Rue Frontenac - Après Londres, Maple bonifie son offre pour le TMX






Après Londres, Maple bonifie son offre pour le TMX PDF Imprimer Envoyer
Affaires - Bourse
Écrit par Michel Van de Walle   
Mercredi, 22 juin 2011 23:00
Mise à jour le Mercredi, 22 juin 2011 23:06

Quelques heures à peine après que la London Stock Echange ait bonifié son offre d'achat pour le Groupe TMX, le consortium canadien Maple hausse les enchères en améliorant sa proposition initiale.

En soirée mercredi, le Groupe Maple a en effet annoncé qu'il était prêt à payer jusqu'à 40 $ en espèces pour les actions du Groupe TMX, soit 6,40 $ de plus qu'auparavant. Avec l'échange d'action qui complète son offre, la valeur estimé de l'offre par Maple est de 50 $ par action du TMX.

Plus tôt dans la journée, la LSE avait indiqué qu'elle était prête à verser un dividende spécial de 4 $ par action du Groupe TMX, en sus de l'échange d'actions proposé antérieurement, portant la valeur de son offre à 49 $.

Le Groupe TMX, rappelons-le, est propriétaire des Bourses de Toronto et de Montréal.

Maple est un consortium de 13 institutions financières canadiennes qui tente d'empêcher Londres de prendre le contrôle des bourses canadiennes. Parmi ses membres, on compte un noyau québécois composé de la Banque Nationale, du Mouvement Desjardins, de la Caisse de dépôt et placement du Québec et du Fonds de solidarité de la FTQ.

La bataille entre les deux groupes s'intensifie parce que les actionnaires du Groupe TMX doivent se prononcer sur l'offre de Londres  lors d'une assemblée qui se tiendra le 30 juin. En augmentant sa mise, Maple tente ainsi de convaincre les actionnaires du TMX de ne pas avaliser l'offre de la LSE.

En plus d'augmenter la portion en espèces, Maple offre maintenant de racheter comptant jusqu'à 80 % des actions du TMX, soit davantage que les 70 % qui étaient initialement prévus.

La LSE avait annoncé en février dernier avoir conclu une entente amicale de fusion avec la direction du Groupe TMX prévoyant un échange d'actions qui donnerait à Londres 55 % des intérêts dans les bourses fusionnées. Cette tentative d'achat a soulevé de l'inquiétude dans les milieux financiers canadiens dont certains membres ont répliqué en mettant sur pied Maple pour contrecarrer les plans britanniques.

Commentaires (0)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy