Rue Frontenac - La maison Boucher-Longpré - Sauvée de la démolition






La maison Boucher-Longpré - Sauvée de la démolition PDF Imprimer Envoyer
Détente - Belles ancestrales
Écrit par Jacques Bourdon   
Mercredi, 27 octobre 2010 16:05
Mise à jour le Jeudi, 04 novembre 2010 09:11

Une surprise de taille m’attendait lorsque je me suis présenté au 1315, rue Notre-Dame à Repentigny pour y photographier une des plus anciennes maisons de cette ville. Les propriétaires, Linda Boucher et son conjoint, l’auteur-compositeur et interprète Léo Longpré, avaient invité pour l’occasion, M. Roch Provost et son frère André, qui sont tous deux nés dans cette demeure. Les deux frères n’y avaient pas remis les pieds depuis leur tendre enfance. Ce fût pour eux un retour à la source rempli de joie et d’émotions.

Cette vieille maison de ferme a été construite en 1877. Elle a été achetée en 1880 par le grand-père de Roch et André, M. Napoléon Provost, qui a été maire de Repentigny de 1911 à 1915.

M. Provost avait acheté la maison d’Oscar Beaudoin, qui fût également maire de Repentigny, heureuse coïncidence. À cette époque, la ville de Repentigny comptait moins de mille habitants tandis qu’aujourd’hui il y en a plus de 80 000.

La belle maison du 1315, rue Notre-Dame, à Repentigny. Photos Jacques Bourdon
Roch et André Provost sont tous deux nés dans cette demeure.

Si cette belle ancestrale porte le nom de Boucher-Longpré, c’est que le couple l’a sauvée de la démolition car un promoteur immobilier avait le projet d’aménager sur son site un nouveau développement résidentiel. Linda et Léo, des amants inconditionnels de notre patrimoine bâti, ont eu vent de ce projet et ont acheté la maison qui était dans un état lamentable. Ils l’ont ensuite déménagée sur un terrain voisin tout en étant conscients du travail de moine qui les attendait.

Les frères Provost entourent le couple qui a sauvé la maison de la démolition, Linda Boucher et Léo Longpré. Photo Jacques Bourdon

Cette propriété était dans un tel état de délabrement qu’il leur a fallu attendre deux ans et demie, avant de pouvoir l’habiter. Par la suite, ils ont terminé les travaux tout en l’habitant. C’est à peu près à la même période que Léo Longpré faisait la pluie et le beau temps dans les boîtes à chansons du Vieux-Montréal, dont le St-Vincent et Les Deux Pierrots. Encore aujourd’hui, Léo est un passionné de musique.

Cliquez ici pour une sélection de photos de l'événement.
Cliquez sur la photo pour voir la galerie d'images de Jacques Bourdon.

Pour Linda et Léo, le sauvetage et la conservation de cette maison historique étaient d’une grande importance, pour que les générations futures se souviennent de la façon de vivre de nos ancêtres.

Commentaires (0)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy