PDF Imprimer Envoyer
La chronique de Jean-Philippe Dcarie
Jeudi, 03 mars 2011 11:12
Mise à jour le Jeudi, 03 mars 2011 17:37

Ce nest peut-tre pas la rptition de la rue vers lor du Klondike de 1896, mais lattrait et la valeur sans cesse grandissante du mtal prcieux et la demande toujours plus forte des produits de ressources naturelles ont, depuis dix ans, redonn vie au secteur minier partout au Qubec.

Une rsurrection qui tarde toutefois rapporter quelque dividende que ce soit nous les Qubcois, qui sommes pourtant les propritaires de ces richesses naturelles.

Les activits dexploration et dextraction minires sont en pleine expansion partout sur le territoire du Qubec.

Lan dernier, les socits minires ont investi 2,5milliards dans leurs installations qubcoises. On prvoit que ces dpenses atteindront 2,9milliards cette anne.

Les travaux dexploration en vue de dcouvrir de nouveaux gisements ont pour leur part gnr des investissements de 483millions, en 2010. Ces dpenses vont franchir le cap des 500M$ en 2011.

Si cest le secteur aurifre qui accapare plus de 50% de tous les nouveaux investissements, les compagnies minires sactivent aussi procder lextraction de fer, de nickel ou de lithium de notre sous-sol.

Ma collgue Jessica Nadeau, qui rentre tout juste dun reportage en Abitibi, a t sidre de constater le nombre de projets de mines ciel ouvert qui sont en activit ou en dveloppement.

Cest pas pour rien que des gens de Val-dOr mont dit que la rgion serait bientt quipe du plus gros 18 trous au monde, ma-t-elle dit.

La manne minire

Les rsidants de Malartic peuvent en tmoigner puisquils doivent apprendre cohabiter avec la nouvelle mine dor Osisko, qui t creuse en plein cur de la ville.

Malartic, la population cohabite avec la mine. Photo Annik MH de Carufel

Cette extravagance minire nest pas reposante pour tout le monde. La mine a d cesser ses oprations de nuit parce quelle tait incapable de respecter les normes relatives au bruit.

Elle menace aujourdhui de fermer ses installations si on ne rvise pas la hausse le niveau de bruit quelle peut mettre durant ses oprations nocturnes.

Cest quand mme 1000 travailleurs qui sactivent sur le chantier de Malartic, et qui occupent des emplois bien rmunrs. On devra trouver une faon daccommoder Osisko pour ne pas mettre en pril la manne quelle gnre pour la collectivit environnante.

Et cest l le problme de lindustrie minire qubcoise. Elle gnre des emplois et de lactivit conomique en rgions qui permettent au Qubec de mieux occuper son vaste territoire.

La semaine dernire, la socit aurifre Goldcorp a annonc le lancement des travaux de sa mine dor lonore la baie James, 500kilomtres au nord de Matagami. Plus de 1000 travailleurs vont participer la construction de la mine et 800 autres travailleurs vont ensuite lexploiter.

quand les redevances ?

Il sagit demplois qui sont bienvenus pour des populations qui ont beaucoup souffert de la crise forestire. Mais l sarrtent les contributions des socits minires. Tout largent quelles tirent de lexploitation de notre sous-sol, elles le gardent pour elles-mmes et en retournent peu ou pas du tout nous, les propritaires du sous-sol qubcois.

Thoriquement, de 2002 2008, les socits minires devaient verser 12% de leurs profits Qubec. Mais en vertu des nombreuses mesures fiscales dont elles peuvent profiter, elles nont vers que 1,5%, en moyenne.

Qubec a hauss 16% le taux de redevances que les minires devront payer partir de 2012. Mais, selon les spcialistes du secteur, elles nauront payer que 6% au maximum, lorsquelles auront profit de tous les crdits fiscaux qui leur sont octroys.

Jusqu lan dernier, le Qubec a t, durant des annes, dsign par les grosses socits minires comme le meilleur endroit pour exploiter une mine dans le monde. Cest ici quelles pouvaient faire le plus dargent avec notre or, notre argent ou notre cuivre. Cest Maurice Duplessis qui doit bien dormir dans sa tombe.

Commentaires (2)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
injuste
0
Dsol pour vous M.Dcarie, mais les impts et taxes des socites minires et leurs travailleurs apportent bien plus l'conomie que bien d'autres activites subventionnes, comme l'agiculture, la culture tous court,et autres subvention aux emplois de la finance et technologiques de certains quartier de montral...
claude , mars 05, 2011
Vous avez mon amiti...
0
... mais comment monsieur Dcarie, puis-je le concrtiser. J'habite l'extrieur de Montral, c'est la premire fois aujourd'hui que je lis votre journal, ce n'est pas par manque d'intrt, mais plutt cause ma situation gographique. Je suis un sympathisant votre cause, alors je voudrais contribuer. Je veux affirmer et assumer mon amiti pour la gang du Journal, surtout aprs la triste nouvelle du rglement de votre litige. Voil, malheureusement lorsque je vais l'onglet qui me permettrait de contribuer financirement votre cause. Rien ne se passe. Alors comment est-ce que je procde?

Syndicalement, Yves Gauthier
Yves Gauthier , mars 04, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy