PDF Imprimer Envoyer
La chronique de Jean-Philippe Dcarie
Jeudi, 24 février 2011 17:46
Mise à jour le Jeudi, 24 février 2011 19:15

Le dvoilement, jeudi matin, des rsultats financiers de la Caisse de dpt a t mes yeux un vnement heureux. Rien de moins.

L'quipe de Michael Sabia a ralis sans conteste un travail impeccable et exemplaire en enregistrant une performance globale qui la classe parmi les gestionnaires de portefeuille les plus performants au Canada en 2010.

Mais elle a surtout russi poser le premier jalon du long processus de restauration de la crdibilit de l'institution auprs du public qubcois.

Et a c'tait le vrai dfi que s'tait donn Michael Sabia lorsqu'il a accept de prendre la direction de la Caisse de dpt en mars 2009.

Michael Sabia a russi le sauvetage d'un paquebot en dtresse. Photo Oliviier Jean

L'ex-prsident de BCE prenait alors le gouvernail d'un navire qui semblait filer tout droit vers le naufrage.

La Caisse venait d'enregistrer la pire performance financire de son histoire en ralisant un rendement de -25% qui creusait un trou de 40 milliards de dollars dans le bas de laine des Qubcois.

La Caisse tait prise jusqu'au cou dans le papier commercial, les produits financiers structurs, les prts mezzanines..., des actifs toxiques qui risquaient de gnrer des pertes additionnelles.

Sa crdibilit avait pris un srieux coup dans la communaut financire et avait t ramene sous-zro auprs du grand public qubcois qui n'en revenait tout simplement pas que leur institution-phare ait fait preuve de tant de laxisme avec l'argent de leur retraite.

La nomination mme de Sabia avait t vertement critique par peu prs tous les commentateurs l'poque.

Le Parti qubcois criait la trahison, accusant Jean Charest d'avoir procd une nomination partisane en confiant un ennemi du Qubec et un gestionnaire incomptent les rnes de ce qui devrait tre le moteur du dveloppement conomique qubcois.

Fondations solides

En 2009, Michael Sabia n'a impressionn personne. La Caisse n'a pas t en mesure de profiter pleinement de la reprise fulgurante des marchs boursiers. L'institution a produit un rendement de 10% mais de quatre points infrieur son indice de rfrence.

Il faut dire que les gestionnaires de la Caisse avaient t passablement occups en 2009 mettre de l'ordre dans leurs portefeuilles et rduire leur exposition au risque.

L'an dernier, Sabia avait expliqu que ses gestionnaires avaient d procder mille transactions pour russir sortir d'un seul produit financier synthtique. Beaucoup d'nergie de mobilise pour peu de rsultats au bout du compte.

En 2010, la Caisse et ses gestionnaires sont revenus leur mtier. Celui de professionnels de l'investissement efficaces, performants et... plus prudents.

En confrence de presse jeudi, Michael Sabia a expos le plan de match qui a guid la dernire anne et qui a t scrupuleusement suivi: simplicit, rigueur, prudence et bien servir le client.

Un plan de match qui a permis la Caisse de revenir dans le peloton de tte des meilleurs gestionnaires institutionnels au pays.

On a pos des fondations solides partir desquelles on peut rebtir, a rsum le PDG de la Caisse.

En rduisant de 50% son exposition au risque, la Caisse a quand mme russi bien performer.

Cette politique d'investissement devrait permettre de poursuivre le redressement significatif qui a t dj ralis mais devrait aussi prmunir la Caisse de se faire ramasser comme ce fut le cas en 2008 si jamais une forte correction s'abattait sur les marchs.

Ce qui a fait mal en 2008 ce n'est pas tellement que la Caisse a beaucoup perdu - tous les gros investisseurs y ont got - mais qu'elle perde beaucoup plus que la moyenne, soit 25% contre 18% pour ses concurrents.

cet gard, Michael Sabia a fait son job et il l'a bien fait.

lire aussi: Bonne performance de la Caisse de dpt en 2010

Commentaires (3)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
Rcuprer 50 milliards en deux ans, trop beau pour tre vrai!
0
Cest du grand art, celui de jeter de la poudre aux yeux aux citoyens crdules Plus le mensonge est gros, plus les Qubcois le crois, cest du mme ordre que les promesses de rductions dimpts de 1 milliard de dollars par anne pendant 5 ans.

On nous annonce sans rire que le dficit de plus de 40 milliards de dollars aurait t combl
Pour accumuler les 150 milliards de la Caisse de dpt, il a fallu nos pres et grands pres de 50 60 ans de dures labeurs alors mme que les administrateurs taient rputs parmi les meilleurs quipes de gestion au monde.

A larriv de Charest dans la Caisse de dpt, tout sest mis draper, Charest modifi les rgles du jeux et impliqu des placements trs hauts risques qui ont entrans des pertes de prs du tiers de nos actifs, plus de 40 milliards de dollars.

Je suis davis quon assiste prsentement un dtournement de fonds et un appauvrissement volontaire de la population par la vente dactifs au bnfice des amis du priv, comme toutes les autres magouilles lont dj dmontres, commandites, nominations des juges, enveloppes brunes, accommodements raisonnables, etc.

Je crois tout fait impossible de renflouer des pertes de 50 milliards en un si court temps sans impliquer des manuvres comptables dans un jeu de chiffres et de liquidations suspectes dactifs.

Je ne suis pas le seul le penser : Mme Sophie Cousineau de Cyberpresse dclare : Dans les cas des infrastructures et des dettes immobilires, les revirements de situation sont d'une amplitude exceptionnelle, pour ne pas dire suspecte,. Sophie Cousineau, La presse Canadienne.

Jinvite tous les citoyens se mfier au plus haut degr de ces gens dune autre culture qui veulent nous imposer leur domination.

Beaucoup dentre nous se sont fait avoir par de beaux parleurs la Jones, Lacroix, Fairmount et autres.

Je trouve suffisamment suspect ces dclarations de bnfices pour vous inviter vous mfier de ces gens, peu importe le titre, qui ont, non seulement nos intrts cur, mais aussi notre capital et nos actifs.

Si cest trop beau pour tre vrai, cest que ce ne lest pas.

Trop de choses nous sont caches pour que ces dclarations soient crdibles.

Qubcois, agissez, le rveil sera plus douloureux que les quelques millions de pertes des Norbourg et Compagnie.

Une rcupration de 50 milliards de pertes en seulement deux ou trois ans ne peut en aucun cas tre crdible sans une transparence totale des placements en cours. a correspond une rcupration de 34% de profit sur le capital alors que les taux dintrts, les rendements gnraux de placements et lconomie sont au plus bas.

Je pense quon nous prend pour des imbciles et il serait temps quon se rveille tous ensemble.

Pour la suite de ce texte, voir http://saglacweb.blogspot.com/...-etre.html

Merci d'tre l.



Jean-Pierre Plourde.

Jean-Pierre Plourde , février 28, 2011
quand a va bien, quand a va mal
0
Les gestionnaires de fonds sont tous les mmes: quand a va bien, c'est grce moi, mais quand a va mal, c'est de la faute du march.

Un an de bonne performance ne veut rien dire, quand il aura russi battre les indices pendant plus de 10 ans on s'en reparlera...
sam , février 25, 2011
Commentaire
0
Je suis dsol de pter la balounne de la caisse mes j'avais des actions qui avaient plantes durant la crise et je n'ai pas boug mes actions. Donc, avec la remont du march, j'ai fait 30% sans rien faire. Le march est remont un peu, c'est donc normal que la caisse augmente son efficacit. Les gestionnaires ne sont pas ncessairement des Dieu pour cette hausse.
Sylvain , février 24, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy