Rue Frontenac - Un loup bon à croquer






Un loup bon à croquer PDF Imprimer Envoyer
Détente - La bande des vins
Samedi, 21 mai 2011 07:44
Mise à jour le Samedi, 21 mai 2011 08:17

Il y a des occasions à côté desquelles on ne peut passer. Comme quand on a l’opportunité de (re)déguster les vins du vignoble du Loup blanc, dans le Minervois, au sud de la France.

Surtout quand le talentueux chef Martin Leclerc, de l’Auberge du lac Morency, a conçu un repas spécialement pour accompagner chaque cru du domaine.

C’est plaisant parce que c’est tout bon. Mais il y a plus. Parce qu’il y a aussi là la possibilité de rencontrer deux êtres passionnés et un peu fous avec lesquels on ne s’ennuie jamais et on apprend toujours.

D’abord le directeur de l’Auberge du lac Morency, François Péloquin. Ancien sommelier de la plus belle cave à vin du Québec, celle du Bistro à Champlain, hyperactif, créatif, généreux. On vous a déjà parlé de lui, est-il nécessaire d’en rajouter?

Puis arrive Alain Rochard, propriétaire depuis une vingtaine d’année de la véritable institution qu’est devenu le bistro Continental à Montréal et, depuis le début des années 2000, propriétaire du vignoble du Loup blanc. Lui aussi, on vous a déjà raconté son histoire.

Les vins d’Alain, issus de raisins convertis depuis son achat de la propriété ou en cours de conversion vers l’agriculture biologique, sont d’une grande pureté, colorés, loin des modes.

François Péloquin, ancien sommelier de la plus belle cave à vin du Québec, celle du Bistro à Champlain. Un être hyperactif, créatif, généreux. Photo Alain Décarie Archives Rue Frontenac

Heureuses erreurs

Et parfois même le fruit d’expérimentation ou d’heureuses erreurs. Il n’hésite pas à déclasser des vins qui porteront la mention vin de table ou vin de pays plutôt que l’appellation Minervois parce qu’il utilise des cépages non autorisés dans sa région, comme le tempranillo ou l’alicante.

François avait donc invité Alain à partager sa passion pour ses vins avec ses clients lors d’un souper vigneron comme il en organise à l’occasion avec des vignerons d’un peu partout dans le monde.

Cette soirée avec ces deux fous du vin, qui s’est terminée à la cave à vider quelques bouteilles de rêve (désolé, à ce moment, j’ai cessé de prendre des notes!) fut donc tout sauf banale.

Voici donc mes impressions sur les vins d’Alain dégustés ce soir-là, alors que mes notes étaient encore plutôt claires! Quelques-uns sont disponibles en SAQ, d’autres en importation privée (IP), chez Planvin.

Le Blanc, vin de table (IP)
Cépages : grenache gris (50%) terret (25%) muscat (25%)

Un de mes vins favoris d’Alain. Un nez minéral, quasi pétrolé, et floral. La bouche est puissante, vive, tendue, sur les agrumes et le fenouil. Toujours une belle minéralité. Le chef avait préparé pour l’accompagner un maki de crevette et mangue marinée en tempura de sésame avec purée de gingembre. Accord magistral.

Le Régal du Loup, Minervois 2009
Code SAQ : 10405010, 19,20 $
Cépages : carignan (50%) grenache (40%) syrah (10%)

Un classique du Loup blanc, avec son nez de cassis et de prune. En bouche, on y retrouve ces fruits noirs rehaussés en finale de saveurs de tapenade, de réglisse et de cardamome. Belle fraîcheur, gourmand.

Les vins d’Alain Rochard sont d’une grande pureté, colorés, loin des modes. Photo Olivier Jean Archives Rue Frontenac

La Mère Grand, Minervois 2007
Code SAQ : 10528221, 22,55 $
Cépages : grenache (60%) syrah (25%) carignan (15%)

Un nez plus confit ici, fait d’effluves de figues, de raisin de Corinthe, de garrigue. Très invitant! La bouche est fidèle à cette première impression. Belle longueur et tannins bien présents mais soyeux. Avec le magret de canard laqué au sirop d’érable et chocolat, c’était pas mal!

Les Trois P'tits C, vin de pays de Cesse 2008
Code SAQ : 10528239, 21 $
Cépages: grenache (50%) tempranillo (40%) alicante (10%)

Trois P’tits C pour trois p’tits cochons. On reste dans la thématique des contes à faire peur aux enfants chère à Alain étant donné le nom donné à son vignoble. Le plus atypique des assemblages ic;i, on se croirait presque en Espagne. Un nez de prune cuite et de figue. La bouche est puissante mais également charmeuse et gourmande. Des fruits noirs confits, un petit côté torréfié, cacao… Le vin pour lequel les mots me viennent le moins. Tout simplement bon. Marié à un agneau du Québec en croûte de pleurotes et poivre…

Le petit chaperon rose, vin de pays du val de Cesse 2009 (IP)
Cépages : cinsault (50%) chenançon (50%)

Audacieux que de servir un rosé avec des fromages fins du Québec. Mais il a bien relevé le défi. Il faut dire qu’on n’a pas ici le sempiternel petit rosé de bord de piscine qu’on boit comme du jus de fruit sous le soleil. On a ici un vrai vin, bon à l’apéro certes, mais un rosé vineux aux bons parfums de canneberge, de melon d’eau, d’abricot.

Péché du loup, vin de table, 2003 (IP)
Cépage: grenache noir

Un grand vin doux qui n’aurait probablement jamais vu le jour n’eut été d’une erreur… C’était dans les débuts du Loup blanc, par le caniculaire millésime 2003. Des raisins de grenache vendangés en surmaturité, ce qui a donné des degrés alcooliques trop élevés. Alain les a laissé fermenter pendant trois ans, avant de les élever en demi-muids (barrique de 600 litres) pendant cinq ans. On verra bien, s’est dit Alain. Mais l’erreur fut salutaire, puisque Péché de loup est un nectar exquis, torréfié, chocolaté, au goût de figue confite, mais marqué tout de même par une pointe de fraîcheur qui en fait un merveilleux vin pour les desserts chocolatés. Rare, mais si vous en avez l’occasion, sautez dessus.

Le Club de dégustation de RueFrontenac.com

Dépourvue de chroniqueur de vin, l'équipe de RueFrontenac.com a décidé de repenser sa façon de parler du précieux liquide.

Nous avons décidé de fonder un club de dégustation virtuel et de goûter à des vins chaque semaine dans une ambiance simple et décontractée. Le fruit de nos rencontres vous sera présenté sur notre site tous les samedis, en mots, en images et en vidéo

Par-dessus tout, nous voulons que les lecteurs se reconnaissent et que les produits présentés soient à la portée d'un peu tout le monde. Dans un langage simple, nous vous parlerons de vignerons, de cépages, de terroirs et de millésimes. Toutes les deux semaines, nous aurons la chance d'accueillir le sommelier et journaliste Pascal Patron, qui animera des ateliers au restaurant Les 3 Petits Bouchons – qui a gentiment accepté de nous accueillir – et offrira des petits trucs sous forme de capsules vidéo.

Il est important de savoir que nous sommes des amateurs et non pas des connaisseurs en œnologie. Nous espérons toutefois que cette expérience vous inspirera.

Au plaisir de vous faire voyager dans un verre,

La Bande des vins

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Commentaires (0)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy