Rue Frontenac - Les premiers seront les derniers






Les premiers seront les derniers PDF Imprimer Envoyer
Détente - La bande des vins
Samedi, 11 juin 2011 08:03
Mise à jour le Samedi, 11 juin 2011 08:50

Il y avait longtemps qu’on n’avait pas dégusté, sur ma terrasse, un des petits plaisirs estivaux de la Bande des vins.

Il faut dire que le printemps froid et pluvieux – et les nombreux rebondissements qui ont bouleversé nos vies ces derniers mois –, y sont pour quelque chose.

C’est ainsi que nous avons débouché, dans une ambiance plutôt légère, de petits flacons desquels nous n’attendions rien mais qui nous ont ravis, comme des plus grands pleins de promesses au final non tenues.

Car c’est un des plaisirs du vin parfois. Voir de modestes crus damer le pion à de bien plus imposants rivaux.

Photo Olivier Jean

Un rosé québécois un peu timide

Péché, Domaine les Brome, Québec 2010, 15 $
Cépages : seyval noir, maréchal Foch

Nous avons attaqué avec un produit de mise sur la terrasse au soleil, un rosé. Québécois, à savoir le Péché 2010 du Domaine les Brome, bien installé sur les rives du la du même nom, en Estrie. Ce domaine produit de très jolis blancs.

Ce rosé, issu des cépages hybrides seyval noir et maréchal Foch, présente une intense couleur de jus de canneberge, comme le sont souvent les rosés de saignée. Une couleur donnant l’impression que nous nous préparions à croquer dans des fraises et des framboises bien mures.

Toutefois, le Péché s’est avéré un peu timide côté fruit. Un peu de griotte au nez, de petits fruits des champs acidulés. Même si aucun d’entre nous n’est friand de rosés aux saveurs de bonbons sucrés, celui-là aurait gagné à se montrer un brin plus joufflu. Très vif, même légèrement tannique, il plait par sa droiture. Un intéressant achat à ce prix.

Étonnamment, j’ai rebouché la bouteille pour la finir le lendemain, et il m’est apparu un peu moins tranchant. Disponible au domaine, sur commande via son site Web ou au Marché des saveurs du Québec, marché Jean-Talon.

Note : 6,5 bouchons

Petit espoir, grand plaisir

Ironstone vineyards, Obsession, Californie 2009, Code SAQ : 11074021, 14,05 $
Cépage : symphony

C’est d’un air un peu dubitatif que j’ai lu la contre-étiquette du vin qui a suivi, Obsession 2009, d’Ironstone vineyards, en Californie. Le cépage qui le compose, symphony, est né du croisement du muscat, sucré, floral, mielleux, et du minéral et vif grenache gris. Voyons voir…

Caché dans un refroidisseur à vin, les confrères l’ont dégusté à l’aveugle.

« Nez floral, et de pamplemousse », a détecté Valérie. « Litchi, ça s’annonce capiteux », a décrété Patrick, qui pense avoir du muscat dans son verre.

Pourtant en bouche, le symphony nous apparaît d’un bel équilibre. Un peu sucré certes, avec ses saveurs de pêche et de poire melba, voire même de tarte au fruit à la crème pâtissière selon Patrick, mais le tout étant contrebalancé par une agréable acidité et une fraicheur du plus bel effet en finale.

Philippe l’a trouvé, à juste titre, un brin perlant à la première gorgée. Pour ajouter au bonheur, son prix, 14,05 $. Disponible en produit régulier à la SAQ, donc à peu près partout. À acheter les yeux fermés pour l’apéro ou des desserts fruités.

Note : 8 bouchons

Grand espoir, petit plaisir

Domaine Philippe Gilbert, Menetou-Salon 2008, Code SAQ : 11154988, 26,25 $
Cépage : pinot noir

À l’inverse du vin précédant, nous attendions beaucoup de ce seul représentant rouge de l’appellation Menetou-Salon sur les tablettes de notre monopole d’État. Voisine de la prestigieuse Sancerre dans la Loire, Menetou produit d’élégants vins de sauvignon blanc, ainsi que de pinot noir. Celui-ci, du domaine Philippe-Gilbert, millésime 2008, produit issu d’agriculture biodynamique de surcroît, s’annonçait bien.

« Il sent bon la cerise », a noté Philippe. Les petits fruits noirs et même les champignons sauvages selon moi.

En bouche, toutefois, nous l’avons trouvé maigrichon. Pas mauvais. Patrick a salué son petit côté aigrelet et frais qui lui rappelle presque certains gamays. J’ai apprécié sa minéralité. Mais il manquait tout de même un peu d’étoffe et Valérie l’a trouvé court. Pour 26,25 $, on peut trouver mieux, croit-on.

Note : 6,5 bouchons

Livrer la marchandise

Château Mont-Redon, Châteauneuf-du-Pape 2007, Code SAQ : 00856666, 38,25 $
Cépages : grenache 60%, syrah 30%, mourvèdre 8%, cinsault/counoise/muscardin/vaccarèse 2%

On attendait également beaucoup de notre dernier vin! Issu de l’assemblage de sept cépages (!), ce châteauneuf s’est présenté vêtu d’une jolie robe pourpre assez soutenue.

Au nez, Valérie a tout de suite détecté le cépage principal de ce vin, le grenache, son fruit noir abondant et gourmand, ses épices. J’y ai trouvé des arômes de figue et d’olive noire. Patrick a trouvé que pour les 14,5 % d’alcool annoncés, le vin semblait, au nez du moins, d’un bel équilibre, pas trop chaud.

« Ça c’es bon! », s’est-il d’ailleurs exclamé après la première gorgée. Équilibre souverain, de beaux fruits noirs murs, de la tapenade, des épices, une minéralité tout en subtilité, des tanins bien structurés, une belle longueur en bouche... Bref, un vin complexe, équilibré, racé.

Déjà bon, mais à laisser dormir en cave encore quelques années pour le déguster à son meilleur. Prix justifié pour un châteauneuf de ce calibre.

Note : 8 bouchons

Le Club de dégustation de RueFrontenac.com

Dépourvue de chroniqueur de vin, l'équipe de RueFrontenac.com a décidé de repenser sa façon de parler du précieux liquide.

Nous avons décidé de fonder un club de dégustation virtuel et de goûter à des vins chaque semaine dans une ambiance simple et décontractée. Le fruit de nos rencontres vous sera présenté sur notre site tous les samedis, en mots, en images et en vidéo

Par-dessus tout, nous voulons que les lecteurs se reconnaissent et que les produits présentés soient à la portée d'un peu tout le monde. Dans un langage simple, nous vous parlerons de vignerons, de cépages, de terroirs et de millésimes. Toutes les deux semaines, nous aurons la chance d'accueillir le sommelier et journaliste Pascal Patron, qui animera des ateliers au restaurant Les 3 Petits Bouchons – qui a gentiment accepté de nous accueillir – et offrira des petits trucs sous forme de capsules vidéo.

Il est important de savoir que nous sommes des amateurs et non pas des connaisseurs en œnologie. Nous espérons toutefois que cette expérience vous inspirera.

Au plaisir de vous faire voyager dans un verre,

La Bande des vins

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Commentaires (1)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
Simple question
0
Pourquoi, la plupart du temps,photographier les bouteilles alors qu'elles sont vides?

Merci pour votre chronique.
Curieux
Curieux , juin 11, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy