Rue Frontenac - « Aller manger là, avec les enfants ? Impossible ! »






« Aller manger là, avec les enfants ? Impossible ! » PDF Imprimer Envoyer
Le blogue de Maude Goyer
Lundi, 20 juin 2011 22:23

Samedi, j'ai fait une chouette activité avec les marmots : nous sommes allés déambuler dans le Quartier des Spectacles, au centre-ville de Montréal, à la Place des festivals, où des jeux d'eau et fontaines ont été récemment aménagés. Pour les tout-petits, c'est une occasion de faire trempette, tout en courant, sautant, buvant...

Vers midi, l'Homme m'a proposé d'aller dîner dans l'un des chics restos qui bordent la place. « Voyons, chéri, aller là, avec les enfants ? Tu n'es pas sérieux ! » lui aie-je lancé.

C'est vrai que le restaurant en question est plus jet-set que familial. La bouffe y est divine; la terrasse, magnifique. Nous avions déjà mangé à cet endroit, en début d'été, en amoureux. Je n'y avais pas vu l'ombre d'un bambin. Y avait-il seulement des chaises hautes ?

L'Homme a argumenté : primo, on était à l'heure du lunch, pas du souper, ni de l'apéro. Deuxio, l'endroit n'était pas très occupé, il était encore tôt. Tertio, nos enfants sont (relativement) habitués aux sorties au restaurant et nous avions sous la main quelques objets indispensables pour les faire patienter (lire, la console DS de Fiston, les poupées de Princesse). Bref, il fallait tenter le coup.

Où sont les bons restos familiaux ?

Je lui ai donné raison (ou était-ce l'appel du rosé goûté à ma dernière visite et dont l'arôme titillait encore mes papilles ?). Nous nous sommes attablés. Et tout s'est merveilleusement passé.

Bon, d'accord, je vous l'accorde, nous ne nous sommes pas attardés : en une heure, hop, nous avions quitté. J'ai sonné la fin de la récré quand j'ai constaté que mes deux sacripants ne pouvaient plus tenir sur leurs chaises (au fait, aucune chaise haute en vue). Le rosé n'était plus qu'un souvenir, de toute façon.

En marchant, après le repas, je me suis tout de même jurée que je passerais outre mes premières réticences et que j'oserais à nouveau. Je me suis aussi demandé pourquoi, à Montréal, les restaurants familiaux à la fois intéressants pour les parents ET les enfants sont si rares. Que dis-je, rarissimes. Comment est-ce possible dans une ville de 1,7 millions d'habitants en plein baby-boom ? Et pourquoi si peu de parents franchissent le pas de restaurants pas-nécessairement-destinés-aux-familles-mais-qui-pourtant-peuvent-convenir ? Avons-nous si peur de déranger ? Et si oui, pourquoi en sommes-nous là ?

Des enfants partout

Ce n'est certainement pas le cas de la Suisse, en tout cas, où une collègue blogueuse, en reportage là-bas, écrit ceci : « L'image m'a saisie à mon arrivée à Grindelwald, dans le canton de Berne: les enfants sont partout, en Suisse. Des papas portant les bébés sur le dos aux poussettes garées dans les restaurants, j'ai eu l'impression que les tout-petits étaient, mieux que partout, intégrés au quotidien. »

À quand pareille scène chez nous ?

Commentaires (9)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
coupure intergénérationnelle
0
Le problème au Québec dépasse la simple bonne ou mauvaise éducation. Il y a une coupure entre les générations que l'on observe moins en Europe, surtout dans les pays méridionaux où la notion de famille garde un caractère primordial.

Ici, c'est les petits au CPE, les vieux à l'hospice, les jeunes au collège, et hop les adultes au travail. Si un élément n'est pas dans sa sphère, c'est la panique. Une personne âgée qui compte sa monnaie au comptoir de Second cup au coin de l'UQAM? L'horreur! Un petit monstre qui saute à pieds joints dans une flaque d'eau au coin de la rue University? Calamité!

Sommes-nous rendus à ce point, stressés, pressés et hypersensibles qu'une grande partie du genre humain nous exaspère? Peut-être est-ce nous, les adultes, qui sommes les plus insupportables en fait. Marie-Ève Mathieu
Marie-Ève Mathieu , juin 22, 2011
ben oui
0
Oui un enfant ca crie, nonobstant son éducation.
Oui un enfant ca se roule parterre nonobstant son éducation.
Un enfant ca besoin de bouger.
Quand je vois des enfants faire le bacon, j'ai toujours un petit sourire en coin et un regard mesqin pour ceux qui soupire. Ca me rappel que les miens sont aussi passer par la.

Comme dit Athena, les clouer sur leur chaise ne veut pas dire enfant bien élevé. Ca veut dire parent égoiste. Comment une sortie en famille peut-elle être si désagréable pour les enfants.

Je dis que pour mettre un peu de vie dans ses resto si huppé, ca prend des enfants et non des aquariums.

DS et Ipod, ce n'est pas un peu de la déresponsabilisation en tant que parent ?

Moi je dis quand on a peur de se faire déranger et/ou de déranger, on reste chez soi.
Habitude , juin 21, 2011
Une formation
0
Mme Goyer, j'ai deux enfants maintenant âgés de 10 et 13 ans et j'ai moi aussi hésité à aller dans certains restaurants lorsqu'ils étaient en bas âge. Mais j'ai toujours pensé qu'aller dans les restos, c'est aussi une leçon de vie, une formation. Si l'enfant est tranquille, on lui paye la traite. Il ou elle trouve ça spécial. Mais attention, s'il est tannant, s'il ne sait pas se contrôler, on sort. L'enfant doit donc être tranquille. J'ai trop souvent vu des parents qui laissent leurs rejetons courir entre les tables ou qui ne sont pas assez sévères dans un resto. Et ce sont ces parents qui laissent une image négative chez les couples sans enfants.
Alors, oui pour les enfants dans les restos. Mais aussi du respect pour les couples qui sont aux autres tables svp.
Loulaf , juin 21, 2011
Les enfants aiment-ils ces restaurants?
0
Je me rappelle que, lorsque j'étais enfant, mes parents nous emmenaient dans des restaurants empesés où, sur ordre des parents, il fallait se tenir raide et ne pas parler trop fort. (J'ajoute que j'étais docile et élevée de façon stricte.) Plus souvent qu'autrement, je m'ennuyais parfaitement dans ces restaurants chics.

Certes, il y a des parents qui n'éduquent pas leurs enfants et se font haïr des autres clients; mais il y a aussi des parents qui, pour SE faire plaisir, traînent leur progéniture dans des restaurants ultrachics et ultraprotocolaires, genre à quatre ou cinq services pour des repas de plus de deux heures; les petits s'y endorment d'ennui ou se révoltent.

Heureusement, il y a des parents qui paient une gardienne pour sortir au restaurant ou vont dans des restaurants familiaux, puis attendent que leurs enfants aient un âge raisonnable pour les sortir dans des restaurants plus chics.

Madame Goyer, votre récit montre que vous-même et l'Homme avez bien géré la sortie. En revanche, il y a des parents qui ne font pas qu'imposer leurs enfants bruyants aux autres clients : ils imposent aussi un endroit ennuyeux aux enfants.

Les enfants se fichent du nombre d'étoiles du Toqué! ou de la Queue de Cheval. Les soupers chics à cinq services dans une ambiance feutrée, ce n'est pas pour eux, voilà tout.
Athena , juin 21, 2011
Le québec, la suisse...du pareil au même
0
en réponse à Carol Vadnais....Étant d'origine Suisse (j'y voyage au moins au 2 ans), je peux vous certifié que les enfants n'y sont pas mieux élevé qu'ailleurs. Même qu'au contraire, ceux-ci sont plus turbulents dans l'ensemble... Même très bien élevé, un enfant demeure un enfant. Je suis moi même parent (de 2 petites filles très polies... et pleine de vie!), je trouve plutôt que plusieurs adultes sont franchement intolérents. Ce qui n'est franchement pas mieux, à mon avis, qu'un enfant turbulent.
olivier c , juin 21, 2011
j'en peu plus....
0
non j'en peu plus de lire que les parents sont insouciants, irresponsable, ne savent pas vivre, élèvent des monstres... que dans le temps c'était tellement mieux, que les parents les élevaient tellement avec de meilleurs valeurs, que les enfants savaient se comporter... Une petite chose cependant m'achale encore plus, c'est que les personnes qui disent et pensent ses choses, sont en général eux même les parents de ces mêmes parents irrespectueux... Ça veut peut être dire quelque chose...smilies/cry.gif
genevieve , juin 21, 2011
Est-ce vraiment souhaitable? , Ce commentaire a été désigné comme non-intéressant par les internautes. [Afficher]
Oui, il faut oser!
0
J'ai toujours emmené ma fille dans tous les types de restos, même les plus branchouilles, ici comme ailleurs. Question d'éducation. Ce sont les enfants qu'on ne sort jamais qui dérangent le plus à mon avis. Alors oui, il faut oser! Bien sûr, on s'est pris quelques regards haineux, mais moins que dans les avions... ;-) P.S.: Moi, ce sont les jeux sur iPod qui me permettent un répit. P.P.S.: Merci pour le lien!
Marie-Julie Gagnon , juin 21, 2011
...
0
Est-ce qu'en Suisse, les enfants crient, se roulent par terre et font la «danse du bacon» quand on leur dit non dans un restaurant? Voilà aussi un facteur à prendre en compte: l'éducation. Au Québec, des enfants qui ne savent pas vivre parce que mal élevés par des parents insouciants et irresponsables, on en retrouve souvent dans les lieux publics et ce sont eux qui frappent l'imaginaire...
carol vadnais , juin 21, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy