Rue Frontenac - Cachez votre bichon






Cachez votre bichon PDF Imprimer Envoyer
Le blogue de Pascale Lévesque
Vendredi, 25 février 2011 02:36

Dire que j’ai passé la soirée à faire l’accablée. Avec raison, avec un peu raison. Ce n’est plus une surprise, ça a circulé en masse : Quebecor nous fait une offre et c’est samedi qu’on dit oui, ou ben non. Après deux ans, un ultimatum du genre, même si on a eu une répétition générale en octobre, ça occupe une soirée. À penser, ruminer, s’insurger, s’apitoyer. Sauf que pendant ce temps-là, un bichon maltais s’est fait violer.

On l’a vu ! La pauvre bête témoignait de son drame à Denis Lévesque jeudi soir. Le bichon ne parlait pas, mais dans les bras de sa maitresse, on voyait dans son regard toute la souffrance que lui a imposé son bourreau. Ça paraissait que le bichon, violé par le voisin de sa propriétaire (c’est comme ça qu’on nous l’a présenté), se sentait souillé.

C’était écrit dans le bas de l’écran, blanc sur bleu : Bichon maltais violé par un voisin.

In-Cro-Ya-Ble. À la télévision. À LCN et à TVA. Tout ça se passait pendant que j’angoissais en vue de samedi? C’est vrai qu’avec un avenir incertain, un chien à charge (elle s’appelle Scarlett !)… j’apprends que des violeurs de chien rôdent? Denis Lévesque, merci. Merci de me ramener sur terre avec ton émission d’affaires publiques où tu reçois des chiens victimes de viol en t’interrogeant sur la sévérité de la sentence qui a pesé sur le tortionnaire.

J’espère que le coupable a été fiché au Biodôme et au Zoo de Granby. Ça serait trop facile avec tous ces petits animaux. On ne l’a pas vue en ondes, mais paraît qu’ils ont demandé à l’autre voisine du voisin violeur de bichon et qu’elle n’aurait jamais cru l’homme capable d’un tel acte. « Il avait l’air gentil, normal », qu’elle a dit. Sauf que l’autre voisine du voisin, celle de droite, elle aurait été témoin de l’escalade. « Au début, il a commencé avec des perruches. Puis, il attirait des écureuils, et des vieux chats de ruelle. Quand je l’ai vu avec le bichon, j’ai compris qu’il avait atteint le point de non retour. » C’est ce qu’elle aurait raconté.

Pire. Le bichon maltais… il avait été mis en garde. « Un gars qui te flatte avec des gants de latex, c’est suspect », lui avait dit un chat. Ce qu’on ne sait pas, c’est si le bichon acceptait des verres de n’importe qui. S’il acceptait les caresses des étrangers. S’il avait une démarche provocante en promenade. S’il sortait… à poils!

Conclusion? Il n'y a pas de petite tragédie. Et une tragédie n'est jamais trop petite pour être en vedette à la télévision.

Namaste !

Commentaires (12)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
Eh bien, j'espère que vous comprenez!
0
Voyez-vous pourquoi TVA s'amuse à faire des reportages sur des sujets semblables? Vous réagissez en maudit pour un chien. Ils savent ça à la direction des programmes...et durant ce temps, les vraies affaires, qui concernent les humains, passent en douce et personne ne les voit?

C'est exactement ce qui est arrivé avec le conflit du Journal de Montrèal.

Tout ce que je peux dire, c'est que ce n'est pas avec un réseau comme ça qu'un peuple se cultivent!
Marcel , février 27, 2011
Faits Divers
0
Le problème ici ce n'est pas la violence envers les animaux mais bien la piètre qualité d'une émission d'"information". Une émission sur la violence envers les animaux, je suis d'accord. Mais cette émission n'apporte rien au débat c'est un freak show sans plus.

Qu'on nous bombarde de commentaires insignifiants de voisins qui ne s'attendais pas à ça... euh j'espère bien...

La violence est une chose, les causes de la violence vont beaucoup plus loin qu'un seul criminel mais ça on n'est pas vraiment intéressé, trop de travail en tant que société. S'insurger contre le moindre acte déviant ça par contre on aime!
Steve , février 26, 2011
Quand même là...
0
Capotez pas, c'est pas du malheur du chien qu'on rit, mais du fait qu'on en fasse une émission. C'est triste pour le chien, la madame et ses enfants. Le bonhomme est vraiment rendu bas. Mais, on va lui donner une peine plus sévère qu'un ivrogne qui tu au volant ou un homme qui a violé ses enfants pendant des années... tout est relatif. Et en passant, j'adore les animaux mais pas tout ce sensationnalisme autour de ce genre d'histoire.
smilies/grin.gif
Marie , février 25, 2011
Sans objet....
0
Chère Ève ....
D'abord, on dit "ridicuLISAIT" et non "ridicuLAIT"... Et votre texte est rempli de fautes... Donc, déjà en tant que recherchiste... hum, beaucoup de chemin à faire, désolée. Même si c'était une blague, vous me semblez beaucoup trop simpliste pour faire ce travail.
Secondo, si on ridiCULISE un sujet d'émission, indirectement, on ridiculise son contenu... logique il me semble....
On voit tout de suite votre "niveau" intellectuel par la superficialité de vos propos... et dire que c'est toujours ceux-là qui disent qu'on ne comprend pas.... À l'université, on nous disait, en communication, que le niveau du ti-Québécois moyen, un grand consommateur aveuglé et premier degré, est de secondaire III... et bien oui !
Donc, prise 2, je réessaie... Et me répète....
C'est toute l'idée de violence et surtout, de l’intention de violence qu'il y a derrière ceux qui la font, que ce soit aux animaux ou aux humains. Il n'est pas question ici de priorité mais d'une émission sur le principe de la violence dans la société et croyez-moi, ça c'est urgent. La violence fait partie de notre quotidien et environnement immédiats. Ce n'est pas rien et je n'ai pas envie de me taire là-dessus. Tout s'en suit. Et puis, oui il y a la guerre dans le monde qui me chavire à un très haut point, croyez-moi et là aussi je me sens concernée. Des problèmes d’ordres économiques aussi. Sauf qu'il y a déjà beaucoup d'émissions et de tribunes qui en parlent. Bien sûr, je les consultent aussi. Mais que Denis Lévesque ait choisi de parler d'une violence dans notre société (le bichon est hélas un exemple révélateur selon moi) eh bien, il a le droit d'en parler, car son type d'émission le permet. Ceux à qui cela ne leur plaît pas, qu'ils changent de canal....
Cette banalisation de la violence cachée et cette insouciante devant elle me fascine... et me fait peur.
À Eve et les autres... vous pouvez bien rire du fait que ce soit juste un chien... mais le sujet ce n'était pas le chien, mais l'acte en soi et l'intention de sadisme qu'il y avait derrière. Cela, pour moi, ce n'est pas juste un petit fait divers sans importance. Ce sujet fait partie de notre quotidien à notre insu et il faut le dénoncer.
Annie , février 25, 2011
...
0
et tu crois qui va s'arrêter a un chien? La prévention... c'est ca le but! C'est très exactement comme dire... bin oui le Monsieur ya fais des menaces de mort a sa femme, mais ya rien tenter, on fais rien...
Bin le bonhomme ya FOURRÉ un chien, torturer, all the kit... pis ya rien.... y s'arrêteras pas la, alors que la justice aurais pu tuer dans l'oeuf un très probable futur violeur - batteur - pédophile - criminel.... y font rien... BRAVO!
Tony , février 25, 2011
Ironie et sarcasme
0
Je n'ai peut-être pas été assez claire. Il est vrai que le sarcasme et l'ironie à l'écrit sont difficilement palpables. Je tiens à préciser que je ne ridiculise pas la cruauté envers les animaux. Je tiens cependant à dénoncer le fait qu'on se serve d'un fait divers, où il a été question de violence envers un pitou, pour alimenter une télévision en mal de sensationnalisme. Je suis propriétaire d'un coton de Tuléar, ce qui est assez semblable à un bichon. J'ose à peine imaginer ce que je ferais au malade mental qui pourrait s'en prendre à elle. En même temps, imaginer qu'un homme mature puisse avoir envie de s'enfiler un petit chien...c'est un fou rire automatique. Oui c'est scandalisant, mais c'est drôle en ?&*%&$?%$ ! Quant à la souffrance animale, il y a bien des situations à dénoncer avant celle du viol d'un bichon. ne serait-ce que les usines à chiot, dont le Québec est le premier chef de file. Malheureusement. Sachez qu'outre le fait d'être scandalisé, celui de crier ou de pleurer, qu'il existe d'autres façons de s'insurger d'une situation ... et parmi celles-ci, il y a l'humour. Je constate aujourd'hui que ce n'est pas à la portée de tous.
Pascale , février 25, 2011
Franchement !!!!
0
Voyons donc !!!!! Ce que le voisin a fait au chien est absolument sordide !!! Et oui, c'est dangereux quelqu'un comme ça... et non on parle pas ici du suicide d'un poulet on parle d'un VIOL... Même si c'est un chien... un viol reste un viol et un violeur reste un violeur... Ya pas juste la politique dans le monde, si vous acceptez pas la moindre humanité dans les médias c'est qu'on a un RÉEL problème de société... et c'est pas le chien mais vous qui trouvez que ce n'est "rien"...
Sara , février 25, 2011
...
0
Quelle nouvelle!!! Un bichon a été violé et torturer... On s'en sacre tellement! Après tout, ce n'est QU'UN ÊTRE VIVANT....
C'est pas comme si il serais surveiller, histoire qu'ensuite il ne s'attaque pas a un enfant... ou une femme....
C'est un homme completement cinglé et cruel. Il viol, torture, et personne ne lui tape sur les doiigt.
6 mois de prison la FIN DE SEMAINE .... Bonne chance dans le futur, tenez vous loin.... Et si jamais ils vous attaques, vous qui riez tellement de ce truc qui n'est qu'un chien, rien d'autres.... Franchement réfléchissez avec votre tête!!!
Klads , février 25, 2011
Réponse à Annie
0
Chère Annie,

Je ne pense pas que Pascale ridiculait la violence faite aux animaux, mais plutôt le sujet de l'émission. Il me semble qu'il y a des sujets plus importants à aborder que le viol d'un bichon. Avec toute la souffrance qui se vit dans le monde en ce moment même et peut-être même chez vos voisins!

Et nous, dans notre beau petit cocon bien douillet, on parle d'un bichon qui s'est fait violé et on gaspille des minutes précieuses d'une émission qui se veut d'affaires publiques.

Elles sont où nos priorités en tant que société? À quand une émission sur le suicide d'un poulet? Sur la révolution des ours bruns? Sur la pauvreté des abeilles?

(oh, je pense que je viens de voler la job des recherchiste de Denis Lévesque, moi là!)
Ève , février 25, 2011
Ne rien comprendre
0
Annie, tu n'as absolument rien compris à l'article. Ici Pascale fait le lien avec son lock-out de 2 ans provoqué par PKP, pendant ce temps il se produits d'exellentes émissions de télé avec D. Lévesque, sur les bichons violés. Quel dilemne, je paie mes employés plus cher pour revenir au travail? Pas besoin, j'ai des clowns qui travaillent pour moi.

Superlulu , février 25, 2011
...
0
Chère Annie, je ne crois pas que Mme Lévesque ridiculise la violence envers les animaux, mais plutôt qu'elle dénonce le fait qu'on ait accordé à ce fait divers tant de visibilité médiatique.
Une fière propriétaire de deux bichons.
Flo , février 25, 2011
À l'être suprême Pascal....
0
Pascal,

Je comprends que la violence c'est normal pour vous et dans la société... Mais on ridiculise parfois ce qui arrive aux animaux... et c'est bien dommage. Car c'est derrière l'esprit sadique de ce fou que tout se passe. C'est bien connu : beaucoup de criminels ont commencé "leur carrière" avec des gestes semblables qu'ils faisaient aux animaux. Pourtant, ce n'est pas difficile à comprendre : c'est l'intention de méchanceté, de perversité et de sadisme dans tout ça, qui est mise en cause.... et qui serait également applicable à la souffrance humaine. Autrement dit, si quelqu'un viole et maltraite un chien, il peut aussi le faire à un être humain et c'est pour cela que c'est important que l'on en parle. Il y a rien à ridiculiser là-dedans. Si vous aviez subi le même sort que ce chien, je suis sûre que vous ne seriez pas là à écrire ce blog pseudo humoristique et non fondé. Réfléchissez avant d'écrire. Il n'y a pas de mal à être sensible à la souffrance animale et humaine, bref, à la souffrance tout court.
Bonne journée
Annie
Annie , février 25, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy