Rue Frontenac - Le Cafetier — Café torréfié et petit suplément d'âme






Le Cafetier — Café torréfié et petit suplément d'âme PDF Imprimer Envoyer
Détente - Plaisirs de la table
Dimanche, 06 mars 2011 11:21

Josée Francœur et Jean-François Trudel ont plongé tête première dans le métier de restaurateur, il y aura  bientôt deux ans et demi, en prenant à peine la température de l’eau et sans savoir au juste dans quoi ils s’embarquaient. Leur bilan de l’acquisition du Cafetier, à Sutton ? La tâche et les résultats financiers sont au-delà de ce qu’ils avaient anticipé…

Les tenanciers du petit café-brûlerie sis rue Principale, au beau milieu du village phare des Cantons-de-l’Est, ont été d’une ouverture et d’une franchise remarquables au cours d’un entretien avec Rue Frontenac. Ils n’ont rien caché de leurs doutes après avoir réalisé l’ampleur du travail à accomplir pour relancer l’établissement, et du changement dramatique que le métier de cafetier et de torréfacteur a imposé à leur vie.

Ils ont aussi raconté avec générosité les joies qu’ils ont découvertes au fil des jours et qui leur ont été offertes par un des actifs du café qu’ils n’avaient pas comptabilisé au départ : la clientèle.

« Nous avons de bons clients, dit Josée. J’aime les gens qui viennent ici, c’est une des raisons qui font que j’y suis si souvent. Le matin, les habitués entrent, nous saluent  et se servent eux-mêmes leur café, comme s’ils étaient chez eux. Ils se sentent bien, c’est simple, convivial, il n’y a rien de guindé. C’est tout à fait nous. »

Une âme

Le Cafetier est installé dans un vieil édifice qui abritait à l’origine une quincaillerie. La planche de pin, maintes fois peinte, y est omniprésente. Le plancher supporte encore une immense grille qui servait autrefois à laisser monter la chaleur produite par une fournaise au bois du sous-sol. Des artistes locaux exposent leurs œuvres et meublent à tour de rôle, d’un mois à l’autre, les murs râpés du café. La liste d’attente pour y tenir un vernissage atteint un an et demi. D’autres, musiciens ceux-là, s’y donnent en spectacle à l’occasion.

Jean-François Trudel et Josée Francoeur ont réussi à donner une âme à leur établissement. Photo Alain Décarie

Josée soutient dur comme fer que l’endroit a une âme. Au bout de quelques minutes passées à l’intérieur, à regarder le temps s’étirer tout doucement et à voir défiler le microcosme de Sutton, la main droite réchauffée par un bol de latté fumant, on serait tenté d’acquiescer.

En fait, cet intangible est probablement la raison qui m’a poussé à vouloir faire un reportage sur Le Cafetier. On s’y sent bien, tout simplement, on a envie d’y flâner longuement même s’il neige dehors et que la poudreuse ne restera pas intacte longtemps.

Le menu est classique pour un café ouvert de 7 heures à 19 heures, sept jours sur sept. Comme il se doit, les œufs à plusieurs cuissons et les fruits sont au cœur du petit-déjeuner. Pour le lunch, sandwiches, paninis, soupes et salades – apprêtés le plus possible avec des produits frais issus de la région – sont à l’honneur. Le Cafetier se fait une spécialité de certains mets végétariens, dont le chili ou le végé-burger. On y sert aussi quelques variétés de bières et de vins.

Et bien sûr du café, torréfié sur place par Jean-François, qui a ajouté cette corde à son arc lors de l’achat du torréfacteur voisin, un an après l’acquisition du resto, dont Le Cafetier était l’unique client.

La torréfaction

La torréfaction fait d’ailleurs partie des projets d’expansion du Cafetier, peut-être aussi avec l’ouverture d’un autre comptoir dans les Cantons et la vente au détail des confitures et des vinaigrettes maison faites sur place.

Jusqu’ici, Jean-François ne consacre qu’une seule journée par semaine à griller les grains de café, ce qui est suffisant pour les besoins du Cafetier et de la vente en vrac.

« Mais j’aimerais développer cet aspect de notre business, notamment pour rentabiliser davantage le torréfacteur. J’aime ce métier et je pense que nous pourrions viser le marché régional, entre autres dans les B&B, les gîtes et les auberges », soumet-il.

Le Cafetier
9, rue Principale Nord, Sutton
450 538-7333

Note globale : 9
Originalité : 8
Ambiance : 9,5
Plats : 9
Service : 9
Carte des bières et des vins : 6

Commentaires (2)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
le cafetier as quelque chose,une saveur et.......faut y aller!
0
j,etais de passage l,an dernier pour un cross country au mont sutton apres ma compétition ,mon frere claude m,as emmener ds cette endroit magnifique le genre de café,agréable,acceuillant avec des gens super et en plus tout est bon .attender moi je reviendré...bye
gilles fraser , mars 08, 2011
Nous sommes allés la semaine dernière
0
Mon mari et moi étions à Sutton la semaine dernière et nous avons pris le temps de prendre un café au Cafetier. C'est vrai que l'ambiance y est agréable. Ça vaut la peine de s'y rendre après une journée de ski plutôt que de s'attarder dans le bar très bruyant du chalet principal.

Il y a aussi, tout près du Cafetier, une très jolie boulangerie avec une importante variété de produits régionaux et biologiques sans oublier un imposant comptoir de fromages. Il vaut mieux y aller après avoir pris une collation au Cafetier sinon la tentation serait grande de faire de folles dépenses.
C.Pelletier , mars 05, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy