Rue Frontenac - Research in Motion démoli en Bourse






Research in Motion démoli en Bourse PDF Imprimer Envoyer
Affaires - Entreprises
Écrit par Alain Bisson   
Vendredi, 17 juin 2011 11:58
Mise à jour le Vendredi, 17 juin 2011 16:25

Le titre de Research in Motion (RIM), le fabricant du Blackberry et de la tablette Playbook, a continué de piquer du nez vendredi, après la publication de résultats décevants pour les trois premiers mois de son exercice financier 2011-2012.

L’action de l’entreprise canadienne a terminé la journée à 27,24 $ à la Bourse de Toronto, en baisse de 20,7 % par rapport à son prix d’ouverture. Le titre de RIM perdu plus de 50 % de sa valeur depuis le début de l’année.

Ce sont à la fois les résultats en chute du trimestre et la révision à la baisse des prévisions pour le solde de l’exercice qui font pression sur le titre de la plus importante société canadienne de technologie.

Pour les trois mois terminés à la fin mai, RIM a enregistré un bénéfice net de 695 M$ US (1,33 $ par action), en baisse de 10 % par rapport aux 769 M$ US de l’exercice correspondant en 2010.

Les revenus pour le trimestre ont atteint 4,9 G$ US, en progression de 15 % comparativement à l’année dernière, mais en régression de 12 % vis-à-vis le trimestre précédent.

Dans un communiqué de presse émis jeudi après la fermeture des marchés, la direction de l’entreprise a avancé que ses revenus atteindraient entre 4,2 G$ US à 4,8 G$ US pour le second trimestre et son bénéfice par action se situerait dans la fourchette de 0,75 $ US à 1,05 $ US.

« L’exercice (2011-2012) a commence avec des défis », a commenté Jim Balsillie, coprésident et chef de la direction de RIM. « Le ralentissement auquel nous avons assisté au cours du premier trimestre va continuer au deuxième, et des délais dans le lancement de nouveaux produits à la fin août entraînent des prévisions à la baisse par rapport à ce que nous attendions », a-t-il ajouté.

Au cours du premier trimestre, RIM a vendu 13,2 millions des différentes versions de son Blackberry et 500 000 tablettes électroniques Playbook, entre le lancement de cette dernière, le 19 avril, et la fin du trimestre, le 28 mai.

Les ventes de la tablette Playbook ont été à des lieues de celles du concurrent Apple. Photo Rogerio Barbosa

Par comparaison, Apple a écoulé près d’un million d’exemplaires de son iPad 2 pendant le premier week-end de sa mise en vente, en mars dernier, seulement aux États-Unis, et n’a mis que 28 jours pour atteindre le million de la version iPad 1.

Dans la foulée de ces résultats et attentes réduits, la société a annoncé un programme de réduction de coûts qui inclue des suppressions d’emploi.

« RIM est rentable et solide dans son ensemble avec des parts en hausse dans plusieurs marchés internationaux et a un excellent bilan avec un encaisse au comptant de 3 G $ US », a soumis M. Balsillie.

« Nous croyons qu’avec le lancement de nos nouveaux produits au cours des prochains mois et notre programme de réduction de coûts, RIM va connaître une forte progression de ses profits au cours de la deuxième moitié de l’exercice ».

Commentaires (2)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
...
0
Je crois que le lutte se fera entre les iPads et les versions tablettes utilisant le S/O Androïd et effectivement les tablettes Motorola et Samsung ont une longueur d'avance. Androïd étant Open source risque de connaître une évolution fulgurant.

À mon avis, c'est le début de la fin pour RIM, surtout lorsque ses compétiteurs pourront garantir un niveau de sécurité équivalent.
Guy Brosseau , juin 19, 2011
Compétition
0
Au dernier CES de Las Vegas, il y a eu au minimum 20 compagnies qui ont présentées des nouveautés au niveau des tablettes électroniques.

Les géants Apple, Samsung et Motorola dominent en partie ce marché, il faut avouer que leurs produits sont très accomplis.
Avocat du diable , juin 17, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy