Rue Frontenac - Bear Creek prétend que la révocation de son permis par le gouvernement du Pérou est illégale






Bear Creek prétend que la révocation de son permis par le gouvernement du Pérou est illégale PDF Imprimer Envoyer
Affaires - Entreprises
Écrit par RueFrontenac.com   
Lundi, 27 juin 2011 15:38
Mise à jour le Lundi, 27 juin 2011 15:43

La société minière canadienne Bear Creek estime que l’annulation de son permis d’exploitation par le gouvernement péruvien, à la suite de la manifestation contre les activités de l’entreprise qui a fait six morts, vendredi, est illégale et inconstitutionnelle.

Le président et chef de la direction de la société, Andrew Swarthout, a indiqué au cours d’un appel conférence, lundi, que Bear Creek examine ses options juridiques mais qu’elle préférerait résoudre le problème par les voies politiques.

Le gouvernement péruvien a révoqué le permis d’exploitation de la mine d’argent de la société, dans les Andes, après une violence manifestation tenue par les opposants au projet, vendredi, à l’aéroport de Juliaca, à environ 160 kilomètres de la mine Santa Anna.

Les tirs policiers ont tué six personnes et ont blessé une trentaine d’autres manifestants. Les opposants craignent que le projet minier ne pollue les eaux du lac Titicaca, le plus haut lac navigable au monde, situé à près de 4000 mètres d’altitude, à la frontière du Pérou et de la Bolivie.

M. Swarthout a rejeté ces critiques du revers de la main et a soutenu que l’entreprise a respecté toutes les normes environnementales édictées par l’État péruvien, qu’elle a consulté la population et qu’elle a un plan pour protéger le lac Titicaca.

La minière soutient avoir investi 96 M$ jusqu’ici dans ce projet et qu’elle réalise actuellement une étude pour identifier et contrôler les impacts de ses activités à Santa Anna. Le début de l’exploitation du gisement n’est pas prévu avant l’année prochaine.

En milieu d’après-midi, lundi, le titre de Bear Creek avait perdu 1,36 $ ou 26,4 % de sa valeur, à 3,80 $, par rapport à son prix d’ouverture à la Bourse TMX.

Commentaires (1)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
Pauvre compagnie
0
Ceci est un fait bien connu, beaucoup de nos sociétés canadiennes ont, a l'extérieur du pays un passé qui est très douteux. Faisant affaire avec des pays défavorisés dans bien des cas, après le départ des dites sociétés, les lieux sont pollués et insalubres.

Bravo au gouvernement du Pérou pour leur intervention, qui j'espère, est a long terme?
Avocat du diable , juin 27, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy