mêlée. Thomas présentait alors une moyenne d’efficacité de ,891 et le Centre Bell était l’amphithéâtre de la LNH où il avait connu le moins de succès.

Julien a surpris beaucoup de gens, moi le premier, en remettant son sort entre les mains de son vieux gardien au style peu orthodoxe.

Cette décision fut le point tournant des séries. Thomas a répondu en exerçant une troublante et implacable dominance jusqu’à la mi-juin et en s’affirmant comme le seul récipiendaire possible du trophée Conn Smythe.

Les expériences passées avaient sans doute enseigné à Julien que tant qu’à risquer de perdre son poste, il valait mieux faire les choses à sa manière.

Chapeau, Claude !

Commentaires (27)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
...
0
Vous discutez pour rien,appliquez les reglements comme il se doit,et les Bruins ne sont plus la des la premiere ronde point final,et Julien perd son poste bon ou pas bon.ll n'y as plus de Chara,et on n'en parle meme plus.Calculez le nombre d'annee ou Lapointe,Savard,Robinson,Bouchard,Chartraw,etc.ont joue sans casse de vertebre,et vous aurez un debut de reponse.Les Bruins c'est une equipe de Goons comme Philadelphie l'etait.
alain06 , juin 19, 2011
...
0
Les petits fefans frustrés qui prétendent que le Canadien n'était qu'à un but de la Coupe Stanley oublient qu'en 2010, cette même équipe a été à un seul but de ne même pas participer aux séries et qu'elle y a accédé par la honteuse porte arrière, soit par une défaite en prolongation. La survie du Canadien n'a ensuite été possible que par le brio de Halak.

Le Canadien, c'est une petite équipe de milieu de peloton sans caractère. Et les équipes de milieu de peloton sans caractère, elles ne gagnent jamais la Coupe.

C'est la réalité, deal with it.
Stéphane Latulippe , juin 18, 2011
Cette ete
0
Pour les fans du CH cette sera beaucoup mieux que l'ete derniere. Ils n'auront a echanger leur meilleur gardien, Pour faire de la place sur le cap et embaucher le tres dominant Pleckanec. Les Bruins sont la meilleur equipe de LNH peut importe se que les gens de MTL en pense. smilies/grin.gif
Bobby Orr , juin 18, 2011
@ Brunetteau , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
...
0
Je suis d`accord,mais l`an prochain,si Mr Gauthier signe Markov,Gorges et l`ajout de Emelin...(Subban-Gill-Spacek et Price);Nommez moi un club meilleur en défensive. Mr Gauthier se doit toutefois d`amener du muscle et talent a l`avant.Je suis confiant qu`il va remédié a la situation...
ghyslain , juin 17, 2011
rep a mr. leclerc... , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Où sont les ' fliyng frenchman ' ???
0
Je dois juste vous rappeler que lors du dernier match il n'y avait qu'un seul joueur québécois en l'occurence Mathieu Darche. PATHÉTIQUE !!! Je demande que quant à se foutre de ma gueule comme ca aussi bien changer le nom des canadiens pour les Étrangers de Montréal...

Pour ceux qui ont connu les " vrais Canadiens avant 95 " où des joueurs de premier plan francophone évoluait. Ca c'était mon équipe. En passant ca fait combien de temps qu'on a pas vu un québécois sur le jeu de puissance... Alors que le Lightning en avait quatre... Éxécrable...

Imaginer une province ou un état en Amérique ou il existerait une population de 8 millions de suédois. Je peux vous assurez que l'équipe serait constitué de joueurs suédois principalement.

Réveillez-vous !!!

Le Gaulois de Nouvelle-France
Le Gaulois , juin 17, 2011
@doucetjp
0
La seule similitude entre Luongo et Price est le gabarit. La technique de Luongo est vraiment faible. Il a un genre de style papillon ''effouaré''. Son baton n'est pas sur la glace, ses déplacement sont lents et il ne couvre pas la partie supérieure du filet.
Dans son style papillon, Price reste le corp droit et les jambes colée. De plus, ses déplacements sont rapides et efficaces . Sont jeux a l'exterieure du filets est un atout important. (Je sais, ce n'est pas toujours glorieux, mais en générale, il est excellent.

Pour ce qui est de votre article, je suis complétement d'accord avec vous, le canadien manque de profondeure a l'attaque. Par contre, j'aime bien la défense, qui est un bon mélange de jeune et de vétérant. (En tenant pour aquit les signatures de Markov et Goerges).
Mario Choquette , juin 17, 2011
Le CH est encore très loin !
0
Le CH a perdu en prolongation dans le match 7 contre les Bruins. C'est vrai que c'est venu bien proche.

Mais je ne dirais pas que le CH était à 1 but près d'une coupe Stanley !

Je dirais plutôt que le CH est à un DG près d'une coupe Stanley...
Roger , juin 17, 2011
Pauvres fefans
0
Les fefans devraient se rappeler que les Bruins ont gagné la Coupe Stanley sans leur meilleur joueur, Marc Savard. Une perte pas mal plus lourde que celle de Gorges.

Mais ils préfèrent se laisser encore endormir par les promesses de Molson, Boivin, Gauthier, Gainey, etc.

zzzzzzzzzzz.....
Mud Bruneteau , juin 17, 2011
boston meilleur.....? , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Pas d'accord , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
bruins , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
... , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Le CH, oubliez ça.
0
Ça va prendre des années et des années avant que le CH ait un gardien qui performe comme Thomas dans les moments critiques!! Quand Luango était étendu de tout son long sur la glace à maintes occasions, ça me rappelait la posture typique de Price trop souvent vue.

La dynastie des Bruins ne fait que commencer et ce n'est pas le CH qui va les arrêter.
doucetjp , juin 16, 2011
pas égaux, mais ..........
0
C'est sûr que nous aurions été meilleurs avec Markov, Gorges et Pacioretty, même si nous n'aurions pas constitué la terreur de la ligue. Je crois cependant que la meilleure équipe a gagné, au niveau de tous les aspects du hockey.
Chrystian Jacob , juin 16, 2011
Pourtant il n'y a pas si longtemps
0
Il n'y a pas si longtemps, Les Bruins étaient une équipe assez faible merci. Thomas a changé la donne smilies/grin.gif
sylvain chartrand , juin 16, 2011
ch
0
les bruins ont gagné grace a l'intimidation et aux arbites pourris et Thomas l'accrobate.
le ch avec son petit club propre ont des croutes a manger avant d'être intimidant comme certain joueurs salaud des bruins.
gilles , juin 16, 2011
Arrêtez de lire dur Bertrand Raymond mr. Leclerc! , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Bien loin de la Coupe.
0
Le CH ne gagnera pas la coupe Stanley avant de longues années. Certes, il peut bien paraître dans une série, comme il l'a fait contre Boston, grâce à un jeu pugnace, au brio de certains joueurs et à ses unités spéciales. Mais cela ne suffit pas pour assurer des succès constants en saison (le CH a fini la saison en perdant ses cinq derniers matchs) ou avancer loin en séries.

Montréal peut compter sur un bon gardien -qui ne deviendra cependant jamais l'égal de Patrick Roy-, en Carey Price et sur une défensive plus que respectable s'il réembauche Markov. Mais, mis à part Cammalleri,(parfois) Gionta et Plekanec le CH doit composer avec un Gomez (dont la production est ridicule) et un groupe de joueurs de troisième et quatri;ème trios qui ne se distinguent pas par leurs qualités en défense ou leur robustesse. Reste à savoir comment Pacioretty se remettra de sa blessure. Ce n'est pas avec une telle équipe, à peine capable de composer un premier trio offensif de qualité, que l'on gagne la coupe Stanley.

Qui plus est, on ne peut compter sur la venue à Montréal de joueurs autonomes d'impact puisque les faramineux contrats de cinq ans du trio Cammalleri, Gionta, Gomez ne laisse aucune marge de manoeuvre aux dirigeants du club. Et qu'arrivera-t-il quand il faudra négocier le nouveau contrat de Price et, plus tard, celui de Subban!

Et, à ce que je sache, il n'y a aucun Maurice Richard en gestation à Hamilton!

Il est probable que nous ayons vu le meilleur du Canadien, mouture Gauthier, les deux dernières saisons. Cammalleri, Gionta et Gomez sont des joueurs vieillissants qui ne s'amélioreront pas avec le temps. Mais il faudra continuer à les payer. Plekanec est un bon joueur, qui certains soirs excelle, mais il n'est pas un joueur d'impact et ne le deviendra jamais. Quant à Kostitsyn... bof, peut-être connaîtra-t-il une bonne saison en 2011-2112, histoire d'arriver en bonne position sur le marché des joueurs autonomes. Si par malheur la production de Gionta et Cammalleri chutent et que toute l'attaque du CH repose sur les épaules de Plekanec et Pacioretty, comme je le crois, le Canadien va sombrer dans une médiocrité dont il émerge à peine... et entreprendre un enième plan quinquennal de reconstruction.

Je suis assez vieux pour avoir connu les grandes équipes des années 1950-1960-1970, qui ont remporté quinze coupes Stanley en trente ans. Le CH a remporté deux coupes dans les années 1980-1990 puis a été victorieux deux fois grâce au brio de Patrick Roy. L'équipe a sombré dans la bouffonnerie (en embauchant Réjean Houle comme directeur-gén;éral et Mario Tremblay comme coach) et la médiocrité puis ce fut le défilé des coachs jetables (deux d'entre eux dirigeaient les finalistes de la coupe Stanley), sans compter les psycho-drames à répétition qui ont égayé le portrait.

Et si, comme je le crois, le CH redevenait une équipe de 10e place? Bonne chance M. Molson! Mais vous pouvez coompter sur votre excellente équipe de publicistes.....les commentateurs de RDS qui voient partout du positif!

Henry Quilinan , juin 16, 2011
Peut-être pas la parité mais quand même pas SI loin
0
Avec Max Pac, Markov et Gorges, le CH n'aurait p-e pas paru si loin que ça des bruins non plus. Il ne faut pas oublier ce "détail" dans l'équation.
Mathieu Desharnais , juin 16, 2011
En deuil
0
Moi ce qui me fais serrer les dents, c'est de voir à quel point le CH semble déconnecté de la réalité.
Ça fait 30 ans que je vois le CH joué.
Depuis le départ de Patrick Roy, Claude Lemieux, et d'autres jeunes incompatible avec le club, l'état major se plaint qu'il y a pas de caractère.
Ben un jour idéal avec du caractère, capable d'aller dans les coins, marquer des buts, rapide et gros, ben sa s'appelle "nintendo" ou tu le fabrique sur un ordinateur, pis le film "weird science" on s'entend que c'est un film....
Je suis en deuil depuis ce temps là. On semble pas comprendre ce qui se passe, ils pensent que c'est seulement eux qui sont correct et les autres sont dans le champs gauche, ben on les regarde aller et on regarde Patrice Bergeron joué, je pense que les rôles sont pas mal inversé.....
Martin , juin 16, 2011
les canadiens de montreal , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
...
0
MOI JE DIS CHAPEAU A tIM THOMAS , IL EST L'UNIQUE RAISON DU SUCCES DES BRUINS... TANT MIEUX POUR LUI LE CONN SMITH EST TRES MÉRITÉE.
ET J ESPERE QUE CLAUDE JULIEN AVAIT CONFIANCE EN LUI IL A DOMINÉ LA LIGUE TOUTE L 'ANNÉE ET LUI A PERMIS DE FINIR EN TETE DE SA DIVISION.
SLY , juin 16, 2011
Claude Julien
0
En plus, lors du 3e match, Thomas a donné deux «sapins» en commençant. Toutes les caméras étaient sur Rask et Julien a laissé Thomas dans les buts contre toute attente.
carl , juin 16, 2011
des croûtes?
0
hélas,(je suis partisan du ch), le pain m. leclerc, le pain, tout en se croisant les doigts, que notre gardien fasse des miracles, comme depuis 15 ans!
rogatien dubois , juin 16, 2011
Plus que ça
0
Pas juste des croûtes mon cher monsieur, le pain au complet !
Serge Denault , juin 16, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy