PDF Imprimer Envoyer
Dtente - Plaisirs de la table
Samedi, 18 septembre 2010 16:20

Quand on entre au Nonya, nous sommes immdiatement envots par le trs subtil parfum dencens flottant dans lair et lapaisante musique traditionnelle, le gamelan, et la dco trs zen, compose de parasols comme on en trouve dans les temples hindous balinais, de profonds coussins aux tissus orientaux multicolores disposs sur une longue banquette de bois exotique. Impossible de ne pas sy sentir compltement dtendu.

Vous revenez dun voyage en amoureux (de noces?) Bali? Vous serez immdiatement envahis de souvenirs mmorables.

Vous navez jamais foul le sol de cette Indonsie aux milliers dles, de paysages et de cultures diffrents? Vous naurez quune envie, y partir. Ds le lendemain.

videmment, il faut vouloir le trouver ce restaurant.

Le Nonya, rue Bernard, dans le Mile-End, est probablement le seul restaurant entirement indonsien Montral et au Qubec. Il faut dire que la communaut indonsienne qubcoise est microscopique.

Selon lambassade, nous sommes entre 200 et 300. Mais la majorit sont des tudiants qui ne sont que de passage, explique Stephani Wiharto, copropritaire du Nonya avec son frre Ivan (prononcer Ifan).

Dur, trouver des cuistots

Une communaut tellement petite que Stephani et Ivan peinent trouver ici des cuistots qui connaissent leur gastronomie. Ils ont bien form des gens dici, mais cest toujours un peu complexe dinculquer cette culture culinaire inspire des nombreux mtissages que lhistoire a causs dans ce chapelet dles peuples de 280 millions dindonsiens des gens qui nont jamais foul le sol de ce pays. La cuisine a des accents indiens, chinois, hollandais, portugais, rehausse videmment des pices et produits typiques du pays.

Ivan et Stphani, frre et soeur, propritaires du Nonya. Photo Hugo-Sbastien AUBERT

Stephani russit donc, grce un programme de Ressources humaines Canada, en dmontrant quil lui est impossible autrement de trouver la main-duvre adquate, faire venir ici des chefs expriments de son pays. Elle leur dbusque des appartements et les quipe pour lhiver. Les serveurs, eux, sont bien dici.

Parcours tonnant

Lhistoire des Wiharto est en soi intressante elle aussi.

Natifs de la rgion de Jakarta, capitale et mgapole de 18 millions dhabitants sur lle de Java, Stephani et Ivan viennent dune famille qui y est propritaire de sept restaurants.

Ivan a t le premier quitter lle. Pour aller tudier en cuisine dans une cole dhtellerie prs de Montreux, en Suisse. Au bord du majestueux lac Lman, avec vue sur les alpes enneiges. Puis Stephani, elle, est partie vers une destination moins lointaine, Singapour, pour tudier en mode dans une succursale du collge LaSalle. Cest dailleurs ce qui la amene ici aprs un an Singapour, elle a poursuivi sa formation Montral.

Il ny qu voir le dcor pur et harmonieux du resto, les petits dtails jusque dans les salles de toilettes, dans lesquelles on a limpression dentrer dans un spa, pour se rendre compte quune spcialiste de la mode et du design, en loccurrence la rayonnante copropritaire, y a mis sa touche. Une touche qui complte merveille le talent culinaire de son frre, plus rserv.

Ce restaurant affiche un dcor typique, pur et harmonieux. Photo Hugo-Sbastien AUBERT

Il y huit ans, elle et son frre ont convenu que Montral tait un bon endroit pour ouvrir le resto dont ils rvaient (mme si, au Canada, note Stephani le sourire en coin, ouvrir un resto, cest tout un tas de paperasse complexe!).

Le nom choisi, Nonya, signifie selon Stephani petite femme chinoise, comme ma mre et moi. Car en Indonsie, les gens comme leur cuisine portent les traits des mtissages historiques. Certains, comme Stephani, ont hrit des traits plus typs des chinois, ce pourquoi elle sattribue la dsignation de nonya.

Cuisine raffine et releve

Je ne vous ai pas encore parl de cuisine.

Alors voil. Elle est difficile dcrire par des mots tant ses parfums et ses saveurs ne ressemblent aucune autre des cuisines que lon connat.

Cest une cuisine o les pices et herbes sont au centre de tout, releve sans tre ultra-pice et piquante, raffine et labore.

Il y a beaucoup de plats mijots, comme le rendang (un ragot de buf mijot dans le lait de coco et les pices, un plat traditionnel de lle de Sumatra), qui mijote pendant trois ou quatre heures, dcrit Stephani.

Autre succs de la maison, cest le fameux bebek bengil, un plat balinais de canard croustillant. Apprt de la faon la plus traditionnelle qui soit, avec sa petite sauce soya sucre et bien pice. Mais cest avec les cuisses confites de Canard du Lac-Brome quIvan travaille. Il les aime bien, dailleurs. Plus charnues et juteuses que celles des canards de son pays.

Ct approvisionnement, le chef importe directement de son pays pas mal dpices et dherbes, mais trouve aussi son compte en arpentant le march Jean-Talon pour dnicher les pices de viande dont il a besoin. Il ne remplace jamais un lment typique de sa cuisine introuvable ici par un ingrdient de remplacement.

Festif rijstafel

Un incontournable mon avis pour toute personne souhaitant au maximum dcouvrir les plats indonsiens, mais il faut tre au moins deux pour commander cela, cest le traditionnel rijstafel. Cest le grand festin traditionnel des familles indonsiennes, compos dune foule de petits plats quon dpose au centre de la table et quon dguste dans lordre de notre choix.

Brochettes de satay (poulet en sauce aux arachides), gado gado (salade traditionnelle de haricots longs, dpinards et de fves germes, uf et pomme de terre nape dune sauce arachides), pepesikan (tilapia en papillote de feuille de bananier, citronnelle et curry jaune) et le fameux rendang seront au menu.

Cest comme a quon mange en famille la maison chez nous: des petits plats. Des fois on commence par le dessert! On a beaucoup de fiert pour ce quon fait. Il faut tre authentique puisquon est les seuls, raconte Ivan.

Ct dessert, et cest l le seul accroc la tradition dIvan, il offre une crme brle. Classique certes, mais encore l, il a russi lindonsianiser. En la parfumant avec une infusion de feuille de pandan, un arbre de la famille des cocotiers. Mais il faut aussi goter le dessert traditionnel, le pudding au riz noir collant.

Je nai dcel quune faiblesse au Nonya. La carte des vins. Ne comptant quune dizaine de rfrences, elle offre des produits corrects, certes, mais la cuisine raffine et savoureuse dIvan mriterait dtre accompagne dune slection de vins plus toffe et tout aussi originale que le menu.

Il est par ailleurs conseill de rserver, le resto nest pas bien grand.

Vous tes allschez Nonya? Parlez-nous de votre exprience. Recommandez-vous cet endroit?

FICHE DAPPRCIATION

Nonya

151, Bernard Ouest

Ouvert du mardi au samedi

Prix
plats: 16 19$
Table dhte soupe, entre, plat, dessert: 27$ (20$ le mardi et mercredi)
Rijstafel: 40 et 45$ par personne

Note Globale : 9/10

Rapport qualit/prix : 8/10

Ambiance/dcor : 9,5/10

Originalit: 9/10

Plats : 9/10

Carte des vins: 6/10

Service: 8,5/10

Commentaires (0)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy