Rue Frontenac - Les Îles en Ville — L’accueil chaleureux des Îles-de-la-Madeleine






Les Îles en Ville — L’accueil chaleureux des Îles-de-la-Madeleine PDF Imprimer Envoyer
Détente - Plaisirs de la table
Samedi, 16 avril 2011 15:06

« Vous pouvez sortir un Madelinot des Îles-de-la-Madeleine, mais vous ne pouvez pas sortir les Îles-de-la-Madeleine d’un Madelinot. » À elle seule, cette maxime explique l’existence du restaurant Les Îles en Ville, rue Wellington à Verdun, où règne l’ambiance de cet archipel du Saint-Laurent.

Ginette Painchaud, ou Ginette à Maurice comme l’appellent les Madelinots, qui se reconnaissent par le nom de leur père, a été élevée dans une auberge des Îles, côtoyant chaque jour le public, la bonne bouffe, la musique. Ce n’est pas un hasard si elle a décidé, en 2008, de faire revivre l’ambiance de son enfance dans son Montréal d’adoption.

Depuis, Les Îles en Ville constitue le repaire montréalais des Madelinots qui ont le mal du pays, mais aussi des curieux qui souhaitent découvrir la culture de ces Québécois des Maritimes, avec leur accent particulier et leur grand cœur.

Ambiance chaleureuse

Ceux qui ont déjà visité les Îles-de-la-Madeleine y retrouveront l’ambiance festive et l’accueil chaleureux qu’ils y ont connus. L’endroit est petit, une cinquantaine de places, une vingtaine de plus sur la terrasse, et décoré avec de vieilles photos et des objets de circonstance.

« Quand les gens entrent ici, j’essaie vraiment qu’ils se sentent comme à la maison », affirme la propriétaire.

Ceux qui n’ont jamais pris le traversier de Souris vers le port de Cap-aux-Meules pourront s’y informer pour un futur voyage tout en s’acclimatant au rythme des Madelinots. Tous les employés sont originaires des Îles et en connaissent les moindres secrets. Ils sauront vous livrer de précieux conseils afin de faire de vos vacances un succès.

« Quand les gens entrent ici, j’essaie vraiment qu’ils se sentent comme à la maison », affirme Ginette Painchaud, propriétaire du resto Les Îles en Ville. Photo Annik MH de Carufel

Les Îles en Ville, c’est aussi une affaire de famille. La fille de Ginette donne un coup de main aux fourneaux, tandis que cousins et cousines assurent le service aux tables. Le vendredi en soirée, il arrive fréquemment que l’endroit s’anime au son des violons et des guitares.

Bouffe du terroir

Le menu du restaurant est bourré de découvertes. À commencer par le phoque (loup marin pour les intimes), une viande sauvage très maigre et très foncée, presque mauve, qui mérite qu’on s’y attarde. En saison (mars-avril), on la sert en steak ou en burger, mais il est possible d’y goûter toute l’année dans une assiette de rillettes, terrine, saucisses et saucisson.

D’ailleurs, le restaurant a lancé le Festival du loup marin – pour « convaincre les gens de goûter et d’adhérer à notre univers » –, dont la première édition vient tout juste de se terminer.

Au menu, on retrouve aussi tout ce qui a fait la renommée de la gastronomie naissante des Madelinots. À commencer par le fromage du Pied-de-Vent, les bières de la microbrasserie À l’Abri de la Tempête ou la bagosse du Barbocheux, un alcool artisanal, et les fameux fruits de mer qu’on sert en lasagne ou encore en pot-en-pot, un met typique des Îles.

Le homard en vedette

À compter de la fête des Mères, le homard frais fait son apparition au menu. Les Madelinots ne tarissent pas d’éloges sur leur homard, le « meilleur du monde », insistent-ils, parce qu’il vit sur un fond rocheux plutôt que vaseux, ce qui lui conférerait un goût particulier. On le sert de manière classique, en coquille, cuit à la vapeur avec du sel, pour le plus grand bonheur des amateurs.

Pour les gros mangeurs pour qui l’assiette de deux crustacés ne suffirait pas, il est possible de négocier avec la cuisinière ; elle pourra vous servir des bêtes supplémentaires à bon prix.

Parce que c’est aussi ça, l’ambiance des Îles en Ville. À la bonne franquette, sans prétention. À l’image de sa propriétaire qui prend la vie du bon côté, comme le prouve sa phrase fétiche : « Le bonheur existe ! »

Les Îles en Ville
5335, rue Wellington, Verdun
514 544-0854

Note globale : 8,5/10
Ambiance : 8,5/10
Plats : 9/10
Service : 8,5/10
Carte de vins : 7/10
Prix du restaurant :
À la carte :
Entrées : de 3,50 $ à 11,95 $
Plats : 10,95 $ à 24,95 $
Homard : selon les prix du marché

Commentaires (0)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy