Rue Frontenac - AbitibiBowater et la transparence






AbitibiBowater et la transparence PDF Imprimer Envoyer
La chronique de Michel Van de Walle
Jeudi, 09 juin 2011 15:12

Il est exceptionnel, pour ne pas dire rarissime, qu'une entreprise décide d'exclure les médias de son assemblée d'actionnaires. En fait, en 25 ans de couverture des affaires et de l'économie, je ne me rappelle pas d'un seul cas au Québec. Mais ma mémoire peut faire défaut.

La papetière AbitibiBowater vient de le faire ce jeudi, prétextant qu'il s'agit d'une «réunion privée». En fouillant un peu dans la loi sur les valeurs mobilières et celles sur les compagnies, on ne repère aucune disposition obligeant la direction d'une compagnie de donner accès aux médias lors de son assemblée. Selon le porte-parole de l'Autorité des marchés financiers, Sylvain Théberge, c'est la prérogative du président d'admettre qui il veut à cette occasion. En fait, les seuls qui auraient le droit, ce sont bien sûr les actionnaires, les administrateurs et les vérificateurs.

Les entreprises donnent toujours accès aux médias à leurs assemblées. Elles y voient généralement leur intérêt immédiat : c'est de la publicité gratuite.

Il est fréquemment arrivé que l'on savait à l'avance qu'une assemblée d'actionnaires allait être houleuse. Des actionnaires peuvent être mécontents des résultats financiers, en désaccord avec des décisions de la direction ou encore, un groupe militant pour une cause quelconque peut avoir décidé d'intervenir. Et il y a les organismes de défense des droits des actionnaires, comme le MÉDAC ici, qui présentent régulièrement des propositions qui ne plaisent pas à la direction et alimentent des débats parfois costauds.

Cultiver le secret

On a souvent assisté à des assemblées mouvementées de banques au cours desquelles on décriait par exemple la rémunération astronomique des patrons. Ou de certaines compagnies qui, faisant affaire dans des pays où le respect des droits démocratiques est le dernier des soucis, devaient affronter des reproches. Bombardier, notamment, a dû se défendre à plusieurs reprises d'avoir accepté un contrat du gouvernement chinois pour une liaison ferroviaire au Tibet, ce qui avait provoqué de vigoureuses discussions lors d'assemblées annuelles.

Mais jamais, à ma souvenance, n'a-t-on empêché les journalistes d'assister à des assemblées, avec ou sans affrontements. Car, en matière de relations publiques et d'image de marque, tout le monde convient que la transparence est la meilleure attitude à adopter.

La décision d'AbitibiBowater va totalement à l'encontre des pratiques usuelles. En empêchant les journalistes d'assister à l'assemblée, elle donne l'impression de vouloir cultiver le secret.

C'est d'autant mal venu de sa part que cette entreprise, aussi privée soit-elle, a largement obtenu de la part de l'État un soutien financier et légal. Encore cette semaine, l'Assemblée nationale du Québec a adopté un projet de loi permettant à l'entreprise d'étaler sur 15 ans, plutôt que cinq, le remboursement du déficit de sa caisse de retraite. La compagnie a obtenu cette dérogation parce qu'elle était sur le point de faire faillite et qu'il fallait alléger ce fardeau financier. Cet accommodement a d'ailleurs provoqué des remous, notamment chez les retraités et au Parti québécois qui reprochaient à la direction d'empocher des bonis de 6 M$ et des options sur actions de 200 M$ alors que la caisse de retraite affiche un déficit de 1,3 G$.

De plus, pour la sauver de la faillite, le gouvernement du Québec a consenti à l'entreprise une garantie de prêt de 100 M$ US il y a 2 ans. Difficile d'être plus d'intérêt public que cela.

Obligation morale

AbitibiBowater n'a pas que des actionnaires. Elle a aussi encore des milliers d'employés et des usines un peu partout, notamment au Québec. Ses activités ont une incidence substantielle dans plusieurs régions. Cette société a un nombre important de fournisseurs et de clients qui ne sont pas nécessairement des actionnaires et qui peuvent légitimement être intéressés par ce qui se passe chez elle.

On pourrait allonger la liste des motifs qui justifient que la direction d'AbitibiBowater donne accès aux médias à ses assemblées d'actionnaires. Ce n'est peut-être pas une obligation juridique (ça devrait l'être, soit dit en passant) mais c'est certainement une obligation morale. Surtout quand on a eu l'aide de tous les contribuables pour se sortir du trou.

Cette décision de la direction d'AbitbiBowater survient de plus au moment où l'on exige des entreprises qu'elles adoptent les meilleures pratiques en matière de bonne gouvernance. L'époque est à la transparence, pas au secret.

AbitibiBowater n'a manifestement pas compris cela.

Commentaires (5)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
perso
0
J'ai toujours trouvé que ça serais pour le mieux d'exclure les médias des assemblées d'actionnaires, premièrement, ils n'ont même pas droit de votes, deuxièmement, ils font juste répèter ce qui a été dis, ce qui est une perte de temps colossale vue que la direction participe a ces assemblées juste pour brosser un portrait positif de l'entreprise. Les médias devrais prendre les rapports publiques, les lires, et donner un avis indépendant là-dessus. Dans la finance c'est endémique, Obama dis que GM c'est un succès, on a droit a des tonnes d'article qui répète la même maudite affaire, pourtant l'action de GM chute, clairement les médias et les investisseur ont deux visions de la même chose, ça serais mieux que les médias ce penche sur la baisse plutôt que répèter que Obama pense que GM c'est un succès, il est obligé de dire ça, comme chaque membre de la direction sont obliger de dire que la compagnie va s'en sortir...
Deric Caron , juin 12, 2011
pas surprenant
0
a quand remonte la derniere fois que les médias ont fait bonne publicité d'abitibibowater ? cest loin... pas surprenant que les médias ont été exclus... quoi qu'il se dise à cette assemblée, les médias vont l'écrire de facon péjorative.
Anonyme , juin 11, 2011
Obscurité
0
Bah...le peuple n'a pas à savoir ce que font les grands de ce monde. Occupons le en lui donnant des jeux et du hockey comme ça les grands peuvent travailler dans l'obscurité très appréciée des néo-libéralistes.
Pierre , juin 11, 2011
OPM: pas tous...
0
Le plus gros actionnaire d'AbitibiBowater est Fairfax et à ma
connaissance il s'agit d'une compagnie privée.
R. Boivin , juin 09, 2011
AbitibiBowater : y a t-il un (seul) actionnaire dans l'avion?
0
Il faut être pas mal casse-cou pour conserver des actions d'une compagnie sur le point de faire faillite.
Je soupçonne ceux qui restent d'être des "OPM player" comme la Caisse de Dépôt.
(OPM : other people money = l'argent des autres).
Ben Bernanke , juin 09, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy