Rue Frontenac - Les économistes québécois s'opposent à un prix plafond à la pompe






Les économistes québécois s'opposent à un prix plafond à la pompe PDF Imprimer Envoyer
Affaires - Énergie
Écrit par RueFrontenac.com   
Mercredi, 22 juin 2011 15:05
Mise à jour le Mercredi, 22 juin 2011 15:24

Les automobilistes québécois qui ragent contre les fluctuations du prix de l'essence à la pompe seront surpris d'apprendre que les économistes québécois s'opposent majoritairement à l'instauration d'un prix plafond de l'essence.

C'est pourtant ce que révèle un sondage Léger Marketing réalisé auprès des membres de l'Association des économistes québécois. Environ 25 % des membres, soit 173 économistes, ont répondu au sondage qui porte sur plusieurs dossiers économiques, notamment le salaire minimum, le Plan Nord et la situation économique du Québec dans son ensemble.

Près des deux-tiers des économistes sondés sont contre le plafonnement du prix de l'essence à la pompe.  Photo d'archives

Sur la question du prix de l'essence, les économistes s'opposent à 61 % à un prix plafond, tandis que 32 % sont favorables et 7 % ne se prononcent pas. Les raisons de cette opposition ne sont pas expliquées dans le communiqué diffusé conjointement mercredi par la firme de sondage et l'Association.

Ailleurs au pays, il existe toutefois des mécanismes qui permettent de dégager un prix repère. C'est le cas des Maritimes. Cette province fait l'exercice chaque semaine, ce qui permet d'établir un prix repère, auquel on ajoute les marges bénéficiaires maximales de gros et de détail, les taxes, ainsi que les coûts réels de livraison.

L'Association des économistes québécois, qui a posé la question à ses membres, rappelle que la Régie de l'énergie du Québec « étudie la question et se prononcera à la fin juin ». Reste à voir si la Régie ira de l'avant avec un prix plafond de l'or noir pour « discipliner » l'industrie pétrolière en prévision des vacances estivales, propices à des augmentations aussi soudaines qu'inexpliquées.

Dans la région de Montréal, en début d'après-midi, mercredi, avant le long congé du 24 juin, le litre d'essence sans plomb se détaillait 1,279$.

Salaire minimum

Par ailleurs, sur la question touchant le niveau du salaire minimum, près des trois quarts des économistes sondés « considèrent que le salaire minimum de 9,65 $ de l'heure (effectif depuis le 1er mai 2011) se situe à un niveau adéquat », tandis que seulement 13 % jugent qu'il est trop bas. Un peu moins de 10 % des économistes considèrent pour leur part qu'il est trop élevé.

Enfin, sur la question relative aux taux d'intérêt, 54 % croient que la Banque du Canada devra monter son taux directeur à brève échéance; 39 % ne sont pas d'accord avec cet énoncé et 7 % n'ont pas voulu se prononcer.

Commentaires (4)

Flux RSS pour les commentaires

Affichez les commentaires
...
0
Les économistes québécois devrais travailler au salaire minimum quelque mois par année peut-être que leur façon de voir changerait. pour ce qui est du prix plafond du pétrole mettez en un et c'est sûr que les pétrolière vont si coller pour l'année. Il a vraiment des imbéciles à tous les niveaux au québec. Remarquez que ce n'est pas mieux ailleurs.
Daniel , juin 28, 2011
Ah!, Ah!, Ah!
0
Nul n'est mon intention de vouloir défendre les pétrolières, mais, ceux qui controlent les prix sont les memes qui vous taxent a outrance. Des taxes exagérément élevées et qui sont voulus par nos gouvernements.
Pour les banques, compagnies de carte de crédit, compagnies d'assurance, les pétrolières, nul besoin d'avoir de discipline, puisque les gouvernements empochent des taxes, qui-plus-est, plusieurs de ces compagnies sont des bailleurs de fonds pour équilibrer les budgets.
Et vous pensez sérieusement que cela va changer?
Le litre devrait se vendre approximativement $0.99 le litre, et oui!
Avocat du diable , juin 22, 2011
Prix plafond
0
Ca ne devrait pas etre un prix plafond mais un profit plafond Lorsque les compagnie ont atteint un profit decent il devrait avoir l'obligation de remetre une ristourne a leur clientele
Andre , juin 22, 2011
D'accord avec eux...
0
Je suis d'accord avec eux mais on met un plafond pareil et la difference entre celui-ci et tout prix plus eleve demande par l'industrie sera paye par les economistes.
Tout le monde est content, les petrolieres continuent a faire de gros profit, les consommateurs paient moins cher et pour les economistes on fait semblant qu'il n'y a pas de plafond.
Monsieur Sylvain , juin 22, 2011

Ecrivez un commentaire

Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy